Publicité

Le staff slovaque règle ses comptes et dénonce un sabotage

Après avoir remercié les Danois qui lui ont assuré son maintien, la Slovaquie se présente pour son dernier match contre la Suède, celui dans lequel elle ne se pensait pas capable de prendre un point.

Suede Slovaquie 170516 053Il faut voir si, sans pression du résultat, elle pourra terminer son tournoi plus dignement. C'est important avant de dresser le bilan qui sera cinglant, corrosif. Les dissensions qui couvent dans le hockey slovaque vont de nouveau être lâchées au grand jour...

Le problème récurrent de la Slovaquie dans ce tournoi est sa difficulté à conclure devant la cage. C'est moins par manque de chance que par manque de qualité dans les tirs. Le tir de Lukáš Cingeľ est sauvé par le bouclier de Henrik Lundqvist. Mais ensuite, Marcel Haščák, lancé en breakaway dans le dos d'Ekman-Larsson, aurait dû pouvoir lever le palet au-dessus de la botte du gardien suédois. Une difficulté qu'ont rencontré beaucoup d'attaquants slovaques.

Le contraste est saisissant avec William Nylander. Après ces occasions slovaques manquées, le prodige suédois exécute un tir parfait dans le haut du filet. La Suède double la mise quand Oliver Ekman Larsson lance dans les plexis mais continue de s'avancer et vient son propre rebond devant la cage, sans opposition. Šedivý et Skalický, passifs au moment du tir hors cadre, ont manqué de vigilance.

Suede Slovaquie 170516 035Après deux surnombres (!) en première période, les Suédois concèdent une pénalité étonnante en revenant sur la glace. Ou plutôt en n'y revenant pas à l'heure : retard de jeu. Problème : le staff suédois explique avoir gardé les joueurs au vestiaire après avoir été averti par un organisateur d'un souci de glace. Oui, encore ces fameux problèmes de glace qui se produisent lorsque la Slovaquie joue. Le comité d'organisation a d'ailleurs donné à des gardes la mission spéciale de vérifier qu'il n'y a aucune intrusion étrangère sur la glace !

La Suède ne se sort pas de son infériorité numérique à cause d'une crosse haute d'Elias Lindholm. Au moment où elle revient enfin à cinq, Henrik Lundqvist repousse un rebond dans l'axe assez loin, et Tomáš Matoušek le propulse alors dans les filets pour son premier but en championnat du monde (photo ci-dessous). La quatrième ligne Skalický-Zigo-Matoušek est la satisfaction slovaque de cette fin de tournoi, d'où le temps de jeu obtenu en supériorité numérique (même si celle-ci venait de s'achever au moment du but).

Suede Slovaquie but 170516 159La Suède reprend vite les choses en main. William Karlsson perd une mise au jeu en zone offensive face à Libor Hudáček... mais son ailier Dennis Everberg vient s'arracher pour le prendre dans la crosse du centre slovaque et tirer directement (1-3). Ce troisième but est fatal au gardien Július Hudáček, maintenu titulaire jusque là.

Après avoir tellement argumenté sur le fait qu'il ne serait pas facile pour Jaroslav Janus de rentrer, l'entraîneur Zdeno Cíger finit par se dédire et par donner sa chance à celui qui était à l'origine son troisième gardien. Et Janus réussit une entrée remarquable : il repoussera les 26 tirs qui lui seront adressés. Pour être tout à fait rigoureux, il a aussi été sauvé par son poteau sur un tir de Niklas Bäckström, parfaitement servi à droite de la cage par William Nylander.

Suede Slovaquie 170516 280Les Suédois se plaignent depuis des jours d'un arbitrage qui ne siffle jamais les fautes adverses. La première faute slovaque est sifflée contre Gernát (faire trébucher) à trente secondes de la fin de la deuxième période. Mais à l'instant où elle se termine, les défenseurs scandinaves se ratent à la ligne bleue : Andrej Kudrna patine plus vite que Victor Hedman et bat Henrik Lundqvist côté crosse (2-3).

N'ayant plus qu'un but d'avance, la Suède sait verrouiller le jeu. Sa défense NHL n'a pas toujours paru très mobile ce soir, mais à partir du moment où elle a décidé de fermer les vannes, elle saura priver les Slovaques d'occasions. Ils sortent leur gardien à la fin, mais William Karlsson conclut, du revers, dans la cage vide.

