Grenoble – Mulhouse (Ligue Magnus 2017/18, 1/4 de finale, match 1)

Les Brûleurs de Loups tombent dans le piège mulhousien

117

Les Brûleurs de Loups ont réussi à arracher la première place de la saison régulière à Rouen à l’issue d’un match serré qui les a vus s’imposer dans les ultimes minutes (4-3). Cette première place leur donne le droit d’affronter le huitième, les Scorpions de Mulhouse, qui sont passés par toutes les émotions lors de leur dernier match de la saison face à Angers. Menés 2-3 à moins de deux minutes de la fin, les Mulhousiens ont réussi à égaliser en sortant leur gardien avant de marquer le but vainqueur en prolongation quelques minutes plus tard. Un résultat qui suffit pour décrocher sur le fil la huitième place au nez et à la barbe de Nice et d’Épinal.

Si les Grenoblois avaient remporté assez facilement les deux rencontres contre Mulhouse lors de la phase aller (4-0 et 5-2), celles de la phase retour furent beaucoup plus difficiles à gérer. Mulhouse s’est en effet imposé (5-3) début janvier et les Isérois ont eu les pires difficultés pour venir à bout des Scorpions lors de l’avant-dernier match de la saison régulière (2-0). Sur la pente ascendante, les Mulhousiens se sont montrés des adversaires de plus en plus coriaces, faisant tomber – outre Grenoble – Rouen et Bordeaux sur leur glace de l’Illberg. Les Brûleurs de Loups ont donc tout intérêt à se méfier de leurs adversaires qui n’ont de promus que le nom. Alors qu’ils viennent de récupérer Terglav, Rodman et Goličič tout juste revenus des J.O., les Isérois seront privés d’Hordelalay, suspendu trois matchs suite à son expulsion pour un cinglage sur Stehlik mardi à Rouen. Du côté mulhousien, Rehus et Quessandier manquent à l’appel.

Les deux équipes se jaugent en début de match sans grosse prise de risque offensive. Une première opportunité est donnée à Grenoble sur un palet directement dégagé au-dessus du plexiglas par Kenny Martin. Les Brûleurs de Loups ne tardent pas à se mettre en action sur un palet mis au centre par Rodman sur Goličič qui s’infiltre dans la défense mulhousienne mais bute sur Surek. Encore sollicité sur des lancers lointains de Bisaillon et Dame-Malka, Surek répond présent et permet à son équipe de tenir jusqu’à la fin de la supériorité numérique grenobloise. À cinq contre cinq, Grenoble continue de mettre la pression sur la cage des Scorpions avec une lancer de Hardy bloqué de la mitaine par Surek. Bien en place défensivement, les Mulhousiens font le dos rond et parviennent petit à petit à repousser les Grenoblois en zone neutre. Sur un contre rapide, Kara lance Champagne en profondeur mais Surek avait bien lu le jeu et repousse le palet. Mulhouse tente de réagir avec un lancer de Seda non cadré.

Mais un premier tournant dans le match survient sur une charge extrêmement appuyée de Legault sur Seda qui se fait projeter dans la bande. L’attaquant québécois de Grenoble est expulsé et Mulhouse se retrouve en supériorité numérique pendant cinq minutes. Les Scorpions ne tardent pas à s’installer en zone offensive et font circuler le palet. Un premier lancer de Genest est repoussé par Horak mais sur une deuxième opportunité, Paakkolanvaara parvient à marquer en profitant d’un écran des joueurs mulhousiens devant Horak (0-1, 09’10). Avec encore plus de quatre minutes à jouer dans la supériorité numérique, les Scorpions ont une bonne opportunité de faire la différence mais ils se font contrer par le boxplay grenoblois bien positionné. À la fin de pénalité majeure, Hoehe et Giroux s’accrochent le long de la bande et sont envoyés tous les deux se calmer en prison.

À quatre contre quatre, Grenoble tente de reprendre l’initiative et arrive même à mettre une grosse pression sur la cage adverse. Une pénalité est appelée contre Yorick Treille qui fait trébucher Côté le long de la bande. C’est la panique dans le slot mulhousien mais ni Champagne ni Côté n’arrivent à pousser le palet au fond. Surek parvient à s’en emparer et Mulhouse joue à son tour en infériorité numérique. Le box play mulhousien arrive parfaitement à contrer le power-play grenoblois. Alors que les Scorpions avaient réussi à tuer la pénalité de Treille, ils doivent retourner au charbon lorsque Seda fait trébucher Kara. Sans grande conséquence tant les Brûleurs de Loups ont du mal sur leur power-play dans cette première période.

