Catégorie de navigation

NHL

Canada. Classement IIHF : 1er (2018).631 295 licenciés (102 207 hommes, 86 925 femmes, 442 163 juniors). 3 300 patinoires, plus 5 000 environ en plein air. États-Unis. Classement IIHF : 5e (2018).555 935 licenciés (158 100 hommes, 75 832 femmes, 322 003 juniors). 1 535 patinoires, plus 500 en plein air. La NHL est une ligue professionnelle formée en 1917. Elle est depuis 1927 l’attributrice exclusive de la Coupe Stanley, trophée pré-existant remis depuis 1893 à la meilleure équipe nord-américaine. La saison 2017/18 (bilan). Résultats des années passées : 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012 (bilan), 2011 (bilan), 2010 (bilan), 2009 (bilan), 2008, 2007, 2006Autres ligues pros nord-américaines : depuis la disparition de l’IHL – première du nom – en 2001, l’AHL est la seule ligue de deuxième niveau, dont toutes les franchises ont des contrats pour servir d’équipe-ferme aux formations de NHL. Viennent ensuite l’ECHL et la CHL. D’autres fragiles ligues mineures apparaissent ou disparaissent au gré des vents : SPHL, IHL, AAHL… Toutes les ligues pros sont des entreprises indépendantes en dehors de toute tutelle. Pyramide de formation aux États-Unis : le hockey universitaire (NCAA) est prépondérant. Des ligues juniors y préparent, classées par la fédération américaine en niveau I (l’USHL), niveau II (la NAHL) et niveau III (EJHL, AJHL…). Pyramide de formation au Canada : le hockey universitaire (CIS) accueille des joueurs voulant prolonger leurs études. Ceux qui visent une carrière pro se font remarquer avant, en junior majeur : WHL dans l’ouest, OHL dans l’Ontario, LHJMQ au Québec. En dessous, il y a le niveau « junior A », comprenant dix ligues géographiques : BCHL, OJAHL, SJHL… et LHJAAAQ au Québec. Les autres ligues juniors (moins de 20 ans) sont toutes classées « junior B », ce qui est appelé « junior AA » au Québec par analogie avec les classifications dites « triple A » (AAA), « double A » ou « simple A » qui sont utilisées dans les catégories d’âge inférieuses : Midget (moins de 17 ans), Bantam (moins de 14 ans), Pee-Wee (moins de 12 ans). Grands joueurs canadiens : Wayne Gretzky, Bobby Orr, Mario Lemieux, Maurice Richard, Gordie Howe, Jean Béliveau, Doug Harvey, Eddie Shore, Terry Sawchuk, Jacques Plante, Guy Lafleur, Bobby Hull, Yvan Cournoyer. Grands joueurs américains : Chris Chelios, Frank Brimsek, Brian Leetch.

Une date limite des échanges pas comme les autres

La saison NHL arrive à son terme : une quarantaine de matchs disputés, et une quinzaine à jouer. C'est donc l'heure de la traditionnelle date limite des échanges, qui permet aux prétendants au titre de se renforcer, et aux formations de bas de tableau de construire leur avenir.

Brent Seabrook cesse toute activité

<p" style="text-align: justify;">La mort dans l'âme, le défenseur canadien Brent Seabrook vient d'annoncer son arrêt d'activité, en tant que joueur. Les dirigeants de la franchise de Chicago l'ont placé dans la réserve des blessés à long terme en raison d'une blessure à la hanche.

Panarin pris dans un tourbillon politico-médiatique

C'est une nouvelle qui a fait l'effet d'une bombe : un joueur majeur de la NHL incriminé pour des faits de violence et obligé de quitter les glaces du jour au lendemain. Retour sur une affaire qui demeure très floue, bariolée de sensationnalisme sur fond de représailles politiques. Artemi Panarin, 29 ans, était parti pour confirmer sa saison 2019-2020 record, 95 points, finaliste du trophée Hart de meilleur joueur. Depuis le lancement décalé de la NHL en janvier, l'ailier russe des New York Rangers avait inscrit 18…

Présentation de la NHL 2021 – la division Centrale (4/4)

Division Centrale "Discover" Carolina Hurricanes Départs : D Trevor van Riemsdyk, G Anton Forsberg, A Justin Williams, D Joel Edmundson Arrivées : C Jesper Fast, D Joakim Ryan Favorite des amateurs de statistiques avancées, les Hurricanes de Carolina font figure de favoris pour une place dans le top-4 de cette division Centrale bricolée. On y trouve en effet des équipes de la Métropolitaine, de l'Atlantique et de la Centrale. Les joueurs de Rob Brind'Amour affichent il est vrai de très belles références au chapitre de…