Suede Slovaquie 170516 358Du point de vue scandinave, c'est une petite victoire, mais une victoire quand même. Le duo Bäckström-Nylander donne de beaux espoirs même si la Suède espère de meilleures performances collectives de cette équipe très dense, et pas seulement quelques exploits individuels. La Tre Kronor devra hausser son niveau de jeu dans les phases finales, et elle le sait.

Pour la Slovaquie, c'est l'heure des comptes. Ou plutôt des règlements de compte. La 14e place mondiale est la plus mauvaise pour ce pays depuis sa remontée rapide dans l'élite mondiale après être partie du bas de l'échelle lors de la partition de la Tchécoslovaquie. L'entraîneur Cíger et le manager Švehla se lâchent (déclarations ci-dessous) contre Martin Kohút, le président de la fédération slovaque, qui a déjà annoncé que leurs contrats ne seraient sans doute pas prolongés. L'élection de Kohút avait été l'ultime conséquence du boycott de l'équipe nationale par les principales stars slovaques, mais l'union sacrée ne s'est toujours pas faite un an plus tard. Il faut plus que la destitution de l'ex-président pour régler les problèmes du hockey slovaque.

Désignés joueurs du match : Dennis Everberg pour la Suède et Tomáš Matoušek pour la Slovaquie.

Meilleurs joueurs slovaques du tournoi selon leur entraîneur : Július Hudáček, Peter Čerešňák, Michel Miklík.

Commentaires d'après-match

Suede Slovaquie 170516 315Jaroslav Janus (gardien de la Slovaquie) : "Quand on est sur le banc, on est prêt à intervenir. Mon entrée a tenu à un fil contre les États-Unis, j'ai dû attendre jusqu'à aujourd'hui. Je suis content que nous ayons relevé la tête à 1-3 pour nous battre jusqu'au bout. Les gars m'ont bien aidé, ils ont bloqué des tirs. On voulait au moins offrir aux spectateurs slovaques ce match, ils le méritent. Je suis désolé qu'ils aient dû attendre le résultat du Danemark pour qu'on se maintienne. Nous pouvons être satisfaits de ce résultat, pas du tournoi. Mon contrat s'achève à Litvinov, je suis venu à ce championnat du monde pour me montrer. On verra bien."

Róbert Švehla (manager de la Slovaquie) : "Aux joueurs qui sont venus, merci pour la volonté et le travail accompli. Malheureusement, nous n'avons pas réussi à faire un match plein à 100%. Nous avons eu de bons passages, mais il faut jouer à ce niveau pendant soixante minutes. Je croyais personnellement que l'on gagnerait les trois premières rencontres et qu'on battrait les Allemands pour aller en play-offs. En préparation, nous avons battu les Norvégiens et les Danois, le type d'adversaires qui nous attendaient au début du tournoi. La 14e place finale n'est pas la place du hockey slovaque, nous sommes dans le top-10. [...] En janvier, je voulais aller en Amérique avec Zdeno. Kohút nous a dit de rester à la maison. Nous avons fait ce qu'il voulait. Et maintenant, il parle de mauvaise communication. J'ai appelé chaque joueur de NHL au moins deux fois, et ils m'ont dit qu'ils n'étaient pas en forme. Pourquoi pleurent-ils après ? Ces joueurs auraient pu apporter du leadership à l'équipe, porter les joueurs dans le vestiaire. Il y a deux ans, j'ai pris ce travail parce que personne n'était disponible. J'étais au Comité exécutif et on m'a désigné. Kohút n'était pas encore président qu'il avait clamé que le futur manager serait Šatan. Comment le prendriez-vous si vous entendiez ça ? Nous avons fait notre travail, et le Comité exécutif évaluera. J'ai parlé aux Suédois et ils avaient des problèmes similaires il y a une décennie. Il est temps que tout le monde s'asseye autour d'une table et tire dans le même sens. Une année est passée depuis l'élection et je me demande ce qui a changé. Il n'est pas normal que dix joueurs aient eu des problèmes pour avoir leurs patins la veille du début des Mondiaux. C'est ridicule, on ne peut pas économiser là-dessus."

