La Slovaquie frôle l’exploit

La Slovaquie rêve encore des quarts de finale, mais affronte un véritable mur aujourd’hui : la Suède, tenant du titre et ogre incontesté du groupe A. Et encore, la Suède n’est-elle pas encore au complet. L’élimination des Predators de Nashville leur permet de compléter leur invincible armada par Mattias Ekholm, Victor Arvidsson et Filip Forsberg – rien que cela ! Les trois hommes ne sont pas encore arrivés, ce qui peut apparaître comme un soulagement pour la Slovaquie. Le Penguin Patric Hörnqvist sera lui aussi ajouté à l’effectif…

La Suède bombarde

Le début de match se révèle un peu brouillon. Certes, la Tre Kronor domine en possession, mais elle n’affiche pas la même fluidité dans son jeu qu’à l’accoutumée.

Il faut attendre la huitième minute pour voir la première occasion majeure. La défense suédoise récupère devant son but et envoie une longue passe vers Rakell. L’ailier d’Anaheim fonce seul au but avec Sekera sur ses talons. Son tir en hauteur trouve la barre transversale et retombe du mauvais côté de la ligne. Rybár est tout heureux de ne pas repousser le palet au fond en reculant.

La Slovaquie répond avec une belle attaque à trois menée par Marcel Haščák, qui attaque la cage… et met Hellberg au sol. Les esprits s’échauffent et l’attaquant concède deux minutes. En supériorité, Janmark est servi entre les cercles pour un tir dangereux, juste après un bloc « sacrifice » de Čajkovský. Ce sera le seul tir cadré de l’avantage numérique.

La domination à cinq contre cinq se poursuit. Rakell, du cercle droit, envoie une volée croisée que Rybár sort d’un beau réflexe de la botte. La Slovaquie part en contre, s’installe et Jurčo envoie un tir mi-hauteur pour l’ouverture du score (1-0).

Un but qui vexe la Suède. Le rythme augmente donc d’un cran, avec un patinage à haute vitesse. Le favori assène des charges, tente de développer son jeu de passe flamboyant, mais se heurte à un pressing slovaque irréprochable. Les essais se multiplient. Everberg, en pivot, se heurte lui aussi à Rybár.

Cette poussée spectaculaire finit par payer. Klingberg, à la bleue, lance mi-hauteur à travers la foule. Everberg, planté dans l’enclave, dévie de la crosse (1-1).

Marcinko puni dans la foulée, les quasi-locaux insistent. Ils campent dans la zone slovaque. Un premier tir est bloqué, puis le palet est renvoyé dans le slot vers Backlund. Cette partie de billard profite à Gustav Nyquist au deuxième poteau, qui lève son palet (1-2).

Un dernier lancer de Haščák sur l’aile droite initie une bonne séquence slovaque à quelques secondes de la pause. Il récupère, tourne autour de la défense et pousse Hampus Lindholm à le faire tomber. Il y aura 1’53 de supériorité à la reprise.

La mécanique ralentit

La Slovaquie n’exploite pas cet avantage, mais obtient une occasion peu après. Profitant d’un changement de ligne suédois, elle se crée un deux-contre-un. Dávid Bondra reprend de volée à droite, mais Hellberg se déplace très vite et sort une mitaine spectaculaire.

Un arrêt déterminant. Une minute plus tard, la Suède attaque en nombre, et le jeu de passe rapide entre Wikstrand et Kempe libère Jacob de la Rose sur la droite. Sa volée au cercle prend de vitesse Rybár (1-3).

La Slovaquie ne lâche rien. Bakoš tente un tir en angle fermé, que Hellberg repousse en hauteur. Haščák parvient à le reprendre mais voir le disque s’échapper hors cadre.

Le jeu file d’un but à l’autre : tour de cage de la Slovaquie qui traverse l’enclave sans être repris, deux-contre-un mené par Backlund, avec une reprise à côté…

À cinq minutes de la pause, la Suède joue bien dans la profondeur, exploitant un changement de ligne. Un contre favorable fait retomber le palet sur la crosse de Nyquist, qui trouve Elias Pettersson seul devant le but. Le prodige de 19 ans tente un tir entre ses jambes et Rybár sauve son camp.

Sekera prend deux minutes et la Suède s’installe. Sauf que Zibanejad brise sa crosse. Nagy récupère et envoie Ďaloga seul devant Hellberg. Le défenseur gagne son duel en infériorité numérique (2-3). Nyquist et Adam Larsson répliquent sur le reste d’avantage, sans réussite.

La Suède conserve un but d’avance après deux tiers, mais a plutôt déjoué au cours de ces vingt minutes.

Furia slovaque

Et ce n’est guère mieux à la reprise. Empruntée et pataude, la Suède peine à développer son hockey, mélange de patinage, puissance physique et jeu de passe. La Slovaquie semble avoir trouvé la clé pour bloquer ce système, et ne concède pas beaucoup de tirs. Mieux, elle s’octroie elle aussi de sérieuses occasions, à l’image d’un débordement de Dávid Buc, bloqué de justesse de la mitaine par Hellberg.

À s’endormir sur leurs lauriers, les Suédois se font punir. Une mise au jeu dans la neutre est bien menée et la Slovaquie prend à revers une défense adverse aux abois. Un 2-contre-1 permet à Nagy de recevoir la passe au cercle gauche et le vétéran égalise (3-3).

La première ligne jaune répond immédiatement. Zibanejad frôle le but en reprenant en pivot un rebond mi-hauteur, mais Rybár est sur sa route.

Mais la Slovaquie, en feu, ne s’en laisse pas compter. Son échec-avant très agressif lui offre des palets de récupération et quelques situations tendues. Kudrna, bien lancé en entrée de zone, sollicite ainsi Hellberg de l’aile gauche. Une autre bonne transversale dans le dos de la défense permet à Ďaloga de s’infiltrer tout en vitesse. Hellberg sort la mitaine. Une autre action met la panique dans l’enclave, mais file à côté.

En dépit de quelques efforts en fin de tiers, largement stériles, la Suède doit abandonner au moins un point à la Slovaquie : prolongation.

La Slovaquie obtient la première chance par Nagy, et Hellberg contrôle de la mitaine. Jurčo n’a plus de réussite de près. Hovorka, esseulé dans l’axe, manque lui le cadre. Ďaloga, encore lui, part en un-contre-un et son tir file à côté. La Suède obtient enfin une chance, par Klingberg, et Rybár sort la mitaine.

Nyquist s’infiltre et provoque un accrochage de Ďaloga… La Slovaquie presse haut, et essaie de dégager à sa bleue. Mais un duel physique crée un revirement. Rakell et Zibanejad s’échangent le palet et le joueur des Rangers est crédité du but, dévié par Sekera dans son but, dans une explosion d’une patinoire pleine à craquer… mais la Slovaquie réclame l’assistance vidéo pour hors jeu. Après quelques minutes d’attente, les officiels valident le but.

La Suède s’en tire bien avec une nouvelle victoire, mais abandonne un point en route. Après un premier tiers dominateur, elle s’est reposée sur ses lauriers et s’est heurtée à une formation slovaque accrocheuse et combative. De bon augure pour les Slovaques dans la course aux quarts.

(photo de Jonathan Vallat)

 

Slovaquie – Suède 3-4 après prolongation (1-2, 1-1, 1-0, 0-1)
Samedi 12 mai 2018, 12h15. Royal Arena de Copenhague. 12490 spectateurs.
Arbitrage de Brett Iverson (CAN) et Stephen Reneau (USA) assistés de Rene Jensen (DAN) et Lukas Kohlmüller (ALL).
Pénalités : Slovaquie 8′ (4′, 2′, 0′, 2′), Suède 2′ (2′, 0′, 0′, 0′).
Tirs : Slovaquie 28 (8, 6, 11, 3), Suède 33 (21, 5, 4, 3).

Récapitulatif du score
1-0 à 10’32 : Jurčo assisté de Grman et Krištof
1-1 à 15’14 : Everberg assisté de Klingberg et H. Lindholm
1-2 à 18’06 : Nyquist assisté de Backlund et Gustafsson
1-3 à 24’53 : de la Rose assisté de Kempe et Wikstrand
2-3 à 36’40 : Ďaloga assisté de Nagy (inf. num.)
3-3 à 46’54 : Nagy assisté de Krištof et Čajkovský
3-4 à 64’18 : Zibanejad assisté de Rakell et Klingberg (sup. num.)

Slovaquie

Attaquants
Ladislav Nagy (A, +3) – Michal Krištof (+3) – Tomáš Jurčo (+2)
Marcel Haščák (2′, -1) – Marek Hovorka (-1) – Martin Bakoš (-1)
Dávid Bondra (-1) – Dávid Buc (-2) – Patrik Svitana (-1)
Lukáš Cingel (-1) – Tomáš Marcinko (2′, -1) – Andrej Kudrna

Défenseurs
Michal Čajkovský (+1) – Andrej Sekera (C, 2′)
Dominik Graňák (A, -1) – Marek Ďaloga (2′, +1)
Christián Jaroš (-1) – Martin Fehérváry (-2)
Adam Jánošík (+1) – Mario Grman (+1)

Gardien :
Patrik Rybár

Remplaçant : Marek Čiliak (G). Réservistes : Denis Godla (G), Juraj Mikúš (A), Pavol Skalický (A)

Suède

Attaquants
Rickard Rakell (-2) – Mika Zibanejad (-1) – Mattias Janmark (-2)
Gustav Nyquist (+1) – Mikael Backlund (C, +1) – Elias Pettersson
Magnus Pääjärvi (+1) – Johan Larsson – Dennis Everberg (+1)
Lias Andersson – Adrian Kempe – Jacob de la Rose

Défenseurs
Oliver Ekman-Larsson (A, -2) – Adam Larsson (+1)
Hampus Lindholm (2′, +1) – John Klingberg (A, -2)
Erik Gustafsson (+2) – Mikael Wikstrand (+1)

Gardien :
Magnus Hellberg

Remplaçant : Anders Nilsson (G).

Championnats du mondeCopenhagueSlovaquieSuède