Bulletin NHL: la course aux séries, le jeu physique en playoffs

Joe Thornton (San Jose Sharks)
317

Le Bulletin NHL fait chaque lundi le tour des nouvelles les plus marquantes de la ligue. Signatures, blessures, échanges, on vous résume le plus important.

Le point sur la ligue

Washington est en pleine bourre avec une fiche de 9-1-0 à leurs dix derniers matchs, dont sept victoires de rang ! Les champions en titre se réveillent au meilleur moment et sont tranquillement en train d’assurer leur qualification  dans une division Métropolitaine en pleine guerre ouverte. Et point de victoires imméritées ici, les Caps jouent leur meilleur hockey de l’année dans les deux sens de la glace ! Pittsburgh carbure pas mal aussi et affiche un joli 56% des buts anticipés sur les cinq derniers matchs, leur meilleur niveau de l’année. Les Pens ont tenu en respect Columbus cette semaine avec une victoire chacun, et remontent tranquillement vers la deuxième place. Derrière, les Islanders continuent de piquer du nez. NYI a bien pris quatre points face aux Sens mais a perdu ses deux duels face aux Flyers. Et Columbus puis Montréal se profilent cette semaine. Le coussin des Isles s’amenuise.

Columbus aurait surement espéré décoller davantage après les acquisitions de la trade deadline. Avec 48% des buts anticipés sur les cinq derniers matchs, les Jackets sont quasiment à leur plus bas niveau de l’année… L’attaque est à la peine et heureusement que défensivement les choses se sont resserrées. D’ailleurs Columbus est la seule équipe en bas de la Yakuline mais en position de qualifié ce matin. Les Jackets continueront cette semaine leuur calendrier difficile avec deux back to back, et pas des moindres : NYI et Boston le lendemain, puis Carolina et encore Boston le lendemain !
Carolina qui continue son bonhomme de chemin. Une déconvenue face aux Jets fut suivie d’une belle victoire sur la glace de Nashville. Les Canes sont solides et c’est Montréal qui se réveille à la neuvième place ce lundi, la faute à un voyage Californien qui a fini en eau de boudin face aux Ducks après un match échappé contre les Sharks. Le jeu e puissance du CH s’est endormi au pire moment. Enfin Philadelphie continue d’entretenir l’espoir et a même passé la Yakuline ! Pourtant, avec 44% des buts anticipés sur les cinq derniers matchs, y a pas de quoi pavoiser. Les Flyers ont surtout pris six points face aux Devils et NYI deux fois mais après Ottawa ce soir, ce sera Washington, Toronto, Pittsburgh et les Habs qui arrivent.

À l’ouest rien de nouveau (sic), Dallas et Minnesota tiennent toujours leur place malgré les contretemps mais Arizona et Colorado gagnent toujours et entretiennent le suspense dans cette course d’escargots. Une pensée pour Winnipeg et sa fiche de 4-5-1, postant le plus faible taux de buts anticipés (40%) de la ligue sur les cinq derniers matchs… Seul Ottawa accorde plus de chances à l’adversaire en ce moment en NHL. Winnipeg et son magnifique différentiel à 5 contre 5 de… +4 cette saison (138 buts pour, 134 contre), le 14e de la ligue.

Faut-il être une équipe physique pour gagner en séries ? 

Très bonne recherche sur le jeu physique en playoffs : depuis 2009-10, la moyenne de hits (mises en échec) passe de 22,6 à 31 par match !

–> ça joue physique en playoffs : 142 équipes sur 144 ont augmenté leur nombre de hits

–> TOUT LE MONDE joue plus physique

Autres conclusions:
– Très peu de lien entre le nombre de hits en saison et le parcours en playoffs
– Lien NÉGATIF entre les hits en playoffs et la longueur du parcours.
En bref, se définir comme une équipe physique en prévision des séries ne sert à rien, tout le monde joue plus physique au printemps par effet d’ajustement. Au contraire, plus on joue physique plus on… perd. Rappelons que frapper signifie que l’on n’a pas le palet. Très peu de hits permettent de récupérer la rondelle, car plus de 80% des mises en échec en NHL sont sur des joueurs sans le palet. Et le frappeur se met hors du jeu car il stoppe son élan et doit repartir. Pensez-y en écoutant les commentaires des playoffs.

