Norvège – France (tournoi EIHC à Hamar)

Au lendemain d’une courte défaite contre la Slovaquie (4-2), l’équipe de France dirigée par le seul Pierre Pousse reprend le chemin des glaçons, face à son meilleur ennemi : la Norvège. Une Norvège battue par la Russie en prolongation, et qui s’annonce solide chez elle.

Les Bleus prennent l’eau

Sébastian Ylönen succède à Florian Hardy dans les cages et se trouve rapidement sollicité par les Norvégiens, avec un tir d’Espeland de l’aile gauche. Un surnombre français permet rapidement aux locaux d’ouvrir le score. Après seulement vingt secondes de supériorité, Mathis Olimb s’avance au cercle droit et expédie un tir en hauteur qui surprend Ylönen, masqué par la grande carcasse de Kristiansen.

Cueillis à froid, les Bleus essaient de poser leur jeu. Un débordement à gauche pousse Ødegaard à la faute et place la France en supériorité. Lorsque Ken Andre Olimb fait trébucher Olivier Dame-Malka, un cinq-contre-trois se met en place. Raux tente le premier tir, capté de la mitaine par Holm. Hecquefeuille est contré, Chakiachvili met le feu avec un bon tir qui crée la panique dans le slot. Guttig trouve le rebond, passe derrière la cage et sert Teddy Da Costa, qui ne cadre pas. Un essai de Guttig en hauteur connaît le même sort. La Norvège s’en sort…

Et les locaux reprennent le contrôle du palet, enfermant la France dans sa zone. Ce n’est donc pas surprenant de voir les frères Olimb dans leurs œuvres. Le palet revient sur Espeland à la bleue, qui lance à la cage. Ken Andre Olimb passe devant et dévie au fond des filets (2-0).

Les tirs demeurent favorables aux Norvégiens, à l’image de Kåsastul, depuis l’aile gauche. La France s’efforce de prendre la main, mais peine à conserver le palet de longues séquences. Pire, elle s’effondre à 1’35 » de la pause. Holøs entre en zone en effaçant plusieurs joueurs, échappant à un accrochage, et va jusqu’à la ligne de fond, où il sert Kristian Forsberg, resté en retrait entre les deux cercles. L’attaquant ne reprend pas correctement, mais son tir dévié glisse ras-glace entre les jambières d’Ylönen (3-0). La Norvège rentre au vestiaire avec une avance confortable…

La Norvège opportuniste

La France repart avec de meilleures intentions et harcèle le porteur de palet adverse. Perret, Ritz, Terrier, Maia… Tous portent le jeu vers l’avant, sans pour autant obtenir de tir. Mieux, un bon échec-avant offre un tir dangereux à Ritz du revers ; Holm ne contrôle pas le rebond, finalement dégagé après un cafouillage dans le slot sous la crosse de Perret.

Ce temps fort n’est malheureusement pas exploité et Rosseli Olsen vient punir la défense bleue en contre-attaque. Il récupère à sa bleue, déborde à droite avec trois Tricolores dans l’axe et vient attaquer la cage. Sa feinte lui ouvre un petit espace et il glisse le palet au dessus de la botte gauche du gardien (4-0).

La Norvège continue sa tactique préférée : se regrouper derrière pour gérer l’avance, et attendre les contres. Les Bleus n’ont pas d’autre choix que de jouer le jeu… Du coup, le palet tourne plutôt devant Holm, avec un bon tir de Gutierrez, relayé par Lampérier qui reprend le rebond à côté.

Maia obtient une occasion entre plus franche lorsqu’il démarre un deux-contre-un sur l’aile droite. Holm repousse le lancer et bloque le rebond que Maia tentait de pousser au fond. Temps fort encore annulé par une faute de Hecquefeuille en position de dernier défenseur… Le bon placement de la défense française limite le danger et aucun tir ne survient. À cinq-contre-cinq, les locaux manquent de creuser l’écart par Røymark, repoussé par Ylonen, puis par Mathis Olimb.

Une bonne interception de Llorca en zone offensive profite à Guttig, qui tire en hauteur et se heurte à Holm dans les derniers instants du deuxième tiers. La Norvège a donc creusé l’écart sans forcer dans ce tiers, face à une formation française sans aucun réalisme devant la cage.

Les locaux déroulent

Le troisième tiers reprend le même schéma et l’on s’ennuie ferme. Il faut attendre presque quatre minutes pour voir un tir, lorsque les Bleus démarrent en deux-contre-un. Guttig sert Da Costa, qui tarde à reprendre et voit l’angle se fermer et Holm se déplacer assez vite.

