Brest – Cergy-Pontoise (Division 1, 4e journée)

633

Les Albatros grillent un joker.

Seule équipe à avoir fait le plein de points depuis le début de saison en Division 1, Brest reçoit en leader le promu Cergy-Pontoise à l’occasion de cette quatrième journée de championnat. Ce bon début de saison dans un championnat très homogène n’empêche pas quelques retouches pour le moins inattendues.

Visiblement Sylvain Codère n’était pas satisfait du rendement offensif de son équipe (8 buts en trois matchs). Lundi soir le club a surpris en annonçant dans un communiqué pas moins de trois départs en attaque. Tout d’abord celui du meilleur pointeur 2016-2017 de la SPHL, Tayler Thompson, pour « raisons personnelles ». Bien que muet en but et passe lors des matchs officiels, le Canadien avait fait très bonne impression et laissait augurer un gros potentiel une fois les repères pris. La suite du communiqué officiel annonce sans explication que le club a décidé de se séparer de Jeff Jones et de Benoit Valier (prêté par Gap). Le premier nommé n’est pas resté longtemps sans club puisque les Bisons de Neuilly-Sur-Marne l’ont accueilli.

Pour pallier à ces départs deux arrivées sont annoncées dans la foulée. Le club a activé son réseau en Europe de l’Est, en la personne de Daniel Kysela, pour signer deux attaquants Tchèques. Commençons par le CV le plus garni celui du fabricant de jeu Jaroslav Kristek. Drafté en 1998 par les Buffalo Sabres, cet ancien international U20 a disputé 6 rencontres NHL et 125 en AHL. N’ayant pas réussi à s’imposer en Amérique du Nord il a ensuite joué dans plusieurs championnats notamment l’Extraliga tchèque et la KHL. Un joueur certes plus tout jeune (37 ans) mais avec une énorme expérience et un beau palmarès (champion de République Tchèque, de Slovaquie, champion du monde junior, double champion du Bélarus, vainqueur de la Coupe Continentale…). Michal Dobron retrouve là un coéquipier avec lequel il a joué quatre saisons au HC Karlovy Vary.

Kristek est accompagné d’un compatriote 10 ans plus jeune, Jan Kana, lui aussi ancien international junior mais avec davantage un profil de buteur. Son début de carrière a été très prometteur. Kana a en effet été désigné débutant l’année 2011 en Extraliga tchèque après avoir terminé meilleur buteur du HC Vitkovice. Sous les couleurs du Steel il termine vice-champion la même année suite à la défaite en finale face au HC Trinec. Sa carrière a pourtant ralenti par la suite. Ces deux dernières saisons il a joué moins de matchs et évoluait essentiellement en 2ème division dans son pays natal. Un changement d’air pour un nouveau défi afin de permettre à Kana afin de se relancer.

Ce sont donc de nouvelles marques à trouver offensivement pour la machine brestoise qui ronronnait bien jusqu’à présent défensivement (3 buts encaissés en 3 matchs). Les Albatros devront justement être bien en place à l’arrière car en face se présente Cergy-Pontoise où on retrouve deux des trois meilleurs pointeurs du championnat. Joël Caron (qui a quitté à temps le malheureux naufrage dijonnais) et Fabrizzio Ricci forment un duo explosif et sont déjà crédités de huit points en seulement trois rencontres.

La rencontre ne pouvait pas plus mal démarrer pour les locaux avec une faute sifflée dès la 41e seconde à l’encontre de Kyle Shapiro pour accrocher (0’41’’). En infériorité, Christian Wiedauer dégage directement en tribune synonyme de retard de jeu. Ses coéquipiers ne sont plus qu’à trois sur la glace (2’11). Du pain béni pour les Jokers qui n’en demandaient pas tant. L’ancien défenseur du HOGLY Robin Malý ne trouve pas le cadre mais le palet rebondi derrière la cage de Ruby et revient opportunément sur Huse placé au second poteau. Le Norvégien déjoue le gardien brestois (0-1 à 2’27’’).

Revenu au complet les Albatros ne sont pourtant pas beaucoup plus fringants et ont peu de choses à se mettre sous la dent face à un adversaire bien en place. Tout juste à souligner l’arrêt réflexe de Barrier sur un palet errant devant son slot repris par Benjamin Lagarde (11’10’’). La période est surtout émaillée par des charges bien appuyées, un peu à l’instar du match contre Caen. A la différence que cette fois il y a davantage de répondant en face. Les frictions sont visibles entre Lubin, J. Avenel face à Sinkovic et L. Cuzin (18’ et 19’).

Le scénario est inversé au début du deuxième tiers. Ce sont les Jokers qui se font pénaliser rapidement par Ricci (21’16’’). Le jeu de puissance brestois fait mouche en peu de temps sur un jeu de passes rapides conclu par le nouveau venu Kana d’un tir ras glace entre les jambières de Barrier (1-1 à 21’34’’). Puis quatre minutes plus tard exactement, un autre Tchèque inscrit un but. Il s’agit de Michal Dobron qui profite d’un angle mal bouché par Barrier pour faire passer les Albatros devant (2-1 à 25’34’’).

Brest pense sans doute avoir fait le plus dur en basculant en tête. C’est mal connaître la ténacité des Franciliens qui continuent de travailler fort y compris en infériorité où Huse est proche de tromper Ruby (28’51’’). Le gardien brestois est d’ailleurs en grande partie responsable de la conservation de l’avance d’un but par les siens jusqu’à la fin du tiers. Il doit s’employer à plusieurs reprises sur les infériorités numériques de son équipe notamment avec un arrêt grand écart-mitaine de grande classe sur Sinkovic (32’).

