Colmar – Dammarie (Division 3, poule C, 4e journée)

336

Un duel pour une éventuelle première place. C’est ainsi que la presse locale annonçait cette rencontre. Les Franciliens sont en effet habitués à fréquenter, depuis quelques saisons, le haut de leur poule. Les Colmariens, quant à eux, affichent clairement l’ambition de participer au tournoi final. De nombreux joueurs, et non des moindres, sont partis à l’intersaison, soit pour d’autres objectifs sportifs, soit par envie de mettre un terme à leur carrière. Le club a choisi de les remplacer en activant la filière de l’Est (2 Estoniens et un Russe), renforcée par quelques espoirs colmariens ou mulhousiens. Leurs adversaires sont donc prévenus : il faudra compter sur les Titans.

Fort de cet état des lieux, on pouvait donc s’attendre à un match de gala. Il n’en fut rien.

Le début de la partie est particulièrement poussif. Dammarie, venu avec le minimum syndical soit deux lignes complètes, « laisse venir » Colmar. Les Alsaciens, sans doute fébriles devant l’enjeu qui se présente à eux, poussent de façon désordonnée. On assiste donc à une partie molle, imprécise dans les placements et les relances. Dammarie ne tirera sur Jérémy Boehrer qu’au bout d’une bonne dizaine de minutes, bien après que Colmar aura cru ouvrir le score, en supériorité, mais le palet n’aura touché que le petit filet (7’30).

Les Caribous remontent alors progressivement en zone locale. Leur style est assez flegmatique mais leur jeu un peu plus précis, à défaut d’être le plus discipliné. Les Colmariens subissent quelque peu la partie, alors qu’ils sont pourtant en supériorité. Deux fautes à retardement inappropriées convertissent leur avantage en désavantage numérique, permettant à Yann Guyot d’ouvrir le score d’un joli tir tendu à mi-distance (0-1 à 15’04). Les locaux réagissent promptement lorsque Maxime Mathieu gratte un palet en zone francilienne pour remonter à l’énergie puis tromper le gardien Vancayseele (1-1 à 16’57).

Le retour aux vestiaires est donc un peu moins mitigé pour les Colmariens, vraiment pas au point durant ce tiers, en plus d’être durablement privés de leur attaquant estonien Gurtovoi, auteur d’une grosse charge dans le dos face à la bande juste avant la pause. L’action est d’ailleurs l’occasion d’un gros brassage de joueurs, il est donc temps que les esprits se calment.

Au retour des vestiaires, ces mêmes esprits se sont à peine calmés, et le jeu proposé est toujours aussi mou. Dammarie, sévèrement sanctionné durant cette période médiane, avoue rapidement ses limites de fraîcheur physique et se contente avant tout de contenir devant son gardien, pour ensuite envoyer consciencieusement vers Jérémy Boehrer, comme sur ce début de période où les Caribous occupent la zone colmarienne alors qu’ils jouent pourtant en infériorité.

Colmar reste toujours aussi brouillon dans son collectif et prend l’avantage de façon laborieuse lors d’un tir à bout portant de l’ancien Montpelliérain Ilja Urushev, l’un des rares à avoir rassuré ce soir (2-1 à 28’12). Les Titans prennent une deuxième longueur d’avance lors d’une nouvelle supériorité numérique, généreusement accordée suite à un « blocage » du gardien local, imprudemment sorti hors de sa zone de gel et scotché momentanément contre la bande. Le corps arbitral punit pourtant un Francilien pour ce geste, les Alsaciens en profitent alors pour inscrire le 3-1 par Jonathan Boehrer, bien décalé (30’15).

Les Caribous, déjà bien émoussés, ne baissent pourtant pas les bras, en témoignent ce raid en contre de Romain Danton (31’53), puis du duo Danton – Barbier (35’08), mais Boehrer sort les arrêts qu’il faut. Les cinq dernières minutes de ce tiers sont longues à se terminer, tant Dammarie commence à fatiguer. Les Franciliens s’inclinent d’ailleurs une nouvelle fois sur un tir d’Anton Gurtovoi, enfin revenu au jeu (4-1 à 34’06), avant de connaître une nouvelle sueur froide sur un palet colmarien qui ricoche sur la mitaine de Vancayseele, puis s’écrase sur la ligne de but avant d’être énergiquement dégagé loin de la cage par la défense (38’00). Il est donc temps que la pause arrive.

