CHL 2017-2018 - les adversaires de Gap : 2- Zürich

Gap va une nouvelle fois jouer l’une des plus fortes équipes de Suisse et d’Europe. Les Lions de Zürich ne sont pas des inconnus car lors de la saison 2015/2016, Gap était dans le même groupe que le ZSC.

Peu de joueurs des Rapaces seront encore présents pour les affronter une deuxième fois car l’effectif a une nouvelle fois été bouleversé. Seuls trois joueurs étaient de l’aventure à cette époque, où Gap était passé à deux doigts de l’exploit en accrochant les Suisses à domicile (4-5) : Aurélien Bertrand, Maurin Bouvet et Pierre Crinon.


Le club de Zürich est aujourd’hui une institution en Suisse et possède une puissance financière sans commune mesure avec les clubs français. Mais le ZSC n’a atteint « durablement » les sommets du hockey helvétique que depuis les années 2000. Depuis sa création en 1930 le club n’a remporté que 8 fois le titre en LNA.

Mais c’est sur la scène européenne que la gloire s’est construite. Tout d’abord avec la double victoire de la coupe Spengler en 1945 et 1946, avant de triompher sur la double consécration en Coupe Continentale en 2000 et 2001. Mais le fait historique est bien la fabuleuse victoire lors de la Ligue des Champions 2009 face aux impressionnants Russes du Metallurg Magnitogorsk. Le hockey russe en a été écœuré (5-0 au match retour).


Le groupe suisse n’est composé que de 5 étrangers (2 Suédois, 1 Canadien, 1 Letton et 1 Américain). Par contre il produit 10 joueurs formés au club dans l’effectif, 12 fournissent la sélection nationale pendant toute la saison et enfin 5 étaient présents dans l’effectif des derniers championnats du monde à Paris.

Le portier est encore Lukas Flueler, considéré comme international mais qui attend toujours à la porte de la sélection pour jouer les championnats du monde. Malheureusement ses statistiques sont plutôt en baisse depuis plusieurs saisons avec 91% et seulement 85% en séries.

C’ est un gardien de but qui bénéficie de sa grande taille pour couvrir beaucoup de surface devant la cage. Il n’est pas très athlétique mais s’appuie sur son bon positionnement et un bon déplacement latéral.

Le numéro 2 est Niklas Schlegel, formé au club, pousse à la concurrence. Il vient tout juste d’être sélectionné dans la NATI et à joué son premier match de championnat du Monde à Paris.


La défense est ultra expérimenté et dynamique. Les lignes arrière compteront sur les fidèles du club comme Phil Baltisberger ou encore Severin Blindenbacher, international, mais qui n’a pas fait partie de l’effectif aux derniers Mondiaux. Cette saison il a joué 48 parties en LNA, inscrit 23 points avec une fiche de +19.

Blindenbacher est un défenseur habile et d’expérience qui joue un jeu harmonieux. Il est bon sur le powerplay avec sa capacité à transmettre les palets et au lancer. Il aime utiliser sa vitesse pour participer à l'attaque. Pas très grand mais physique.

Mais LE défenseur historique du club est encore Mathias Seger (LNA 1124 matchs – 468 points). En 2017 il « tourne » encore avec une fiche de +16. Il ne fait plus partie de l’équipe nationale depuis 2014 mais compte 317 sélections.
Matthias Seger est un vrai leader sur la glace. Un patineur convenable, qui se déplace bien avec le palet et transmet une bonne première passe. Il a une bonne vision du jeu et est dur au mal dans les deux sens de la patinoire. Il possède un bon tir précis et puissant. Il utilise son énorme expérience pour tenir le vestiaire.

Patrick Geering, formé au club, est un international suisse. En championnat il a impressionné avec 56 parties et 29 points (+31). C’est un défenseur jouant sur les deux ailes avec un excellent patinage lisse. Il travaille dur et malgré sa taille moyenne il n'a pas peur d'aller dans les coins à la bataille aux palets. C’est un joueur qui joue simple, prenant des décisions intelligentes. Il est très apprécié des entraîneurs et fait partie des jeunes suisses à suivre comme Samuel Guerra (international) ou bien Christian Marti qui étaient présents aux Mondiaux.

