Canada - Suède (Mondial 2017, finale)

Deux des trois favoris de ce championnat du monde se retrouvent en finale. Après sa remontée fantastique en troisième période contre la Russie, le Canada fait désormais face à la Suède, un adversaire qui lui a toujours bien réussi.

Canada Suede 170521 473Cette affiche a déjà eu lieu trois fois en finale des Mondiaux, pour trois victoires canadiennes, en 1997, 2003 et 2004. La Suède a aussi dans sa mémoire la finale perdue des Jeux olympiques de Sotchi, sans Nicklas Bäckström, alors suspendu pour un contrôle positif, qui a une revanche à prendre trois ans plus tard. Son duo avec la jeune vedette du tournoi William Nylander doit mener l'offensive d'une Tre Kronor disposant de son meilleur gardien (Henrik Lundqvist) et d'une défense d'élite. On n'a jamais compté autant de joueurs de NHL dans une finale de championnat du monde.

La partie part sur un bon tempo, avec des transitions rapides. Les Suédois entrent mieux dans le match. Elias Lindholm surgit vite pour lancer une contre-attaque et Mike Matheson, pris de vitesse, le fait trébucher. Lors de ce premier jeu de puissance, William Nylander se joue de Parayko et s'infiltre jusqu'à la cage sur son revers, sans toutefois voir (ou sans servir) Bäckström bien décalé sur sa droite.

Canada Suede 170521 528Il y a toujours aussi peu d'arrêts de jeu. À la dixième minute, la vitesse d'exécution de Nathan MacKinnon permet de mener une attaque rapide, il passe à Mark Scheifele qui tire sur le poteau, côté mitaine de Henrik Lundqvist.

Un cinglage d'Alex Killorn fait perdre sa crosse à Nylander, mais les Canadiens sont agressifs en infériorité numérique et ne laissent pas le temps aux Suédois d'armer le moindre tir. Au contraire, un palet perdu par Victor Hedman en zone défensive offre une énorme occasion au Canada à 4 contre 5 : Ryan O'Reilly lance dans les bottes de Lundqvist, le rebond arrive sur Matt Duchene qui se met sur son revers et... ne parvient pas à lancer une rondelle qui s'échappe de sa crosse, alors que le gardien s'est couché et laissait tout le haut du filet.

Canada Suede 170521 606L deuxième période s'ouvre par la première pénalité suédoise, contre Nicklas Bäckström, qui a retenu un court instant le bras de Parayko, le temps de lui prendre le palet. Un lancer de Jeff Skinner frappe encore le poteau ! Le Canada reste installé à 5 contre 5. Nathan MacKinnon passe de derrière la cage à Ryan O'Reilly, mais le défenseur Oliver Ekman-Larsson arrive à contrer le tir à bout portant.

Le Canada a une emprise très ferme sur ce deuxième tiers-temps en prenant le dessus au fore-checking. Pourtant, Josh Morrissey prend une pénalité similaire à celle de Bäckström, en agrippant un bras adverse. Le jeu de puissance suédois manque de présence devant la cage (c'est le petit Nylander qui est placé dans le slot !), mais aussi de précision : John Klingberg tire sur l'extérieur du poteau, Victor Rask n'arrive pas à dévier dans les airs un lancer de la bleue.

Canada Suede 170521 631Dominateurs dans les duels, les Canadiens font une razzia sur tous les palets et ont pris une supériorité évidente dans l'impact physique. Partout sur la glace, sauf dans l'enclave adverse, dont ils ne prennent pas possession. Les grandes occasions sont donc rares. Le défenseur Mike Matheson déshabille certes son vis-à-vis Anton Strålman et fait le tour de la cage, mais sa passe en retrait ne trouve personne.

