Brest – Mulhouse (Division 1, finale, match 4)

59

Fatale piqûre des Scorpions 

La finale est relancée après la victoire brestoise de la veille. Les Albatros ont l’occasion d’égaliser dans la série et de s’offrir un match décisif à l’Illberg. Mickaël Muller qui avait terminé le match 3 est reconduit dans les buts alsaciens. Idem pour Guillaume Duquenne après une très solide prestation mardi soir (43 arrêts).

Seul changement pour les visiteurs, Kenny Martin prend la place de Jérémy Ares sur l’aile gauche du premier bloc. La rotation est également limitée aux trois premières lignes adoptant ainsi une configuration quasi identique à Brest à qui il manque toujours un défenseur.

Beaucoup de forces ont été laissées au match 3 et cela s’en ressent avec des patins qui semblent plus lourds et un rythme moins soutenu. Les Albatros sont en tout cas moins en évidence ce qui permet à Mulhouse de dominer globalement le début de rencontre. Après avoir tué une pénalité de Maxime Suzzarini (5’16’’), les Scorpions ouvrent logiquement le score sur une frappe de Anton Östman. Duquenne l’a pourtant détourné du gant, mais pas suffisamment pour empêcher le palet de franchir la ligne (0-1 à 10’37’’).

Le gardien brestois avait jusqu’alors été impeccable sur les multiples tentatives adverses. Comme en fin de match la veille, le style de jeu local se base sur la contre-attaque avec de longues passes. Mais cela n’est pas efficace. Peu à peu le moteur se met en route et on retrouve davantage le jeu du début du match 3 à savoir un pressing important sur les Scorpions qui les avait mis en difficulté. La fin de période bascule à l’avantage des locaux dans le jeu sans concrétiser au score pour autant.

Après plusieurs frayeurs à l’entame du deuxième tiers, les Albatros donnent enfin du repos à leur valeureux gardien en allant un peu rendre visite à Muller. Jessyko Bernard voit sa frappe en angle fermé s’écraser sur le poteau (28’30’’). Dans la foulée il prend une prison (28’41’) qui est tuée grâce notamment à un Duquenne toujours aussi efficace.

Le géant canadien est à nouveau pris par la patrouille à peine sorti de prison pour cinglage. Il conteste et écope tout d’abord d’une méconduite. Il semble alors signifier à l’arbitre qu’étant donné qu’il reste moins de dix minutes à la période il va rentrer aux vestiaires. Nicolas Cregut le fait en effet rentrer aux vestiaires mais par une méconduite de match (31’08’’).

Solidaires en infériorité, les Bretons parviennent à neutraliser Mulhouse. En l’absence de Bernard, Bastien Lardière évolue à son poste. C’est d’ailleurs lui qui égalise en héritant d’un rebond laissé par Muller sur une frappe de Lagarde (1-1 à 37’44). Un but qui récompense des Brestois qui ne lâchent rien mais qui semblent émoussés physiquement.

Mulhouse manque de prendre le large au début du dernier tiers du temps réglementaire. Mais encore une fois Guillaume Duquenne est étincelant et repousse tout. Brest passe nettement moins de temps en attaque mais Muller doit être vigilant car la moindre occasion s’avère dangereuse. Benjamin Lagarde échoue d’un cheveu à donner l’avantage à son équipe. La barre transversale repousse son tir (45’15’’).

Mulhouse (47’18’’) puis Brest (49’57’’) bénéficient de supériorités qui ne sont pas mises à profit. Les Scorpions mettent néanmoins beaucoup plus de dangers dans cette situation mais le jeu en infériorité des locaux est héroïque. L’indiscipline les frappe de plein fouet avec deux nouvelles pénalités pour Gréverend (52’51’’) puis Pain (54’17’’). Mais même à trois les Bretons ne cèdent pas.

Cependant ces situations sont éprouvantes physiquement pour Brest. À force d’essayer de faire sauter le verrou, Mulhouse fini par y parvenir sur un lancer rageur en angle fermé de Ten Braak (1-2 à 56’31’’). Le coup est rude pour les noirs qui ont à peine plus de trois minutes pour survivre. Une crosse haute de Vigners sanctionnée donne la dernière possibilité d’égaliser (57’40’’). Malgré un temps mort, la sortie de Duquenne (58’26’’) et donc une situation de 6 contre 4, la défensive alsacienne ne rompt pas et tient jusqu’au buzzer final synonyme de titre pour Mulhouse.

Ainsi s’achève la saison de Division 1 avec ce succès alsacien. La différence se fait sans doute sur la profondeur de banc qui leur était favorable, notamment en défense. La finale aura mis en évidence deux gardiens français avec Mickaël Muller qui aura bien fait le job pour conclure la série et surtout Guillaume Duquenne auteur de performances stratosphériques au Rïnkla Stadium. Une bonne surprise puisque Sébastien Dubé-Rochon avait la place de titulaire depuis le début des séries finales.

Même s’ils ne pouvaient pas monter, les Albatros sont évidemment déçus de ne pas décrocher le titre après une saison particulière. On ne va pas revenir sur les péripéties d’avant saison et même durant la saison (la levée de l’interdiction à participer aux play-offs). Il faut ici retenir que les joueurs et joueuse (Isabelle Mer) brestois ont été exemplaires tout au long de la saison en adoptant une attitude professionnelle irréprochable malgré un contexte particulier peu évident. Ils ont tout donné et l’énergie développée ce soir en témoigne encore. L’objectif fixé était d’atteindre le top-4 et il a été rempli par Sylvain Codère et sa troupe.

Tandis que les prix sont remis aux champions, Jonathan Avenel conclut la saison par un discours devant les spectateurs certes moins nombreux qu’auparavant mais qui constituent un noyau dur de fidèles sur lequel le club peut bâtir. Le capitaine annonce la retraite inattendue de la révélation de la saison Ben Power et celle du fidèle au club Jérémy Cormier. L’ancien capitaine de la réserve aura fait un beau baroud d’honneur en évoluant toute la saison avec l’effectif de Division 1 et en se voyant même confier des responsabilités par Sylvain Codère (présences en infériorité numérique notamment).

On ne sait pas de quoi la saison prochaine sera faite. Place maintenant à la longue intersaison.

Brest – Mulhouse 2-1 (0-1, 1-0, 0-1)
Mercredi 29 mars 2017 à 20h00 au Rïnkla Stadium. 589 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Cregut assisté de Vincent Villard et Guillaume Barthe.
Pénalités : Brest 55′ (0′, 4’+20′, 8′), Mulhouse 6′ (2′, 0′, 4′).
Tirs : Brest 27 (9, 15, 3), Mulhouse 38 (10, 10, 18)

Évolution du score :
0-1 à 10’37’’ : Östman assisté de Nikkilä et Martin
1-1 à 37’44’’ : Lardière assisté de Lagarde
1-2 à 56’31’’ : Ten Braak

Brest

Attaquants :
Benjamin Lagarde – Benjamin Power – Jessyko Bernard (puis Bastien Lardière à partir de 33’)
Jonathan Avenel (C) – Graham Avenel – Karel Richter
Bryan Kolodziejczyk – Erwan Pain (A) – Jakub Schwarz
Thibaut Chatellard (substitut de pénalité à 31’)
 
Défenseurs :
Aurélien Gréverend (A) – Alan Dana
Gaëtan Cannizzo – Vadim Gyesbreghs
Charlie Doyle

Gardien :
Guillaume Duquenne sorti à 58’26’’

Remplaçants : Sébastien Dubé-Rochon (G), Alex Dulude, Jérémy Cormier. Absent : Aleksi Laine.

Mulhouse

Attaquants :
Kenny Martin – Roppe Nikkilä – Anton Östman
Rolands Vigners – Charles Wells – Arturs Sevcenko
Magnus Lindgren – Milan Jurik (A) – Bryan Ten Braak

Défenseurs :
Petr Gewiese – Michal Seda
Hugues Cruchandeau (C) – Maxime Suzzarini
Michal Petira – Ruslan Borysenko (A)  

Gardien :
Mickaël Muller

Remplaçants : Jiri Blazek (G), Maxime Lutz, Michaël Marchand, Jeremy Ares, Tarik Chipaux, Adrien Gleveau. 

Les commentaires sont fermés.

in consectetur mattis sit commodo nec ut libero. vel,