Zurich – Zoug (National League, finale, match 2)

photo Pierre Maillard
155

Menés 1 victoire à 0 au terme d’un match 1 à rebondissements, les joueurs Zougois vont-ils renverser la tendance et égaliser dans la série ? Ou alors, est-ce que les Zurichois vont faire le break, pour ce qui sera l’une de leurs dernières rencontres dans l’antre du Hallenstadion ? (À la rentrée, les ZSC emménageront dans leur nouvelle patinoire de 12 000 places à Alstetten).

Dès la première minute de jeu, Marco Müller déstabilise Denis Malgin et concède une pénalité. Le powerplay de Zurich peine à s’installer et n’est pas réellement dangereux à l’exception d’un tir non cadré de Simon Bodenmann qui a jailli entre les défenseurs sur une passe de l’arrière du filet. De retour à égalité numérique, l’EVZ s’offre deux belles occasions. Tout d’abord, sur une descente à 2 contre 1, Sven Senteler remet à Yannick Zehnder qui lance depuis le point d’engagement mais Jakub Kovář veille. Puis c’est Grégory Hoffman qui fait admirer sa vitesse de pieds en débordant Maxim Noreau dans le coin pour effectuer un tour de cage. Jakub Kovář couvre bien le bas de son filet. En réponse à l’action d’Hoffman, Malgin fait également étalage de sa technique de patinage en remontant la moitié de la patinoire pour tirer en angle sur Leonardo Genoni. Puis Sven Andrighetto effectue un centre-tir que Reto Schäppi – qui a posté son grand gabarit devant le gardien – dévie sans succès. Après ces premières minutes animées, le jeu baisse en intensité sans pour autant verser dans l’attentisme. Les deux équipes lancent moins au filet mais essaient toujours de construire via de longues séquences de possession de palet. Il faut attendre la douzième minute pour revoir une nouvelle occasion franche : sur un jeu en triangle entre les attaquants du deuxième trio, c’est Bodenmann qui peut lancer du haut du slot. Genoni capte sans laisser de rebond. Ce dernier s’illustrera dans la foulée en fermant la porte à Yannick Weber sur un tour de cage. Puis après une mise au jeu gagnée en zone offensive, c’est le très remuant Bodenmann qui va chercher d’un tir la déviation de Marcus Krüger devant Leonardo Genoni. La fin du tiers sera plus pauvre en occasions, les équipes se neutralisent et évitent au maximum les erreurs.

2122 zug cadoneau

Zoug sort fort dès l’entame de la deuxième période. Comme un symbole, Jan Kovář et Dario Simion vont charger de concert Bodenmann contre le plexi. À la vingt-deuxième minute, Christian Djoos rentre dans la zone offensive en contrôle du palet. Il effectue une remise en arrière à Sven Senteler qui remet immédiatement en diagonale à Yannick Zehnder qui est monté au filet. Avec un peu de chance – le Zurichois Marc Aeschlimann touche le puck du patin – il parvient à marquer (0-1, 22’02). Comme lors du match 1, Zoug essaie de capitaliser sur son temps fort. Simion récupère un palet derrière le filet de Kovář et le remet à Hoffman qui voit son tir à bout-portant contré. Puis sur une excellente présence de la troisième ligne de l’EVZ, Jérôme Bachofner reprend de volée. Jakub Kovář dévie le puck à extérieur de son filet. Dans la continuité de l’action, Claudio Cadonau repère Müller (resté dans le dos de la défense) qui part affronter seul le cerbère Zurichois. L’attaquant, par une feinte, tente de décaler Jakub Kovář mais ce dernier parvient à stopper la rondelle de la jambière.

Les ZSC sont dans les cordes mais ne plient pas. Il leur faut attendre près de huit minutes dans le tiers pour les voir déclencher un tir (par Krüger sur une passe de l’inévitable Bodenmann) sur Genoni. À la mi-match, Cadonau se rend coupable d’un mauvais geste en frappant avec l’épaule (et le coude) Marc Aeschlimann au visage. Le défenseur Zougois est puni pour 2 minutes (il sera également suspendu de manière préventive pour le match 3 tout en étant sous le coup d’une procédure ordinaire pouvant alourdir la sanction) tandis qu’Aeschlimann rentre au banc sonné. Une fois de plus, le jeu de puissance de Zurich va se montrer létal : Noreau, placé à la pointe, feinte le lancer pour déstabiliser la défense et remet le puck à Andrighetto qui reprend victorieusement en one-timer depuis le point d’engagement (1-1, 29’42). Une pénalité de Schäppi sur Reto Suri ne donne rien malgré des tentatives de Fabrice Herzog, Niklas Hansson et Anton Lander (sur déviation). Les dernières minutes seront zurichoises : bien servi par Malgin, Denis Hollenstein ne parvient pas à déborder Genoni. Puis sur un 3 contre 2, Patrick Geering choisit le tir plutôt que la passe et Genoni arrête le palet en deux temps. Sur la dernière action du tiers, Hollenstein récupère le palet derrière le filet et essaie de le glisser derrière Genoni. Ce dernier arrête la tentative. Du moins le croit-on. L’arbitre siffle mais dans le même temps Andrighetto voit le palet libre, fonce et pousse le puck et le portier de Zoug dans le filet. Après un très bref moment de flottement (et une empoignade entre Hollenstein et Schlumpf) le but est logiquement refusé sans que les ZSC ne contestent.

