Grenoble – Gap (Ligue Magnus, 38e journée)

Les Rapaces en voulaient plus

Après un match très compliqué contre Nice vendredi où ils se sont imposés aux tirs au but après avoir laissé filer une avance de trois buts dans les onze dernières minutes du troisième tiers-temps, les Brûleurs de Loups ont l’occasion de se reprendre deux jours après devant leur public face aux Rapaces de Gap. Après Anglet et Nice, Grenoble reçoit donc une autre équipe à la lutte pour une place en play-offs. Il faut s’attendre à une rencontre bien plus difficile que la dernière opposant les deux voisins dauphinois juste avant Noël alors que les Brûleurs de Loups s’étaient imposés 11-3 à l’Alp’Arena. Les hommes d’Edo Terglav avaient également remporté les deux premières rencontres 5-0 et 3-1 cette saison et visent donc la passe de quatre face à un adversaire qui s’est considérablement renforcé ces dernières semaines avec les arrivées en décembre de Bostjan Golicic, Joey Raats, Jean Dupuy, Patryk Wronka et Ondrej Smach alors que Jakub Melisko et Roberts Jekimovs quittaient les Hautes Alpes.

Après un temps d’adaptation avec toutes ces recrues, les Rapaces ont fini par trouver leur rythme de croisière. Après deux sévères défaites face à Mulhouse (0-5) et Rouen (1-6), ils se sont en effet imposés face à Nice (3-2), Angers (4-3), Anglet (3-2) et Bordeaux (5-2), restant ainsi sur quatre victoires consécutives. Bien accrochés à leur huitième place mais toujours sous la menace d’Anglet et de Nice dans une moindre mesure, les Rapaces ne peuvent plus se permettre de perdre des points en route pour faire partie du « Top 8 » en fin de saison. Le « derby » dauphinois sent donc la poudre cet après-midi. Grenoble est toujours privé de Koudri, Fabre et Legault alors que Gap doit faire sans Raphaël Faure.

C’est dans un uniforme inhabituel en hommage aux troupes de montagne célébrées lors de cette rencontre que les Brûleurs de Loups donnent le coup d’envoi de ce match. Sébastien Raibon est titularisé devant la cage grenobloise et il est le premier à être sollicité dans cette rencontre en sortant une belle mitaine face à Gutierrez pour capter un palet perdu par la défense grenobloise. Les Rapaces effectuent un bon pressing en zone offensive et Raibon repousse de nouveau le palet sur une déviation de Schmitt sur un lancer de Goličič. Les réactions grenobloises sont plus rares. Sacha Treille parvient à lancer à la cage mais le palet revient rapidement du côté grenoblois. Sur un palet perdu à la ligne bleue offensive par McEachen, Guertin parvient à s’échapper tout seul pour aller défier Raibon qui remporte son duel d’un joli puckcheck. Les deux équipes se donnent à fond et Grenoble finit par réagir sur une bonne entrée de zone de Rohat qui décale Dair lequel vient buter sur Ylönen. Les Rapaces sont quasiment dangereux sur chaque contre-attaque à l’image de Jean Dupuy qui s’approche de la cage mais cette fois Yann Sauvé anticipe bien. Les Brûleurs de Loups poussent, Kyle Hardy lance sur la cage en bonne position mais Ylönen repousse. Cette bonne période grenobloise se conclut par une pénalité de Guertin, coupable d’avoir retenu la crosse de Damien Fleury. Première supériorité numérique pour Grenoble donc avec un premier lancer de Hardy sur Ylönen mais Kearney ne parvient pas à cadrer le rebond. Après une bonne circulation du palet en zone offensive, Valier se retrouve face à la cage mais ne parvient à pas à cadrer son tir. Finalement la pénalité est tuée par les Gapençais.

