HA
top

Klagenfurt – Gap (CHL, groupe H, 4e journée)

27

Le parcours de Gap en Ligue des Champions est en train de virer à la correction, et la raclée subie au match aller contre Zurich (1-11) fait mauvais genre, atténuée par la prestation défensive plus efficace au retour (0-4).

Les déclarations de Luciano Basile sur les différences de budget ou sur les adversaires qui ne pratiqueraient pas le même sport ont pu choquer. Rouen et Bordeaux ne se sont pas posé ce genre de questions en battant des équipes de LNA suisse ces dernières semaines. Cracovie n’a pas compté le budget du Red Bull de Munich (1-2 hier), ni le Neman Grodno celui du vice-champion suisse Zoug poussé aux tirs au but avant-hier. Sans parler des exploits répétés de Nottingham… Heureusement que l’équipe de France n’a pas cet état d’esprit quand elle affronte les meilleures nations mondiales !

Faut-il regretter que Gap soit devenu champion de France pour représenter ainsi la Ligue Magnus avec cette attitude de son coach ? Les Rapaces se doivent, et doivent à tout le hockey français, de réagir. Il ne s’agit évidemment pas d’attendre la double confrontation inquiétante face aux doubles champions d’Europe de Frölunda. Ce soir, Klagenfurt est un adversaire abordable. La différence de niveau n’est pas insurmontable, sauf à supposer que Gap, habitué à imposer son intensité, peine à apprendre à résister quand un rival élève encore le rythme.

BASILEluciano201609148417Le début de match vire à la catastrophe, mais il n’est question ni de système ni de métaphysique. Simplement d’erreurs individuelles de joueurs qui ne sont pas entrés dans le match. Martin Schumnig récupère le palet en zone neutre, Jonathan Rheault gagne nettement son duel physique avec Damien Raux en entrée de zone et trouve ainsi une passe transversale vers Johannes Bischofsberger dans le cercle gauche (1-0, 01’17 »). Sur l’action suivante, Raphaël Faure perd le palet derrière sa cage face à Marco Richter qui remet en retrait à Matthew Neal. Celui-ci offre des filets grands ouverts à Thomas Koch, qui a pu s’avancer dans le dos d’un Yoanne Lacheny immobile (2-0, 01’38 »). Difficile d’imaginer pire scénario.

La première infériorité numérique, pour un retard de jeu de Chad McDonald, est également fatale. Pendant que Richie Regehr lance de la bleue, ni McCormack ni Ross n’empêchent pas Stefan Geier de jouer son rôle d’écran (3-0, 09’12 »). Masquer le petit gardien gapençais a été trop facile pour les adversaires européens. La vitesse autrichienne déborde aussi trop facilement les Gapençais dans cette première période, même si le jeu s’équilibre en fin de période. Même si on recense 8 tirs cadrés de part et d’autre, les Rapaces n’ont guère été dangereux.

La deuxième période semble aussi mal partie avec un crosse haute de Ross. Mais le défenseur reçoit le palet à sa sortie de prison et file en breakaway, ce qui n’a pas dû lui arriver si souvent. Il n’est pas une fusée mais sa feinte est parfaite afin de lever le palet du revers (3-1, 23’05 »).

Les Gapençais sont désormais bien meilleurs dans les duels et prennent même ainsi le contrôle du match. Au bout d’une bonne séquence de conservation de palet commencée par Scheid, Kevin Kapstad accroche Chad McDonald. Le jeu de puissance reste trop lent, les Autrichiens n’ayant pas de mal à suivre les déplacements et à bloquer les tirs. Mais au retour à 5 contre 5, le bon travail dans les bandes de Cédric Di Dio Balsamo a enfoncé l’équipe autrichienne au fond de sa zone. Quand Robin Colomban ressort le palet vers Max Ross, le défenseur a du champ pour s’avancer et viser la lucarne (3-2, 31’42 »). Outre le doublé du capitaine, buteur inattendu, voilà une belle contribution de la quatrième ligne. Di Dio Balsamo ne s’arrête pas là : à la dernière minute, il vole un palet et file en échappée. Kapstad contre le palet in extremis et le Français percute finalement le gardien Tomas Duba.

DIDIOBALSAMOcedric201609148601Les Gapençais ont presque refait leur retard initial de trois buts, comme à l’aller. Peuvent-ils égaliser, ce qu’ils n’avaient pas pu faire la semaine dernière ? Avec ce score serré, la troisième période devient une lutte farouche pour le moindre palet. Les duels sont âpres dans les bandes. Les deux équipes restent bien en place et limitent les erreurs… et les occasions. Klagenfurt parvient peu à peu à garder plus longtemps la rondelle et à faire défiler les minutes.