2122 zurich marti

Le troisième tiers-temps commence dans la lignée de la période précédente. Zurich est à la manœuvre et place les premières banderilles. L’EVZ fini par s’implanter dans le camp adverse grâce une bonne présence de sa quatrième ligne, Dario Allenspach en tête. S’en suit une longue séquence de possession de puck (stérile) par Zoug. À la suite d’une pénalité conjointe infligée à Hoffman pour accrocher et Hollenstein pour plongeon, le jeu se déroule à 4 contre 4 pour deux minutes. Des espaces s’ouvrent, mais toujours pas de buts. La tension monte et les accrochages deviennent systématiques après chaque coup de sifflet près des gardiens. À l’orée du money-time, Justin Azevedo, puis Tommi Kivistö testent les réflexes de Genoni. Puis Marco Pedretti, à la réception d’une passe entre les jambes de Phil Balstiberger, se retrouve seul dans le slot mais ne parvient pas à tuer le match. Le jeu repart dans le camp Zougois, après un tir de Reto Suri arrêté par le gardien des ZSC, Christian Marti récupère la rondelle et repère Denis Hollenstein parti en contre. À la lutte avec Samuel Kreiss, l’attaquant parvient à adresser une passe qui vient transpercer la défense. Le back-check de Zoug est désorganisé : Suri est en retard et perd de vue son homme (Malgin) du fait d’un télescopage entre Dario Simion et Andrighetto. Libre de tout marquage, Malgin réceptionne le puck transmis par Hollenstein d’une main et, après un contrôle, l’expédie victorieusement dans le haut du but zougois (2-1, 56’57).

Il ne reste alors que trois minutes à jouer dans la rencontre. Genoni quitte la glace au profit d’un sixième joueur de champ. Schäppi presse Jan Kovář en sortie de zone défensive et provoque un revirement qui profite à Bodenmann qui peut marquer dans un filet désert. Entaché d’un hors-jeu, le but est annulé après avoir été revu par les arbitres à la vidéo. Dans les derniers instants du match, Hoffmann alerte à deux reprises Jakub Kovář du haut du cercle d’engagement. Sur la deuxième tentative, Müller positionné derrière le filet remise instantanément à Simion qui ne parvient pas à lever le puck au-dessus d’un Jakub Kovář tombé à la renverse dans son filet (car déséquilibré par son frère, lui-même poussé par Kivistö) et tout heureux d’arrêter le palet…de l’entrejambe. Après avoir manqué le but de la victoire pour quelques centimètres lors du match 1, Simion risque de cauchemarder après ce nouveau raté.

Zurich confirme son succès du match 1 et réalise le break dans la série. La rencontre aura été une nouvelle fois serrée et le faible nombre de buts marqués ne rend pas hommage à la qualité du jeu offert par les deux équipes, tant elles pratiquent un jeu attrayant et toujours tourné vers l’avant. Les gardiens se sont encore mis en évidence, mais une fois de plus les individualités et les unités spéciales des Lions  auront fait la différence. Le match 3 se déroulera samedi 23 avril à 20h à la Bossard Arena de Zoug. La défaite est interdite pour l’EVZ sous peine de donner trois pucks de match aux ZSC.

Un article de Nicolas PUCCIO (twitter : @LinusPacoOcci), illustré par Pierre Maillard

Commentaires d’après-match (au micro de RTS et MySports et dans Blick) :

Reto Suri (attaquant de Zoug) : « Il n’a pas manqué grand-chose, on était là. Au deuxième tiers-temps on a eu nos occasions, ils ont marqué en powerplay. Après, le match est serré et on prend le but final à trois minutes avant la fin, il faut jouer plus conséquent. Là c’est mon homme, je dois le prendre plus tôt. On a une petite collision devant la cage, je le perds, il marque. Dans des matchs comme ça, c’est ça qui fait la différence. Je dois le prendre sur moi. (…) On va laisser derrière nous. On retourne à la maison samedi. Il faut regarder devant, tout ce qui compte c’est gagner le match samedi à la maison. »