Il reste quelques minutes à la supériorité numérique grenobloise au début du deuxième tiers mais Surek n’est pas inquiété. Et sur un exploit individuel, Rolands Vigners parvient à effacer Dame-Malka pour s’ouvrir le chemin de la cage grenobloise. Son tir est repoussé par Horak mais Ševčenko avait bien suivi et pousse le palet derrière la ligne (0-2, 21’07). Sonnés par ce deuxième but, les Brûleurs de Loups sont tout près de se faire surprendre une nouvelle fois lorsque Östman parvient à s’infiltrer entre Kunnas et Dame-Malka pour se présenter seul face à Horak, qui fait l’arrêt.

Pour se relancer, les Grenoblois obtiennent une supériorité numérique lorsque Jurek fait trébucher Kara à la ligne bleue. Mais à l’inverse, Paakkolanvaara parvient à chiper le palet à Rodman et part en deux contre un avec Ševčenko. Le tir du Finlandais n’est pas cadré, rebondit contre la balustrade et revient dans la crosse de Ševčenko qui pousse au fond des filets (0-3, 23’55).

Menés de trois buts, les Grenoblois essaient de réagir mais restent particulièrement imprécis dans leur transition du palet. Suite à un bon travail en zone offensive de Tartari, Cruchandeau est forcé de commettre une faute. Nouvelle supériorité numérique pour Grenoble, très bien gérée cette fois avec des tirs de Hardy et Giroux repoussés par Surek. Les Brûleurs de Loups arrivent enfin à mettre la pression sur un power-play mais ils ne trouvent pas pour autant l’ouverture. En tout cas cela donne un momentum à Grenoble qui arrive à se montrer plus offensif avec un lancer de Côté repoussé difficilement par Surek. Mais Mulhouse est toujours dangereux sur des situations de contre à l’image de Rubeš en excellente position mais il est frustré par Horak.

Grenoble campe en zone offensive mais les lancers de Dame-Malka ou de Le Blond ne sont pas assez masqués pour surprendre Surek. Le portier mulhousien reste au sol quelques instants après avoir effectué un gros arrêt face à Kara alors que pour une fois sa défense s’était faite surprendre. Dans la dernière minute, Grenoble accélère et multiplie les tentatives sur la cage de Surek avec Giroux puis Rodman et Côté qui tour à tour lancent à la cage sans pour autant arriver à cadrer leurs tirs. Sur un dernier lancer de Hardy, Goličič plonge sur le rebond mais sa reprise écrasée est bloquée de la crosse par Surek qui préserve sa cage inviolée en fin de deuxième période.

Avec trois buts à remonter, Grenoble débute fort en troisième période. Leclerc passe en retrait à Champagne dont la reprise est bloquée in extremis par Surek. Puis c’est Tartari et Baazzi qui lancent à la cage pour mettre la pression sur la cage mulhousienne.

Plus entreprenants, les Brûleurs de Loups monopolisent la rondelle avec notamment un bon travail de la ligne Leclerc-Champagne-Kara. Un travail récompensé par une pénalité contre Jurík, rejoint en prison une minute plus tard par Vigners qui accroche Hardy le long de la bande. Grenoble a donc l’opportunité de jouer pendant 41 secondes en double supériorité numérique, le moment ou jamais de reprendre l’initiative dans cette rencontre. Mais Surek frustre Giroux à bout portant sur un tir suite à une passe en retrait de Rodman. Et malgré plusieurs palets dangereux sur la cage mulhousienne, le box play des Scorpions s’en sort encore une fois admirablement.

Mulhouse reste dangereux offensivement avec Rubeš qui fausse compagnie à la défense grenobloise pour se présenter face à Horak, mais le portier grenoblois remporte le duel avec une belle mitaine. Les minutes défilent et Grenoble continue de courir après le score alors que Mulhouse se fait sanctionner pour un retard de jeu. Dernière chance en supériorité numérique pour Grenoble mais sur un tir manqué de Hardy, Ten Braak arrive à s’échapper avec Ševčenko, ce dernier échouant sur Horak. C’est donc Mulhouse qui se procure la meilleure occasion alors que les Scorpions arrivent à tuer une huitième pénalité dans ce match !