De retour à cinq contre cinq, les Gapençais repartent à l’offensive mais les Brûleurs sont également dangereux avec une passe en retrait de Fleury pour Rohat qui ne parvient pas redresser le palet et manque le cadre. Le contre gapençais aurait pu faire la différence avec un palet envoyé par Mickēvičs juste au-dessus de la lucarne. Gap insiste près de la cage grenobloise et sur un palet bien amené par Vondracek, Paul Schmitt s’y reprend à trois fois pour essayer de marquer mais Raibon repousse et parvient à préserver miraculeusement sa cage inviolée. Les Brûleurs de Loups n’arrivent pas à bloquer l’accès la cage et les Rapaces font tourner le palet en zone offensive comme s’ils étaient en supériorité numérique. Le palet traîne devant la cage grenobloise mais si Guertin, ni Goličič ne parviennent à le reprendre. Malmené, Grenoble essaie de se ressaisir avec un lancer lointain de Manavian repoussé difficilement par Ylönen. Mais les Gapençais sont plus incisifs : Dimitri Thillet hérite du palet seul face à la cage mais ne cadre pas son tir. Le palet va d’une cage à l’autre avec un deux contre un emmené par Fleury mais Ylönen ne se laisse pas surprendre. Etienne Boutet est sanctionné à son tour ce qui permet à Grenoble de quasiment finir le tiers en supériorité numérique. Le power-play grenoblois a du mal à s’installer et le boxplay gapençais s’en sort assez facilement. Ylönen repousse un lancer de Treille alors que le jeu revient à cinq contre cinq. Mais les Brûleurs de Loups parviennent à maintenir le palet dans la zone offensive et à l’ultime seconde, Trabichet décale Sauvé dont le lancer en one timer finit en lucarne (1-0, 19’59’). Sur le fil, Grenoble prend l’avantage après une période équilibrée et même légèrement dominée par Gap.

Gap ne semble pas trop perturbé par ce but encaissé à l’ultime seconde et repart à l’attaque au deuxième tiers-temps. Une première incursion de Golicic n’est pas bonifiée par Colotti qui manque de peu le palet. Les Grenoblois ne sont pas en reste avec un tir de Dair suite à un bon décalage de Kearney mais Ylönen bloque la rondelle. Une pénalité est appelée pour un cinglage de Kearney sur l’action. Première supériorité numérique dans la rencontre pour les Rapaces. Le power-play est vite insitallé par Gap, Colotti tente sa chance de près mais Raibon ferme la porte. Par la suite, rien ou pas grand-chose, le boxplay grenoblois parvenant à bien neutraliser le power-play gapençais. De retour à égalité numérique, les Brûleurs de Loups reviennent dans la zone offensive avec Aleardi autour d’une belle action individuelle autour de la cage gapençaise. Valier parvient à faire le tour de la cage d’Ylönen mais ne parvient pas à redresser le palet. Le jeu est plus fermé que lors de la première période mais les Brûleurs de Loups semblent tenir la rondelle jusqu’à ce que Hardy se fasse sanctionner pour un cinglage sur Correia. Deuxième chance en supériorité numérique pour Gap mais comme lors de la première, le boxplay grenoblois prend le dessus malgré une dernière bonne combinaison gapençaise conclue par un tir de Gagnon. Mais les Brûleurs de Loups ont du mal à rester à cinq sur la glace dans ce tiers car Bisaillon se fait sanctionner à son tour pour une charge sur Correia.

C’est la troisième supériorité numérique consécutive pour Gap qui cette fois arrive à mieux installer le jeu en zone d’attaque. Thillet manque de peu le palet sur une remise de Gutierrez, le palet revient à la ligne bleue sur Bourgeois qui lance à la cage mais Raibon dévie la rondelle de la jambière. On s’achemine vers une nouvelle pénalité tuée par Grenoble mais sur une ultime tentative, Gutierrez lance à la cage et marque en reprenant son propre rebond alors que le palet avait était repoussé dans un premier temps par Raibon alors qu’il ne restait que cinq secondes dans la pénalité (1-1, 34’27’). Sur l’action qui amène au but, Tartari écope d’une pénalité ce qui amène Gap vers une quatrième supériorité numérique dans ce tiers. Cette fois Gap n’arrive pas à trouver de position de tir dangereuse. Non seulement Grenoble tue la pénalité mais obtient à son tour une supériorité pour une faute de Chapuis sur Valier. Le power-play grenoblois est vite installé, Sacha Treille a une grosse opportunité mais ne parvient pas à reprendre son propre rebond. Un lancer lointain de Hardy passe de peu à côté, les Brûleurs de Loups poussent jusqu’à la fin de la supériorité. Hardy s’ouvre le chemin du but mais butte sur Ylönen qui réalise une double parade spectaculaire pour s’opposer au défenseur grenoblois. Gap s’en sorti bien sur cette infériorité mais Patryk Wronka manque la cage à bout portant sur une action offensive dans les ultimes secondes du tiers qui voit les deux équipes se séparer dos à dos à l’issue d’une période fertile en pénalités.

