Publicité

Russie - République Tchèque (Mondial 2017, quart de finale)

Battus 5-3 par les Américains lors du dernier match, les Russes doivent donc se déplacer à Paris pour les quarts de finale, dans ce qu'ils espèrent être un simple voyage aller-retour.

Et le voyage aura été mouvementé. Le Thalys - sponsor du tournoi - qui devait les mener dans la capitale française a connu un problème technique au départ, qui a obligé à attendre trois heures de plus. Agacé, le staff a dû prendre son mal en patience en gare, refusant un avion proposé par l'IIHF qui n'aurait pas forcément gagné du temps avec les bouchons vers les aéroports. La séance d'entraînement de 18h à l'AccorHotels Arena a donc été décalée et les joueurs ne sont montés sur la glace que vers 21h. La séance du jeudi matin a pour sa part été purement et simplement annulée. Côté tactique, Nichushkin et Plotnikov inversent leurs rôles. Mozyakin définitivement forfait, Anton Belov reçoit le "C" de capitaine.

DSC 1673La situation a été bien plus simple pour les Tchèques, qui sont restés sur place au lieu de migrer à Cologne, grâce à la victoire allemande. Ils ont eux aussi décidé d'annuler la séance d'entraînement du jeudi matin. L'entraîneur Josef Jandac a par ailleurs modifié ses lignes, descendant Tomas Plekanec en dehors du top-6. L'attaquant de Montréal ne compte aucun point dans le tournoi et seulement neuf tirs en sept matchs.

La semaine dernière, à propos du risque de se déplacer, le staff russe avait déclaré : "mieux vaut affronter la France à Paris que les Tchèques à Cologne". Et les Tchèques à Paris ?

Le froid réalisme russe

Les Tchèques entament pied au plancher et s'installent d'entrée. Vasilevskiy sort deux tirs de la bleue, un essai de Voráček et bloque un dernier tir. Plekanec enchaîne avec un tir en bas du cercle sur une passe en retrait.

DSC 1696Le temps fort tchèque perdure avec une pénalité d'Andronov pour obstruction. Le premier tir renvoie Namestnikov sur son banc avec l'aide d'un soigneur après avoir bloqué un tir. Les joueurs de Jandac ne parviennent pas à se montrer menaçants et la Russie revient au complet.

Le jeu ne change pas de schéma. Pastrnak, Kempny tentent leur chance sans réussite, à la recherche de déviations. L'ailier de Boston est alors puni pour obstruction.

La Russie obtient sa première grosse occasion à six secondes de la fin, lorsque Francouz laisse échapper le palet derrière lui. La défense se jette sur la ligne et les officiels font signe qu'il n'y a pas de but dans la confusion. Sur la présence suivante, au moment où le puni revient au jeu, Plotnikov ouvre vers Orlov, seul plein axe. Le défenseur des Capitals, patient, ajuste Francouz côté mitaine, juste au-dessus de la botte (1-0).

Gusev sort à son tour et les Tchèques tentent de revenir immédiatement. Vasilevskiy reste solide, et la Russie obtient même un contre par le duo Nichushkin-Tkachyov, qui s'échangent trop de passes.

DSC 1674Une occasion gâchée pour les Tchèques, et, au retour, Jeřábek met son camp en danger avec une obstruction, certes litigieuse. Erreur fatale : Kuznetsov contourne la cage et sert Kucherov au cercle. Le sniper de Tampa Bay déniche un trou de souris au dessus de l'épaule de Francouz au premier poteau (2-0).

La Russie, réaliste, contrôle mais concède un faire trébucher de Barabanov. Voráček trouve la barre au cercle droit, Vasilevskiy repousse un tir de Zohorna et son rebond... le gardien russe réalise une solide prestation et permet à son équipe de virer en tête après vingt minutes d'un froid réalisme.

DSC 1791La défense russe impériale

Le tiers repart sans Jeřábek, qui s'est cassé le doigt en première période. La Russie a clairement décidé de jouer plus haut et gêne la relance adverse.

