Allemagne - Japon (7 février 1998)

 

Jeux Olympiques 1998, tour préliminaire, poule B.

Pas le meilleur profil de l'aigle

Le tournoi olympique débute mal pour le pays organisateur, par une crosse haute de Yamanaka après 27 secondes à peine. Mais pendant l'infériorité numérique, Kiyoshi Fujita est récompensé de son acharnement. Il ressort de la bande avec le palet, fait un grand pont sur Doucet, part en 2 contre 1 et décoche un slap puissant... sur le poteau gauche ! L'Allemagne est donc loin d'avoir la partie facile. Même quand Jochen Hecht est lancé en breakaway par un gros oubli défensif japonais, le gardien Shinichi Iwasaki s'interpose avec un arrêt du bouclier.

Y aurait-il quelque chose qui fonctionne à l'envers dans cette équipe d'Allemagne ? Oui : l'aigle qui orne la poitrine de ses maillots tout neufs. Au cours du premier tiers-temps, un représentant du Ministère de l'Intérieur à Bonn appelle la délégation du Comité olympique allemand à Nagano. Il pointe que les hockeyeurs jouent avec un blason ne correspondant pas aux normes officielles. La tête de l'aigle n'est pas la bonne car elle est penchée à sa gauche, or il doit normalement regarder à sa droite ! L'Allemagne, très nerveuse, finit par ouvrir le score avec un peu de réussite en fin de deuxième période. La mitaine d'Iwasaki, si sûre pendant l'infériorité numérique précédente, n'arrive pas à agripper un tir du cercle droit de Hecht : le palet part en l'air et retombe dans les filets.

Le Japon n'abdique pas et revient encore plus fort pour la troisième période. Le centre de la gauche de Tsutsumi Otomo passe sous Wieland (qui s'est agenouillé) et est dévié devant le but par Akihito Sugisawa, certes du patin mais de manière involontaire (1-1). Les spectateurs venus à grands renforts de drapeaux peuvent les agiter dans un grand moment de ferveur. L'équipe locale est même toute proche de prendre l'avantage lorsque Ryan Kuwabara, à son tour, tire sur le poteau.

Ce n'est qu'à neuf minutes de la fin que l'Allemagne s'extirpe de ce mauvais pas. Le héros inattendu s'appelle Daniel Kunce, le défenseur défensif qui marque son premier but avec l'équipe nationale par une vocation soudaine : sur une action installée en zone offensive, il fait une passe-abandon à Markus Wieland et va chercher lui-même le rebond lâché par Iwasaki en prenant le dessus physiquement sur Katayama (2-1). Face à des Japonais qui ont tout donné, la domination allemande dans les duels se traduit encore sur le dernier but. Opposé à Takayuki Miura dans le coin, Lars Brüggemann ressort le palet vers Mark MacKay. Le revers du Canadien naturalisé est contré par Sugisawa qui se couche en catastrophe mais la rondelle arrive sur Jan Benda qui a la cage ouverte au poteau gauche (3-1).

Le prix du bon gros cliché sera remis à la correspondante du New York Daily News qui s'étonne dans son article que "les petits Japonais avec leur régime à base de riz se soient montrés plus forts que les Allemands avec leur Bratwurst et leur choucroute". Peut-être alourdi par le poids des préjugés, l'aigle a failli laisser quelques plumes dans ce premier match, mais il peut toujours garder la tête levée bien droit vers son objectif. On verra bien si sa prochaine proie se présente sur la gauche ou sur la droite...

Marc Branchu

Commentaires d'après-match :

George Kingston (entraîneur de l'Allemagne) : "Ouf, que je suis soulagé ! Ce fut un accouchement difficile. Ce n n'est qu'au dernier tiers-temps que nous avons montré une vraie volonté de gagner. L'équipe a su avoir de la patience et contrôler le jeu. [Interrogé sur les joueurs allemands vus dans un bar l'avant-veille au soir] Qu'ils savourent leur bière. C'est mieux que de se verser du cola ou d'autres trucs dans le gosier. [...] Malgré tous nos efforts, nous n'avons pas réussi à ce que [les joueurs de NHL Kölzig, Krupp et Sturm] arrivent à temps pour le deuxième match contre le Bélarus."

Björn Kinding (entraîneur du Japon) : "L'équipe a perdu un match, mais le hockey au Japon a gagné."

 

Allemagne - Japon 3-1 (0-0, 1-0, 2-1)
Samedi 7 février 1998 à 20h00 au Big Hat de Nagano (JAP). 9851 spectateurs.
Arbitrage de Don Adam (USA) assisté de Václav Český (TCH) et Rudolf Lauff (SVK).
Pénalités : Allemagne 22' (6', 10', 6'), Japon 16' (6', 6', 4').
Tirs cadrés : Allemagne 33 (9, 10, 14), Japon 22 (5, 9, 8).
Tirs bloqués : Allemagne 12 (5, 2, 5), Japon 8 (2, 4, 2).
Tirs non cadrés : Allemagne 12 (2, 8, 2), Japon 10 (1, 3, 6).
Engagements : Allemagne 37 (12, 14, 11), Japon 38 (14, 10, 14).

Évolution du score :
1-0 à 37'03" : Hecht assisté de Wieland
1-1 à 43'50" : Sugisawa assisté d'Otomo
2-1 à 51'24" : Kunce assisté de Wieland
3-1 à 55'05" : Benda assisté de MacKay
 

Allemagne

Attaquants :
29 Jochen Hecht (+1, 2') - 71 Stefan Ustorf (+1) - 7 Thomas Brandl (A, +1, 6')
83 Jan Benda (4') - 81 Mark MacKay (2') - 32 Lars Brüggemann
22 Andreas Lupzig (+1, 2') - 17 Peter Draisaitl (+1) - 10 Reemt Pyka (+1)
23 Dieter Hegen (C) - 16 Benoît Doucet (2') - 20 Jürgen Rumrich (A)

Défenseurs :
12 Mirko Lüdemann - 15 Jochen Molling (2')
41 Daniel Kunce (+1, 2') - 33 Markus Wieland (+1)
47 Brad Bergen (+1) - 36 Erich Goldmann (+1)

Gardien :
30 Joseph Heiss

Remplaçant : 27 Klaus Merk (G).

Japon

Attaquants :
12 Steven Tsujiura (A, -1) - 47 Matthew Kabayama (-1) - 40 Kiyoshi Fujita (-2)
75 Chris Yule - 30 Shin Yahata (2') - 71 Ryan Kuwabara (4')
15 Tsutsumi Otomo (-1) - 24 Kunihiko Sakurai (A, 2') - 22 Makoto Kawahira (2')
16 Toshiyuki Sakai (C, -1), 13 Akihito Sugisawa

Défenseurs :
6 Takeshi Yamanaka (2') - 7 Takayuki Kobori (-1, 2')
9 Tatsuki Katayama (-1) - 2 Hiroyuki Miura (-1)
36 Takayuki Miura (-1, 2') - 11 Yutaka Kawaguchi (-1)
3 Atsuo Kudoh (+1)

Gardien :
1 Shinichi Iwasaki

Remplaçants : 70 Dusty Imoo (G), 23 Yuji Iga, 31 Hiroshi Matsuura (A). En réserve : 27 Jiro Nihei (G).

 

Retour aux Jeux Olympiques de Nagano