Le troisième tiers s’annonce indécis entre deux équipes proches dans le jeu comme au tableau d’affichage. Mais ce sont les Rapaces qui prennent le meilleur départ en profitant d’une contre-attaque rapidement menée alors que la défense grenobloise était montée aux avants postes. Thillet et Gutierrez jouent parfaitement le deux contre un et Gutierrez conclut d’un tir croisé sans opposition (1-2, 41’10’). Gap prend les devants dans la rencontre et tente de nouveau de poser son empreinte dans la zone grenobloise avec un lancer de Smach. Mais Grenoble réagit vite en posant le jeu dans la zone offensive avec une bonne circulation de palet : Manavian prend un bon lancer à la ligne bleue : le palet est seulement freiné de la mitaine par Ylönen et le palet glisse derrière la ligne (2-2, 43’05’).  Les compteurs sont donc rapidement remis à zéro par les Brûleurs de Loups qui ne se laissent pas distancer. Dans la foulée, un centre de Bisaillon est manqué de peu par Sacha Treille. Puis c’est au tour de Gap de se signaler par un lancer de Bourgeois bien capté par Raibon alors que Baylacq et Correia commence à en venir aux mains. Les Grenoblois essaient de reprendre l’initiative avec un lancer de Manavian dans le trafic mais Ylönen est présent. Kearney a une bonne occasion de faire la différence sur une accélération mais il ferme trop son angle. Suite à un bon jeu de Smach, Mickevics récupère le palet devant la cage et semble avoir marqué, Raibon ne parvenant pas à le bloquer avant qu’il ne franchisse la ligne. Le but est finalement refusé après la revue à la vidéo. Grosse colère du côté du banc gapençais mais le jeu reprend et dans la foulée Gutierrez se fait sanctionner ce qui permet à Grenoble de jouer en supériorité numérique. Le power-play isérois a du mal à s’installer. Damien Fleury tente sa chance sur une accélération puis Champagne met la pression sur Ylönen à bout portant mais ce dernier se saisit du rebond.

Une fois la pénalité tuée, Gap repart à l’offensive avec un lancer non cadré de Correia puis un autre d’Arnaud Faure difficilement capté par Raibon de la mitaine. Grenoble est en possession du palet en zone offensive mais sur un contre Romain Chapuis se rappelle au bon souvenir de Pôle Sud avant que son lancer ne soit bloqué par Raibon. Sur un turnover à la ligne bleue, Gap récupère le palet ce qui permet à Dupuy de lancer face à la cage. A six minutes de la fin, les affaires grenobloises se compliquent lorsque Hardy fait trébucher Rémi Colotti. Le jeu de puissance gapençais s’installe en zone offensive. Colotti manque une cage grande ouverte, la pression s’accentue sur la cage grenobloise mais la défense grenobloise tient bon. Suite à un brassage devant la cage grenobloise, Colotti se fait sanctionner pour un cinglage. A son tour, les Brûleurs de Loups se retrouvent en supériorité numérique. Pas pour longtemps car Sacha Treille bouscule Ylönen ce qui remet les deux équipes à quatre contre quatre. Golicic lance sur la cage grenobloise, Ylönen repousse de l’épaule. Le palet va d’une cage à l’autre en cette fin de troisième tiers. Puis c’est au tour de Gap d’avoir quelques secondes en supériorité numérique. Le lancer de Gagnon n’est pas cadré, Le jeu revient à cinq contre cinq et on semble s’acheminer vers la prolongation. Mais à une minute de la fin, Sauvé se fait subtiliser le palet le long de la bande par Thillet et Guertin qui trouve Goličič seul devant le slot, libre de tout marquage. L’ancien grenoblois a tout le loisir pour ajuster Raibon d’un tir croisé (2-3, 58’49’). Edo Terglav prend un temps mort et sort Raibon dans l’ultime minute, trop tard.

Après avoir joué avec le feu contre Anglet et Nice, les Brûleurs de Loups ont fini par se brûler contre Gap. Sans qu’il n’y ait vraiment à redire. Trop laxiste défensivement, les Grenoblois ont laissé trop de marge de manœuvre aux attaquants gapençais au troisième tiers-temps ce qui a conduit aux buts de Gutierrez et surtout Goličič qui crucifie son ancienne équipe en toute fin de match. Malgré un bon match de Sébastien Raibon, les champions de France n’ont pas su hisser leur niveau de jeu pour prendre la mesure d’une équipe gapençaise plus intense, plus impliquée et sans doute plus motivée par l’enjeu de cette rencontre, étant en pleine course vers le play-offs. Plus inquiétante, la panne des joueurs offensifs, neutralisés par la défense gapençaise, puisque les deux buts ce soir ont été marqués par des défenseurs, Sauvé et Manavian. Même si cette défaite a des conséquences limitées, Grenoble ayant encore une avance confortable en tête du classement, elle reflète le coup de moins bien constaté à domicile depuis deux rencontres face à des équipes de deuxième partie de tableau (Anglet et Nice). Et cette fois, les tirs au but n’ont pas réussi à sauver Grenoble qui devra se remobiliser à Amiens mardi dans un choc du haut de tableau sous peine de voir le trio de poursuivants se rapprocher dangereusement au classement.

