Russie - Finlande (Mondial 2017, match pour la 3e place)

La médaille de bronze est souvent une affaire de résilience physique et mentale. Les Finlandais, ayant joué la veille au soir, ont trois heures de moins de récupération dans les jambes, ce qui peut compter.

Russie Finlande 170521 204Mais d'un point de vue mental, comment les Russes se remettront vite de la débâcle en troisième période contre le Canada ? Ils se sentaient parfaitement capables d'être champions du monde. La Finlande, au contraire, peut déjà s'estimer heureuse de jouer pour une médaille et n'avait guère les moyens de faire mieux.

Petite complication supplémentaire pour les Finlandais. Juhamatti Aaltonen, qui n'avait pas mis un terme à sa disette de buteur mais était quand même revenu en grâce (une mention d'assistance sur deux des trois derniers buts finlandais), a dû quitter la glace lors de l'échauffement. Son homonyme Miro Aaltonen récupère sa place après un championnat du monde raté de sa part (0 point et une fiche de -5 avant ce dernier match... qui n'arrangera rien).

Même si le compteur des tirs est équilibré, l'avantage va à la Russie dès la première période. La petite passe en retrait de Viktor Antipin sert le slap de Nikita Gusev, qui passe sous le bras de Korpisalo (1-0, 06'58"). Menés au score, les Finlandais restent dans le périmètre quand ils doivent aller en zone offensive et se créent peu d'occasions. Peut-être fatigués, ils sont dominés dans les duels.

But Russie 170521 184La pénalité infligée à Nikita Kucherov (dureté) juste avant la pause est une belle occasion pour la Finlande de revenir dans le match. Au contraire, les Russes contre-attaquent pendant l'infériorité numérique, et le 2 contre 1 est parfaitement transformé par Valeri Nichushkin et Vladimir Tkachyov (photo). Le défenseur Julius Honka a tenté d'intercepter la passe mais a touché le palet sans l'arrêter (2-0, 21'48").

La Russie donne une leçon d'efficacité dans les unités spéciales puisqu'elle marque ensuite elle-même en supériorité numérique. La feinte de slap d'Artemi Panarin fait se coucher le défenseur Topi Jaakola, et au lieu de lancer, il fait la passe au poteau gauche à Nikita Gusev ainsi libéré. L'attaquant de SKA Saint-Pétersbourg trouve une lucarne parfaite en angle fermé pour un doublé personnel (3-0, 27'01").

Russie Finlande 170521 177Une minute plus tard, Oskari Korpisalo se déploie en papillon face au tir du haut du cercle droit du défenseur Bogdan Kiselevich : son bras droit touche le palet mais ne l'arrête pas (4-0, 28'16"). Ce match pour la troisième place était l'occasion pour Korpisalo de se réhabiliter après avoir perdu sa place de titulaire. C'est raté... Il se fait sortir et termine piteusement son premier championnat du monde avec 85,8% d'arrêts, des stats exceptionnellement basses pour un gardien finlandais. Harri Säteri récupère son poste dans les cages.

Le match est à sens unique jusqu'à la dernière minute de la deuxième période et à une relance paresseuse d'Anton Belov. Ce défenseur imposant semblait avoir les faveurs de Znarok qui en a fait son capitaine remplaçant (après la blessure de Mozyakin) et l'a désigné parmi les trois meilleurs joueurs de son équipe dans le tournoi. Après cette nomination, Belov a pris une pénalité qui a coûté cher contre le Canada, et maintenant il se permet une passe affreuse en zone défensive. Mikko Rantanen intercepte facilement et tire une première fois dans l'axe avant que Filppula lui redonne le rebond, en angle dans le dos du gardien (4-1, 39'33").

Russie Finlande 170521 270Ce n'est pas Belov que Znarok clouera sur le banc au troisième tiers, c'est Andrei Mironov - photo de gauche - qui a commis quelques petites erreurs pour son retour forcé comme titulaire (du fait de la blessure de Gavrikov en demi-finale).

Le cadeau suivant est offert par le gardien russe : Andrei Vasilevsky laisse passer sous son bras un tir du poignet de Mikko Lehtonen à la ligne bleue (4-2, 41'16").

Gusev part ensuite en prison pour une crosse haute, et il y assiste à une succession de passes très rapides entre Aho, Rantanen et Savinainen dans le slot. Le palet rebondit sur un défenseur et rentre (4-3, 45'29").

Oleg Znarok appelle tout de suite son temps mort, ce qu'il avait tardé à faire contre le Canada quand son équipe partait en vrille. Cette fois, la Sbornaïa évite l'effondrement complet. Elle le doit à Nikita Kucherov qui tire puis plonge lui-même sur le rebond (5-3, 48'03", photo ci-dessous).

But Russie 170521 361 700

Le match se finit sans Anton Belov, qui s'est étiré un muscle au niveau de l'aine et n'arrive plus à marcher. Mais aussi sans Vadim Shipachyov, très énervé à la sortie de la glace d'avoir été retiré de l'alignement dans les dernières minutes. Sanction symbolique de Znarok, son entraîneur de club, avant le départ du joueur de centre pour la nouvelle franchise NHL de Las Vegas. À l'évidence, il n'a guère confiance dans les capacités défensives de Shipachyov.

Russie Finlande 170521 387La Finlande se bat jusqu'à la fin et a plusieurs occasions de marquer dans les deux dernières minutes, mais la Russie préserve sa médaille de bronze.

Désignés joueurs du match : Bogdan Kiselevich pour la Russie et Sebastian Aho pour la Finlande.