Pas en réussite, les Brûleurs de Loups, qui ont raté à peu près tout ce qu’ils ont tenté dans cette rencontre, semblent être résignés au cours des cinq dernières minutes. Et c’est au moment où on s’on y attendait peut-être le moins que Grenoble arrive à marquer dans la dernière minute sur un lancer de Bisaillon dévié au passage par Rodman (1-3, 59’34). Juste pour sauver l’honneur et marquer son territoire pour demain à l’image de la petite échauffourée entre Hardy et Seda à la fin de la rencontre.

Les Brûleurs de Loups sont passés à côté de leur entrée dans les play-offs en concédant une première défaite face à Mulhouse qui a joué crânement sa chance. En retombant dans leurs travers du début de saison marqué par une grande indiscipline, ils ont concédé l’ouverture du score sur la pénalité majeure de Legault. Ensuite, Mulhouse a fait ce qu’il fallait, en gérant parfaitement défensivement, en marquant en contre-attaque et en comptant sur un gardien exceptionnel, Martin Surek qui a frustré les attaquants grenoblois pendant tout le match. À 0-3, la tâche s’annonçait très compliquée pour Grenoble. Pourtant la deuxième moitié du match des Brûleurs de Loups a été de bien meilleure facture que la première. Mais ces derniers se sont montrés particulièrement stériles, restant muets sur leurs huit supériorités numériques ! Une statistique rédhibitoire à ce niveau de la compétition.

Outre Surek, Mulhouse a pu compter sur le réalisme de ses attaquants Ševčenko et Paakkolanvaara pour faire la différence. Mais c’est surtout défensivement que les Scorpions ont impressionné, confirmant les dispositions entrevues lors de la dernière rencontre de la saison régulière à Pôle Sud avec un box play redoutable qui a réussi à lire le power-play grenoblois comme dans un livre. En prenant les devants dans la série, Mulhouse créé assurément la surprise. Dans le dur aujourd’hui, les Brûleurs de Loups se doivent de réagir demain et trouver la solution pour revenir à égalité dans la série sous peine de se retrouver dans une situation particulièrement délicate.

Désignés étoiles du match : ***  Martin Surek (Mulhouse), ** Lukáš Horák (Grenoble), * Kyle Hardy (Grenoble)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « J’avais senti beaucoup d’envie, une bonne énergie, tout le monde était excité mais je trouve qu’on est passé complètement à côté. Au début du match, on n’a pas joué comme une équipe, c’est là que s’est joué une bonne partie du match. Eux étaient patients, ils ont marqué un gros but sur notre pénalité. Après, ils ont bien géré, ils ont été prudents, ils attendaient nos erreurs. On va aborder demain le match de la même manière, mentalement il faut que tout le monde soit prêt, chaque joueur va devoir faire les petites choses bien ensemble sur la glace. En play-offs c’est pas toujours beau, il faut faire la même chose pendant 60 minutes, il va falloir rester disciplinés, côté système aussi. On a couru après le palet, ils en ont profité et ils ont eu les meilleures occasions. Il faut qu’on soit bien défensivement, pas trop donner les deux contre un, attendre que les chances viennent de notre côté et quand ont est dans un temps fort essayer d’en profiter. On a parlé beaucoup de discipline, on était un peu en choc quand c’est arrivé, ça nous a pris du temps de s’en remettre et puis voilà… »

Christophe Tartari (défenseur de Grenoble) : « Ils ont marqué donc après ils nous attendaient… On a poussé, ça ne l’a pas fait ce soir mais l’effort était là, on a travaillé dur. Il manquait un peu de structure, l’envie a pris le pas sur la structure mais on est déjà tournés vers demain. Le positif c’est l’envie, maintenant il faut jouer plus intelligent. C’est les play-offs, ça se joue sur des détails. Mulhouse a mieux géré que nous sur ce match-là. On est tourné vers demain, les play-offs c’est une longue route, il faut gérer les moments forts et les moments faibles. Ils ont certainement fait de la vidéo sur notre power-play mais on a des joueurs talentueux qui vont s’adapter. »