Les Gapençais restent en revanche sur une belle dynamique avec ce cinquième succès consécutif qui leur permet de conforter leur huitième place au classement et de se rapprocher de la septième occupée par Chamonix. Les Rapaces ont semble-t-il trouvé leur rythme de croisière avec un équipe complète composée de quatre ligne homogènes ce qui a fait la différence en fin de rencontre alors que Grenoble avait fini par raccourcir son banc en jouant à trois ligne seulement. Solides défensivement, opportunistes offensivement, les Rapaces n’ont plus rien à voir avec l’équipe qui avait sombré en décembre à l’Alp’Arena face aux champions de France. Prometteur pour la fin de saison et les play-offs qui approchent à grand pas…

Désignés meilleurs joueurs du match : Sébastien Raibon (Grenoble) et Romain Gutierrez (Gap)

(Photos de Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « C’est une équipe qui presse super bas avec deux / trois joueurs, le troisième but c’est comme ça, on n’arrive pas à faire les jeux défensivement pour relancer l’attaque et puis voilà… C’est un match qui ne s’est pas joué à grand-chose, il y a deux bons gardiens, c’est comme ça. C’était un match très intense, avec une équipe engagée qui veut bien faire. Ça s’est joué sur les petits détails. Gap, ils jouent déjà en mode play-offs depuis quelque temps. C’est ça l’intensité des play-offs. Ils ont créé énormément de turnovers sur nos défenseurs, ils ont marqué un but qui fait la différence comme ça. Tout n’est pas négatif, aujourd’hui ça peut tourner dans notre sens comme dans l’autre, en troisième période on fait deux poteaux, le palet il ne rentre pas, on est un peu malchanceux sur le début de période. On n’a pas la même planification que cette équipe-là, on est en mode de préparation de play-offs pendant les matchs qui nous restent, on rencontre des équipes aujourd’hui qui sont déjà dans ce mode-là et c’est de bonnes choses pour nous de voir ce qui nous manque encore aujourd’hui de jouer à ce niveau-là et ça va être un bon test mardi contre Amiens… C’est une équipe qui veut se classer le mieux possible, ils ne jouent pas très bien depuis quelques matchs, ça va être un autre gros teste niveau intensité. Tout le monde joue de la manière, il n’y a pas d’excuse de ce côté-là, on travaille beaucoup physiquement aussi, il faut bien gérer les moments comme ça, on est à 2-2 et on fait une décision comme ça en fin de match, ça devrait pas arriver. Ce n’est pas une question d’être physiquement fatigué. On a moins de matchs que toutes les autres équipes les dernières deux semaines, ce n’est pas une excuse. »

Peter Valier (attaquant de Grenoble) : « C’est un match qui est assez dur pour nous, c’est encore une défaite à la maison chose qui commence à agacer. Comme on le dit depuis un moment, les erreurs, c’est nous qui les faisons, les buts, c’est nous qui leur donnons, encore un match où on peut s’en prendre qu’à nous encore une fois. On avait le tempo, on avait tout ce qui fallait pour prendre les trois points et encore une fois, on se tire une balle dans le pied. Sur le deuxième but, je dois sortir le palet et je ne le sors pas, sur le troisième on doit le sortir derrière la cage et on ne le sort pas… et voilà on leur fait des cadeaux, en face ils ont faim, ils veulent faire les play-offs donc ils saisissent avec plaisir. Encore une fois, il va falloir se regarder dans une glace, repartir de zéro, faire les choses simples et se mettre en jambes pour les play-offs parce que ça va être plus compliqué que prévu. Notre problème, c’est qu’on n’est pas constant, on ne joue pas soixante minutes, ces petites erreurs font qu’à chaque fois on leur donne l’occasion de revenir sur un but et puis ils prennent le momentum… Toutes les équipes elles ont faim, elles veulent faire les play-offs. Nous au lieu de leur donner des cadeaux, on est à la maison, on devrait les écraser et leur faire passer un message qu’ici à Grenoble, il n’y a rien à faire mais non, on est un peu trop gentils et on le paie cash à la fin du match. Amiens, c’est un des leaders du championnat, un prétendant à la coupe, on arrive aux play-offs, il y a des messages à faire passer. Déjà faire un match solide et complet pour nous, pour se rassurer et pour se remettre en marche et c’est un choc du haut de classement et ces duels là il faut les gagner. On n’a aucune excuse, on a des jambes, on s’entraine, l’équipe va bien, je pense qu’on est juste un peu stupide en ce moment. On ne doit pas faire ça, je ne sais pas pourquoi on fait ça. Rejouer mardi, ça va nous faire du bien, avec un match par semaine on est dans une routine où il ne se passe pas grand-chose alors qu’on a l’habitude d’enchaîner, là jouer un jour après, c’est bien, plus on joue, plus on se sent bien ! »

