Catégorie de navigation

NHL

Canada. Classement IIHF : 1er (2018).631 295 licenciés (102 207 hommes, 86 925 femmes, 442 163 juniors). 3 300 patinoires, plus 5 000 environ en plein air. États-Unis. Classement IIHF : 5e (2018).555 935 licenciés (158 100 hommes, 75 832 femmes, 322 003 juniors). 1 535 patinoires, plus 500 en plein air. La NHL est une ligue professionnelle formée en 1917. Elle est depuis 1927 l’attributrice exclusive de la Coupe Stanley, trophée pré-existant remis depuis 1893 à la meilleure équipe nord-américaine. La saison 2017/18 (bilan). Résultats des années passées : 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012 (bilan), 2011 (bilan), 2010 (bilan), 2009 (bilan), 2008, 2007, 2006Autres ligues pros nord-américaines : depuis la disparition de l’IHL – première du nom – en 2001, l’AHL est la seule ligue de deuxième niveau, dont toutes les franchises ont des contrats pour servir d’équipe-ferme aux formations de NHL. Viennent ensuite l’ECHL et la CHL. D’autres fragiles ligues mineures apparaissent ou disparaissent au gré des vents : SPHL, IHL, AAHL… Toutes les ligues pros sont des entreprises indépendantes en dehors de toute tutelle. Pyramide de formation aux États-Unis : le hockey universitaire (NCAA) est prépondérant. Des ligues juniors y préparent, classées par la fédération américaine en niveau I (l’USHL), niveau II (la NAHL) et niveau III (EJHL, AJHL…). Pyramide de formation au Canada : le hockey universitaire (CIS) accueille des joueurs voulant prolonger leurs études. Ceux qui visent une carrière pro se font remarquer avant, en junior majeur : WHL dans l’ouest, OHL dans l’Ontario, LHJMQ au Québec. En dessous, il y a le niveau « junior A », comprenant dix ligues géographiques : BCHL, OJAHL, SJHL… et LHJAAAQ au Québec. Les autres ligues juniors (moins de 20 ans) sont toutes classées « junior B », ce qui est appelé « junior AA » au Québec par analogie avec les classifications dites « triple A » (AAA), « double A » ou « simple A » qui sont utilisées dans les catégories d’âge inférieuses : Midget (moins de 17 ans), Bantam (moins de 14 ans), Pee-Wee (moins de 12 ans). Grands joueurs canadiens : Wayne Gretzky, Bobby Orr, Mario Lemieux, Maurice Richard, Gordie Howe, Jean Béliveau, Doug Harvey, Eddie Shore, Terry Sawchuk, Jacques Plante, Guy Lafleur, Bobby Hull, Yvan Cournoyer. Grands joueurs américains : Chris Chelios, Frank Brimsek, Brian Leetch.

Dallas foudroyé

Le match 3 est souvent décisif dans l'histoire de la finale de coupe Stanley : après une égalité 1-1, 75% des équipes ayant gagné le 3e match remportent le trophée. Cette fois encore, les deux équipes fourbissent leurs armes. Ni Dallas, ni Tampa Bay n'ont réussi à produire 60 minutes constantes dans cette finale.

Le Lightning égalise

Tampa Bay doit réagir après son non-match en ouverture de la finale. Le seul troisième tiers de qualité ne peut effacer les difficultés des deux premiers. Steven Stamkos semble proche du retour : il a participé à l'entraînement matinal, mais n'est pour autant pas aligné pour ce match. Cooper repasse à six défenseurs et douze attaquants, insérant Carter Verhaeghe en quatrième ligne. Luke Schenn et Zach Bogosian sont en tribunes ; Jan Rutta dispute son premier match depuis des mois.

Dallas montre les muscles

La NHL a réussi sa bulle : la finale de la coupe Stanley a bien lieu, à Edmonton. Si le champion de l'Est apparaît logique - le Lightning de Tampa Bay -, celui de l'Ouest est plus surprenant. Les Stars de Dallas faisaient partie d'un groupe d'outsiders en début de saison, mais ont corrigé dans cette "bulle" certains de leurs défauts, retrouvant par exemple un réalisme offensif au bon moment. Dallas bénéficie de quatre jours de repos depuis sa qualification contre Vegas, alors que Tampa n'en a eu qu'un seul après avoir…

Tampa Bay passe à l’usure

Face à des New York Islanders accrocheurs, les joueurs de Jon Cooper ont su se montrer patients. Les pépins physiques ont un peu ralenti un succès qui, sur le papier comme sur la glace, parait logique.

Quinte flush pour les Stars

Dallas n'avait pas les faveurs des pronostics, mais s'est qualifié pour la finale de la coupe Stanley en cinq manches. La défense, secondée par un Anton Khudobin parfait, a étouffé l'attaque de Vegas, sans solution.

Vegas se défait de Canucks accrocheurs

On ne les attendait pas. Les Canucks de Vancouver auront été dominés tout au long de cette demi-finale de conférence Ouest. Mais même dans les cordes, ils auront résisté et, avec de petits hold-ups, fait douter le favori. Vegas s'en sort finalement en sept matchs.

Tampa Bay en patron

Après avoir exorcisé sa défaite de l'an dernier contre Columbus, le Lightning de Tampa Bay a sorti avec maîtrise le n°1 de la saison régulière, les Bruins de Boston.

Toronto en panne d’idées

Le seul duel du tour préliminaire à se décider en 5 matchs, Toronto-Columbus, s'est joué non pas tant sur la prestation défensive de Columbus que sur l'incapacité de Toronto à libérer son attaque.

Vancouver avec détermination

Les Canucks de Vancouver du Français Antoine Roussel se sont qualifiés trois victoires à une face au Wild du Minnesota. Dans une série assez disputée, ils ont montré leur supériorité physique et offensive devant une équipe très limitée en attaque.
tempus odio dapibus dolor nunc sem, quis, eleifend ultricies