Nice-Bordeaux pour la 2e place de Ligue Magnus

432

Deuxième et dernier match de hockey sur glace en ce mois de novembre 2020 qui aura été le plus pauvre en rencontres depuis la dernière guerre. Le vendredi est devenu le rendez-vous du hockey français dans cette période de reprise douce. Bordeaux, qui a joué – et perdu – la semaine dernière se déplace à Nice, qui n’a plus joué depuis exactement un mois. Le vainqueur de ce soir prendra la deuxième place du championnat, sachant qu’il s’agit de deux des équipes qui ont le plus joué. Les Boxers ont un bilan négatif avec 4 victoires en 10 matches, celui des Aigles est plus équilibré avec 4 succès pour 4 défaites.

Labelleolivier Bordeaux 20200218090Nice met plus d’intensité en début de match. Olivier Dimet a pourtant modifié ses deux premières lignes pour aligner un nouveau premier bloc Skinnars-Hurtubise-Labelle. Mais ce trio bordelais ne fera que deux présences. Le centre Mark Hurtubise est en effet expulsé pour une charge à la tête du défenseur Jakub Matai, resté KO sur la glace et qui doit être soutenu par ses coéquipiers pour pouvoir quitter la glace. Bordeaux résiste bien pendant les trois premières minutes de la pénalité majeure et semble éloigner le danger. Mais les Niçois repartent à l’assaut pour une seconde vague – si cette expression est encore tolérée – et Ondrej Kopta dévie devant le gardien un tir de la ligne bleue de Radomir Heizer (1-0). Froid pendant dix minutes, Rok Stojanovic est contraint à deux bons arrêts en une seule présence. Mais Louis Bélisle fait trébucher Dusek et Nice reprend son siège de la zone offensive. Le seul problème pour les Aigles, c’est que leur totale domination pendant 20 minutes – dont 7 en avantage numérique – n’a abouti qu’à un seul but d’avance.

La première période s’est terminée par une faute en zone offensive de Garbiel Desjardins, ce qui n’aide pas Bordeaux à préparer la reprise dans les meilleures conditions. Nice met donc la pression d’entrée, et quand Bordeaux ressort la tête de l’eau, les Aigles placent des contre-attaques rapides. Une passe de derrière la cage d’Antonin Dusek est contrée par la palette de la crosse de Clément Fouquerel, mais Michal Popelka parvient à reprendre le palet et son tir en déséquilibre heurte la barre transversale.

Moisandantoine Bordeaux 20200218181Comptant toujours un seul but de retard, les Bordelais réussissent une longue présence en zone offensive par le trio Mulle-Johnston-Labelle, qui obtient une pénalité de Loïc Chabert (accrocher). Il aura fallu attendre la mi-match pour voir ce premier avantage numérique des visiteurs. Mulle et Labelle s’y font de belles passes dans le slot, mais sans parvenir à conclure. Ce jeu de puissance a néanmoins remis les Boxers dans le match, avec plus d’agressivité dans les duels. Ils égalisent après le retour à 5 contre 5, sur un tir masqué de la ligne bleue de Maxime Moisand (1-1). Ce temps fort des Bordelais est gâché par une faute en zone offensive de Simon Bourque, mais ils tuent la pénalité et finissent mieux le tiers avec toujours la ligne de Johnston à la manœuvre pour de longues séquences offensives. La dernière « crame » la ligne de Heizer et la paire Bagin-Pascal, pour qui le retour aux vestiaires arrive juste à temps.