Décès d’une légende de la NHL – Ralph Backstrom

Natif de l'Ontario, cet ancien centre canadien et fondateur des Colorado Eagles (AHL) ; six fois vainqueur de la Coupe Stanley, Ralph Backstrom, est décédé dimanche. Il avait 83 ans et luttait contre la maladie chez lui à Windsor. Dans sa carrière NHL, Il totalise 1148 parties et 698 points. C'est un joueur qui a marqué l'histoire des Canadiens de Montréal pendant 13 saisons de 1958 à 1973. C'est avec le CH qu' il a remporté ses 6 coupes Stanley. Il a même été gratifié du trophée Calder de meilleur rookie en 1959.…

Présentation de la NHL 2021 – la division Nord (3/4)

Division Nord "Scotia" Les Canadiens en rêvaient : la NHL l'a fait. La pandémie de Covid-19 a contraint le Canada et les États-Unis à fermer leur frontière aux travailleurs "non essentiels". Les joueurs professionnels sont ainsi soumis à une quarantaine de quinze jours. Pour éviter des délais intenables, la NHL a choisi de placer les sept équipes canadiennes dans la même division. Les obstacles existaient tout de même. Il aura fallu se montrer patient et démontrer la bonne volonté des équipes auprès des autorités sanitaires

Tampa Bay, comme une évidence

Dallas est en mode survie : après avoir remporté le match 5 en double prolongation, les Texans vont devoir impérativement gagner ce sixième match sous peine de voir le Lightning soulever la coupe Stanley.

Perry prolonge la finale

Première chance : Tampa Bay mène trois victoires à une et peut soulever la coupe à l'issue de ce cinquième match. L'expérience de "bulle" NHL, réussie sur le plan de l'organisation, n'aura pas été simple. Si aucun cas de covid-19 n'a été détecté, la difficulté de vivre l'éloignement des familles, l'ennui parfois, auront largement pesé. C'est dire que ce titre 2020 aura été l'un des plus durs à conquérir. Tampa Bay peut-il sortir en vainqueur de cette bulle dès ce soir ?

Match-clé spectaculaire en finale NHL

Dominant au match 3, Tampa Bay mène 2 victoires à 1. Le Lightning est en train d'assumer pleinement son statut de favori de la finale de Coupe Stanley. Dos au mur, le coach de Dallas, Rick Bowness, a séparé sa première ligne Benn-Seguin-Radulov qui n'a pas inscrit le moindre but jusqu'ici. Tyler Seguin recule en troisième ligne, faisant monter dans la hiérarchie Roppe Hintz et le vétéran Joe Pavelski, qui intègre le premier trio. Dallas aborde le match avec de meilleures intentions, en mettant de l'intensité dans le repli…

Dallas foudroyé

Le match 3 est souvent décisif dans l'histoire de la finale de coupe Stanley : après une égalité 1-1, 75% des équipes ayant gagné le 3e match remportent le trophée. Cette fois encore, les deux équipes fourbissent leurs armes. Ni Dallas, ni Tampa Bay n'ont réussi à produire 60 minutes constantes dans cette finale.

Le Lightning égalise

Tampa Bay doit réagir après son non-match en ouverture de la finale. Le seul troisième tiers de qualité ne peut effacer les difficultés des deux premiers. Steven Stamkos semble proche du retour : il a participé à l'entraînement matinal, mais n'est pour autant pas aligné pour ce match. Cooper repasse à six défenseurs et douze attaquants, insérant Carter Verhaeghe en quatrième ligne. Luke Schenn et Zach Bogosian sont en tribunes ; Jan Rutta dispute son premier match depuis des mois.

Dallas montre les muscles

La NHL a réussi sa bulle : la finale de la coupe Stanley a bien lieu, à Edmonton. Si le champion de l'Est apparaît logique - le Lightning de Tampa Bay -, celui de l'Ouest est plus surprenant. Les Stars de Dallas faisaient partie d'un groupe d'outsiders en début de saison, mais ont corrigé dans cette "bulle" certains de leurs défauts, retrouvant par exemple un réalisme offensif au bon moment. Dallas bénéficie de quatre jours de repos depuis sa qualification contre Vegas, alors que Tampa n'en a eu qu'un seul après avoir…

Tampa Bay passe à l’usure

Face à des New York Islanders accrocheurs, les joueurs de Jon Cooper ont su se montrer patients. Les pépins physiques ont un peu ralenti un succès qui, sur le papier comme sur la glace, parait logique.