Rouen – Amiens (Ligue Magnus 2017/18, 15e journée)

Source : Christophe DELAVILLE
434

Fabrice Lhenry l’a souligné récemment, Amiens a progressé. Il s’attend donc à des matches très disputés face à une équipe qui a digéré le départ de Joël Champagne, et paraît plus équilibrée que ces dernières saisons.

D’ailleurs, le premier match de la saison, au Coliseum, fut très serré. Picards et Normands s’étaient livrés à une bataille tactique à l’issue de laquelle Rouen avait fini par s’imposer en prolongation, grâce à un slap précis de Florian Chakiachvili, à 4 contre 3 (1-2 a.p.).

Henri-Corentin Buysse (source photo : Christophe DELAVILLE)

Entre des Dragons espérant confirmer leur bon succès à Bordeaux (6-4) et des Gothiques ayant laissé échapper la victoire contre Gap après avoir mené 3-0 (3-4 a.p.), la confrontation opposant la 3e attaque la plus prolifique et la défense la plus hermétique en termes de buts/match – avec un Henri-Corentin Buysse culminant à 92,1% d’arrêts – promettait d’être savoureuse. Les enjeux sont clairs : les locaux, deuxièmes au classement, tiennent à rester dans la roue de Grenoble, les visiteurs veulent se rapprocher du top-4, et surtout marquer les esprits en s’imposant chez leur meilleur ennemi, ce qui n’est pas arrivé en saison régulière depuis… le 20 septembre 2003. Une autre époque, celle du Super 16. Le succès amiénois sur la glace normande cet été en match de préparation (1-3) a pu leur en donner un avant-goût.

Entame rouennaise

Joey West et Nicolas Ritz à la mise au jeu (source photo : Christophe DELAVILLE)

Pour ce derby du Nord, le public a répondu présent. Dans une patinoire de l’Île Lacroix bondée, Rouen se présente sans son capitaine Mathieu Roy, à cause d’un dos douloureux depuis une dizaine de jours, alors qu’Amiens a vu Todd Perry, à peine de retour de blessure, rechuter lors du dernier match face à Gap (défaite 4-3 a.p.), et son indisponibilité pourrait s’étendre à toute la saison. Romain Bault est également absent.

Comme souvent avec Rouen, il convenait d’arriver à l’heure, car après avoir testé le portier des Gothiques par Joris Bedin de loin (0’58), puis David Wohlberg de près (1’00), les Rouennais ouvrent la marque dès la première présence de leur 3e bloc. Richard Stehlik, esseulé au cercle et bien servi par Marc-André Thinel de derrière la cage, convertit en but la bonne entame des « Noir et Or », en one-timer (1-0, 1’35). Le souvenir du début de match fantomatique des Dragons contre Nice semble effacé.

Il faut attendre la 4e minute pour voir Amiens se montrer doublement dangereux sur un rebond exploité par Jérémie Romand (3’36) à la suite d’un tir du jeune Louis Olive, mais Matija Pintaric fait bonne garde.

Deux fautes amiénoises à 7 secondes d’intervalle permettent à Rouen d’évoluer à 5 contre 3 pendant près de deux minutes, mais les Gothiques leur opposent un bon jeu en infériorité et tuent la double pénalité.

Source photo : Christophe DELAVILLE

Le premier tiers se dispute sur un rythme élevé. Si la possession est plutôt rouennaise, au prix d’un intense échec-avant, les contres lancés par Amiens sont dangereux, et son premier jeu de puissance bouscule l’arrière-garde normande, qui essuie 5 tirs. Les chances rouennaises sont néanmoins plus nombreuses. La pression des hommes de Fabrice Lhenry s’accentue, et Benjamin Antonietti est tout près de doubler la mise (13’13), un bel arrêt d’Henri-Corentin Buysse de la botte l’en privant.

C’est finalement sur un contre rapidement mené que les Dragons parviennent à leurs fins. Après une grosse occasion de Mario Valery-Trabucco (16’59), Marc-André Thinel remonte côté droit et sert son compère Loïc Lampérier (capitaine en l’absence de Mathieu Roy), qui conclut parfaitement le 2 contre 1 (2-0, 17’05). Joris Bedin, puis Philippe Paquet (17’43) dans la foulée ont l’occasion de creuser l’écart mais le portier des Gothiques se montre encore solide.