Jeff Lerg sauve l’essentiel face à Marco Richter, servi seul devant la cage par Neal. Mais Richter se fait pénaliser pour crosse haute dans la foulée : une opportunité idéale pour Gap à quatre minutes de la fin. Ce qui suit est un cauchemar : les Autrichiens gagnent l’engagement et dégagent au fond. Julian Talbot bat trois adversaires dans la lutte dans les bandes (McCormack, Ross, Glen) et parvient à sortir le palet à l’opposée. Lerg tente alors de quitter son but et d’intercepter la passe… mais la rondelle s’échappe de son bâton et Manuel Ganahl l’envoie au fond (4-2, 56’30 »). Les Rapaces sont certes encore en supériorité numérique, mais Max Ross perd le palet à la bleue devant Stefan Geier et commet une crosse haute en voulant ralentir l’attaquant.

À quatre contre quatre, Basile sort son gardien, mais voilà que Richter sort de prison… Pierre Crinon se couche alors pour bloquer son tir de manière splendide. Ce sera le dernier geste d’honneur, sans éviter la défaite.

La dignité est sauve sur la performance du soir, et notamment sur la réaction d’orgueil des Rapaces après un début de match désastreux. C’est même la première fois qu’ils marquent plus d’un but dans un match à l’extérieur en trois participations à la Ligue des Champions. Malheureusement, ce que l’Europe retiendra, c’est que (sauf exploit d’anthologie) Gap risque fort de terminer dernier de cette édition de CHL toutes poules confondues…

Klagenfurt, pour sa part, aura une double confrontation face à Zurich pour décider de la deuxième place qualificative.

Commentaires d’après-match

Luciano Basile (entraîneur de Gap) : « À ce niveau, pour survrivre, il faut être prêt 60 minutes. On ne peut pas faire en 40 ce qu’on n’a pas fait dans les 20 premières. On ne pense pas à Frölunda, notre championnat commence vendredi. La Ligue des Champions n’est pas une priorité pour nous. »

Steve Walker (entraîneur de Klagenfurt) : « On s’attendait à ce qu’ils ne lâchent rien, et c’est ce qui s’est passé. Nous n’avons pas assez patiné, nous avons eu des jeux faciles que nous avons rendus difficiles. La troisième période était meilleure et nous en sortons avec trois points. »

 

Klagenfurt- Gap 4-2 (3-0, 0-2, 1-0)
Samedi 2 septembre 2017 à 19h30 à l’Eissportzentrum de Klagenfurt. 2216 spectateurs.
Arbitrage de Stephan Bauer (ALL) et Miroslav Stolc (ŠVK) assistés de Damir Raković et Gašper Jaka Zgonc (SLO).
Pénalités : Klagenfurt 8′ (2′, 2′, 4′) ; Gap 14′ (2′, 8′, 4′).
Tirs : Klagenfurt 23 (8, 9, 7) ; Gap 29 (8, 11, 10).
Engagements : Klagenfurt 35 (6, 17, 12) ; Gap 25 (11, 10, 4).

Récapitulatif du score
1-0 à 01’17 » : Bischofberger assisté de Rheault et Schumnig
2-0 à 01’38 » : Koch assisté de Neal et Richter
3-0 à 09’12 » : Regehr assisté de Talbot et S. Geier (sup. num.)
3-1 à 23’05 » : Ross
3-2 à 31’42 » : Ross assisté de Serer et McCormack (sup. num.)
4-2 à 56’30 » : Ganahl assisté de Talbot (cage vide)

Klagenfurt

Attaquants
Manuel Ganahl (+1) – Julian Talbot (+1) – Stefan Geier (C)
Jon Rheault (-1) – Thomas Hundertpfund (-1) – Johannes Bischofberger
Marco Richter (+1, 2′) – Thomas Koch (+1) – Matthew Neal (+1)
Patrick Harand (A) – Kevin Schettina – Marco Brucker

Défenseurs
Kevin Kapstad (-1, 4′) – David Fischer (+1)
Martin Schumnig (A) – Richie Regehr (2′)
Mitja Robar – Christoph Duller
Steven Strong (+1) – Philipp Kreuzer

Gardien :
Tomas Duba

Remplaçant : David Madlener (G). Absents : Manuel Geier, Jamie Lundmark (blessés).

Gap

Attaquants
Chad McDonald (4′) – David Glen (-1, 2′) – Eric Scheid (-2)
Dimitri Thillet – Maurin Bouvet (-1) – Romain Gutierrez (-1)
Devin Tringale – Jack Lewis (-1) – Yoanne Lacheny (-1)
Marius Serer (+1, 2′) – Robin Colomban (+1) – Cédric Di Dio Balsamo (+1)
Fabien Métais

Défenseurs
Max Ross (C, +1, 4′) – Graeme McCormack
Damien Raux (A, -1) – Tim Campbell (A, -1)
Pierre Crinon – Raphaël Faure (2′)

Gardien :
Jeff Lerg [sorti de sa cage de 57’59 » à 58’21 »]

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absent : Evan Ritt.