Russie - France (26 décembre 2001)

 

Match comptant pour le championnat du monde junior 2001/2002.

Après le cuisant 15-0 encaissé la veille, les Français ne savent pas trop à quel saint se vouer face à une équipe russe qui fait son entrée dans le tournoi et qui compte dans ses rangs deux vedettes du hockey et des faits divers, Aleksandr Svitov et Stanislav Tchistov.

Les Français, en danger dès la deuxième minute sur un contournement de cage de Frolov, ne cherchent pas à construire mais se jettent comme des morts de faim sur le moindre palet, avec pour seule mission de l'envoyer le plus loin possible de leurs cages. Ils restent timides offensivement et se contentent d'un unique tir de la bleue. Mais après six minutes de jeu, Timo Bayon doit faire trébucher Polushin qui fonce tel un bélier vers le but. Sur le premier slap du jeu de puissance, Sébastien Rousselin est pénalisé pour avoir fait le ménage sur le rebond. Pendant les quarante-huit secondes qu'elle passe à trois contre cinq autour d'un bon Mickaël Brodin, comme ensuite à quatre contre cinq, la défense française, toujours privée de Frédéric Bastian dont on espère la rentrée pour le prochain match, fait bloc et résiste avec brio aux assauts russes.

Lorsque les Russes sont à leur tour en infériorité sur un accorcher de Grigorenko, les Français ne se manifestent que par un revers de Simon Petit (leur deuxième et dernier tir de la période !) et le jeu de puissance est gâché par des engagements perdus et des imprécisions. Mais leur jeu en infériorité est toujours au point, et, après que Marcos a accroché Perezhogin, les Russes attentistes ne parviennent pas à mettre hors de position la défense française. Malheureusement cette superbe résistance n'est guère payée en retour : à l'avant-dernière minute, sur un palet perdu par Thomas Gueguen le long de la bande, Vladimir Korsunov trouve Igor Grigorenko qui, à l'angle de la cage, trompe Macrez.

Le début de la deuxième période aurait pourtant pu leur permettre de revenir. Sur un premier "accrocher" de Kondratiev, la France est confinée plus d'une minute dans sa propre zone avant d'enfin passer à l'action. Au cours de cette première offensive, Sapozhnikov commet un cinglage. La courte période de cinq contre trois ne donne rien, mais sur l'attaque française suivante, Svitov empêche Bayon de partir vers le but. C'est cette fois une minute entière que la France peut passer avec deux hommes de plus. Plus tard, un rude cinglage de Zaïnoulline sur Bessard du Parc puis une crosse haute de Knyazev donneront encore de nouvelles chances au jeu de puissance français qui a toujours autant de mal à s'installer dans la zone adverse, par la faute de hors-jeu, de mésententes, et de Russes tout simplement plus talentueux.

Une telle litanie de supériorités ne pardonne pas et les Russes, pour leur part, doublent la mise sur une combination simple mais efficace. Dès lors, tout s'enchaîne : Aram Kevorkian est pénalisé pour retenir, puis Mathieu Jestin est exclu du match pour un coup de coude sur Perezhogin. Frolov fait mouche à cinq contre trois. Une pénalité russe peut adoucir la pilule des cinq minutes d'inférorité de Jestin, mais Frolov trouve encore le cadre à 4 contre 4.

Sauvés par le poteau en début de troisième période, les Français bénéficient ensuite d'un coup de coude de Zabolotnev. Les Russes atteignent une fois de plus sans grand dommage la fin de la prison lorsque Bessard du Parc prend cher à nouveau sur un cinglage. Le coupable est Souglobov, mais l'inévitable Svitov part en contre et marque de manière imparable le 5-0 en infériorité. Un nouveau 5 contre 3 se termine prématurément par une crosse haute de Pierre-Yves Albert, mais la chance finit par sourire aux Français : sur un engagement dans la zone russe, Timo Bayon décoche un lancer flottant qui retombe dans la lucarne de Medvedev, lobé. Les Bleuets font ainsi jeu égal au tableau d'affichage sur ce dernier tiers-temps.

En abordant cette troisième période, les Français savaient que le match était perdu et ont peut-être moins eu la peur au ventre. Ils ont pris un peu plus de risques offensivement, quitte à s'exposer aux contres, et ont ainsi montré un visage intéressant dans un autre registre que leur exceptionnelle défense initiale. Ballet, Bardet et Albert se créent de bonnes occasions, tout en évitant la punition en défense, malgré un dernier poteau de Knyazev. On sent que cette équipe prend peu à peu confiance en ses moyens...

