Slovaquie - Italie (8 février 1998)

 

Jeux Olympiques 1998, tour préliminaire, poule A.

Affaiblie par la grippe, la Slovaquie a l'occasion de se remettre de sa contre-performance initiale et de reprendre la tête de son groupe. Mais elle laisse Mario Chitarroni se créer une première occasion dans l'enclave dès la première minute, mais il ne cadre pas son tir. Après cette alerte, les Slovaques se montrent plus actifs. À la septième minute, Ľubomír Sekeráš intercepte un dégagement poussif de Gates Orlando et donne à droite à Vlastimil Plavucha qui entre en zone et prend un tir vicieux en angle (1-0). Ce but concédé sous le bras est un bien mauvais départ pour le gardien Mario Brunetta, qu'Adolf Insam a titularisé à la surprise générale au lieu de Mike Rosati.

La Slovaquie gâche ce début réussi à cause d'un cinglage du capitaine Zdeno Cíger puis d'une obstruction de Plavucha. Ces deux pénalités coûtent deux buts. Pendant le premier avantage numérique, Stefano Figliuzzi, dans le cercle gauche, nettoie la lucarne. Quatre secondes après la fin de la seconde supériorité numérique, Igor Murin est gêné par Mansi et ne peut rien faire sur le lancer balayé de Dino Felicetti (1-2). Les Slovaques, eux, ne profitent pas de 49 secondes à 5 contre 3 après des fautes de Nardella et Chitarroni. Le sort semble alors s'acharner sur eux. Un tir de Ján Pardavý échoue sur le poteau. Le centre Oto Haščák est ensuite blessé dans un choc genou contre genou, obligeant le coach Ján Šterbák à finir le match avec une rotation incomplète.

Le début de la deuxième période permet pourtant une spectaculaire résurrection. Jozef Daňo trouve une passe parfaite en zone neutre, entre les défenseurs Larry Rucchin et Chris Bartolone, vers Vlastimil Plavucha qui par seul devant Brunetta et le fusille entre les bottes. Puis, 37 secondes plus tard, un dégagement de derrière la cage slovaque de Ján Varholík est mal contrôlé au centre de la glace par Leo Insam. Róbert Petrovický hérite alors du second breakaway consécutif pour la Slovaquie, et choisit pour sa part de dribbler le gardien. Ce n'est pas fini. Plavucha reprend en one-timer, dans le cercle droit, une passe transversale de Sekeráš pour s'offrir un triplé personnel (4-2). Ces trois buts en l'espace de 2'13" mettent fin à la soirée du pauvre Mario Brunetta, qui aura encaissé 4 buts en 8 tirs !

Mike Rosati retrouve sa place habituelle et rassure une défense italienne qui paraissait désorganisée et ouverte à tous les vents. Plavucha manque un quadruplé en ratant la cage ouverte face à lui. Pas encore morte, l'Italie revient à portée. À la dernière minute du deuxième tiers-temps, Roland Ramoser sert Mario Chitarroni qui part en 2 contre 1 avec Busillo. Plutôt que la passe, Chitarroni choisit le tir en utilisant le défenseur Varholík comme écran et trouve la lucarne (4-3).

Ce but ouvre la voie à une troisième période tendue. Les duels deviennent de plus en plus physiques. La Slovaquie, nerveuse, essaie de préserver son avantage et cherche toujours les ouvertures en contre-attaque. Lancé en échappée, Róbert Petrovický est accroché par Mike de Angelis, il tombe sur la glace et son corps couché enfonce Rosati dans ses filets. Pendant que le gardien italien repousse l'attaquant, Ján Pardavý centre du revers pour Branislav Jánoš qui marque en lucarne. Petrovický célèbre le but avec ses collègues. L'arbitre va-t-il l'annuler et accorder un tir de pénalité pour la faute préalable ? Quand M. Andersson n'inflige que deux minutes de pénalité à De Angelis, les Slovaques s'estiment floués. Ils devront trembler jusqu'à la fin.