 

Fin de série pour Boston

Les Bruins n’avaient plus perdu depuis presque deux mois dans le temps réglementaire. Battus par Pittsburgh dimanche, ils ont vu leur série de 19 matchs consécutifs avec un point prendre fin. La fiche de 15-0-4 est la plus longue série de points de l’histoire de la franchise depuis la saison 1940-41. Boston compte quatre points d’avance sur Toronto, à la recherche de l’avantage de la glace contre les Maple Leafs au premier tour des playoffs…

 

Tampa Bay premier qualifié, un Kucherov record

Le Lightning a profité de la défaite de Montréal vendredi pour décrocher – déjà ! – sa qualification pour les playoffs de la coupe Stanley. La saison record de Tampa Bay continue donc. L’épouvantail de la ligue a même vu son meilleur marqueur Nikita Kucherov rentrer dans l’histoire de la franchise. Le Russe a signé un doublé contre Detroit et a ainsi dépassé Vincent Lecavalier, en marquant son 110e point de la saison, en 69 matchs. Le Québécois détenait la marque depuis 2006-2007, avec une saison de 52 buts et 108 pts.

 

Joe Thornton rejoint Stan Mikita

Avec une passe contre les Blues vendredi, le centre des Sharks Joe Thornton a inscrit son 1467e point en carrière. Il rejoint ainsi Stan Mikita à la 14e place des meilleurs marqueurs de tous les temps.

San Jose reste sur quatre victoires d’affilée et une fiche de 7-2-1 sur les dix derniers matchs. La bagarre avec Calgary pour la première place de la division Pacifique fait rage : la victoire des Flames dimanche contre Vegas, avec un triplé de Matthew Tkachuk, a permis à la franchise de l’Alberta de repasser devant avec 91 pts en 69 matchs. San José en compte 90 en 68 matchs…

 

1500 matchs pour Matt Cullen

À 42 ans, Matt Cullen a disputé mardi dernier son 1500e match en carrière, sous les couleurs de Pittsburgh. Il est le 2e Américain seulement à atteindre ce palier, et le 20e joueur de la ligue au total. Le natif du Minnesota a joué pour Anaheim, Florida, Carolina, les Rangers, Ottawa, Minnesota et Pittsburgh. Il compte 264 buts, 728 pts en 1503 matchs désormais, et trois coupes Stanley – deux avec les Penguins et une avec les Hurricanes.

 

Les New Jersey Hospitals

Les Devils du New Jersey pourraient presque changer de nom. Cette semaine, l’équipe a dû composer avec une cascade de blessures. Déjà privés de Taylor Hall depuis fin décembre – l’attaquant a subi une arthroscopie d’un genou avec succès -, l’équipe de John Hynes a également du se passer de Nico Hischier, Jesper Bratt (cheville, sans doute out pour la saison), Kyle Palmieri, Miles Wood, Stefan Noesen, Kevin Rooney, Nathan Bastian, Mirco Mueller, Sami Vatanen… Une poisse qui a même frappé sa journaliste Amanda Stein, qui s’est foulée la cheville dans la patinoire !
Seuls cinq joueurs ont participé à plus de 30 matchs cette saison… Entre les départs de la deadline et les blessures, New Jersey a ainsi disputé certains matchs avec 9 attaquants promus d’AHL sur 12 ! Contre Washington, Alexander Ovechkin comptait plus de buts à lui tout seul que 11 attaquants adverses réunis – le retour de Palmieri faussant la statistique.
Dans ces conditions, il n’est pas étonnant de voir l’équipe blanchie à deux reprises sur les quatre derniers matchs. La fiche de 2-7-1 sur les dix dernières rencontres risque de faire des Devils les premiers officiellement éliminés de la ligue. Et, conséquence logique, l’équipe AHL est au point mort, l’effectif étant complété par des joueurs ECHL ou des contrats à l’essai.
Au moins, de nombreux jeunes joueurs auront fait leurs débuts NHL. Dernier en date ? Le Québécois Brandon Gignac, pendant que l’ancien premier choix Michael McLeod signait son premier point en carrière. Du coup, la draft de l’ère Shero paie déjà des dividendes : 4 des 5 joueurs draftés en 2015 ont déjà joué en NHL, ainsi que 5 des 9 joueurs de 2016. L’équipe a par ailleurs drafté 11 joueurs en 2017, 6 en 2018 et compte 10 choix en 2019. L’avenir sera bien plus rose…

