Gap – Bordeaux (Ligue Magnus, 1/4 de finale, match 1)

188

Il s’agit maintenant de la période des play offs. Gap a terminé troisième du classement et établi un exploit à la vue des équipes suivantes garnies d’effectifs hautement plus renommés !

Gap affronte Bordeaux dans une série qui sent la poudre ! Les Boxers ont la particularité de jouer physique et rigoureux. Sur les années 2017 et 2018, Gap s’est imposé 4 fois à domicile (5-4, 4-0, 7-3 et 5-0) pour deux défaites (2-7 et 3-5). Ce match n°1, s’il suit cette tendance, devrait apporter de nombreux buts.

Même si la saison régulière est terminée, il faut souligner que les niveaux sont proches. Gap a 12 victoires sur 22 parties à l’Alp’arena (4e). Bordeaux en a remporté 10 en voyage (3e). Les unités spéciales vont être importantes Gap n’est que le 3e> moins bon en supériorité avec 15,58% contre le meilleur powerplay du championnat (24,34%). En infériorité numérique, les Rapaces sont avant-derniers avec 73,56%. Bordeaux est à 83,26%. Malgré tout cela, Gap a terminé avec 6 points d’avance et aujourd’hui les compteurs sont remis à zéro.

L’intensité, la discipline, le mental et la rage de vaincre seront les ingrédients pour entamer cette série et surtout pour savoir la conclure et obtenir une demi-finale.

Au niveau des effectifs, les Boxers déplorent l’absence d’Adam Hughesman et d’Antti Jaatinen. Pour les Rapaces, Max Ross et Evan Ritt qui manquent à l’appel.

L’ex-Gapençais Patrick McEachen commence avec une charge, solide, juste après le coup d’envoi et revient en défense pour un nettoyage physique devant la cage. Bordeaux lance toute suite un message clair, les Boxers ne sont pas venu pour rigoler. Maxime Sauvé est, lui aussi, insistant sur Lewis. Mais la première occasion est gapençaise : en solo, Tringale s’avance et tire dans les bottes (1’26). Réponse de Benjamin Dieudé-Fauvel avec son tir de la bleue capté proprement par Lerg (3’20).

Le début de match est équilibré et chacune des deux équipes trouvent des opportunités. Suite à une mise au jeu gagnée, Gutierrez envoi un lancer dévié (3’45). Déjà en infériorité, Dieudé Fauvel déménage Scheid dans la bande. L’arbitre appelle une pénalité un peu sévère et envoie Bordeaux en double infériorité. Le jeu de puissance est rapidement installé. La reprise de Damien Raux face à une cage ouverte au second poteau permet à Gap d’ouvrir le score (5’44 : 1-0).

La pénalité se poursuit à 4 contre 5 et le palet est nettoyé, dans l’urgence, par Moisand. Au retour au complet Bordeaux revient dans la partie avec Terrier qui se projette à l’avant. Il efface un joueur et contourne Lerg en prenant son propre rebond (7’16 : 1-1).

Les Boxers semblent plus dynamiques et fringants que les Rapaces à l’image de Labelle qui contrôle le puck dans les airs avec sa crosse. Il transmet, de suite, à Terrier et le puck finit devant la cage de Lerg dans un jeu à trois (9’35).

Bordeaux propose un bon pressing et son jeu à l’avant perturbe les bleus. Gap répond par des accélérations toniques pour sortir de sa zone. Di Dio Balsamo gagne un palet en le chipant lors de l’offensive bordelaise. Le tir est dévié par Colomban mais ne provoque pas de danger sur Quemener.

La partie s’équilibre une nouvelle fois mais le contrôle de la rondelle est plus incisif pour les Boxers. Les bleus donnent une belle sueur froide aux visiteurs avec Campbell. Il hérite de la rondelle, dans le slot, dribble et place le palet à mi-hauteur. Mais Quemener capte de la mitaine rapidement (14’45). Gap parvient à gagner quelques palets bien exploités mais la concrétisation n’est pas au rendez vous. Défensivement, par contre, le pressing perturbe le développement des passes bordelaises dans la zone des Rapaces.

Après cette période compliquée pour Bordeaux, Kramar reprend un palet qui est dévié en grand écart par Lerg (15’59). La défense bleue offre encore une belle résistance en infériorité. Les shoots sont bloqués et dégagés. Ce sont les Boxers qui finissent en force et poussent pour prendre l’avance au score. Desrosiers s’infiltre rapidement en zone offensive. La fin de tiers st compliquée pour les locaux avec l’intensité de Bordeaux  et Janil qui passe la bleue d’un beau dribble.

La période se termine sur ce score de parité et a été assez équilibrée. Bordeaux a tout de même les armes pour imposer un échec avant et des occasions redoutables.

Gap décide de développer son jeu et son rythme avec Gutierrez et Thillet devant le portier (21’10). Les bleus maintiennent les Boxers dans leur zone. Les Bordelais sont dans l’incapacité de sortir la rondelle de leur camp. Ce temps fort gapençais est alimenté par une grosse poussée et illustrée de trois shoots consécutifs. Quemener est solide mais Bordeaux n’arrive plus à évacuer le palet. Scheid se retrouve seul avec le puck devant la cage mais ne peut tromper Quemener (23’12).

La réponse des visiteurs est physique à l’image de Dieudé Fauvel qui cherche à déstabiliser et place de grosses charges. Sur un slashing violent, il débarrasse Bouvet de sa crosse et est sanctionné. Suite à la réponse de Raphaël Faure, c’est un 4 contre 4 qui s’engage. Di Dio Balsamo arrive en vitesse et effectue un tour de cage rapide pour remettre le palet sur le portier (25’50). Gap continue son jeu rapide avec Mc Donald qui rate un palet au deuxième poteau sur une action toute en vitesse. Au retour au complet, le bilan comptable est négatif. Gap a dominé mais n’a pas su marquer.