Jamais deux sans trois, l’ultime période reste désespérément aussi molle et imprécise que les deux précédentes. Dammarie est de plus en plus cramé physiquement, mais gère relativement cette fatigue en occupant bien les espaces, du moins mieux que Colmar. Hélas pour les visiteurs, alors qu’ils occupent la zone alsacienne, Paul Fuchs les prend de vitesse pour servir prestement Mathieu (5-1 à 47’33). Loin de scier complètement les jambes des Caribous, ce nouveau but a l’avantage de les faire réagir. Tout d’abord sur un palet de Levillain que ce dernier, posté derrière la cage de Boehrer, envoie malicieusement dans le dos du portier pour un ricochet heureux (5-2 à 47’53). Puis dans la foulée sur un contre en solo de Romain Danton lumineusement lancé (5-3 à 48’27). La partie n’est alors plus la même, Colmar se met à bafouiller encore plus, malgré un raid de Loïck Engelvin dont le tir s’écrase sur le poteau de Dammarie (48’59), ce que les Franciliens vont tenter d’exploiter malgré leur état de fraîcheur déficient. La tâche sera ardue d’autant que Boehrer ferme bien sa cage. Les Colmariens clôturent le score lors d’une supériorité (6-3 à 55’17) et peuvent se congratuler : quoique très laborieuse, cette victoire les poste à l’affût à un point du leader, Champigny.

Pourtant, qu’on ne s’y trompe pas. Le favori de la poule, cette saison, c’est bien Colmar. Champigny est, pour le moment, leader de la poule C sans avoir encore joué les « grosses » équipes telles Épinal, Colmar ou même Dammarie. Les Titans seront donc fermement attendus cette saison, et devront produire des séquences de jeu nettement plus précises que celles de cette partie, s’ils veulent se mettre à l’abri de déconvenues. Dammarie était venu avec deux lignes et aurait donc dû exploser physiquement devant la force de frappe haut-rhinoise. S’il n’en fût rien, ou presque, c’est parce que les Franciliens ont su prévenir ce désavantage en occupant mieux les espaces et en étant un peu plus simples et surtout un peu plus précis dans l’offensive. À Colmar d’en prendre de la graine.

Colmar – Dammarie-les-Lys 6-3 (1-1, 3-0, 2-2)
Samedi 21 octobre 2017 à 18h à la patinoire de Colmar. 300 spectateurs.
Arbitrage de MM. Forget et Lelièvre.
Pénalités : Colmar 38′ (10’+10’+10′, 4′, 4′) ; Dammarie 28′ (8′, 6’+10′, 4′).
Tirs : Colmar 35 (14, 12, 9) ; Dammarie 24 (10, 8, 6).

Évolution du score :
0-1 à 15’04 : Guyot assisté de Levillain et Danton (sup. num.)
1-1 à 16’57 : Mathieu
2-1 à 28’12 : Urushev assisté de Leconte et Mathieu (sup. num.)
3-1 à 30’15 : Jo. Boehrer assisté de Urushev (sup. num.)
4-1 à 34’06 : Gurtovoi assisté de Jo. Boehrer
5-1 à 47’33 : Mathieu assisté de Fuchs
5-2 à 47’53 : Levillain assisté de Guyot et Danton
5-3 à 48’27 : Danton
6-3 à 55’17 : Boehrer assisté de Gurtovoi (sup. num.)

Colmar

Attaquants :
Jonathan Boehrer – Maxime Mathieu – Anton Gurtovoi
Joan Koenig (ou Benjamin Leconte) – Ruslan Bashirov – William Kern
Vincent Besserer (ou Loïck Engelvin) – Corentin Cruchandeau – Paul Fuchs

Défenseurs :
Ilja Urushev – Mickaël Tin (C)
Eloi Lenner – Benoit Salvin
Lucas Maurer – Aurélien Klesmann

Gardien :
Jérémy Boehrer

Remplaçant : Guillaume Tille (G).

Dammarie-les-Lys

Attaquants :
Romain Danton – Yann Guyot (C) – Guillaume Barbier
Guillaume Dellazzeri (A) – Quentin Blanchot (A) – Olivier Boulet

Défenseurs :
Julien Boulet – Florian Levillain
Julien Blaugy – Romain Lebrun

Gardien :
Vincent Vancayseele

Remplaçant : Maxime Joubert (G).

Les commentaires sont fermés.

Praesent diam luctus felis id quis, non velit, venenatis ultricies Aliquam sit