Le cinglage de Bäckström en fin de période pourrait être un tournant. Il l'est, mais pas dans le sens que l'on croit. En infériorité numérique, Joel Lundqvist vole le palet à Ryan O'Reilly, même s'il est devancé en vitesse près du but. Parayko, au sol dans un duel avec Krüger, dégage dans un grand mouvement de crosse la rondelle... que Victor Hedman récupère avant la ligne bleue. Son envoi à la cage est alors contré par la crosse de O'Reilly. Deux joueurs suédois, Marcus Krüger et Joel Lundqvist, sont devant la cage et essaient vainement de dévier ce palet à la trajctoire étrange... qui, après avoir rebondi deux fois sur la glace, passe entre les bottes de Calvin Pickard (0-1).

Canada Suede 170521 655Le Canada ne profite pas de la fin de supériorité numérique au début du troisième tiers-temps mais en obtient une autre : la crosse de Lindholm s'élève vers la poitrine de Travis Konecny, descendant du banc, qui bascule sa tête en arrière comme s'il avait été touché. Un numéro d'acteur qui abuse les arbitres et qui a des conséquences immédiates. Ryan O'Reilly gagne la mise au jeu et va devant la cage au rebond du lancer lointain de Mitch Marner. Son tir, contré par la crosse de Strålman, s'élève et ricoche sur le masque de Lundqvist avant de rentrer (1-1).

Piquée au vif, la Suède repart à l'offensive. Un tir de la bleue de Jonas Brodin, dévié par Oscar Lindberg, est détourné de justesse du bouclier par Calvin Pickard.

Canada Suede 170521 829La fin de match devient plus tactique. Les Canadiens ne trouvent plus de solutions de relance face à l'organisation défensive suédoise qui ne cesse de récupérer tous les palets. La possession, habituel atout canadien, est intégralement scandinave. Elias Lindholm dribble De Haan et met le feu par un tour de cage sans pouvoir conclure, et un tir en pivot de Joakim Nordström met aussi Pickard en danger.

La défense canadienne est soumise à une grosse pression, tant et si bien que Matheson est poussé à la faute (56'43"). Pickard résiste bien pendant cette ultime infériorité. Il repousse notamment de la botte gauche la déviation d'Oscar Lindberg. Le banc suédois commet une énorme erreur, son cinquième surnombre de la semaine (!) à 1'23" de la fin... Ryan O'Reilly a alors la rondelle de la victoire sur un centre au second poteau de Claude Giroux, mais elle fuse sur sa palette.

Canada Suede 170521 792C'est la première fois depuis neuf ans (à Québec) que la finale du championnat du monde se joue en prolongation. Celle-ci se joue à 5 contre 5 pendant vingt minutes. Et il faut bien reprendre son souffle avant, car il y aura plus de neuf minutes sans interruption jusqu'au premier arrêt de jeu ! Quel tempo effréné, quand même, dans cette finale. L'occasion la plus énorme est pour le Canada : Calvin de Haan envoie dans l'enclave pour la déviation de Matt Duchene, Henrik Lundqvist écarte le rebond de la botte et plonge devant Alex Killorn qui doit lever le palet... et tire bien au-dessus.

Le premier coup de sifflet est porté pour sanctionner Sean Couturier, venu faucher Lindberg par-derrière. Mais la Tre Kronor a le moins bon jeu de puissance des grandes nations et n'y arrive toujours pas. Nathan MacKinnon, à son tour, est tout près de donner l'or à son équipe : il prend son propre rebond dans les airs mais rabat le palet à côté de la cage ouverte.

Les occasions sont plus nombreuses que pendant le temps réglementaire : Lundqvist ferme les jambières devant Duchene, le tir de Krüger frôle le poteau, et surtout MacKinnon - encore - signe un coast-to-coast fameux en dribblant Krüger dans sa zone défensive puis Hedman à l'approche de la cage. Aucun but ne couronne cependant cette prolongation formidable.