La première sirène retentit alors que Rouen, sérieux et efficace, donne l’impression de maîtriser son sujet, malgré quelques coups de boutoir amiénois.

Amiens renverse tout

Thomas Suire relance Amiens (source photo : Christophe DELAVILLE)

Changement de décor à la reprise. Déjà, l’alignement d’Amiens est modifié. Louis Olive coupé, Kevin Da Costa se retrouve avec le remuant duo québécois Giroux – Halley. Et le gros pressing amiénois met tout de suite à mal le bloc rouennais. Logiquement, les Gothiques reviennent dans le match. Sur un contre mené par Thomas Suire, la passe du jeune attaquant vers Joey West trouve la jambe d’un Philippe Paquet qui a plongé en reculant. Le défenseur rouennais trompe Matija Pintaric qui a anticipé le centre (2-1, 22’09). Profitant du momentum, les hommes de Mario Richer égalisent 4 minutes après leur première réalisation. Tommy Giroux à la lutte récupère un palet derrière la cage et passe en retrait vers Philippe Halley, qui bat le gardien slovène dans un angle fermé, côté mitaine (2-2, 26’12).

L’intensité amiénoise ne faiblit pas, et Rouen continue de subir. Un power-play oblige Matija Pintaric à se démultiplier : de la botte face à Romand (29’03), puis d’un magnifique arrêt-mitaine sur un one-timer de Mario Valery-Trabucco qui filait tout droit vers la lucarne (29’24). Rudy Matima en break se heurte également au portier rouennais (30’03).

Les Gothiques prennent finalement le score peu après la mi-match. Anze Kuralt, très actif, s’empare du palet côté gauche, repique au centre échappant au marquage d’Anthony Guttig, et d’un lancer puissant du poignet, trouve la lucarne droite d’un Matija Pintaric bien masqué par Janne Laakkonen (2-3, 33’03). Le public attend la réaction des vice-champions de France, mais hormis un tir de Loïc Lampérier bien lu par Henri-Corentin Buysse, il n’a pas grand chose à se mettre sous la dent. Y compris sur un jeu de puissance rouennais à deux minutes du terme.

Gros tiers d’Amiens qui a asphyxié les Dragons. Des Dragons qui grâce à leur gardien ne sont pourtant qu’à une longueur de leur adversaire. Or on sait les Rouennais généralement efficaces dans la dernière période. Et il n’est pas dit que les Amiénois, qui ont sombré dans le dernier vingt contre Gap, tiennent le rythme.

20 minutes pour faire la décision

Florian Chakiachvili montre le chemin (source photo : Christophe DELAVILLE)

Rouen revient fort. Retrouvant l’intensité du premier tiers, les Dragons se réinstallent en zone offensive. Florian Chakiachvili, souvent décisif cette saison, sonne la charge. L’international français bien lancé par un passe transversale lobée de Loïc Lampérier depuis la zone défensive, dribble Lauri Kämeniemi en position de dernier défenseur et vient ajuster Henri-Corentin Buysse de près (3-3, 44’30), inscrivant son 8e but de la saison. Amiens a baissé de pied, et ne parvient plus à s’approcher de la cage de Matija Pintaric, si l’on excepte un tour de cage de Tommy Giroux (50’37).

Les débats se situent surtout en zone neutre, quand sur un lancer de la bleue de Kevin Dusseau, Nicolas Deschamps installé dans le slot parvient à dévier le palet (du patin, de l’aveu même de l’intéressé) juste devant le gardien amiénois (4-3, 52’00). Rouen semble avoir fait le plus dur et poursuit sur sa lancée, Nicolas Deschamps encore lui s’offrant même un petit slalom à travers la défense picarde, sans pouvoir cadrer en face à face avec Henri-Corentin Buysse (53’38).

La fin de match voit Amiens tomber dans l’indiscipline, ce qui l’empêche de porter à nouveau le danger sur la cage des Normands, qui gèrent tranquillement jusqu’à la sirène.

Nicolas Deschamps libère les siens (source photo : Christophe DELAVILLE)

Trois points importants acquis dans la douleur pour Rouen, qui reste au contact de Grenoble, et prend ses distances avec Bordeaux. Coach Lhenry a pu mesurer les progrès d’Amiénois qui ont sérieusement secoué le navire normand, lequel a su se remettre d’un 2e tiers passé à écoper.