Yannick Weber (défenseur de Zurich) : « On savait après le premier match que les détails allaient faire la différence. Aujourd’hui dans le premier tiers nous avons assez bien joué, on a des chances. Au deuxième tiers, le goal de Zoug a un peu été chanceux. Après cela on a un peu arrêté de jouer, ils ont eu des opportunités de marquer le deuxième but. Dans le dernier tiers, nous avons pris le jeu, on a eu des chances de prendre la victoire. Mais c’est clair que contre Zoug c’est toujours difficile, ça va être une série serrée. Les deux matchs étaient proches, les deux équipes pouvaient prendre la victoire. On a deux jours pour s’adapter, Zoug également. »

Marco Pedretti (attaquant de Zurich) : « C’est toujours très serré, on le savait, ce sont les petits détails qui font la différence : notre power-play qui met de nouveau un but ce soir, c’est tout bon pour la confiance. On a l’expérience, on ne panique pas, on sait qu’ils ont mis le premier but mais il restait beaucoup de temps à jouer. On a vu qu’on pouvait retourner des situations, donc c’est bon pour la confiance. Clairement quand on voit que notre premier bloc est en jambes, c’est un plus pour l’équipe et ça nous tire en avant. On était à 0-2 en quarts de finale, on sait que ce n’est jamais fini. On va prendre match après match comme d’habitude et puis aller fort pour aller chercher un troisième point. »

Grégory Hofmann (attaquant de Zoug) : « Les deux matches de cette série auraient pu basculer des deux côtés. Nous avons fait beaucoup de bonnes choses, il faut encore un plus de volonté pour chercher la décision. Cela commence par moi et par notre ligne. J’ai beaucoup de potentiel. En même temps je me mets moi-même sous une pression extrême. Je dois être meilleur en tant que leader, et notre ligne aussi. Je veux aider l’équipe avec mes forces. Je sais que les attentes sont élevées, les miennes aussi. Mais cela ne se passe pas toujours comme on veut. Je dois lutter et rester positif. J’avais mis beaucoup de buts ces dernières années, en plus je suis revenu de NHL. Peut-être que tout le monde pensait que je mettrais trois buts par match. Mais ça ne fonctionne pas aussi facilement. Je dois mieux trouver des positions de tir, mais ma force n’est pas mon tir, mais la volonté de tirer. Pour marquer un but, il faut faire plein de petites choses avant. Je ne suis pas un joueur qui mets un but à chaque occasion. »

Zurich – Zoug 2-1 (0-0, 1-1, 1-0)
Mercredi 21 avril 2022 à 20h00 au Hallenstadion de Zurich. 11 200 spectateurs (guichets fermés).
Arbitres : Micha Hebeisen et Mark Lemelin assistés de David Obwegeser et Dario Fuchs
Tirs : Zurich 29 (9, 9, 11) ; Zoug 34 (11, 16, 7)

Évolution du score
0-1 à 22’02’’ : Y.Zehnder assisté de S.Senteler et C.Djoos
1-1 à 29’42’’ : S.Andrighetto assisté de M.Noreau et D.Malgin (sup. num.)
2-1 à 56’57’’ : D.Malgin assisté de D.Hollenstein et C.Marti

Zurich

Attaquants :
Sven Andrighetto (+1) – Denis Malgin (+1) – Denis Hollenstein (+1, 2’)
Simon Bodenmann – Marcus Krüger – Justin Azevedo
Dominik Diem – Justin Sigrist – Marco Pedretti
Chris Baltisberger (-1) – Reto Schäppi (-1, 2’) – Marc Aeschlimann (-1)
Kyen Sopa

Défenseurs :
Christian Marti (+1) – Maxim Noreau
Patrick Geering (C) – Phil Baltisberger
Tommi Kivistö (-1) – Yannick Weber

Gardien :
Jakub Kovář

Remplaçants : Ludovic Waeber (G), et Dario Trutmann. Absents : Garrett Roe et John Quenneville (étrangers surnuméraires), Johann Morant (blessé), Enzo Guebey, Willy Riedli et Lukas Flüeler (surnuméraires).

Zoug

Attaquants :
Gregory Hoffman (2’) – Jan Kovář (C) – Dario Simion
Jérôme Bachofner – Anton Lander – Marco Müller (2’)
Fabrice Herzog (+1) – Sven Senteler (+1) – Yannick Zehnder (+1)
Dario Allenspach – Sven Leuenberger – Reto Suri

Défenseurs :
Christian Djoos (+1) – Claudio Cadonau (+1, 2’)
Livio Stadler – Niklas Hansson
Samuel Kreis – Dominik Schlumpf
Nico Gross

Gardien :
Leonardo Genoni [sorti de 58’35’’ à 60’00’’]

Remplaçants : Luca Hollenstein (G), Luca De Nisco. Absents : Carl Klingberg (étranger surnuméraire), Lino Martschini (blessé).

Les commentaires sont fermés.