Marc Branchu

Commentaires d'après-match :

Vladimir Plyushchev (entraîneur de la Russie) : "Nous avons mal joué en première période, surtout en zone offensive. Nous devons féliciter l'équipe de France qui a montré qu'il n'y a pas de petites équipes au Championnat du monde."

Ivan Nepriaev (élu meilleur joueur de la Russie) : "Je dois dire que notre première période a été difficile. Nous nous attendions à ce que ce soit plus facile. Nous avons mieux joué tout au long de la partie, mais nous devrons nous améliorer pour la suite du tournoi."

Dave Henderson (entraîneur de la France) : "Les joueurs acquièrent de l'expérience, ils se perfectionnent à la zone défensive et au forechecking. Connaissant la qualité des Russes, nous avons essayé de bien jouer défensivement. Quant à la victoire suisse d'hier, nous ne nous focalisons pas là-dessus. Que ce soient les Suisses ou les Finlandais, tous les adversaires sont difficiles pour nous. Nous devons juste essayer de rester sûrs en défense."

Landry Macrez (élu meilleur joueur de la France) : "On a fait un bon match. On joue de mieux en mieux, je suis fier de léquipe. Dès le premier tir, je me suis détendu, je n'ai plus pensé à un éventuel gros score. Il faut dire que j'ai eu affaire à beaucoup moins de tirs qu'hier."

 

Russie - France 5-1 (1-0, 3-0, 1-1)
Mercredi 26 décembre 2001 à 17h00 à Hradec Králové. 302 spectateurs.
Arbitres : Martin Homola (TCH) assisté de Valeri Gotsoulia (BLR) et Peter Loksik (SVK).
Pénalités : Russie 24' (2', 12', 10'), France 37' (6', 2'+5'+20', 4').
Tirs : Russie 36 (12, 11, 13), France 12 (2, 6, 4).

Évolution du score :
1-0 à 18'17" : Grigorenko assisté de Korsunov
2-0 à 34'35" : Svitov assisté de Trubachev et Chistov
3-0 à 36'21" : Frolov assisté de Grebeshkov et Volchenkov (double sup. num.)
4-0 à 39'01" : Frolov assisté de Nepryaev
5-0 à 43'43" : Svitov assisté de Zabolotnev et Knyazev (inf. num.)
5-1 à 47'12" : Bayon
 

Russie

Attaquants :
Stanislav Chistov (+1) - Aleksandr Svitov (+1, 2') - Yuri Trubachev (+1)
Igor Grigorenko (+1) - Andrei Taratukhin (+1, 6') - Aleksandr Perezhogin (2')
Aleksandr Frolov (+1) - Ivan Nepryaev (+1) - Aleksandr Polushin (+2)
Aleksandr Suglobov (-1, 2') - Sergei Soin (-1) - Ruslan Zainullin (-1, 2')

Défenseurs :
Fyodor Tyutin (+2) - Igor Knyazev (+2, 4')
Maksim Kondratiev (2') - Vladimir Korsunov (+2)
Anton Volchenkov (C) - Denis Grebeshkov
Vladimir Sapozhnikov (-1, 2') - Andrei Zabolotnev (+2, 2')

Gardien :
Andreï Medvedev

Remplaçant : Sergei Mylnikov jr (G).

France

Attaquants :
Thomas Gueguen (-1) - Mickaël Brodin (-2) - Aram Kevorkian (-1, 2')
Matthieu Bécuwe (-1) - Yannick Maillot (-1, 2') - Mickaël Bardet (-1)
Pierre-Yves Albert (2') - Elie Marcos (2') - Simon Petit
Gaël Guilhem (-1) - Romain Masson (-1) - Francis Ballet

Défenseurs :
Timo Bayon (-1, 2') - Wilfried Molmy (C, -1)
Sébastien Rousselin (-1, 2') - Geoffroy Bessard du Parc (-1)
Ghislain Folcke - Julien Thiery
Mathieu Jestin (-1, 5'+20')

Gardien :
Landry Macrez

Remplaçant : Jérôme Plumejeau (G). Absent : Frédéric Bastian (visage).

 

Retour aux Championnats du monde juniors