Christer Eriksson (entraîneur de Mulhouse) : « Ça s’est joué à peu de choses, on avait un power-play qu’on a bien géré. On a marqué le premier but, quand une équipe marque un but, forcément l’adversaire est obligé d’être offensif avec quelques contre-attaques. Le deuxième but, c’est un exploit individuel deux contre un où notre attaquant est arrivé à éliminer un défenseur. Le troisième, c’est un rebond qui est passé sur la balustrade derrière le but et après il y avait la cage vide pour mettre le but. Après, on a été bien pressés dans le troisième tiers, heureusement qu’ils n’ont pas marqué de but dans les dix premières minutes sinon ça aurait été chaud je pense. Mais on a été forts à quatre contre cinq, on a fait un bon penalty killing, on avait quand même pas mal de pénalités. Grenoble n’a pas été mauvais ce soir, ils n’ont juste pas concrétisé, ça peut changer demain.

On jouait bien depuis décembre, on fait l’opposition, on n’est certainement pas la meilleure équipe, en tout cas pas les meilleurs individus. On travaille bien ensemble, on a été héroïques défensivement aujourd’hui, notre gardien nous laisse dedans. Grenoble, c’est une sacrée machine, je n’ai pas compté les occasions mais je pense qu’ils avaient le double que nous. On joue de la même façon presque toutes les saisons, sauf qu’au début de la saison le costume de la Ligue Magnus était un peu trop grand pour nous et on perdait les matchs avec un, deux ou trois buts. Depuis décembre, on est dedans à tous les matchs et on en gagne pas mal avec un ou deux buts. On n’a pas de raison de changer notre jeu, on est très solidaires, très collectifs, assez compacts. On est déjà dans la concentration pour demain, bien sûr il y a des sourires sur les lèvres mais surtout on souhaite récupérer au mieux, pour les joueurs ce n’est pas évident, ça va prendre le temps de descendre, il faut bien manger et bien dormir, préparer le match de demain. Pour nous on prend période par période et on va essayer de rester dans cette aventure de Ligue Magnus le plus longtemps possible. »

 

Grenoble – Mulhouse 1-3 (0-1, 0-2, 1-0).
Vendredi 23 février 2018 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3200 spectateurs.
Arbitrage de Benjamin Gremion et Jérémy Rauline assisté de Guillaume Gielly et Frédéric Peurière
Pénalités : Grenoble 29′ (2’+5’+20’, 0’, 2’), Mulhouse 20’ (8’, 4’, 8’)
Tirs : Grenoble 39 (10, 15, 14), Mulhouse 20 (6, 10, 4)

Évolution du score :
0-1 à 09’10’ : Paakkolanvaara assisté de Genest et Treille (sup. num.)
0-2 à 21’07’ : Ševčenko assisté de Vigners
0-3 à 23’55’ : Ševčenko assisté de Paakkolanvaara (inf. num.)
1-3 à 59’34’ : Rodman assisté de Bisaillon et Goličič

Grenoble

Attaquants :
Alexandre Giroux (2’) – Boštjan Goličič – David Rodman
Guillaume Leclerc – Joël Champagne (A) – Vincent Kara
Gabin Ville – Sébastien Rohat – Maxime Legault (5’+20’) [puis Tartari à 20’]
Julien Baylacq – Matthieu Le Blond – Matthias Arnaud

Défenseurs :
Kyle Hardy (C) (2’) – Sébastien Bisaillon
Christophe Tartari (A) [puis Kunnas à 20’] – Olivier Dame-Malka
Joona Kunnas [puis Côté à 20’] – Aziz Baazzi
Jean-Philippe Côté

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Antoine Torres. Absents : Pierre-Charles Hordelalay (suspendu), Teddy Trabichet (commotion).

Mulhouse

Attaquants :
Artūrs Ševčenko – Milan Jurík (A) (4’) – Rolands Vīgners (2’)
Roman Tománek – Tomáš Rubeš – Adam Havlík
Raphaël Papa – Tommi Paakkolanvaara – Yorick Treille (A) (2’)
Anton Östman – Bryan Ten Braak

Défenseurs :
Michal Seda (4’) – Hugues Cruchandeau (C) (2’)
Pierrick Hoehe (2’) – Andrei Esipov
Kenny Martin (2’) – Hubert Genest

Gardien :
Martin Surek

Remplaçants : Sébastien Raibon (G), Aurélien Haaser, Jonathan Estienne, Julien Maricato. Absents : Branislav Rehuš, Benoît Quessandier (blessés)

Les commentaires sont fermés.

id risus. Aliquam tempus massa ut libero in ut efficitur. ut nunc