Bordeaux espère continuer sur sa lancée au début du troisième tiers-temps mais Nice retrouve un peu d’allant. Le forechecking de Sacha Guillemain en zone offensive est récompensé par une récupération de palet qui permet à Valère Vrielynck de le servir devant Fouquerel pour une très belle occasion de but. C’est surtout une charge tardive d’Olivier Labelle qui enfonce les Boxers. En avantage numérique, Loïc Chabert provoque une perte de palet de Moisand et Arnaud derrière la cage et Kristjan Cepon peut alors attirer le gardien pour mieux décaler Tomas Knotek en cage ouverte (2-1). Bordeaux se relance aussi par une pénalité – un cinglage de Popelka – mais Nice la tue dans la douleur. Les visiteurs continuent de pousser, mais sur une contre-attaque, Ondrej Kopta prend tout de monde de vitesse et crucifie Fouquerel en lucarne (3-1). Olivier Dimet sort son gardien tôt à plus de deux minutes de la fin et il prend son temps mort. Vrielynck parvient à dribbler son vis-à-vis pour partir en contre et offrir la cage vide à Radomir Heizer (4-1).

Le manque de compétition n’aura pas nui aux Niçois. Ils étaient bien en jambes au début, très motivés à l’idée de reprendre le jeu. Si on a craint au deuxième tiers qu’ils ne tiennent pas la distance, ils ont su placer leurs accélérations au bon moment en troisième période tout en gardant leur 1-2-2 bien en place pour gêner la construction bordelaise. Ils se retrouvent à une belle deuxième position du classement forcément un peu trompeur de cette Ligue Magnus chaotique… et ils peuvent même rejoindre le leader Rouen en tête du classement s’ils gagnent à Briançon vendredi prochain ! C’est en effet à leur tour d’enchaîner deux parties télévisées pour accumuler un peu de rythme dans ce championnat lentement déconfiné.

Désignés joueurs du match : Ondrej Kopta pour Nice et Louis Bélisle pour Bordeaux.

 

Nice – Bordeaux 4-1 (1-0, 0-1, 3-0)
Vendredi 27 novembre 2020 à 20h30 à la patinoire Jean-Bouin.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo et Nicolas Barbez assistés de Nicolas Constantineau et Guillaume Gielly.
Pénalités : Nice 6′ (0′, 4′, 2′) ; Bordeaux 36′ (4’+25′, 4′, 2′).
Tirs : Nice 17 (10, 3, 4) ; Bordeaux 29 (7, 11, 11).

Évolution du score :
1-0 à 07’08 : Kopta assisté de Heizer et Hrehorcak
1-1 à 32’05 : Moisand assisté d’Arnaud et Lamboley
2-1 à 44’38 : Knotek assisté de Cepon et Carpentier (sup. num.)
3-1 à 55’04 : Kopta assisté de Hrehorcak
4-1 à 58’55 : Heizer assisté de Vrielynck

Nice

Attaquants :
Michal Popelka – Antonin Dusek – Ondrej Kopta
Loïc Chabert – Tomas Knotek – Peter Hrehorcak
Alexis Sutor – Radomir Heizer – Romain Carpentier
Valère Vrielynck – Sacha Guillemain – Rémi Thomas

Défenseurs :
Emil Bagin – Martin Matejicek
Jakub Matai – Alexandre Pascal
Boris Brincko – Kristjan Cepon

Gardien :
Rok Stojanovic

Remplaçant : Julian Barrier-Heyligen (G). Absent : Jules Breton (blessé).

Bordeaux

Attaquants :
Johan Skinnars – Mark Hurtubise puis Robin Lamboley – Gabriel Desjardins
Alexandre Mulle – Andrew Johnston – Olivier Labelle
Aina Rambelo – Julien Guillaume – Mathias Arnaud

Défenseurs :
Louis Bélisle – Marc-André Levesque
Simon Bourque – Jules Lefebvre
François Paquin – Maxime Moisand

Gardien :
Clément Fouquerel [sorti de 57’39 à 58’55]

Remplaçants : Gaëtan Richard (G), Bastien Lemaitre (D), Alexandre Bauvais (A). Absents : Jules Gallet (suspendu), Loïk Poudrier (blessé), Vince Tartari.

Les commentaires sont fermés.

Nullam et, pulvinar at commodo massa leo venenatis,