Rouen – Grenoble (Ligue Magnus, 16e journée)

30

Au révélateur !

Sans sa sanction de six points, Grenoble tutoierait le top 4 de ligue Magnus. Avec les réapparitions, après blessures, de trois titulaires (Baazzi, Trabichet, Golicic) et

le réveil de Chouinard, Kuralt et Favarin, qui portent les Isérois à bout de crosse depuis le début de saison, se sentent de moins en moins seuls pour tenir la barre du GMH38. Au pointage, les Brûleurs de Loups sont donc plutôt en phase ascendante comme l’indique leurs derniers résultats : 4 victoires (Gap, Angers, Epinal et Nice) sur leurs cinq derniers matches de championnat.

Le RHE reste, lui, sur les étincelles de son dernier match contre Amiens, très diminué, au Coliseum. La satisfaction de la victoire dans le derby du nord et, surtout, la manière doivent, cependant, être confirmées. Ce soir, c’est un match test qui en dira énormément, sur deux équipes au premier quart de championnat assez décevant pour des raisons différentes, mais qui confirmera ou pas qu’elles sont sur la bonne voie. Elles passent donc, toute deux, au révélateur.

ILLUS201610283173

Rouen a plutôt bien abordé la rencontre. Lukas Horak, a dû réaliser trois arrêts dans la première minute de jeu. Grenoble a été plus lent à se mettre au diapason. Le premier tir grenoblois, écrasé par Anze Kuralt, a été vu qu’après trois minutes de temps écoulé.

Un problème sur la cage de Dany Sabourin a ensuite coupé le rythme d’un match qui semblait avoir pris son élan (4’00). Après cette coupure, il y eut un long round d’observation à la fin duquel les Brûleurs de Loups ont eu beaucoup de mal à bien jouer leur premier jeu de puissance (11’14). Nous n’avons noté aucun tir (cadré ou non).

ILLUS201610282942

Finalement, les Dragons, qui n’ont rien laissé à leurs adversaires, concrétisent leur plus grande possession du palet en ouvrant le score en fin de période. Au bout d’une supériorité numérique, pendant laquelle Sacha Treille avait eu une belle opportunité sur un exploit personnel (19’04), Damien Raux a foncé au poteau droit, pour surprendre le gardien visiteur, et a glissé le puck derrière Horak (1-0 à 19’11).

ILLUS201610283124

Dans le deuxième tiers, après une occasion de François-Pierre Guénette (20’51), les hommes de Terglav étaient plus déterminés à attaquer et évoluaient avec un peu plus d’intensité. Au contraire ceux de Fabrice Lhenry jouaient sur leurs talons. Le jeu était techniquement assez pauvre. Sans fluidité, le rythme du match était haché par des jeux de transitions pas toujours efficaces. Dany Sabourin écartaient un tir de Rohat dans le cercle droit (25’30). Devant la cage, Christophe Tartari manquait une passe du revers de Miettinen (26’21). Plus agressif que Matheson, Mathias Arnaud égalisait en poussant un retour de tir d’Hardy, à la ligne bleue, sous les jambières de Sabourin (1-1 à 28’37). Ensuite, Alexandre Texier a eu une bonne opportunité lors de la deuxième supériorité iséroise bien mieux jouée que la première (30’36).

ILLUS201610283373

Dans les cinq dernières minutes du vingt médian, Rouen avait un moment fort, faisait illusion et sauvait les meubles. D’abord Loïc Lampérier, grillé en fin de shift, après une jolie remise en aveugle de Miller, pouvait aller provoquer Horak, sans succès. Mais le Lovérien obtenait une pénalité qui n’était pas mis à profit par ses coéquipiers (34’27). Ensuite, lors d’une des très rares bonnes et rapides sorties de zone rouennaises, qui procurait une attaque à trois-contre-deux, Olivier Dame-Malka en haut du cercle gauche frappait fort en direction de la lucarne opposée (2-1 à 37’04).

ILLUS201610282819

Enfin, après un sacrifice de Florian Chakiachvili, le long de la bande à gauche, pour délivrer une passe précise à Dan Koudys qui était en bonne position à l’oreille droite. Mais le tir de l’ailier heurtait la plaque d’Horak (38’23). A cause d’une faute offensive, Rouen terminera la période en infériorité numérique. Bostjan Golicic, dans le slot, éprouvera du revers la plaque de Sabourin (38’35) et Norbert Abramov travaillera au rebond d’un tir de l’arrière de Chouinard (39’52), mais ils ne parviendront pas à leurs fins devant, avant tout, un gardien solide.

ILLUS201610283288

Dans le dernier tiers, Grenoble, plus tenace, plus consistant quand Golicic et Chouinard jouent sur deux lignes et doublent quasiment leur présence, égalise logiquement car les Dragons, petit à petit mangé physiquement, dans la bande et devant les cages, n’y sont pas. Après une occasion dans le slot (43’44), les Bruleurs de loups égalisent pour la seconde fois de la soirée. Au terme d’une passe du revers aussi subtile qu’éblouissante de Chouinard derrière la cage à droite à destination de Golicic qui la repend sans contrôle au poteau opposé (2-2 à 44’37).

ILLUS201610283256

Les Dragons n’accomplissent pas grand-chose. Grenoble n’est pas vraiment supérieur et pas plus créatif n’ont plus. Son attaque à cinq est retombée dans le néant quand Rouen est encore sanctionné pour une faute offensive (45’46). Une accélération de Jordann Perret à se mettre sous la dent en sept minutes de jeu (51’52) et c’est tout.

ILLUS201610282980

Le reste du temps, le jeu est lent, insipide, les passes n’aboutissent pas et il y a eu beaucoup d’autres déchet. Alors, quand Grenoble accélère, c’est tout de suite dangereux (52’57 & 53’04) et les Brûleurs de Loups en profitent pour obtenir un autre avantage numérique. Las, Dany Sabourin brille, devant Hardy (53’34), Kuralt (53’39), Abramov (54’13), Gauthier et Golicic (54’33) et Golicic de nouveau (54’49). Le gardien vétéran maintient presque lui-seul la tête du Dragon hors de l’eau.

ILLUS201610283335

Son exemple donne un léger coup de fouet à ses partenaires qui obtiendront un jeu de puissance au cour duquel Yorick Treille est imprécis à la réception d’une passe de son frère (57’20). L’ainé, indisicipliné, sera alors sanctionné d’une faute offensive contestée par l’ailier droit (57’28). A quatre contre quatre, Mark Matheson, décidément dans un très mauvais soir, commet une erreur en zone d’attaque qui entraine un deux-contre-un au terme duquel Hardy, servit par Texier, soulève la rondelle du revers au-dessus du gant de Sabourin (2-3 à 58’33).

ILLUS201610283109

La suite est classique. Fabrice Lhenry demande son temps-mort, mais le RHE76 n’aura jamais le contrôle du palet jusqu’à la fin de la rencontre afin de pouvoir remplacer son gardien par un attaquant supplémentaire.

Nous l’avons dit en préambule, au tiers de la phase régulière, ce match était véritable test. Au terme d’un match indigeste, pauvre techniquement, fermé et serré à défaut d’être spectaculaire, ça devient une habitude entre les deux équipes, Grenoble, au bluff, et sur les fondamentaux, intensité, agressivité l’a logiquement emporté malgré des jeux spécifiques qui sont passés du chaud au froid et inversement. Nous pouvons donc penser qu’avec cinq victoires, dont deux sur des équipes du top 4 et deux autres sur d’autres outsiders, en six matches, que les Brûleurs de loups sont sur la bonne voie.