Zdeno Cíger (entraîneur de la Slovaquie) : "Quand les joueurs sont relaxés, ils jouent bien mieux. Mais nous devons travailler la technique individuelle dès le hockey mineur. Surtout le jeu rapide dans des petits espaces et les face-à-face avec le gardien. [...] Chapeau à Janus, il ne m'a pas déçu. Après tout, c'est pour ça qu'on a pris trois gardiens. Mais nous ne pouvions pas prévoir que Jan Laco se blesserait. Chacun pense qu'il aurait fallu faire ceci ou cela. Nous avons un entraîneur des gardiens qui communiquait avec eux. Ils discutaient aussi entre eux. Julo [Hudáček] était encore bien, il y a peut-être un but contre les Américains qui lui est imputable. [...] Ce que j'ai vécu depuis deux ans, c'est un désastre. Je fais du hockey depuis l'enfance, j'ai grandi à la patonoire. Je suis désolé que certaines personnes me dégoûtent volontairement de ce job. Je vais vous dire la vérité, je serais parti plus tôt mais je ne l'ai pas fait à cause des joueurs. Le tournant a déjà eu lieu pendant la saison. Une année de boycott, puis le sabotage. Les gars l'ont senti. C'est incroyable, ce qu'on a vécu. Concernant le voyage, et d'autres choses... Et après, on va faire des reproches. C'est notre mentalité, chercher le problème. Je n'ai pas envie de parler [au président Kohút], ni de rencontrer un tel homme. Je répète que je prend ma responsabilité, mais il y a des choses qui ne fonctionnent pas. On ne peut pas rogner avant le championnat du monde sur les crosses, les patins, les boissons et les compléments alimentaires. Tout le monde n'est pas capable de travailler dans ce stress. C'est pour ça qu'il y autant de réticence à représenter l'équipe nationale."

Suede Slovaquie 170516 078 700

 

Suède - Slovaquie 4-2 (2-0, 1-1, 1-1)
Mardi 17 mai 2017 à 12h15 à la Lanxess Arena de Cologne. 10259 spectateurs.
Arbitrage d'Antonin Jerabek (TCH) et Eduards Odins (LET) assistés de Lukas Kohlmüller (ALL) et Gleb Lazarev (RUS).
Pénalités : Suède 8' (4', 4', 0') ; Slovaquie 4' (0', 2', 2').
Tirs : Suède 38 (7, 13, 18) ; Slovaquie 15 (6, 5, 4).

Évolution du score
1-0 à 04'02" : W. Nylander assisté de Bäckström et J. Klingberg
2-0 à 08'14" : Ekman-Larsson assisté d'Everberg et Karlsson
2-1 à 24'08" : Matoušek assisté de Skalický et Zigo
3-1 à 25'45" : Everberg assisté de Karlsson
3-2 à 41'34" : Kudrna assisté de Cingeľ
4-2 à 59'28" : Karlsson assisté d'Edler (cage vide)


Suède (4' pour surnombre et 2' pour retard de jeu)

Attaquants :
Gabriel Landeskog (A, -1) - Victor Rask (-2) - Elias Lindholm (-2, 2')
Oscar Lindberg (+1) - Nicklas Bäckström (+1) - William Nylander (+1)
Carl Söderberg (+1) - William Karlsson (+3) - Dennis Everberg (+1)
Joakim Nordström (+2) - Joel Lundqvist (C, +1) - Joel Eriksson Ek
Marcus Krüger

Défenseurs :
Victor Hedman (A, +1) - Anton Strålman
Oliver Ekman-Larsson (+1) - Jonas Brodin (+1)
Alexander Edler (+1) - John Klingberg

Gardien :
Henrik Lundqvist

Remplaçants : Viktor Fasth (G), Philip Holm. En réserve : Eddie Läck (G), Carl Klingberg, Linus Omark.

Slovaquie

Attaquants :
Vladimir Dravecký (C, -2) - Libor Hudáček (-2) - Michel Miklík (A, -1)
Marcel Haščák - Mário Bližňák (-2) - Andrej Šťastný
Andrej Kudrna - Lukáš Cingeľ (+1) - Tomáš Hrnka (-1)
Pavol Skalický - Tomáš Zigo - Tomáš Matoušek
Jakub Suja

Défenseurs :
Michal Sersen (-2) - Michal Čajkovský (-1)
Adam Jánošík (-1) - Peter Čerešnák
Juraj Mikuš (A, +1, 2') - Martin Gernát (+1, 2')
Eduard Šedivý (-2)

Gardien :
Július Hudáček (8/11) puis à 25'45" Jaroslav Janus (26/26) [sorti de 58'09" à 59'28"]

En réserve : Jan Laco (G, dos), Peter Trška (D), Dávid Skokan (A, blessé).

Suede Slovaquie 170516 207 700