Canada Suede 170521 814Une finale de Mondial jouée aux tirs au but ? Ce n'est arrivé qu'une fois dans l'histoire, en 1994, et... c'est le Canada qui l'avait emporté sur une double réalisation de Luc Robitaille. En finale, il y a cinq tireurs de chaque côté, de quoi provoquer pas mal d'émotions.

Les meilleurs marqueurs des deux équipes (Nylander et MacKinnon) tirent dans les bottes des gardiens. Niklas Bäckström, par contre, signe un tir bien placé à mi-hauteur côté crosse. Henrik Lundqvist pare de la mitaine la tentative de Point. Oliver Ekman-Larsson feinte le tir pour figer Pickard et tire en angle sous son bras pour donner deux pénaltys d'avance à la Suède. Ryan O'Reilly tire sur le poteau.

Chaque pénalty peut mettre fin au match. Landeskog tire hors cadre, mais Henrik Lundqvist réussit l'arrêt décisif devant Mitch Marner pour s'offrir à 35 ans son premier titre de champion du monde. Son frère jumeau Joel en compte trois et soulève le trophée en tant que capitaine. C'est la victoire commune qu'ils voulaient en rejouant ensemble pour la première fois depuis douze ans (à Frölunda). William Nylander remporte le trophée attendu de MVP et le triomphe suédois est total.

Les Canadiens pourront se consoler d'une chose : au moins, ils n'auront pas été champions du monde avec l'aide d'un plongeon scandaleux (la simulation de Konecny). C'est ce qu'ils détestent le plus dans le hockey... avec le fait de devoir décider une finale sur des pénaltys et pas sur des prolongations sans limitation de durée !

Désignés joueurs du match : Calvin Pickard pour le Canada et Henrik Lundqvist pour la Suède.

Commentaires d'après-match

John Cooper (entraîneur du Canada) : "J'aimerais parler en second [NDLR : privilège du coach vainqueur], mais je commence cette conférence de presse. Je vais féliciter les Suédois. Ils ont une grande équipe. C'était très intéressant de jouer contre eux. Le match était très équilibré. Même si, franchement, quand nous étions assis dans le vestiaire à l'instant, nous nous disions que n'avons pas perdu ce match. Nous avons perdu aux pénaltys. Les deux gardiens ont fait un grand match. Malgré tout, les Suédois ont mérité leur victoire. [...] J'ai l'honneur d'entraîner Hedman et Strålman [à Tampa Bay]. Ce sont des défenseurs fantastiques qui ont joué un grand rôle dans cette équipe. J'ai vu combien ils étaient heureux, ça a même un petit peu interrompu l'amertume de la défaite. J'espère que la NHL prêtera plus d'attention aux championnats du monde. Cela m'a ouvert les yeux sur bien des choses. Contre la Russie, je ne connaissais même pas certains joueurs, et pourtant, quels joueurs ! Quel hockey la Suède a montré ! C'est un tournoi incroyable, une expérience inestimable."

Canada Suede 170521 723Rikard Grönborg (entraîneur de la Suède) : "Le match était équilibré, il n'y a rien à dire. Même la prolongation était extrêmement égame en occasions et en tirs. Le match aurait pu tourner dans n'importe quelle direction. Il ne peut pas en aller autrement d'une finale. Nous avons finalement gagné après deux échecs de suite en quart de finale. Le Canada est une équipe intelligente, chapeau à John Cooper. Lundqvist est un des meilleurs gardiens du monde. En fait, le puzzle s'est formé seulement en cours de tournoi avec les arrivées de Henrik, de Bäckström et de Lindberg. De plus, nous nous sommes constamment améliorés."

Henrik Lundqvist (gardien de la Suède) : "Enfin, je suis du monde. Quand j'ai quitté New York, après l'élimination en play-offs, j'étais très déçu. Mais, franchement, j'ai pensé que c'était une grande opportunité de jouer pour mon pays, de jouer dans la même équipe que mon frère. Et j'ai vu l'équipe qui avait été rassemblée. J'avais l'or dans mon champ de vision et j'ai réalisé mon rêve. J'ai perdu contre le Canada en finale à la fois aux Jeux olympiques et aux championnats du monde, et je me suis personnellement dit qu'il était temps de battre la feuille d'érable. Ce sont des sentiments incroyables à cet instant."

