CHL 2017-2018 - les adversaires de Gap : 3- Frölunda

Les Suédois du Frölunda Göteborg, double champions d’Europe en titre, poseront leurs patins à l’Alp’arena. Le rendez vous est à ne manquer sous aucun prétexte. Frölunda est depuis plusieurs saisons au sommet du hockey européen (hors KHL).


Les Suédois s’étaient déjà déplacés en France pour affronter Briançon lors de la CHL 2014/1015 avec une nette victoire (1-7), comme ce fut le cas à domicile (6-2).

Ce club est, historiquement, loin d’être le plus prolifique pour le gain des titres. Seulement 4 fois champion et 3 fois finaliste. Pour autant, sur la scène européenne, les « Indians » se révèlent toujours compétitifs. Deux victoires lors des deux éditions précédentes de la CHL. La finale a été atteinte en 2015, perdue contre leurs compatriotes de Luleå. En 1997 l’année de création de L’EHL (European Hockey League), ils empochent la médaille de bronze face au Sparta Prague. Et lors de l’European Trophy (tournoi fondateur de la CHL) ils atteignent le tournoi final à Salzbourg en 2014.

Le club a sorti de très bons joueurs de ses rangs mineurs pour fournir des internationaux tel que Daniel Alfredsson, Henrik et Joel Lundqvist, Christian Bäckman ou encore Loui Ericksson.


Cette année, le groupe associe nombre de joueurs issus de la formation et de joueurs d’expérience. 7 étrangers intègrent l’effectif (3 Norvégiens, 2 Américains, 1 Finlandais et 1 Canadien).

Le gardien Johan Gustavsson rempile pour une 3e saison. Il n’a pas réussi à s’imposer pour jouer au Minnesota Wild. Par contre il collectionne les coupes d’Europe (3), deux fois avec Frölunda et l’ European Trophy avec Luleå en 2013. Il fait parti des gardiens potentiels pour porter le maillot national (11 sélections) mais champion du monde en 2013 sans avoir joué. C’est un gardien très agile, qui a un déplacement latéral rapide. Il sait hausser son niveau lors des gros matchs et a une bonne lecture du jeu.

 

La défense est à la fois solide, chargée en expérience et appuyée par une pléiade de jeunes espoirs de haut niveau.

Adam Almqvist arrive de HV71 Jönköping qui est son club formateur. Il ne s’est pas imposé à Detroit mais a joué deux saisons en AHL. Ce défenseur est habile et expérimenté. Il a la capacité de transmettre de bonnes passes. C’est un «blueliner» qui s’impose pour marquer ou créer. Mais son patinage n’est pas assez intensif. Il joue parfois physique mais devrait encore le développer.

L’américain Matt Donovan entame sa 2e saison dans l’équipe. Il a peu joué en NHL (New York Islanders, 69 jeux) mais s’est imposé en AHL (256 parties - 151 points). À noter sa saison 2016 à Rochester avec 31 points en 73 matchs. C’est un bon patineur qui manie bien le puck. Il a une bonne vision offensive associé à un bon shoot.

Jonathan Sigalet est un Canadien très performant en AHL (370 matchs - 139 points). Il est aussi passé par la KHL quatre saisons dont trois au Slovan Bratislava. Jonathan a un patinage énorme dans les deux sens de la glace. Ce n’est pas un grand marqueur mais a une très bonne première passe. Il n’hésite pas à lâcher des coups ou donner du jeu physique.

Deux internationaux norvégiens présents aux championnats du monde à Paris seront à suivreMattias Nørstebø: Johannes Johannesen (39 sélections en plus de jouer les mondiaux U20) et Mattias Nørstebø (41 sélections). Pour le reste une pépinière de jeunes talents émergent : Rasmus Dahlin, John Nyberg. Certains sont déjà repérés comme Kristoffer Gunnarsson drafté par les Vancouver Canucks, et Filip Westerlund par Arizona Coyotes.



En attaque, là encore les jeunes pousses sont dans le collimateur des scouts NHL : les juniors U20 Lias Andersson drafté par New York Rangers et meilleur marqueur du Superelit U20 ou Chistoffer Ehn, drafté par Detroit. Citons également Carl Grundström drafté par Toronto. En 2017 ce dernier a inscrit 22 points en 59 parties chez les adultes. Victor Olofsson est lui drafté par Buffalo.

Pour le reste l’offensive s’appuie sur du haut niveau avec le Norvégien Mats Rosseli Olsen, cadre de l’équipe nationale (122 sélections).

Sean Bergenheim est un ancien de l’équipe finlandaise (avec 31 sélections, il n’y apparait plus depuis 2008). Formé au Jokerit il a été champion de Finlande. Il a passé une bonne partie de sa carrière en NHL (532 matchs – 197 points) avec les Islanders de New York, Tampa Bay, Florida et Minnesota. Il s’agit d’un ailier super actif et bagarreur. Il sait provoquer la faute dans le slot. Il aime frapper dans les deux sens de la glace mais manque un peu de vision du jeu.

Max Friberg fut drafté par Montréal. Il n’a pas réussi à s’imposer en NHL avec seulement 6 parties pour Anaheim, mais a pesé en AHL (276 jeux - 156 points). Il arrive des Icecap’s de St John. C’est un ailier puissant et rapide. Il travaille fort et garde une bonne attitude. Un joueur avec un vrai esprit d’équipe, toujours au pressing et n’hésitant pas à jouer physique.

Les plus grandes valeurs en attaque sont présentes avec Simon Hjalmarsson qui est un international d’expérience, champion du monde en 2013. Il s’agit d’un ailier qui possède un jeu propre et plus de capacité de création que de pointage. C’est un travailleur dur au mal bien qu’il ne soit pas grand. Il excelle dans les bandes et sur le grattage des palets.

L’américain Ryan Lasch est un joueur d’instinct offensif par nature. Il a une très bonne vision et possède des mains fabuleuses. Il a une capacité de sortie de zone extrêmement rapide associée à un shoot très précis mais il lui manque de la taille et un peu de jeu physique. Dès sa sortie du parcours universitaire il a excellé en Europe. Meilleur marqueur des séries en Finlande en 2012 ; meilleur pointeur du championnat de Suède en 2016 ainsi qu’en CHL avec Frölunda Göteborg. Il réintègre Göteborg après une saison au SC Berne (62 matchs – 51 points) avec une fiche de +13 et +9 en séries.

Pour finir le monstre sacré du club repose sur Joel Lundqvist. C’est le joueur emblématique des « Indians » depuis son intégration chez les U18, récompensé par le trophée de meilleur rookie de la ligue suédoise en 2002. Il compte 760 rencontres en SHL et 418 points au compteur. Il a passé 3 saisons à Dallas. Avec le maillot de la Tre Kronor, il a remporté 3 titres mondiaux (259 sélections). C’est avant tout un gros travailleur avec un jeu défensif énorme. Il n’hésite pas à aller s’installer dans le slot et à subir les coups. Il a en plus une capacité de passes de qualité et des mains excellentes.


Ce groupe de très haut niveau est coaché par Roger Rönnberg. Il s’agit d’un dirigeant de grande qualité. Il a débuté le coaching dans le circuit junior à Luleå. Après avoir pris les rênes de l’équipe nationale U20, il obtient le titre mondial en 2013 après une médaille d’argent en 2012. Il a ensuite gravi les échelons avec une place d’assistant en équipe nationale suédoise sénior. Il entame, maintenant, sa 4e saison d’entraineur-chef à Frölunda. Et un bilan de 2 titres européens, une finale perdue, ainsi qu’un titre de champion de Suède.

 

Lire aussi : l'histoire de Frölunda