Ce qui nous donne un match plus fermé et avec bien moins d'occasions. Le jeu de puissance tchèque gaspille ainsi une faute de Provorov, faute de réussir à franchir le rideau défensif bien placé. Ce sont même les Russes qui obtiennent les meilleures chances.

Au retour au complet, Hanzl tente l'exploit individuel et Vasilevskiy sauve avec sérénité. Les Tchèques n'arrivent vraiment pas à approcher la cage.

Même si les deux équipes patinent fort et que le rythme reste élevé, les occasions se font rares. La meilleure occasion revient à Panarin, qui fait parler sa vitesse, lance à la cage et voit Francouz dévier le palet sur sa transversale.

En confiance, les hommes d'Oleg Znarok insistent et Francouz sort la botte devant Andronov à bout portant, servi à travers le slot.

DSC 1633Un magnifique jeu pour conclure

Le début de dernier tiers reste dans la lignée avec une formation russe guère menacée par le jeu adverse. Lorsque Voráček est puni en zone offensive, le jeu de puissance s'installe et cherche Kucherov dans son jardin au cercle droit. L'ailier du Lightning ne cadre pas, puis voit son tir dévié. Au retour au complet, la Russie essaie de l'autre côté et Panarin envoie une belle volée à la cage.

Le temps fort s'annule lorsque Kucherov se rend coupable d'un faire trébucher dans la neutre. Vasilevskiy, serein, capte un tir de la bleue et se permet même de relancer en se décalant sur le côté de son but...

DSC 1746Le danger monte plutôt sur la cage de Francouz. Un tir raté des Tchèques envoie Panarin en échappée et le buteur de Chicago échoue sur le gardien, tout comme Kucherov au rebond. L'action suivante crée aussi la panique dans la défense mais le palet est dégagé.

Les Tchèques tentent bien de revenir mais ils perdent le palet. Kucherov part dans le dos, récupère le long de la bande et initie un deux-contre-un. La passe est parfaite et Panarin, servi à l'opposée, ne manque pas le duel contre Francouz (3-0).

En pleine forme, Panarin élimine la défense avec aisance et frôle le doublé de près. Une longue passe envoie ensuite Dadonov au duel mais il ne parvient pas à lancer à la cage.

La Russie s'impose donc avec aisance dans une rencontre parfaitement maîtrisée. Efficace sur les équipes spéciales, elle a survécu à son indiscipline en muselant complètement une attaque tchèque sans idée.

Désignés joueurs du match : Andrei Vasilevskiy (Russie) et Jan Rutta (Rép. Tchèque)

DSC 1887

Commentaires d'après-match

DSC 1938Jozef Jandac (entraîneur de la République Tchèque) : "Paradoxalement c'était probablement notre meilleur début de match face à un gros adversaire. Malheureusement, les tirs manquaient de précision ou venaient trop tard. Les Russes ont concrétisé leur première occasion. Ils ont été efficaces et ont contrôlé le reste du match. L'organisation de jeu n'était pas mauvaise. Ce manque d'efficacité aux tirs nous a condamnés pendant tout le tournoi. Ce n'est pas la faute d'un joueur en particulier, ni Pastrňák ni Voraček. Tout le monde peut mettre un but. Nous aurions dû tirer plus rapidement, en première intention. En troisième période, on voulait mettre de la pression, et on n'a tiré que cinq fois au but. À chaud, je pense que les Russes étaient jouables. D'un point de vue historique, l'absence des Tchèques en demi-finale est toujours un échec. Néanmoins certains joueurs ont fait un bon championnat. Francouz a fait une bonne saison et a eu une excellente performance dans ce tournoi. Jan Rutta a bien joué, comme Robin Hanzl. Roman Horák a fait un bon premier championnat."