Les Devils ne sont pourtant pas en tête au classement des éclopés. Anaheim mène la ligue avec 414 matchs manqués sur blessure, devant Arizona (399), Dallas (318), Philadelphie (282) et Ottawa (265). En dépit de cela, Arizona est revenu ce week-end à un point de Minnesota pour le dernier ticket en playoffs.

Les équipes le plus en santé ? San José (54), Columbus (67), Minnesota (74), Toronto (81) et Washington (91).

 

Jack Eichel suspendu

La star de Buffalo Jack Eichel a reçu deux matchs de suspension pour une charge à la tête de Carl Söderberg, de Colorado. L’attaquant de 22 ans reçoit ainsi la première punition de sa carrière, à l’issue d’un match rugueux où il fut lui même victime d’une charge sévère de Nikita Zadorov au point d’en perdre son casque.

 

Blessures pour Landeskog et Tarasenko

Colorado perd gros dans la course aux playoffs. Déjà distancée de quatre points au classement, l’Avalanche devra se passer de son capitaine Gabriel Landeskog pour une durée de quatre à six semaines, en raison d’une blessure « au haut du corps », selon l’expression consacrée. À 26 ans, le Suédois connaissait la meilleure saison de sa carrière avec 69 pts en 68 matchs.
Blessure « haut du corps » toujours, la star des Blues de St. Louis Vladimir Tarasenko sera absente au moins dix jours suite à une blessure survenue jeudi contre Los Angeles. Le Russe compte 28 buts et 58 pts en 66 matchs.

 

Vancouver signe Quinn Hughes

Les Canucks de Vancouver ont annoncé ce week-end la signature du défenseur Quinn Hughes, 19 ans. Choisi en 7e position de la draft 2018, l’arrière de l’université du Michigan quitte donc la NCAA après seulement deux saisons sur les quatre de son cursus.
Quinn Hugues, frère aîné de Jack, grand favori pour la place de n°1 de draft en juin prochain, est un défenseur de petit gabarit, mobile et créatif. Il a marqué cinq buts et 28 passes en 31 matchs cette saison, mais son équipe a échoué à se qualifier pour les finales régionales en perdant samedi contre l’université du Minnesota.
Il termine sa carrière NCAA avec 10 buts, 62 pts en 69 matchs. Il compte par ailleurs une médaille d’or au mondial U18, une de bronze et une d’argent en U20. Il a représenté les États-Unis en senior au mondial 2018 à Copenhague, comptant 2 passes en 10 matchs et une médaille de bronze.

 

Décès de Harry Howell

La NHL est en deuil. Vainqueur du trophée Norris 1967, Harry Howell s’est éteint ce week-end à l’âge de 86 ans.

Howell a joué 17 saisons pour les Rangers de New York (1953-1969), avec une longévité exceptionnelle puisqu’il n’a manqué que 20 matchs sur cette période. Le numéro 3 a été retiré au Madison Square Garden, et il fut intronisé au Temple de la renommée en 1979. Howell a joué 1411 matchs en carrière, sous les couleurs des Rangers, des Golden Seaks d’Oakland et de Los Angeles, avant de jouer trois saisons dans la ligue concurrente, la WHA. Après sa carrière de joueur, il fut brièvement coach des Minnesota North Stars avant de mener une longue carrière de scout pour les North Stars puis les Oilers d’Edmonton, avec qui il gagna une coupe Stanley, puis les Rangers de New York.
Howell avait participé à sept All-Star Games.

Les commentaires sont fermés.

libero dolor quis, libero ipsum ut accumsan dapibus Lorem vel, diam elit.