La Finlande s’extirpe de la morsure du petit bulldog

Les deux perdants de la première journée ont des excuses. Les Tchèques n’ont pu amener aucun joueur de KHL ou de Suisse à cause des restrictions sanitaires. Le sélectionneur finlandais Jukka Jalonen était déçu de ne pas pouvoir compter sur certains joueurs de KHL retenus en préparation des play-offs, même s’il a pu en faire venir quelques-uns, dont certains par la route de Saint-Pétersbourg jusqu’à Helsinki pour entrer dans la bulle.

Les deux pays ont chacun amené trois débutants, mais n’en avaient aligné qu’un au premier match. La Finlande avait lancé dans le grand bain Anton Lundell, le capitaine de l’équipe nationale junior, et elle ajoute aujourd’hui les attaquants de 21 ans Aleksi Klemetti et Santeri Virtanen. Les Tchèques avaient fait débuter jeudi Oscar Flynn sur une quatrième ligne assez transparente, ils le laissent de côté cette fois et intègrent pour la première fois le défenseur Filip Král et l’attaquant Filip Suchý, appelé en dernier recours après une série de forfaits.

Miika Koivisto – photo Michel Bourdier

Suchý, qui ne jouait qu’en deuxième division la saison passée, est en terrain connu aux côtés de Petr Kodýtek, son coéquipier à Plzeň, qui n’avait fait que quatre présences comme treizième attaquant jeudi. Ils sont chargés d’amener de l’énergie sur la quatrième ligne, qui a un impact dès sa première présence : le « petit bulldog » Kodýtek (1m68) remporte la mise au jeu, Matěj Blümel va chercher le rebond et marque son deuxième but en deux sélections. Parfaitement lancés, les Tchèques ne s’arrêtent pas et dominent le premier tiers-temps par 20 tirs à 4.

Mais les pénalités commencent à casser leur rythme en deuxième période, même si le score ne change pas. Lorsque Radan Lenc double la mise dès le début du troisième tiers, on s’attend à ce que ce but conforte la victoire tchèque. C’est le contraire qui se produit. Teemu Turunen rabat le tir de son capitaine Miika Koivisto, et cette déviation relance la Finlande dans la partie. Michael Špaček prend alors la pénalité de trop, un retard de jeu, et le missile de la ligne bleue de Vili Saarijärvi remet les équipes à parité.

Le dénouement du match se fait dans l’épreuve des tirs au but. La qualité de la glace s’étant dégradée, la majorité des joueurs choisissent le tir plutôt que la feinte. Les Tchèques n’ont pas de réussite, ils touchent deux fois la barre. C’est donc Vili Saarijärvi, déjà auteur de l’égalisation, qui devient le héros du jour en donnant la victoire à la Finlande. Meilleur défenseur du Mondial U18 en 2015, champion du monde U20 en 2016 à Helsinki, le petit défenseur offensif Saarijärvi avait vu sa carrière nord-américaine s’enfoncer dans l’anonymat mais le retour au pays (au Lukko Rauma) lui a fait du bien.

Commentaires d’après-match

Filip Pešán (entraîneur de la République tchèque) : « Nous avons répété un problème qui nous a ennuyés au match précédent, et c’est la discipline. Malheureusement, c’est aussi une certaine caractéristique d’une équipe qui n’est pas complètement expérimentées. C’est la principale raison de la défaite. Cette fois il y a eu une faute technique, une à l’engagement et une en zone offensive. Je ne pense pas que ce soit dû à un manque de talent ou de mouvement. Les jeunes de la quatrième ligne ont bien tenu leur rôle. Le but de Matěj Blümel a été la cerise sur le gâteau. Ils ont fait un excellent travail en infériorité. Pareil pour Filip Král, pareil pour Gazda. Ils ont joué des rôles importants jusqu’à la fin, nous avons de grands joueurs pour l’avenir avec eux. [Le gardien Bartošák] a confirmé sa concentration, mais pour être honnête, il n’a remporté aucune des deux rencontres qu’il a jouées, ce qui est négatif à son poste. Mais il reste un des candidats qui peut être appelé aux championnats du monde. »

Petr Kodýtek (attaquant de la République tchèque) : « C’était un début de rêve pour notre ligne. Bien sûr, c’est bien mieux de marquer un but sur sa première présence que d’en encaisser un. Ou de passer une minute et demie devant notre but comme ça nous est arrivé sur la dernière infériorité. J’ai hésité un peu à changer, et ce fut une des présences les plus dures que j’ai jamais vécues. Je dois être plus malin. Nous avons su jouer simple. Mon travail est de défendre en infériorité et de prendre des forces à nos adversaires. »

Finlande – République tchèque 2-2 (0-1, 0-0, 2-1, 0-0) / 1-0 aux tirs au but
Samedi 13 février 2021 à 12h00 à la Malmö Arena. Huis-clos.
Arbitrage de Mikael Nord et Linus Öhlund assistés d’Andreas Malmqvist et Ludvig Lundgren (SUE).
Pénalités : Finlande 8′ (6′, 0′, 2′, 0′), Tchéquie 12′ (2′, 6′, 4′, 0′).
Tirs : Finlande 22 (4, 7, 8, 3), Tchéquie 32 (20, 5, 6, 1).

Évolution du score :
0-1 à 01’21 : Blümel assisté de Kodýtek
0-2 à 43’43 : Lenc assisté de Stránský et Špaček (sup. num.)
1-2 à 46’21 : Turunen assisté de Tiivola et Koivisto
2-2 à 51’24 : Säärijärvi assisté d’Innala et Lundell (sup. num.)

Tirs au but :
Tchéquie : Stránský (manqué), Birner (manqué), Lenc (manqué), Špaček (manqué), Tomášek (manqué).
Finlande : Aaltonen (manqué), Turunen (manqué), Lundell (manqué), Säärijärvi (réussi).

Finlande

Attaquants :
Miro Aaltonen (A) – Mikael Ruohomaa (A) – Markus Nurmi
Jere Innala – Anton Lundell – Niko Ojamäki
Teemu Turunen – Peter Tiivola – Aleksi Klemetti
Kasper Björkqvist – Hannes Björninen – Santeri Virtanen

Défenseurs :
Tony Sund – Vili Saarijärvi
Robin Salo – Valtteri Kemiläinen (A)
Jarkko Parikka (-1, 2′) – Osko Rantakari (-1, 2′)
Miika Koivisto (C, +1) – Axel Rindell (+1, 4′)

Gardien :
Janne Juvonen

Remplaçants : Harri Säteri (G), Robert Leino. En réserve : Petteri Nikkilä, Juuso Vainio, Juuso Puustinen, Jere Karjalainen.

Tchéquie

Attaquants :
Radan Lenc – Michael Špaček (2′) – Michal Birner (C)
Jakub Flek (-1) – Ondřej Roman (A, -1, 4′) – Matěj Stránský (-1)
Radek Koblížek – David Tomášek – Jiří Smejkal (2′)
Matěj Blümel (+1) – Petr Kodýtek (+1) – Filip Suchý (+1)

Défenseurs :
Michal Moravčík (A, 2′) – Filip Král
David Němeček (-1) – Libor Šulák
Ondřej Vitásek (+1) – Lukáš Klok (+1, 2′)
Daniel Gazda (-1)

Gardien :
Patrik Bartošák

Remplaçants : Dominik Hrachovina (G), Jan Ordoš. En réserve : David Musil, Dominik Lakatoš, Oscar Flynn.