La fin d’une Suède toute NHL aux Mondiaux ?

Le Suède – Finlande de ce dimanche au Globen de Stockholm constitue la finale des Beijer Hockey Games, l’étape suédoise de l’Euro Hockey Tour. Et chez eux, les Suédois ont la possibilité de remporter le tournoi, pour la première fois depuis 2012. Pour enfin terminer première à la maison, il est impératif pour la Tre Kronor d’empocher au moins un point face aux rivaux finlandais.

Peu de changements sont à signaler dans l’alignement de la Suède, si ce n’est la première sélection de Sebastian Strandberg. L’attaquant de Djurgården tentera d’imiter Samuel Fagemo, buteur samedi à sa première sélection et propulsé cette fois-ci en première ligne. Côté finlandais, c’est tout le contraire puisque Jukka Jalonen a bouleversé ses lignes pour ce match. Avec pour objectif de chahuter le rival qui fait de nouveau plein au Globen.

La Finlande prise à la gorge

Et comme face à la Russie la veille, les Suédois vont montrer les crocs d’entrée de jeu. Henrik Tömmernes frappe, le gardien finlandais Frans Tuohimaa relâche un rebond dont profite Linus Johansson, qui marque ainsi son premier but en sélection (1-0). Menant au tableau d’affichage dès la troisième minute, la Suède double la mise six minutes plus tard. Junttila sanctionné pour interférence, c’est Samuel Fagemo qui se charge de la sanction. Le jeune attaquant de Frölunda bat Tuohimaa d’une puissante reprise de volée, son deuxième but en deux jours… et en deux sélections ! La sélection finlandaise encaisse donc un but en infériorité numérique… durant ce qui sera sa seule pénalité du match !

À la 16e minute, c’est un autre petit nouveau de la Tre Kronor qui s’illustre, Sebastian Standberg. L’attaquant de Djurgården obtient son premier point à son premier match en sélection en servant Daniel Zaar pour le 3-0. Posté devant le slot, Joel Mustonen réduira tout de même le score avant la pause, après une première période cauchemardesque des Finlandais (3-1).

La Suède a largement dominé les débats dans le premier tiers-temps, mais la Finlande va dominer le deuxième. Du moins, en terme de possession car les hommes de Jukka Jalonen peinent à se créer des occasions franches. La Suède de Johan Garpenlöv résiste avec talent dans son camp, et va en remettre une couche au tableau d’affichage. Servi par Fagemo, Dennis Everberg aggrave le score à 3’46 de la deuxième pause (4-1).

Rien ne va pour la Finlande dans ce match, pas plus en troisième période. Jalonen tentera bien de sortir son gardien à dix minutes de la fin pour créer un double avantage numérique, Klingberg se retrouvant au cachot, en vain. Tuohimaa revient devant ses filets, puis repart sur le banc en toute fin de match, donnant l’occasion à Linus Johansson d’inscrire un doublé en marquant en cage vide (5-1).

Le dilemme de Garpenlöv

La Finlande essuie une véritable humiliation, totalement bousculée par ses rivaux au summum de leur forme. La Suède remporte enfin son tournoi à domicile, une attente longue de huit ans. Et ce succès est amplement mérité. Solidité, projection vers l’avant, unités spéciales, implication de tous, la Tre Kronor a réussi sur tous les plans son tournoi. Il n’est alors guère étonnant que quatre des six joueurs figurant dans l’équipe-type du tournoi sont suédois : le gardien Magnus Hellberg, le défenseur Lukas Bengtsson, les attaquants Samuel Fagemo et Mathias Bromé. D’ailleurs, les cinq débutants en équipe de Suède (Pudas, Nilsson, Fagemo, Lundkvist, Strandberg) ont obtenu au moins un point durant le tournoi.

Les prédécesseurs de Garpenlöv, Pär Mårts et Rikard Grönborg, ont eu pour habitude de constituer une équipe quasiment entièrement NHL pour les Championnats du monde. Avec parfois dans certains cas des NHLers qui ont peu apporté en valeur ajoutée, éreintés, en manque de forme ou même d’implication. Le groupe constitué par Johan Garpenlöv pour ce tournoi a montré une implication sans faille (qui peut faire penser à la dernière sélection finlandaise championne du monde), et montré à leur sélectionneur une autre orientation que l’habituelle chasse aux NHLers. Les excellents résultats de ce week-end donneront forcément à réfléchir à Garpenlöv.

 

Suède – Finlande 5-1 (3-1, 1-0, 1-0)
Dimanche 9 février 2020 à 15h45 au Globen de Stockholm. 12166 spectateurs.
Arbitrage de Denis Naumov et Sergey Yudakov (RUS) assistés de Daniel Persson et Gustav Jonsson (SUE).
Pénalités : Suède 8′ (4′, 2′, 2′), Finlande 2′ (2′, 0′, 0′).
Tirs : Suède 20 (5, 4, 11), Finlande 28 (8, 9, 11).

Évolution du score :
1-0 à 02’42 : Johansson assisté de Tömmernes et Bromé
2-0 à 08’37 : Fagemo assisté de Bengtsson et Nilsson (sup. num.)
3-0 à 15’43 : Zaar assisté de Pudas et Strandberg
3-1 à 19’52 : J. Mustonen assisté de Koivisto et Melart
4-1 à 36’14 : Everberg assisté de Fagemo et Händemark
5-1 à 58’48 : Johansson assisté de Pudas et Bromé

Suède

Attaquants :
Dennis Everberg (+1) – Fredrik Händemark (+1) – Samuel Fagemo (+1)
Marcus Nilsson – Oscar Lindberg (2′) – Carl Klingberg (C, 2′)
Leon Bristedt (+1) – Sebastian Strandberg (+1) – Daniel Zaar (+1)
Mathias Bromé (+1) – Linus Johansson (+1) – Emil Sylvegård (+1)

Défenseurs :
Arvid Lundberg – Lukas Bengtsson
Jesper Sellgren (+1, 2′) – Nils Lundkvist (+1)
Henrik Tömmernes (A, +2) – Jonathan Pudas (+2, 2′)

Gardien :
Magnus Hellberg

Remplaçant : Lars Johansson (G). En tribune : Klas Dahlbeck (D), Gustav Rydahl (A), Malte Strömwall (A).

Finlande

Attaquants :
Matias Maccelli (-2) – Jori Lehterä (C, -2) – Jere Karjalainen (-1)
Jere Innala – Arttu Ilomäki – Lauri Pajuniemi
Jere Sallinen (-1) – Juhani Tyrväinen – Teemu Pulkkinen (-2)
Julius Junttila (2′) – Jani Lajunen (A, -2) – Joel Mustonen
Aleksi Mustonen

Défenseurs :
Veli-Matti Vittasmäki (-1) – Elmeri Eronen (-1)
Ilari Melart (+1) – Miika Koivisto (A, +1)
Oskari Manninen (-1) – Robin Salo (-1)
Jarkko Parikka (-2) – Julius Honka (-2)

Gardien :
Frans Tuohimaa [sorti de 50’40 à 52’32 puis de 58’20 à 58’48].

Remplaçants : Lassi Lehtinen (G). En tribune : Mikael Seppälä (D), Petteri Nikkilä (D), Julius Nättinen (A), Arttu Ruotsalainen (A).