Draft NHL - La Suisse et la France en vue

La NHL organisait le week-end dernier la draft, cette séance de recrutement des joueurs de 18 ans et plus. L'évenement marquait l'entrée en jeu de Las Vegas et fut marqué par le succès de la Suisse... et de la France.

Nico Hischier numéro 1

La cuvée 2017 était jugée de moins bonne qualité que les éditions précédentes. Après avoir hérité de Connor McDavid et Auston Matthews, la NHL ne disposait pas, a priori, de talent générationnel.

New Jersey a fait durer le suspense et finalement choisi le centre d'Halifax, le Suisse Nico Hischier, en première position. Très en vue lors du Mondial U20, ce grand patineur, très créatif, a gravi les positions dans les listes des recruteurs tel un météore cette saison. Il devient immédiatement le meilleur espoir des Devils et devrait s'installer dans le top-6 dès l'automne. C'est la première fois qu'un Suisse est choisi en première position.

Philadelphie disposait du choix le plus facile : le deuxième. Un autre centre, le grand gabarit de Nolan Patrick, rejoint donc les Flyers, lui qui était en tête des listes de recruteurs depuis des mois. Malheureusement, une série de blessures, notamment à la hanche, ont refroidi certains scouts. Doté d'une superbe vision du jeu, il devrait lui aussi rapidement intégrer la NHL.

Derrière ces deux joueurs de haut vol, le reste de la draft paraissait plus incertain. Dallas a choisi en troisième le défenseur Miro Heiskanen, du HIFK. L'un des plus jeunes joueurs de la draft est déjà titulaire en élite finlandaise et s'impose comme un très bon meneur de jeu.

Il en va de même pour Cale Makar, défenseur canadien choisi en quatrième par Colorado. En dépit d'une saison en ligue junior de l'Alberta - une ligue de seconde zone - Makar a impressionné les recruteurs et certains le plaçaient même n°1, le comparant à Erik Karlsson.

Le reste du premier tour n'a pas vraiment comporté de surprise majeure, et aucun échange n'a été signalé dans une séance finalement ennuyeuse : Elias Pettersson (5e, Vancouver), Cody Glass (6e, Vegas), Lias Andersson (7e, Rangers), Casey Mittelstadt (8e, Buffalo), Michael Rasmussen (9e, Detroit), le pur sniper Owen Tippett (10e, Florida), Gabriel Vilardi (11e, Los Angeles) poursuivaient une draft résolument tournée vers l'attaque.

On notera une tendance finlandaise cette année, avec les défenseurs Juuso Välimäki (16e, Calgary), Urho Vaakainen (18e, Boston), Henri Jokiharju (29e, Chicago), les ailiers Kristian Vesalainen (24e, Winnipeg), très en vue au Mondial U18, et Eeli Tolvanen (30e, Nashville).

À ce jeu, seule la Suède a pu lutter, avec les centres Elias Pettersson (5e, Vancouver), Lias Andersson (7e, Rangers), les défenseurs Erik Brannström (15e, Las Vegas) et Timothy Liljgren (17e, Toronto).

Les Tchèques comptent deux joueurs au premier tour : Martin Necas (12e, Carolina) et Filip Chytil (21e, Rangers).

Le Russe Klom Kostin, seul de son pays, a dû attendre le dernier choix du premier tour, 31e à St Louis, seul dans la toute nouvelle "Green room" inspirée du basket. Une salle séparée pour les candidats au premier tour, qui ne fut pas vraiment une réussite...

Jake Oettinger (26e, Dallas) fut le seul gardien choisi.

Première pour Las Vegas

Las Vegas a débuté sa première draft en cumulant trois choix. Cody Glass (6e), Nick Suzuki (13e) et donc le défenseur Brannström semblent donner aux Golden Knights une très bonne note pour ces débuts, tant les trois joueurs paraissent disposer d'un joli potentiel offensif.

Les plus et les moins

À l'inverse, beaucoup de critiques sont tombées sur les choix des Rangers, Lias Andersson paraissant très limité offensivement (7e) et Chytil (21e) manquant d'intensité. Des limites données bien souvent aussi au choix de Montréal, Ryan Poehling (25e), titulaire dès 17 ans en NCAA. La pire note fut cependant donnée à Detroit, Rasmussen paraissant très limité en 9e position, et la deuxième journée apparaissant elle aussi atroce.

À l'inverse, le finaliste Nashville a reçu des éloges, notamment pour ses choix d'Eeli Tolvanen, puis Grant Mismach (61e) et surtout le défenseur David Farrance (92e), arrière offensif très intrigant.

Parmi les cotes intrigantes dans les choix lointains, citons le défenseur Pierre-Olivier Joseph, d'origine haïtienne, seul Québécois du premier tour (23e, Arizona) et Kailer Yamamoto, ailier de poche de Spokane (22e, Edmonton), rare premier choix de draft de moins d'1m75 ces dernières années.

Sur le plan international

Avec 81 joueurs, le Canada mène comme d'habitude la danse, devant les États-Unis (47), la Suède (27), la Finlande (23) et la Russie (18). On compte 9 Tchèques, 3 Suisses dont le gardien de Davos Gilles Senn, 21 ans. Le Danemark fête deux draftés, tout comme la Slovaquie, qui continue son déclin. Allemagne, Biélorussie, Norvège, Slovénie et France ont un joueur choisi chacun.