Les Jokers continuent le forcing dès l’amorce du dernier tiers. Une erreur défensive d’Aurélien Gréverend permet au duo Ricci-Caron, jusque là muselé, d’égaliser. Contrairement à ce qu’indique la feuille de match, c’est bien Caron qui est à la réception d’une passe décalée de Ricci pour un tir croisé qui troue Ruby (42’29’’). Ricci est d’ailleurs un peu trop exubérant pour manifester sa joie et écope de deux minutes pour attitude anti-sportive tandis que son capitaine Arthur Cuzin a le droit à une méconduite.

Les Albatros ont donc une occasion en or de remettre les pendules à l’heure mais la supériorité numérique qui en découle ne donne absolument rien. Fort logiquement les Jokers rebasculent ensuite en tête sur un oubli défensif. Joël Caron d’une passe lumineuse parvient à trouver seul face au but Ricci qui loge le palet pleine lucarne (2-3 à 46’27’’). Cergy-Pontoise perd gros sur cette action puisque Caron a percuté violemment la bande après sa passe. Il est sonné et ne reviendra pas dans le match. Ironiquement le but lui est attribué par erreur alors qu’il était déjà à terre.

Moins constants que leurs adversaires et jouant en faux rythme, les Bretons sont en train de laisser filer le match. Leur plus grosse occasion est un lancer plein axe qui tape la barre transversale. Lubin est au rebond et reprend instantanément le disque. Julian Barrier effectue un énorme arrêt en position de grand écart (54’14’’). Retour manqué pour Brest qui est en plus pénalisé au pire moment sur un cinglage de Stuart (57’48’’). Cergy-Pontoise tient sa victoire et profite même de la cage désertée par Ruby pour porter l’écart à deux buts et empocher les trois points de la victoire (2-4 à 58’51’’).

Première défaite de Brest et perte immédiate de la place de leader. Dans un championnat aussi serré, les Albatros ont grillé un joker en perdant à domicile face à un promu. Peu inspirés offensivement et auteur d’un dernier tiers complètement loupé, ils ne méritaient pas de repartir avec les trois points. Ils étaient pourtant prévenus notamment face au redoutable duo Caron-Ricci. Pendant 40 minutes le duo a été muselé efficacement mais le relâchement coupable dans le dernier tiers a été fatal avec notamment un Ricci de gala.

Les Albatros ont semblé manquer de rythme. Cela se traduit notamment par un jeu offensif pas assez vif et manquant de vitesse. Pour des joueurs fraîchement débarqués, les Tchèques Kristek et Kana ont fait plutôt bonne figure malgré tout. Un temps d’adaptation est néanmoins nécessaire pour eux. Le premier nommé par exemple s’est fait expulser d’à peu près tous les engagements où il s’est présenté.

Cergy-Pontoise repart avec un succès prestige de la pointe bretonne. Travailleurs et plus constants dans l’effort, les Jokers sont loin d’avoir volé leurs trois points. Ils ont en leur possession une sacrée doublette canadienne avec Fabrizzio Ricci et Joël Caron. Espérons que Caron ne se soit pas sérieusement blessé en fin de match car cela serait une grosse perte pour cette équipe.

 

Brest – Cergy-Pontoise 2-4 (0-1, 2-0, 0-3)
Samedi 14 octobre 2017 à 18h40 au Rïnkla Stadium. 702 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Le Berre assisté de Leevan Thiebault et Théo Armbruster
Pénalités : Brest 24′ (6’, 6’, 2’+10’), Cergy-Pontoise 32′ (2’, 6’, 4’+20‘).
Tirs : Brest 29 (9, 11, 9), Cergy-Pontoise 34 (8, 11, 15)

Évolution du score :
0-1 à 02’27’’ : Huse assisté de Malý et Pisarik (sup. num 2)
1-1 à 21’34’’ : Kana assisté de Kolodziejcyk et Lagarde
2-1 à 25’34’’ : Dobron assisté de Kolodziejcyk et J. Avenel
2-2 à 42’29’’ : Ricci assisté de Pisarik et L. Cuzin
2-3 à 46’27’’ : Caron assisté de Ricci et L. Cuzin
2-4 à 58’51’’ : S. Guillon assisté de Ricci et Sinkovic (cage vide)

Brest

Attaquants :
Bryan Kolodziejczyk – Erwan Pain (A) – Jonathan Avenel (C)
Alexandre Lubin – Jaroslav Kristek – Jan Kana
Benjamin Lagarde – Adam Stuart – Graham Avenel

Défenseurs :
Clément Colombin – Kyle Shapiro
Gaëtan Cannizzo – Michal Dobron
Aurélien Gréverend (A) – Christian Weidauer

Gardien : Jordan Ruby (sorti de 58’30 à 58’51)

Remplaçants : Quentin Dubos (G), Bastien Lardière, Jérémy Cormier, Antonin Marcelle, Maxime Foulon. Absent : David Fritz-Dreyssé.

Cergy-Pontoise

Attaquants :
Matin-Blackseth Huse– Julius Sinkovic (A) – Harri Palve (A)
Fabrizzio Ricci – Léo Cuzin – Joël Caron (puis Dicharry à partir de 46’)
Alexis Dicharry – Noé Gersanois – Frédéric Hostein (alternance avec Sébastien Guillon)

Défenseurs :
Arthur Cuzin (C) – Robin Malý
Philippe Bureau-Blais – Alex Pisarik
William Guillon – Allan Villand

Gardien :
Julian Barrier

Remplaçants : Pierre Pawelek (G), Thomas Simon, Christophe Bourges, Gaëtan Portier. Absents : Antoine Dubois, Tristan Lemaire.

Les commentaires sont fermés.

ut odio libero elit. vel, Aenean commodo tempus pulvinar felis