Les Rapaces inversent la tendance dans le secteur des duels. Les bleus remportent des batailles dans la bande, a contrario du premier tiers. Après un cinglage de McDonald, les Rapaces paient cash l’infériorité malgré un effort défensif intense et efficace. La reprise, à pleine vitesse, de Terrier traverse Lerg au niveau des bottes à trois secondes du terme de la pénalité (30’46 : 1-2).

Gap tente de revenir avec des offensives rapides mais des tirs peu dangereux pour Quemener. Sur l’une de ces attaques, une perte de palet en zone offensive provoque une récupération de Desrosiers (32’19). Il engage le contre et transmet un bon palet. Raphaël Faure éteint cette étincelle en faisant trébucher l’attaquant girondin. Là encore Bordeaux profite de son jeu de puissance avec un tir de Desrosiers et un rebond repris par Petit (34’20 : 1-3).

Les Boxers utilisent leur puissance et leur technique pour conserver le palet et boucler cette période avec une avance de deux buts. Gap dans son temps fort n’a pas pu scorer, à l’inverse des Bordelais qui ont pleinement profité des unités spéciales.

L’indiscipline des Bordelais émaille le début du troisième tiers. Des pénalités stupides qui rendent leur tâche plus difficile et les obligent à défendre. Pendant deux pénalités successives, les Gapençais ne trouvent aucune solution pour marquer ne donnant que des tirs simples à capter pour le gardien bordelais. Olivier Labelle fauche carrément un Gapençais en pleine course, ce qui lui vaut la bronca du public ! Gap insiste dans cette supériorité avec Scheid qui envoie un tir mal capté mais pas récupéré par les Gapençais (45’35). Maurin Bouvet trouve finalement la solution. Stationné devant Quemener, il place le puck dans un trou de souris à l’aide d’un revers rapide (47’14 : 2-3).

Le match est relancé, la vitesse de patinage est enfin digne d’un match de power-play. À pleine vitesse, Petit reprend un palet en pleine course. Lerg dévie la rondelle sur un arrêt réflexe en déplacement (51’10). Les Rapaces s’accrochent dans une nouvelle infériorité. Le power play bordelais n’est pas convaincant sur cette séquence. Au retour au complet, Mc Cormack place un tir et la reprise de Glen est bloquée dans un mouvement en glissade de Quemener (56’04).

En fin de période, Gap s’arrache pour recoller au score avec Di Dio Balsamo associé à McDonald. Bouvet tire dans les bottes mais Bordeaux resserre son dispositif pour bloquer les Gapençais. D’ailleurs les entrées de zone sont rendues plus compliquées. La sortie de Lerg n’y change rien et Bordeaux remporte le match 1.

Les deux équipes n’étaient pas très loin dans l’écart de niveau. Bordeaux a simplement su concrétiser les supériorités à l’inverse des Gapençais. Cette série s’annonce serrée et compliquée. Mais Gap doit pouvoir assurer sur ses moments forts pour pouvoir remporter le match 2.

Gap – Bordeaux 2-3 (1-1, 0-2, 1-0)
Vendredi 23 février 2018 à 20h30 – Alp’arena. 1930 spectateurs.
Arbitres : Pierre Dehaen et Laurent Garbay assisté de  Joris Barcelo et Gwilherm Margry
Pénalités : Gap 12′ (2′, 6′, 4′) ; Bordeaux 18′ (4′, 4′, 10′)
Tirs : Gap 39 (11, 14, 14) ; Bordeaux 22 (10, 7, 5)

Évolution du score :
1-0 à 05’44 : Raux assisté de Campbell et Glen (double sup. num.)
1-1 à 07’16 : Terrier assisté d’Edwards et Besch
1-2 à 30’46 : Terrier assisté de Sauvé et McEachen (sup. num.)
1-3 à 34’20 : Terrier assisté de Valier et Desrosiers (sup. num.)
2-3 à 47’14 : Bouvet assisté de Thillet et Raux (sup. num.)

Gap

Attaquants :
Devin Tringale – Jack Lewis – Rob Linsmayer
Dimitri Thillet – Maurin Bouvet – Romain Gutierrez
Eric Scheid – David Glen – Chad McDonald
Marius Serer – Robin Colomban – Cédric Di Dio Balsamo
Janne Puhakka

Défenseurs :
Damien Raux – Tim Campbell
Arnaud Faure – Graeme Mc Cormack
Pierre Crinon – Raphaël Faure

Gardien :
Jeff Lerg

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absents : Max Ross, Evan Ritt.

Bordeaux

Attaquants :
Jonathan Lessard – Maxime Sauvé – Olivier Labelle
Félix Petit – Matthias Terrier – Peter Valier
Julien Desrosiers – Julien Guillaume – Lionel Tarantino
Spencer Edwards – Vincent Cadren

Défenseurs :
Patrick Mc Eachen – Dominik Kramar
Nicolas Besch – François Paquin
Benjamin Dieudé Fauvel – Jonathan Janil
Aina Rambelo – Maxime Moisand

Gardien :
Ronan Quemener

Remplaçant : Clément Fouquerel (G). Absents : Victor Goy (G), Mathieu André, Adam Hughesman, Antti Jaatinen.

Les commentaires sont fermés.

tempus ut consectetur id commodo ipsum