Texier fait briller la France

L'événement du deuxième jour est donc venu d'Alexandre Texier. L'attaquant grenoblois n'était éligible à la draft 2017 que pour deux petits jours. Plus jeune joueur éligible, il a intrigué les recruteurs, qui l'ont peu vu jouer cette année. Plusieurs scouts ont découvert la ligue Magnus et fait le voyage à Pôle Sud, l'ont suivi aux Mondiaux U20 et U18 où il fut très en vue. Blessé avant le Mondial senior, il a manqué la "Scouting Combine", séance de tests physiques et d'interviews, fin mai. Ce qui explique qu'il a tenu pas moins de vingt-et-un rendez-vous dès son arrivée à Chicago quelques jours avant la draft ! Sans parler d'interviews en anglais auprès de quelques médias, notamment Guy Flaming, dans son Pipeline show, émission radio de référence sur le hockey junior.

Le "buzz" médiatique n'a pas cessé, lorsque le journaliste de TSN Bob McKenzie, référence du sujet, l'avait annoncé 55e de sa liste. Columbus n'a pas pu attendre jusque là.

 

À l'annonce du 45e choix, les Blue jackets annonçaient qu'ils envoyaient leur excellent espoir Keegan Kolesar (brillant dans les playoffs WHL) à Las Vegas contre ce choix de deuxième tour, et annonçaient alors la sélection d'Alexandre Texier.

Le Français recevait maillot et casquette, avant de crouler sous les interviews. Un jour à marquer d'une pierre blanche pour le hockey français : Texier est le premier joueur sélectionné depuis la ligue Magnus, et le tricolore choisi le plus haut (Tim Bozon avait été choisi 64e et jouait déjà au Canada). Jarne Kekalainen, manager général des Blue Jackets, expliquait même qu'il l'aurait choisi en fin de premier tour si sa franchise avait eu un choix à ce moment-là...

Échanger un bon espoir pour piocher Texier au deuxième tour indique une confiance forte de Columbus dans l'attaquant grenoblois.

Sélectionné par le Drakkar de Baie-Comeau dans la draft d'importation du junior majeur quelques jours plus tard, Texier a affirmé préférer évoluer la saison prochaine contre des adultes. La piste suédoise ou finlandaise semble donc primer sur la LHJMQ.

La famille d'abord

Au deuxième tour, Jaret Anderson-Dolan, leader des candidats à la Scouting Combine aux tests physiques, a fait beaucoup parler. Drafté par Los Angeles, il a dû raconter bien des fois son histoire. Élevé par un couple de femmes, il a été fortement soutenu par le staff des Kings, qui a clamé haut et fort que si cela posait problème à quelqu'un, ce serait un imbécile.

Les héritages familiaux étaient là également, comme tous les ans : Nolan Patrick (2e), fils de Steve et neveu de James, anciens joueurs NHL, mais aussi Callan Foote, fils de l'ancien de l'Avalanche Adam (14e, Tampa Bay), Jake Leschyshyn, fils de Curtis (62e, Vegas), Matthew Strome, frère de Ryan et Dylan (106e, Philadelphie), Skyler Brind'Amour, fils de l'ancienne star de Carolina Rod (177e, Edmonton), et bien d'autres.

De rares échanges

New York a donc obtenu un deuxième choix de premier tour en envoyant Antti Raanta et Derek Stepan dans l'Arizona. Les Rangers ajoutent par ailleurs le jeune défenseur Anthony De Angelo. Un mouvement clairement destiné à libérer de la place dans la masse salariale, qui donne de ce pas aux Coyotes un gardien n°1 pour remplacer Mike Smith et un centre de top-6.

Philadelphie a cédé Brayden Schenn aux Blues de St. Louis contre l'ailier Jori Lehterä, le 27e choix et un choix conditionnel de premier tour en 2018.

Les Blues inversaient en outre leur deuxième choix avec Pittsburgh, les Penguins recevant l'attaquant bagarreur Ryan Reaves et St. Louis Oskar Sundqvist.

Enfin, le seul gros échange du week-end est venu de Calgary, qui récoltait le défenseur Travis Hamonic des Islanders contre trois choix de draft 2018 (1er et 2e tour notamment).

La plupart de l'action a en effet eu lieu avant la draft, à l'occasion de la draft d'expansion de Vegas, puis la veille de la draft, lorsque Chicago employait les grands moyens.

La maladie de Marian Hossa et une furieuse envie de changement forçaient le manager général Stan Bowman à se séparer de deux joueurs majeurs :
- le défenseur Niklas Hjalmarsson, envoyé en Arizona contre le jeune défenseur Connor Murphy et le centre Laurent Dauphin. Pilier des trois titres des Blackhawks, Hjalmarsson, machine à défendre, est victime du salaire massif de certains de ses coéquipiers, notamment Seabrook.
- Artemi Panarin, qui a atteint deux fois de suite le plateau des 30 buts sur la ligne de Patrick Kane, se voyait lui aussi échangé, en compagnie de l'espoir Tyler Motte, direction Columbus. Le staff de Chicago voulait faire revenir Brandon Saad, très populaire dans le vestiaire, qui avait fait briller Jonathan Toews il y a deux ans. Les Hawks récupèrent aussi Anton Forsberg, qui sera leur gardien numéro 2.

Tous ces mouvements ont clairement pour but de gérer au mieux la masse salariale, toujours à la limite du côté de Chicago. Panarin sera-t-il remplacé par Alex DeBrincat, star OHL qui a franchi le plateau des 50 buts et 100 pts trois fois de suite ? À suivre au camp d'entraînement...