Victor Hedman (défenseur de la Suède) : "Nous avons réussi à maintenir l'équilibre entre attaque et défense. C'est une des raisons du succès. Le palet n'avait pas vraiment été mon ami dans la deuxième période, alors j'ai juste tiré à la cage. Joel et Krugs ont fait du bon travail devant le gardien, je ne pense pas qu'il ait vu le palet."

Marcus Krüger (attaquant de la Suède) : "J'ai perdu deux finales, aux Mondiaux et aux Jeux olympiques. J'ai finalement gagné. Après la prolongation, je pensais qu'il y en aurait une seconde, mais en fait il s'agissait des pénaltys. Lundqvist a été énorme, il nous a donné la victoire. C'est un gagnant et il l'a montré. Il suffit de voir son bilan dans les matchs 7 en play-offs et avec l'équipe de Suède. Je sais combien c'est important pour le hockey suédois. Ce sera super de rentrer au pays fêter ça avec les fans."

Canada Suede 170521 569 700

 

Canada - Suède 1-1 (0-0, 0-1, 1-0, 0-0) / 0-2 aux tirs au but
Dimanche 21 mai 2017 à 20h45 à la Lanxess Arena de Cologne. 17363 spectateurs.
Arbitrage d'Antonin Jerabek (TCH) et Daniel Stricker (SUI) assistés d'Aleksandr Otmakhov (RUS) et Sakari Suominen (FIN).
Pénalités : Canada 10' (4', 2', 2', 2') ; Suède 8' (0', 4', 4', 0').
Tirs : Canada 43 (10, 12, 11, 10) ; Suède 41 (12, 6, 12, 11).

Évolution du score :
0-1 à 39'39" : Hedman (inf. num.)
1-1 à 41'58" : O'Reilly assisté de Marner et MacKinnon (sup. num.)

Tirs au but :
Suède : Nylander (arrêté), Bäckström (réussi), Ekman-Larsson (réussi), Landeskog (à côté).
Canada : MacKinnon (arrêté), Point (arrêté), O'Reilly (poteau), Marner (arrêté).


Canada

Attaquants
Jeff Skinner - Mark Scheifele (-1) - Nathan MacKinnon (-1)
Ryan O'Reilly (A, -1) - Claude Giroux (C) - Wayne Simmonds
Alex Killorn (2') - Sean Couturier (2') - Matt Duchene (A)
Travis Konecny - Brayden Point - Mitch Marner (-1)
Brayden Schenn

Défenseurs
Marc-Édouard Vlasic (A) - Colton Parayko (-1)
Jason Demers - Calvin de Haan
Michael Matheson (4') - Josh Morrissey (2')
Chris Lee

Gardien
Calvin Pickard (G)

Remplaçant : Chad Johnson (G). Blessé : Tyson Barrie (D, jambe gauche)

Suède (2' pour surnombre)

Attaquants :
Gabriel Landeskog (A) - Victor Rask (+1) - Elias Lindholm (2')
Oscar Lindberg - Nicklas Bäckström (4') - William Nylander
Joakim Nordström - William Karlsson  - Dennis Everberg
Joel Lundqvist (C, +1) - Marcus Krüger (+1) - Joel Eriksson Ek

Défenseurs :
Victor Hedman (A, +1) - Anton Strålman (+1)
Oliver Ekman-Larsson - Jonas Brodin
Alexander Edler - John Klingberg

Gardien :
Henrik Lundqvist

Remplaçants : Viktor Fasth (G), Philip Holm (D), Carl Söderberg (A). En réserve : Eddie Läck (G), Carl Klingberg (A), Linus Omark (A).

Suede championne 170521 1184 700