ILLUS201610282964

Par contre, Rouen, avec quasiment que des défaites subies contre des clubs du top 5 (dont ferait partie Grenoble sans sa sanction administrative), lui, s’enfonce un peu plus dans ses problèmes. Avec lucidité, il semble donc aujourd’hui, qu’à minima, certaines modifications collectives (psychologiques, tactiques, consciences, implication) doivent avoir lieu, sous peine de vivre une saison très difficile, ennuyeuse voire invivable. Pour le moment, le crédit des fans, même si ce serait cadet des soucis rouennais, malgré une succession de déceptions sur l’île Lacroix ne semble pas encore trop entamé. Cependant, malgré une deuxième place cache-misère, en est-il de même du staf technique et de la direction ?

ILLUS201610283104

Etoiles du match : Kyle Hardy *** (Grenoble), Lukas Horak ** (Grenoble) et Damien Raux* (Rouen).

Commentaires (dans Paris-Normandie) :

Fabrice Lhenry (entraîneur du RHE76) : « On a bien commencé le match, mais, à partir du deuxième tiers, on a commencé à prendre de mauvaises décisions avec le palet par rapport au plan de jeu établi avant la rencontre. On s’est compliqué la vie et, comme eux pressent très bien, ils ont récupéré pas mal de palets. Je trouve aussi qu’on a pris trop de pénalités dans les deux derniers tiers, on a manqué de discipline. Celle prise à deux minutes de la fin nous a fait très mal. Dans l’ensemble, ce soir, je trouve qu’on n’a pas été assez combattant. On a manqué de niaque. On aurait préféré vivre la trêve avec le sourire mais c’est comme ça. Cette défaite prouve qu’il nous reste beaucoup de travail. »

Rouen – Grenoble : 2-3 (1-0, 1-1, 0-2)

Vendredi 28 octobre 2015 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière.

Arbitres : M. Nicolas Barbez assisté de MM David Courgeon et Clément Goncalves.

Spectateurs : 2747 (guichets fermés)

Pénalités : Rouen 12′ (2′, 4’, 6’) ; Grenoble 8′ (2′, 4′, 2’)

Tirs : Rouen 32 (11, 10, 11) ; Grenoble 26 (2, 10, 14)

Chances : Rouen 6 (1, 3, 2) ; Grenoble 11 (0, 5, 6)

Supériorités : Rouen 1/4, Grenoble 0/6

Évolution du score :

1-0 à 19’11 Raux assisté de Dame-Malka et Perret (sup.num.)

1-1 à 28’37 Arnaud assisté de Hardy et Gauthier

2-1 à 37’04 Dame-Malka assisté de Perret et Raux

2-2 à 44’37 Golicic assisté de Chouinard et Trabichet

2-3 à 58’33 Hardy assisté de Texier

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier – François-Pierre Guénette (A) – Dan Koudys
Sacha Treille – Adam Miller – Jordann Perret
Joris Bedin – Matt Hussey – Marc-André Thinel
Fabien Colotti – Damien Raux – Yorick Treille (A)

Arrières:
Olivier Dame-Malka – Patrick Coulombe (C)
Chad Langlais – Mark Matheson
Florian Chakiachvili – Patrick Koudys

Gardien:
Dany Sabourin (23 arrêts).

Remplaçants: Quentin Papillon (G), Enzo Cantagallo et Vincent Nesa. Absents: Aurélien Dorey, Julien Msumbu, Jeremy Delbaere et Julien Gaubert (G).

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) – Bostjan Golicic – Anze Kuralt
Norbert Abramov – Christophe Tartari (A) – Camilo Miettinen
Julien Baylacq – Alexandre Texier – Sébastien Rohat
Antoine Torres – Sébastien Gauthier – Mathias Arnaud.

Défenseurs :
Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Nicolas Favarin – Aziz Baazzi
Teddy Trabichet – Stéphane Gervais

Gardien :
Lukas Horak (30 arrêts)

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Quentin Scolari (suspendu), Tomas Pitule (non conservé) et Rhett Bly (blessé).

ILLUS201610283029

 

ILLUS201610282918

Les commentaires sont fermés.

Donec id, consectetur efficitur. dapibus ultricies quis libero elit. ut commodo pulvinar