Eric Blais (entraîneur de Gap) : « On est sur une bonne série, on savait qu’en venant ici on allait jouer une des meilleures équipes du championnat. C’est une équipe qui met beaucoup l’accent sur l’offensive, ils ont vraiment une grosse force de frappe donc l’objectif c’était de faire un gros match défensif, de protéger notre gardien, de faire le dos rond par moment et d’exploiter ce qu’ils nous laissent. Quand on joue bien défensivement, ça veut dire qu’on joue avec le puck, et si on joue avec le puck, on peut se créer plus de chances de marquer. C’est pas fini, c’est une belle opération, on ne vit pas avec le passé, on est passé par une période difficile, je pense qu’on a appris de ça et maintenant qu’on est au complet – je peux vraiment le dire maintenant, je me suis jamais plains des absences – je pense qu’on a l’équipe pour faire un bout de chemin. On regarde devant mais on regarde surtout comment nous on doit jouer pour se sortir de cette situation là pour se donner une chance de faire les play-offs. Et on ne voit pas plus loin qu’un match après l’autre et le focus on le porte essentiellement sur nous-mêmes. On a un jeu qui est basé sur la vitesse et pour ça il faut travailler fort et on a eu la chance d’avoir fait une grosse préparation. On a eu aussi dans la saison des moments où on a pu travailler, comme Lyon n’était pas là, il y a des périodes où on jouait trois matchs mais aussi des périodes où on ne jouait qu’un match par semaine, et on s’est servi de ces périodes là pour faire travailler l’équipe. »

 

Grenoble – Gap 2-3 (1-0, 0-1, 1-2)

Dimanche 26 janvier 2020 à 15h à Pôle Sud. 3752 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre et Julien Peyre assistés de Leevan Thiebault et Thomas Caillot
Pénalités : Grenoble 12’ (0’, 8’, 4’), Gap 20’ (4’, 2’, 4’+10’)
Tirs : Grenoble 32 (11, 10, 11), Gap 36 (12, 14, 10)

Évolution du score :

1-0 à 19’59’ : Sauvé assisté de Trabichet et Fleury
1-1 à 34’27’ : Gutierrez assisté de Mickēvičs et Correia (sup. num.)
1-2 à 41’10’ : Gutierrez assisté de Mickēvičs et Thillet
2-2 à 43’05’ : Manavian assisté de Sauvé et Aleardi
2-3 à 58’49’ : Goličič assisté de Guertin et Thillet

Grenoble

Attaquants :

Denny Kearney (2’) – Joël Champagne (C) – Alex Aleardi
Sacha Treille (2’) – Damien Fleury (A) – Peter Valier
Julien Baylacq – Christophe Tartari (A) (2’) – Vincent Kara
Sébastien Rohat – Aurélien Dair

Défenseurs :

Kyle Hardy (4’) – Sébastien Bisaillon (2’)
Yann Sauvé – Antonin Manavian
Teddy Trabichet – Patrick McEachen

Gardien :

Sébastien Raibon [sorti de 58’59’ à 60’00’]

Remplaçant : Lukáš Horák (G). Absents : Adel Koudri (genou), Maxime Legault (blessé), Dylan Fabre.

Gap

Attaquants :

Mathieu Guertin (2’) – Boštjan Goličič – Fabien Colotti (2’)
Dimitri Thillet (A) – Romain Gutierrez (C) (2’) – Artūrs Mickēvičs
Julien Correia – Jean Dupuy (10’) – Patryk Wronka
Romain Chapuis (2’) – Roman Vondracek – Paul Schmitt

Défenseurs :

Ondrej Smach – Fabien Bourgeois
Etienne Boutet (2’) – Mathieu Gagnon
Arnaud Faure – Joey Raats

Gardien :

Sebastian Ylönen

Remplaçant : Jimmy Darier (G). Absents : Raphaël Faure, Alexandre Pascal, Victor Ranger

GapGrenoble