La DEL reprendra 5 semaines après la Ligue Magnus

511

Le calendrier du hockey mondial est en train d’être complètement bouleversé. La NHL est décidée à finir sa saison quoi qu’il en coûte (et surtout quoi qu’il en rapporte) ; elle a prévu que la finale de la Coupe Stanley se finisse au plus tard début octobre, et donc que la saison 2020/21 commence début décembre. Mais entre pays européens aussi, des décalages sont en train d’apparaître.

On peut ainsi oser écrire une phrase qu’on ne lit pas souvent : la France est en avance sur l’Allemagne ! Le calendrier de la Ligue Magnus est en effet déjà officiellement publié avec un démarrage prévu au 26 septembre. Une situation qui fait même quelques envieux outre-Rhin, par exemple chez le club de DEL2 de Fribourg-en-Brisgau qui est bien embêté pour fixer définitivement la double confrontation amicale traditionnelle contre Mulhouse car il n’a aucune visibilité sur son propre calendrier (une incertitude plane sur le nombre de participants car Bietigheim s’est vu refuser sa licence, sans lien avec le coronavirus car le club est surtout plombé par le poids de la dette construite dans ses « grandes années »).

La DEL vient aujourd’hui d’officialiser qu’elle ne reprendra pas avant début novembre, soit cinq semaines après la Ligue Magnus. La raison principale est l’interdiction des grandes manifestations en Allemagne jusqu’au 31 octobre, donc l’incapacité d’accueillir les spectateurs dans le nombre habituel. Un autre point invoqué est le problème des joueurs américains : si les frontières européennes sont ouvertes avec les pays dans un état sanitaire au moins aussi bon – dont le Canada – ce n’est pas le cas avec les États-Unis, qui fournissent ces derniers temps un fort contingent de plus de 30 joueurs à la DEL mais qui n’ont jamais maîtrisé la pandémie. Si la saison reprenait en septembre, les hockeyeurs américains ne pourraient pas être présents au camp d’entraînement en juillet.

Ce choix de report en novembre est loin de faire consensus en Allemagne. Beaucoup craignent que le hockey sur glace soit relégué aux oubliettes alors que les deux sports collectifs d’intérieur concurrents (basketball et handball) ont prévu de reprendre dès début octobre. Surtout, la DEL n’aura plus de marge de manœuvre en cas de seconde vague : elle a réduit ses play-offs au meilleur des 5 – au lieu de 7 – manches et a prévu beaucoup de semaines à 3 matches qui densifieront le calendrier alors que le risque épidémique (impliquant de possibles re-confinements locaux) ne sera pas plus réduit en hiver qu’en automne…

La DEL est isolée par rapport à ses voisins alors que la ligue autrichienne – qu’il faudra désormais appeler ICE Hockey League (ICE comme International Central European) – a prévu de repartir le 25 septembre et que la Suisse vise toujours le 18 septembre (la décision définitive devant être prise cinq semaines avant).

On pourrait ainsi se retrouver avec un état de forme différencié en CHL. Lors du premier tour programmé début octobre entre Grenoble et Mannheim, on devrait voir d’un côté un club français qui aurait déjà repris son championnat, et de l’autre un adversaire allemand qui aurait juste commencé sa préparation… Une opportunité à saisir pour les Brûleurs de Loups ?

Les commentaires sont fermés.