Un feu de paille pour des Français qui subissent de plus en plus le jeu. Une longue passe envoie ainsi Reichenberg en échappée et l’attaquant norvégien gagne son duel (5-0).

À sept minutes de la fin, une pénalité permet à la France d’évoluer à un de plus. Le disque tourne un peu dans le vide, sans occasion. Le jeu semble désorganisé, sans réellement libérer de joueurs pour lancer à la cage. Cela a le mérite de remettre la France vers l’avant, et, de retour à cinq-contre-cinq, Holm doit bloquer un bon tir de Llorca au cercle. Le gardien local reste intraitable, sauvant peu après un tir lointain de Raux après une bonne présence de la ligne Romand. Et comme d’habitude, ce temps fort vole en éclats sur une volée à la bleue de Kåsastul, suite à une mise au jeu offensive (6-0). Le match se termine sur une ultime pénalité norvégienne, suivie d’une faute de Lampérier dès l’engagement. Contenue dans les bandes, la France ne parvient pas à lancer à la cage et se fait donc blanchir.

Une large déroute donc, à relativiser : la Norvège alignait une formation proche de son équipe-type, là où les Bleus testaient bon nombre de prétendants à un rôle plus tard dans la saison. Malgré tout, on ne peut que s’inquiéter de la faiblesse criante des lignes d’attaque et de la naïveté de la défense. Ylönen n’a pas non plus marqué beaucoup de points dans sa lutte pour une place dans l’effectif à Copenhague…

Désignés joueurs du match : Henrik Holm (Norvège) et Loïc Lampérier (France).

 

Norvège – France 6-0 (3-0, 1-0, 2-0)
Vendredi 15 décembre 2017, 20h. Patinoire de Hamar (Norvège)
Arbitrage de Robert Hallin et Johan Nordlöf assistés de Knut Einar Bråten et Emil Yletyinen.
Pénalités : Norvège 8′ (4′, 0′, 4′), France 6′ (2′, 2′, 2′)
Tirs : Norvège 31 (14, 8, 9), France 17 (7, 6, 4)

Récapitulatif du score
1-0 à 02’42 : M. Olimb assisté de Holøs (sup. num.)
2-0 à 14’07 : K.A. Olimb assisté de Espeland et M. Olimb
3-0 à 18’26 : Forsberg assisté de Holøs et Holm
4-0 à 25’31 : Rosseli Olsen assisté de Salsten
5-0 à 50’00 : Reichenberg assisté de Johannesen et Kåsastul
6-0 à 57’43 : Kåsastul assisté de Johannesen et Reichenberg

Norvège (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Ken Andre Olimb (+1, 2′) – Mathis Olimb (+1) – Patrick Thoresen (+1)
Eirik Salsten (+2) – Kristian Forsberg (+2) – Mats Rosseli Olsen (+4)
Robin Dahlstrøm – Niklas Roest – Tommy Kristiansen
Thomas Valkvae Olsen – Mathias Trettenes – Ludvig Hoff
Martin Røymark (+2), Alexander Reichenberg (+2, 2′)

Défenseurs :
Christian Bull (+1) – Jonas Holøs (+1)
Johannes Johannesen (+3) – Daniel Sørvik (+1)
Stefan Espeland (+1) – Henrik Ødegaard (2′)
Christian Kåsastul (+3)

Gardien :
Henrik Holm

Remplaçant : Lars Haugen (G)

France

Attaquants :
Teddy Da Costa (-1) – Anthony Guttig (-2) – Loïc Lampérier (A, -2)
Romain Guttierez (-1) – Nicolas Ritz (-1) – Jordann Perret (-1)
Cédric Di Dio Balsamo – Rudy Matima – Jérémie Romand
Bastien Maia (-3) – Matthias Terrier (-2) – Joris Bedin (-2)

Défenseurs :
Olivier Dame Malka (-2) – Florian Chakiachvili (-1)
Kevin Hecquefeuille (C, -2) – Damien Raux (A, -1)
Vincent Llorca (-2) – Hugo Gallet
Jonathan Janil (-1) – Pierre Crinon

Gardien :
Sébastian Ylönen

Remplaçants : Florian Hardy (G), Gabin Ville. En réserve : Maurin Bouvet.

Equipe De FranceFranceNorvège