Colmar – Strasbourg II (match amical)

208

Tout nouveau promu de Division 2, Colmar continue sa préparation face au voisin et pour le moins rival strasbourgeois. Les rivalités ont beau être moins exacerbées qu’entre Mulhouse et Strasbourg, cette partie n’en reste pas moins un derby. Aussi, s’offrir le scalp de l’Étoile Noire, plus rompue à cette division que les Titans, c’est remettre en cause la suprématie déclarée de la capitale alsacienne. L’enjeu de ce match amical pouvait donc constituer un signal montrant que le club de la préfecture haut-rhinoise n’entend pas jouer, cette saison, les victimes expiatoires. Ce que les Titans ont déjà montré en remportant, le week-end dernier, le mini-tournoi d’Épinal.

Les Bas-Rhinois ont perdu, à l’intersaison, quelques joueurs en quête de responsabilités et qui sont justement venus s’installer à Mulhouse, autant dire clairement qu’ils seront ce soir à Colmar au nom du fameux système des licences bleues. Pour les remplacer, Tarik Chipaux a aligné nombre de nouveaux juniors, principalement U18 et U20. Colmar, de son côté, a gardé une bonne moitié de ses finalistes de D3, tout en mettant à l’essai de nouvelles têtes, comme le gardien Sumikhin (international estonien), Marek Bais en provenance de Châlons-en-Champagne (après plusieurs saisons à La Roche-sur-Yon) et Michal Macko (ancien attaquant buteur d’Orléans).

Dire que l’issue du match était déjà scellée 15 secondes après le coup d’envoi serait exagéré. Néanmoins, le premier tir de la partie émane du Colmarien Lucas Maurer, parti en éclaireur. Son essai, qui a tout du pétard mouillé, trouve cependant le moyen de heurter la base du poteau de Ludovic Rio. Décontenancé, le portier strasbourgeois n’a pas le temps de se repositionner pour contrer le rebond de Ruslan Bashirov qui avait bien senti le coup (1-0 à 0’15). Dès lors, Strasbourg n’a plus qu’une seule alternative : attaquer. C’est d’ailleurs ce que les abeilles bas-rhinoises ne vont cesser de faire. Pas forcément de façon toujours précise, les Strasbourgeois pressent haut, virevoltent de rapidité, mais peinent à rentrer dans le slot local. Colmar semble acculé et place peu de banderilles. À vrai dire, les Titans ne sortent surtout de leur zone que dans les trois dernières minutes du tiers, un schéma qu’ils reprendront globalement durant les deux autres périodes, une fois que leurs invités auront bien commencé à s’essouffler. Il faut dire qu’avant la rentrée aux vestiaires, Michal Macko s’est chargé de doubler la mise alors que Rio est masqué (2-0 à 18’23), puis l’Étoile Noire a trouvé le poteau lors d’une occupation en supériorité (19’50).

Strasbourg ressort des vestiaires encore plus déterminé mais gâche ses supériorités par manque de réalisme. Sa réduction du score, sur un tir à mi-distance d’Yssah Mensah (2-1 à 25’46) laisse douter les locaux, toujours aussi timorés dans leurs velléités offensives, quand bien même Rio s’illustre de près, deux fois de suite lors d’une infériorité des siens (27’56). Fort malheureusement pour Tarik Chipaux, sur le banc ce soir, Marek Bais éloigne d’une longueur supplémentaire les siens, d’un tir à mi-distance lors d’une supériorité bien installée (3-1 à 29’51). Puis c’est au tour de Jonathan Estienne, d’un tir tendu de la bleue, de distancer encore plus les visiteurs (4-1 à 32’58). Et lorsque Strasbourg continue son pressing, c’est alors à Roman Sumikhin de les écoeurer, notamment lors de cette échappée de Maxime Joly (35’32).

