France - Allemagne (10 février 1998)

 

Jeux Olympiques 1998, tour préliminaire, poule B.

Les renforts allemands de NHL ont surmonté la déception d'arriver au moment où leur équipe venait de se faire éliminer. Ils n'iront pas dans la compétition principale, mais puisqu'ils sont là, ils tiendront leur rôle jusqu'à la fin pour finir à la meilleure place possible qui reste, la neuvième. Olaf Kölzig, qui avait amené un caméscope pour tenir un journal vidéo de son voyage, n'est pas là pour une reconversion de cinéaste et a tout de suite annoncé qu'il était prêt à jouer. Marco Sturm s'active en attaque. Malgré son passé agité avec la sélection nationale, Uwe Krupp est même nommé capitaine en remplacement de Didi Hegen forfait ce soir. Tous trois apportent une certaine fraîcheur dans les mentalités, car ils vivent très loin des problèmes existentiels des joueurs allemands en DEL.

L'Allemagne, qui restait sur trois défaites consécutives contre l'équipe de France, veut renouer avec la victoire. Elle domine la première période mais se heurte à un solide François Gravel. Le gardien des Scorpions de Hanovre tient à briller contre les joueurs qu'il croise toute la saison. Il s'impose deux fois sur des tirs à bout portant de Jürgen Rumrich.

En deuxième période, Mark MacKay part en prison pour crosse haute, mais le jeu de puissance français ne fonctionne toujours pas. Pire, une passe d'Arnaud Briand le long de la ligne bleue est interceptée par Jochen Hecht qui part en breakaway. Heureusement, Gravel ne mord pas à sa feinte et arrête son tir du revers. Mais quand MacKay sort de prison, il part se positionner dans le cercle gauche pour recevoir la passe transversale parfaite de Peter Draisaitl qui a lancé la contre-attaque sur l'aile droite (0-1). Philippe Bozon et ses coéquipiers se créent plus d'occasions, mais la soirée reste dominée par les gardiens.

En début de troisième période, Stéphane Barin signe un dribble magnifique en entrée de zone pour mettre dans le vent Brad Bergen, mais son tir croisé est ensuite dévié de la botte droite par Olaf Kolzig. Les Français se découvrent en fin de match pour essayer d'égaliser, et se font avoir par un changement de joueurs : sorti directement du banc, Peter Draisaitl reçoit la passe d'Uwe Krupp et se retrouve en un-contre-un face à Gravel qu'il feinte pour assurer la victoire allemande (0-2).

Le caméraman Kolzig obtient ainsi un blanchissage, avec son talent mais aussi un soupçon de chance, car un dernier lancer de Philippe Bozon est dévié sur la barre transversale à... 3 secondes de la fin. La France a tout donné jusqu'à la fin en jouant à 6 contre 4 pour profiter d'une pénalité de Krupp.

Marc Branchu (photo de Peggy Nieleck)

Commentaires d'après-match (dans L'Équipe) :

Philippe Bozon (attaquant de la France) : "On a accusé le coup après le match contre le Bélarus parce qu'on voulait vraiment jouer en deuxième semaine. C'était un peu le rêve de tout le monde. Il faut être réaliste, on est à notre place. C'eût été un miracle de passer. On ne peut pas rafistoler une équipe, comme ça, juste avant les Jeux."

Stéphane Barin (attaquant de la France) : "C'est vrai que ça aurait fait pas mal une photo d'engagement avec le petit Wayne (Gretzky). Enfin, on les a croisés au village et je pense que, comme on rentre le 17, on pourra voir Canada - États-Unis avant de partir."

 

France - Allemagne 0-2 (0-0, 0-1, 0-1)
Mardi 10 février 1998 à 18h00 à l'Aqua Wing de Nagano (JAP). 3916 spectateurs.
Arbitrage de Bengt Andersson (SUE) assisté d'Aleksandr Polyakov (RUS) et Hirokazu Takahashi (JAP).
Pénalités : France 12' (4', 2', 6'), Allemagne 16' (4', 6', 6').
Tirs cadrés : France 25 (4, 12, 9), Allemagne 31 (13, 8, 10).
Tirs bloqués : France 6 (3, 1, 2), Allemagne 10 (4, 3, 3).
Tirs non cadrés : France 5 (2, 1, 2), Allemagne 9 (3, 1, 5).
Engagements : France 20 (9, 7, 4), Allemagne 43 (9, 18, 16).

Évolution du score :
0-1 à 27'46" : MacKay assisté de Draisaitl et Lüdemann
0-2 à 58'06" : Draisaitl assisté de Krupp
 

France

Attaquants :
8 Arnaud Briand (-2) - 26 Christian Pouget (A, -2, 2') - 12 Philippe Bozon (A, -2)
7 Stéphane Barin - 19 Robert Ouellet - 15 Pierre Allard (-1)
28 Roger Dubé - 22 Anthony Mortas - 36 Richard Aimonetto
40 Laurent Gras (2') - 42 Jonathan Zwikel (-1) - 9 Maurice Rozenthal
14 François Rozenthal

Défenseurs :
16 Jean-Philippe Lemoine (C, 2') - 27 Serge Poudrier (2')
24 Denis Perez (-1) - 13 Karl Dewolf (-1, 2')
34 Jean-Christophe Filippin - 2 Serge Djelloul
43 Grégory Dubois

Gardien :
29 François Gravel (2') [sorti à 59'34"]

Remplaçant : 33 Fabrice Lhenry (G). En réserve : 1 Cristobal Huet (G).

Allemagne

Attaquants :
71 Stefan Ustorf - 16 Benoît Doucet (2') - 20 Jürgen Rumrich (A)
39 Marco Sturm - 29 Jochen Hecht - 7 Thomas Brandl (A)
83 Jan Benda (2') - 81 Mark MacKay (+1, 2') - 32 Lars Brüggemann
22 Andreas Lupzig (+1, 2') - 17 Peter Draisaitl (+2) - 10 Reemt Pyka (+2)

Défenseurs :
44 Uwe Krupp (C, +1, 4') - 36 Erich Goldmann (+1)
12 Mirko Lüdemann (+1) - 15 Jochen Molling
47 Brad Bergen - 33 Markus Wieland (+1, 4')

Gardien :
1 Olaf Kölzig

Remplaçant : 30 Joseph Heiss (G). En réserve : 27 Klaus Merk (G), 41 Daniel Kunce (D), 23 Dieter Hegen (A).

 

Retour aux Jeux Olympiques de Nagano