Enfin le recrutement défensif de la saison repose sur le canadien Kevin Klein. Il arrive des New York Rangers après 10 saisons passées en NHL (Nashville et NYR avec 700 matchs – 163 points). Il accumule des fiches à +24, +16 et +5 sur une soixantaine de matchs en saison régulière sur les trois dernières saisons.


Au sein de l’attaque il y pléthore de bons joueurs et que l’embarras du choix.

Encore une fois le groupe est composé des habitués : Chris Baltisberger (45 jeux - 24 points) encore international, Roman Wick (49 matchs – 41 points). Wick est un patineur élégant avec une bonne vitesse, mais pèche dans l'accélération. Il possède une bonne taille et protège bien son palet. Il a un tir du poignet solide, mais pourrait travailler la précision du tir. Il manque parfois d'énergie dans son jeu.

Au rayon des joueurs présents à Paris pour les championnats du monde, on note la présence de Fabrice Herzog qui vient de d’obtenir sa première sélection, Reto Schäppi (89 sélections) et Pius Suter. Ce dernier est un centre offensif qui a un jeu propre. Il a beaucoup de compétences et ne lâche jamais rien. Ce buteur joue aussi dans les deux sens de la glace. Il compense sa petite taille par l’intensité et la volonté.

Mike Künzle et Inti Pestoni font également partie de l’effectif. Ils participent aux matchs de l’équipe nationale en cours de saison.

Au rayon des étrangers, c’est là du très lourd, avec le suédois Robert Nilsson. En NHL il a évolué à 252 reprises pour 118 points collectés. (NY Islanders et Edmonton). Il a remporté un titre en KHL avec Ufa (142 jeux et 86 points). Il entame sa cinquième saison à Zürich et 2016-17, il a encore pesé sur l’offensive : 47 matchs – 52 points avec une fiche de +30.

Nilsson est un ailier rapide avec des mains fabuleuses. C’est un playmaker avec une très bonne vision du jeu. Il n’est pas très grand, mais ne se protège pas plus que cela, car il affronte sans mal le jeu physique. Il pourrait, par contre, améliorer son jeu défensif et travailler plus fort plus souvent.

Ronalds Kenins est arrivé jeune (dès la catégorie U20) au ZSC. Il cumule 143 sélections en équipe nationale de Lettonie et a fait un court passage par la NHL chez les Canucks de Vancouver (38 jeux) avant de revenir en Suisse. C’est un joueur puissant et qui met de l'intensité pour avoir un impact sur le jeu. Il peut utiliser sa vitesse explosive pour aller droit au filet. Il est toujours présent et efficace au forecheck. Il joue chaque shift à fond. C’est un joueur passionné et impulsif qui utilise son caractère même en défense.

Drew Shore est américain et arrive de Kloten (53 parties - 51 points cette saison). Il a navigué entre NHL (95 matchs à Florida, Calgary ou Vancouver) et l’AHL (214 parties - 142 points). Shore est un centre avec une bonne taille et une grosse capacité de patinage. Il a aussi une bonne vision et des compétences de création du jeu. C’est un bon joueur qui mériterait de jouer plus physique.

Mattias Sjögren est suédois et entame sa deuxième saison à Zurich. En Suède il a joué 330 matchs et inscrit 175 points. En 2015 il a été élu meilleur attaquant de la SHL. Il a gagné le titre de champion en 2011 avec Färjestads et a une bonne expérience avec l’équipe nationale (162 sélections). Un attaquant grand et fort. Il aime jouer physique et a le bon timing pour placer ses coups. Mais c’est aussi un joueur très créatif avec des bonnes compétences techniques. Un marqueur convenable et un bon meneur de jeu.


Tout ce petit monde est coaché par le suédois Hans Wallson. Il a officié à Skelleftea durant 4 saisons dont la première en tant qu’assistant. Il a remporté deux fois le titre de champion (2013 et 2014) et a obtenu le trophée de meilleur coach de la ligue en 2015 et 2016.