Commentaires d'après-match

Evgeni Kuznetsov (attaquant de la Russie) : "Si l'on parle de notre troïka avec Kucherov and Panarin, ce n'est plus la première fois que l'on se voit. S'il y a une erreur, si quelqu'un oublie une passe, cela provoque juste un sourire. On sentait qu'il n'y avait pas de tension aujourd'hui, nous étions libérés. À 4-0, les Finlandais ont réussi à réduire l'écart au minimum, mais j'ai aimé notre réaction après le temps mort. Nous avons pleinement contrôlé le match. Merci aux fans, la patinoire était presque pleine à chaque match. Désolé pour deux périodes, la dernière contre le Canada et maintenant contre la Finlande. Notre génération est encore loin de Malkin, Ovechkin, Datsyuk et Kovalchuk. Il va falloir travailler."

Russie Finlande 170521 281Artemi Panarin (attaquant de la Russie) : "Le plus important est d'avoir gagné. Nous finissons sur une note positive. Il y a un esprit différent dans l'équipe. Tout le monde est prêt pour jouer pour la Russie, pas pour lui-même. Je ne dirais pas qu'une médaille de bronze, c'est mal. Elle ira à mon grand-père, c'est lui qui garde mes trophées. Quoi ? Certains écrivent que le trophée de meilleur marqueur n'a pas de valeur ? Qui ça ? Des fans ? Ces commentaires m'énervent... Tous mes proches et mes amis seront contents. On ne reçoit pas un tel trophée tous les ans, j'en rêvais dans mon enfance, et maintenant un type assis sur son canapé va dire je ne sais quoi. Qu'il aille se faire..."

Oleg Znarok (entraîneur de la Russie) : "La troisième période était la même qu'hier. J'ai dû calmer un peu les gars. Kucherov a marqué ce but et tout est devenu plus serein. Nous avons beaucoup de nouveaux joueurs. Dans le futur, ils se sentiront mieux après avoir traversé ça. Vous pensez que je me suis trompé en nommant Belov capitaine ? Vous n'êtes pas présents dans le vestiaire, dans les réunions, à l'hôtel... J'ai lu des interviews avec les journalistes professionnels nord-américains. Ils disent que la Russie est une grande équipe. Pas comme nos journalistes russes. Une médaille aux championnats du monde pour la quatrième année consécutive, c'est un bon résultat. Même si nous aspirions à mieux. Nous avons été un peu malchanceux, mais c'est le sport."

Russie Finlande 170521 275 700

 

Russie - Finlande 5-3 (1-0, 3-1, 1-2)
Dimanche 21 mai 2017 à 16h15 à la Lanxess Arena de Cologne. 16182 spectateurs.
Arbitrage d'Olivier Gouin et Brett Iverson (CAN) assistés de Miroslav Lhotsky (TCH) et Brian Oliver (USA).
Pénalités : Russie 8' (4', 2', 2'), Finlande 10' (4', 4', 2').
Tirs : Russie 30 (10, 12, 8), Finlande 29 (9, 9, 11).

Évolution du score :
1-0 à 06'58" : Gusev assisté d'Antipin et Nichushkin
2-0 à 21'48" : Tkachyov assisté de Nichushkin et Zub (inf. num.)
3-0 à 27'01" : Gusev assisté de Panarin et Dadonov (sup. num.)
4-0 à 28'16" : Kiselevich assisté de Namestnikov et Nichushkin
4-1 à 39'33" : Rantanen assisté de Filppula
4-2 à 41'16" : Lehtonen assisté d'Aho
4-3 à 45'29" : Savinainen assisté de Rantanen et Aho (sup. num.)
5-3 à 48'03" : Kucherov assisté de Gusev et Belov


Russie

Attaquants :
Ivan Telegin (-1) - Sergei Andronov (A, +1) - Valeri Nichushkin (+2)
Nikita Gusev (+1, 2') - Vadim Shipachyov (A, -1) - Evgeni Dadonov (-1)
Artemi Panarin (+1) - Evgeni Kuznetsov (-1) - Nikita Kucherov (+1, 2')
Sergei Plotnikov (+1, 2') - Vladimir Tkachyov (+1) - Aleksandr Barabanov
Vladislav Namestnikov (+1)

Défenseurs :
Bogdan Kiselevich (+1) - Dmitri Orlov (+1)
Viktor Antipin (+1) - Anton Belov (C, -1)
Ivan Provorov - Andrei Mironov (2')
Artyom Zub (+2)

Gardien :
Andrei Vassilevski

Remplaçant : Ilya Sorokin (G). En réserve : Igor Shestyorkin (G), Sergei Mozyakin (commotion), Vladislav Gavrikov (ligament latéral).

Finlande

Attaquants
Veli-Matti Savinainen (4') - Valtteri Filppula (A, -1) - Mikko Rantanen (+1)
Mika Pyörälä (+1, 2') - Sebastian Aho - Jesse Puljujärvi
Antti Pihlström (-2) - Joonas Kemppainen (-1) - Miro Aaltonen (-3)
Oskar Osala (-1) - Jani Lajunen - Markus Hännikäinen (-1)

Défenseurs
Atte Ohtamaa - Julius Honka (-1)
Ville Lajunen (-1, 2') - Lasse Kukkonen (C, -1, 2')
Mikko Lehtonen (+1) - Juuso Hietanen (+1)
Joonas Järvinen (-1) - Topi Jaakola (A, -1)

Gardien
Joonas Korpisalo puis à 28'16" Harri Säteri [sorti à 56'44"].

En réserve : Joni Ortio (G), Juhamatti Aaltonen (A), Tomi Sallinen (A).

Russie Finlande 170521 332 700