Dans le contexte de la Coupe de France, les Amiénois auront, dès mardi prochain, sur cette même patinoire, l’occasion de prendre une délicieuse revanche qui aurait pour conséquence l’élimination de leur meilleur ennemi à un stade précoce de la compétition.

Réactions d’après match :

Kévin Dusseau (défenseur de Rouen, dans Paris-Normandie) : « On a été sur courant alternatif ce soir (hier). On a bien contrôlé le palet dans le premier et le troisième tiers mais, dans le deuxième, on a commis trop d’erreurs individuelles et, du coup, on a donné le momentum à Amiens. On a entamé le deuxième tiers un peu trop tranquille alors qu’eux l’ont démarré plus fort. Ils ont réagi après leur première période. À la fin de ce deuxième acte, le coach a râlé, il a remis les points sur les « i ». Ça a fonctionné et on a vu que quand on veut, quand on joue tous ensemble, on peut. On ne doit pas l’oublier. »

Nicolas Deschamps (attaquant de Rouen, sur le site officiel du RHE 76) : « Amiens est une équipe qui joue bien, discipliné dans son système de jeu. Nous on a peut-être essayé trop de choses. On a accordé des buts mais on s’est parlé dans le vestiaire et on est revenu fort pour aller chercher le match. C’est un point positif. L’ambiance était super. Les fans sont toujours là, mais ce soir encore plus. On est allés chercher la victoire. On espère avoir le même match mardi ».

Rouen – Amiens 4-3 (2-0, 0-3, 2-0)
Vendredi 20 octobre 2017 à l’Île Lacroix. 2747 spectateurs.
Arbitrage d’Alexandre Hauchart et Damien Bliek, assistés de Jérémie Douchy et Alexis Grabit.
Pénalités : Rouen 8′ (2′, 2′, 4′), Amiens 26′ (4′, 2′, 10’+10′).
Tirs : Rouen 30 (14, 5, 11), Amiens 31 (10, 15, 6).

Évolution du score :
1-0 à 01’35 : Stehlik assisté de Thinel et Lampérier
2-0 à 17’05 : Lampérier assisté de Thinel
2-1 à 22’09 : Suire assisté de Prissaint et Romand
2-2 à 26’12 : Halley assisté de Giroux et Kärmeniemi
2-3 à 33’03 : Kuralt assisté de Laakkonen et Valery-Trabucco
3-3 à 44’30 : Chakiachvili assisté de Lampérier et Guttig
4-3 à 52’00 : Deschamps assisté de Dusseau et Antonietti

Rouen

Attaquants :
Nicolas Deschamps – Nicolas Ritz – Benjamin Antonietti
Petr Hubacek (A) – Anthony Guttig – Joris Bedin
Loïc Lampérier (C) – David Wohlberg – Marc-André Thinel
Joran Reynaud – Fabien Colotti – Vincent Nesa

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Camil Durand [jusqu’à 40’00]
Richard Stehlik – Chad Langlais
Kevin Dusseau – Philippe Paquet

Gardien :
Matija Pintaric

Remplaçants : Raphaël Garnier (G), Enzo Cantagallo, Benjamin Berard. Absents : Mathieu Roy (cheville), Julien Msumbu (ménisque).

Amiens

Attaquants :
Thomas Suire – Joey West (A) – Jérémie Romand
Tommy Giroux – Philippe Halley – Rudy Matima [puis K. Da Costa en alternance avec J. Romand à 20’00]
Janne Laakkonen – Mario Valery-Trabucco – Anze Kuralt [en alternance avec J. Romand à 40’00]
Kevin Da Costa [en alternance avec A. Kuralt à 40’00] – Élie Marcos (A) – Louis Olive [puis R. Matima à 20’00]

Défenseurs :
Ondrej Smach – Jonathan Narbonne (C)
Léo Guillemain – Nicolas Favarin
Axel Prissaint – Lauri Kärmeniemi

Gardien :
Henri-Corentin Buysse

Remplaçant : Lucas Savoye (G). Absents : Todd Perry (épaule, saison terminée), Romain Bault (haut du corps), Loïc Coulaud (blessé).

Les commentaires sont fermés.

tristique mi, felis at efficitur. ut