L'Italie est éliminée avec cette deuxième défaite. En gagnant sur le même score que le Kazakhstan, la Slovaquie est seulement deuxième du groupe, au nombre de buts marqués. Elle devra donc impérativement gagner son dernier match face au Kazakhstan, mais elle s'en estime capable avec l'arrivée des renforts de NHL. Ce succès dans la douleur a préservé l'essentiel.

Marc Branchu

 

Slovaquie - Italie 4-3 (1-2, 3-1, 0-0)
Dimanche 8 février 1998 à 18h00 au Big Hat de Nagano (JAP). 8620 spectateurs.
Arbitrage de Bengt Andersson (SUE) assisté de Thomas Schurr (ALL) et Hirokazu Takahashi (JAP).
Pénalités : Slovaquie 12' (4', 8', 0'), Italie 20' (4', 10', 6').
Tirs cadrés : Slovaquie 22 (5, 3+10, 4), Italie 28 (11, 9, 8).
Tirs bloqués : Slovaquie 15 (5, 5, 5), Italie 6 (1, 2, 3).
Tirs non cadrés : Slovaquie 11 (4, 6, 1), Italie 8 (2, 4, 2).
Engagements : Slovaquie 38 (11, 15, 12), Italie 35 (15, 9, 11).

Évolution du score :
1-0 à 06'41" : Plavucha assisté de Sekeráš
1-1 à 08'50" : Figliuzzi assisté d'Insam (sup. num.)
1-2 à 11'56" : Felicetti assisté de De Angelis et Mansi
2-2 à 21'23" : Plavucha assisté de Dano et Sekeráš
3-2 à 22'00" : Petrovický
4-2 à 23'36" : Plavucha assisté de Sekeráš et Cíger
4-3 à 39'13" : Chitarroni assisté de Ramoser
 

Slovaquie

Attaquants :
20 Zdeno Cíger (C, +1, 2') - 35 Karol Rusznyák (+1) - 28 Ľubomír Kolník
22 Roman Kontšek - 29 Jozef Daňo (A, 2') - 19 Róbert Petrovický (+1)
24 Ján Pardavý - 10 Oto Haščák (A) - 21 Branislav Jánoš
13 Roman Stantien (+1) - 15 Peter Pucher (+1) - 9 Vlastimil Plavucha (+1, 2')

Défenseurs :
5 Miroslav Mosnár (2') - 8 Stanislav Jasečko (+1)
7 Ľubomír Sekeráš (+2, 2') - 6 Ľubomír Višňovský (+2, 2')
27 Ján Varholík (-1) - 33 Ivan Droppa

Gardien :
1 Igor Murín

Remplaçant : 2 Pavol Rybár (G). En réserve : 30 Miroslav Simonovic (G).

Italie

Attaquants :
16 Bruno Zarrillo (-1, 2') - 17 Gaetano Orlando (A, -1, 2') - 27 Lucio Topatigh (A, -1)
21 Joe Busillo (-1, 2') - 24 Mario Chitarroni (-1, 4') - 11 Roland Ramoser (-1, 2')
9 Dino Felicetti (2') - 91 Stefano Figliuzzi (-1, 2') - 12 Maurizio Mansi
22 Stefano Margoni - 77 Markus Brunner - 19 Patrick Brugnoli

Défenseurs :
25 Chad Biafore (+1) - 7 Robert Nardella (-1, 2')
26 Lawrence Rucchin (-1) - 29 Christopher Bartolone (-2)
5 Leo Insam (-1) - 34 Michael De Angelis (2')
4 Robert Oberrauch (C) - 28 Martin Pavlu

Gardien :
1 Mario Brunetta puis 34 Mike Rosati à 23'36"

En réserve : 33 David Delfino (G).

en noir, la feuille de match officielle ; en rouge, les corrections de Hockey Archives

 

Retour aux Jeux Olympiques de Nagano