DSC 1934

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "C'était un match difficile que nous avons bien préparé. Le début de premier tiers n'était pas bon, mais les Tchèques n'ont pas marqué. Nous avons mis deux buts et les deux tiers ont été maîtrisé. La glace n'était pas très bonne et c'était difficile à jouer. Maintenant, nous nous préparons pour les demi-finales."

Jakub Voráček (attaquant de la République Tchèque) : "C'était dur d'atteindre leur cage, ils ont pu se permettre de jouer plus défensif. Mais nous avons bien patiné, nous étions meilleurs qu'eux pendant le premier quart d'heure. Si le palet avait bien ricoché sur ma crosse en powerplay en fin de première période, le match aurait pu être différent. Quand je vois la pression qu'il y a eu sur David Pastrňák... Il a 21 ans, il doit encore signer un contrat lucratif en NHL. Et tout le monde attend de lui qu'il mettre deux buts par match. Je pense qu'il a joué du bon hockey. Quand je lis certaines discussions... Tout le monde le critique, c'est typiquement tchèque. Pasta a fait des sacrifices pour son pays, il voulait la médaille. Au total, j'ai joué à peu près 105 matches cette saison, c'était difficile. Mais je ne dirais pas que je n'avais pas d'énergie pour ce tournoi. Je vais aller avec ma famille en Bohême pour me reposer du hockey. Je ne regarderai que les résultats de la fin du championnat du monde."

 

Russie - République Tchèque 3-0 (2-0, 0-0, 1-0)
Jeudi 18 mai 2017 à 16h15 à l'AccorHotels Arena de Paris. 6209 spectateurs.
Arbitrage de Mark Lemelin (AUT) et Tobias Wehrli (SUI) assistés de Brian Oliver (USA) et Nathan Vanoosten (CAN)
Pénalités : Russie 10' (6', 2', 2'), République Tchèque 6' (4', 0', 2').
Tirs : Russie 26 (8, 6, 12), République Tchèque 27 (13, 9, 5).

Évolution du score :
1-0 à 08'45" : Orlov assisté de Plotnikov et Antipin
2-0 à 13'36" : Kucherov assisté de Kuznetsov et Antipin (sup. num.)
3-0 à 53'55" : Panarin assisté de Kucherov et Kuznetsov

Russie

Attaquants :
Ivan Telegin - Sergei Andronov (A, 2') - Valeri Nichushkin
Nikita Gusev (2') - Vadim Shipachyov (A) - Evgeni Dadonov
Artemi Panarin (+1) - Vladislav Namestnikov - Nikita Kucherov (+2)
Sergei Plotnikov (+1) - Evgeni Kuznetsov (2', +2) - Aleksandr Barabanov (2')
Vladimir Tkachyov

Défenseurs :
Bogdan Kiselevich (+1) - Vladislav Gavrikov (+1)
Viktor Antipin - Anton Belov (C)
Artyom Zub - Dmitri Orlov (+1)
Ivan Provorov (2')

Gardien :
Andrei Vassilevskiy

Remplaçant : Ilya Sorokin (G). En réserve : Igor Shestyorkin (G), Andrei Mironov (D). Blessé : Sergei Mozyakin (A, commotion).

République Tchèque

Attaquants
Vladimir Sobotka (-1) - Jan Kovář (A, -1) - Jakub Voráček (C, 2')
Roman Červenka (-1) - Robin Hanzl (-1) - David Pastrnak (2', -2)
Muchal Birner - Petr Vrána - Michal Řepík
Roman Horák - Tomas Plekanec (A) - Tomas Zohorna

Défenseurs
Radim Šimek (-2) - Radko Gudas (-1)
Jakub Jeřábek (2'), blessé et remplacé par Tomas Kundratek après 20'00" - Libor Šulák
Michal Kempny - Jan Rutta (-1)

Gardien
Pavel Francouz

Remplaçants : Petr Mrazek (C), Lukas Radil (A). Réservistes : Tomas Hyka (A), Jakub Krejcik (D).