Quand bien même le dernier tiers se révèle un poil moins dirigé par les juniors bas-rhinois, c’est bien l’Étoile Noire qui continue de prendre les rênes de la partie, comme sur cette mitaine bien sentie de Sumikhin face à Theo Perrenoud (49’12), et ce malgré un score qui commence à s’alourdir sur ce bout portant de William Kern face à Thomas Mehl, qui a remplacé Rio (5-1 à 49’36). La fatigue transparaît cependant des organismes puisque peu de tirs sont échangés, notamment durant ce début de période. Sumikhin aura cependant eu le loisir de repousser quelques essais bien sentis, notamment de Luc Baillis de très près (56’19). Colmar, de son côté, s’enhardit un peu plus, permettant à Maximilien Lambolez de prolonger joliment un centre de Corentin Cruchandeau (6-1 à 54’54) avant que Macko ne conclue la partie (7-1 à 58’17).

7-1, c’est très cher payé un tout début de partie hésitant. La différence de niveau entre les deux équipes n’est pas exagérément flagrante. À l’attentisme et au réalisme colmariens, les Strasbourgeois ont opposé un hockey de mouvement et de vivacité, un jeu plus collectif (ça aide de patiner ensemble depuis plusieurs années !) mais aussi en panne de précision et de réalisme.

Colmar, de son côté, semble miser sur la même tactique que la saison dernière, à savoir une (sur-)utilisation intensive de sa première ligne, bien dirigée par Maxime Mathieu qui assume pleinement son rôle de capitaine. Le gardien estonien Sumikhin, tout récemment arrivé, a déjà montré de bonnes dispositions, notamment lors de situations où sa défense n’était pas exempte de reproches.

Toutefois, les effectifs de part et d’autres n’étaient pas encore complets. Colmar attendait notamment le retour de Lukas Prokop (dans les tribunes) quand Strasbourg pourra peut être disposer en plus de quelques « Magnusiens » comme Aurélien Chausserie ou Maxime Deplanque. La suite est donc attendue avec intérêt, notamment de la part du public colmarien, sans doute impatient de découvrir de nouvelles formations plus huppées que précédemment dans son antre.

 

Colmar – Strasbourg II 7-1 (2-0, 2-1, 3-0)
Samedi 8 Septembre à 18h à la patinoire de Colmar. Environ 350 spectateurs.
Arbitrage de M. ?? asssisté de Mme Torribio et M. Courgeon.
Pénalités : Colmar 12′ (6′, 2′, 4′) ; Strasbourg 8′ (2′, 6′, 0′).
Tirs : Colmar 23 (7, 8, 8) ; Strasbourg 26 (7, 11, 8).

Évolution du score :
1-0 à 00’15 : Bashirov assisté de Maurer
2-0 à 18’23 : Macko assisté de Kern
2-1 à 25’46 : Mensah assisté de Rousseau et Lecomte
3-1 à 29’51 : Bais assisté de Bashirov et M.Mathieu (sup. num.)
4-1 à 32’58 : Estienne assisté de M.Mathieu
5-1 à 49’36 : Kern assisté de Macko et Leconte
6-1 à 54’54 : Lambolez assisté de Cruchandeau et Leroux
7-1 à 58’17 : Macko assisté de Salvin et Leconte

Colmar

Attaquants :
Ruslan Bashirov – Maxime Mathieu (C) – Thomas Mathieu
Michal Macko – William Kern – Benjamin Leconte
Maximilien Lambolez – Corentin Cruchandeau – Maxime Leroux

Défenseurs :
Marek Bais – Mehdi Moushrif
Julien Maricato – Jonathan Estienne
Benoit Salvin – Mickael Tin (A)
Lucas Maurer – Eloi Lenner (A)

Gardien :
Roman Sumikhin

Absents : Étienne GrandPerrin (G), Lukas Prokop, Paul Fuchs, Loick Engelvin.

Strasbourg II

Attaquants :
Maël Lecomte – Samuel Rousseau – Yssah Mensah
Karl Messinger – Julien Baeumlin – Théo Lobstein
Théo Perrenoud – Arthur Pousse – Romain Schmitt (C)
Mathis Joly – Mathieu Mehl – Léopold Beckmann

Défenseurs :
Lélian Vix – Alastair Franc (A)
Florent Courdeau – Aurélien Vinals
Eliot Waydelich – Luc Baillis

Gardien :
Ludovic Rio puis Thomas Mehl à 40’00

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :