Nashville Predators - Pittsburgh Penguins (finale de la coupe Stanley, match 5)

Les Penguins de Pittsburgh ont offert un récital dans ce match 5 de la finale de la coupe Stanley. Agressifs et appliqués, ils ont pour la première fois pris le contrôle du jeu dans cette série et les gros cannons offensifs des Pens ont tous répondu présent. Autant dire que la soirée ne pouvait leur échapper.

Par Thibaud Châtel @batonsrompus


Après les montagnes russes émotionnelles offertes par les quatre premiers duels, les performances en dents de scie des gardiens, la domination de Nashville dans le jeu et l'efficacité clinique des Pens, la tension et l'incertitude sur ce que ce match allait offrir laissait la voie libre à tous les scénarios. Nashville allait-elle continuer de dicter le rythme ou le champion allait-il montrer la réaction d'orgueil attendue par ses fans ? Matt Murray n'a, lui, jamais perdu trois matchs de suite dans sa (courte) carrière et Pekka Rinne se devait de vaincre ses démons dans l'enceinte des Pens.

 
Pittsburgh donne le ton d'entrée de jeu

Dès le premier shift, le ton du match est donné. Sidney Crosby perce la défense d'un geste d'anthologie, touche le poteau et décroche 2 minutes de supériorité numérique. Installés en zone offensive, la réussite qui fuyait les Pens dans cette situation depuis le début de la finale revient enfin et le tir de Justin Schultz bat Rinne depuis la ligne bleue. Pittsburgh ouvre ainsi le score après moins de deux minutes de jouées et réalise une entame parfaite. Le trio de Forsberg tente bien une première incursion mais aussitôt la 3e paire défensive de Nashville se fait prendre de vitesse une fois dans cette série et Rust conclut une belle action d'un revers parfait. 2-0 après 7 minutes. La réaction d'orgueil du champion n'a pas déçu. La suite de la période s'équilibre et les Pens sont punis pour surnombre mais une défense très agressive bloque parfaitement les lignes de passe. Nashville en profite tout de même pour retrouver et vient inquiéter Matt Murray à plusieurs reprises dans les minutes qui s'ensuivent.

Alors que leur lutte par médias interposés a égayé la série, Crosby et Subban se retrouvent à lutter sur la glace de longues secondes derrière la cage de Rinne, avec moult gestes amicaux à la clé... Alors que les deux joueurs stars sont envoyés respirer en prison, les Pens profitent du trou laissé dans la défense des Preds. Arvidsson (un avant) et Yannick Weber, qui remplace Subban, doivent ainsi défendre contre Kessel et Malkin sur une contre-attaque. Les deux avants s'échangent la rondelle et le Russe crucifie Rinne avec 10 secondes à faire à la période. 3-0 pour Pittsburgh après 20 minutes. Les deux équipes ont chacune décoché 9 tirs cadrés mais, comme souvent dans ces playoffs, les Pens ont fait parler leur talent pour concrétiser leurs occasions. Pour Nashville et Pekka Rinne, c'est un brusque retour à la réalité après l'euphorie de l'égalisation. Si le gardien finlandais n'a pas grand chose à se reprocher sur ces trois tirs parfaitement placés, il n'a pas pour autant fait de miracle.


Même tarif lors de la seconde période

C'est d'ailleurs Juuse Saros qui entame la seconde période pour Nashville. Mais l'effet attendu sera de très courte durée. À la sortie du 4 contre 4, une défense des Preds encore mélangée Ekholm-Irwin n'y voit que du feu face au trio de Crosby et Sheary porte la marque à 4-0. Auteur d'une passe sur le but, Jake Guentzel égale au passage le record de Dino Ciccarelli et Ville Leino pour le plus grand nombre de points par une recrue (21) en playoffs.

Dans les instants qui suivent les deux équipes s'échangent les occasions, et les coups, et c'est au tour de Phil Kessel de débloquer son compteur sur une descente à 3 contre 2. 5-0 pour Pittsburgh, Malkin avait bien prédit la veille que son ailier noircirait la feuille de pointage ce soir. Crosby, qui venait juste de jeter une gourde sur la glace sans être sanctionné, devient, lui, le joueur de Pittsburgh avec le plus de points en finale de la coupe, dépassant Mario Lemieux. Enfin, ce but est le premier encaissé à 5 contre 5 par la paire Subban-Ekholm dans cette série. Les Pens ont finalement trouvé la faille.

À Nashville, la foule qui regarde le match sur grand écran s'est déjà largement éparpillée et à mi-parcours la préoccupation principale semble de ne pas laisser le match dégénérer en pugilat.

Le défenseur Ryan Ellis manque d'ailleurs à l'appel après avoir encaissé plusieurs impacts et Peter Laviolette semble le garder en sécurité sur le banc, une sage décision étant donné le score. Rien ne va pour Nashville. Alors que deux joueurs se percutent en zone offensive, Malkin envoie une offrande à travers les jambes de Subban au vétéran Ron Hainsey qui conclut. 6-0 Pittsburgh après 40 minutes et Nashville souhaiterait certainement jeter l'éponge tout de suite. Les Pens ont dominé les tirs 10-6 dans cette période et Saros a finalement subi le même tarif que Rinne avant lui.


Gérer ses émotions avant le match 6

La troisième période semble vouée à être une longue glissade vers le match 6. Nashville bénéficie rapidement d'une supériorité mais les Preds ne parviennent pas à s'installer en zone offensive. Matt Murray réalise dans la foulée son meilleur arrêt du match sur une passe-tir de Josi et Pittsburgh obtient à son tour un avantage numérique qui ne donnera rien.

Malkin-Josi et Hagelin-Arvidsson finissent par jeter les gants après un nouvel accrochage qui redonne un peu vie à cette période alors que l'arbitre retient Subban et Hornqvist d'en faire autant.

Même la foule un peu endormie ne reprit de la voix que dans les deux dernières minutes afin de féliciter ses favoris, auteur du match parfait. Pittsburgh reprend l'avantage dans la série 3-2.

Les champions ont pleinement bénéficié des deux jours de repos et du retour à la maison pour prendre le match d'assaut et mettre rapidement celui-ci hors d'atteinte des Preds. On se souvient que Ottawa avait également bu la tasse 7-0 lors du match 5 de la finale de l'est. Les joueurs de Mike Sullivan ont été agressifs et efficaces, la combinaison parfaite. Leurs défenseurs ont su apporter un soutien offensif qui a indéniablement accéléré la transition du palet, un élément qui manquait cruellement jusqu’ici. Les vedettes ont répondu présent et mené la charge. Crosby a été de tous les bons coups, impliqué tel un animal enragé. Lui et Kessel finissent la rencontre avec 3 points, Malkin 2. Nashville n'a jamais pu respirer après l'ouverture du score. Les Pens ont marqué dans toutes les situations et contre toutes les paires défensives des Preds, pour une fois bien silencieuses.

Pittsburgh aura maintenant deux occasions de soulever sa deuxième coupe consécutive, à commencer par dimanche dans une Bridgestone arena où les Preds demeurent intraitables. Nul doute que Nashville aura à coeur de venger l'affront de ce soir et provoquer un match 7.

 

Pittsburgh - Nashville 6-0 (3-0, 3-0, 0-0)
1-0 à 01'30" : Schultz assisté de Crosby et Hornqvist (sup. num.)
2-0 à 06'43" : Rust assisté de Kunitz et Daley
3-0 à 19'49" : Malkin assisté de Kessel et Hainsey
4-0 à 21'19" : Sheary assisté de Crosby et Guentzel
5-0 à 28'02" : Kessel assisté de Määttä et Crosby
6-0 à 36'40" : Hainsey assisté de Malkin et Kessel