Le Canada conserve son titre

228

États-Unis – Canada, ou l’affiche habituelle en finale des Championnats du monde féminins. Pour la 19e fois en 20 Mondiaux depuis le premier en 1990, on retrouve les deux nations nord-américaines pour l’une des plus grandes rivalité du hockey. Ce n’est pas la Finlande, capable par le passé de les faire douter quand toutes les conditions étaient réunies, qui a pu leur faire obstacle puisque la troisième nation mondiale au classement IIHF a chuté historiquement à une sixième place. La Finlande sera d’ailleurs l’un des adversaires des Bleues en 2023 dans un groupe B qui réunira également la Suède, la Hongrie et l’Allemagne.

Il semble bien que l’écart n’a jamais été aussi important entre l’Amérique du Nord et le reste du monde, en témoignent les résultats des demi-finales : 10-1 pour les États-Unis contre la Tchéquie, 8-1 pour le Canada contre la Suisse. L’archi-domination des deux superpuissances, à son summum, et leur évolution rapide seront probablement étudiées, il faut aussi que chaque fédération des autres nations prennent la mesure du problème en investissant davantage dans leur programme féminin.

En attendant, il y a un titre à décerner. On retrouve sans surprise devant les cages Ann-Renée Desbiens et Nicole Hensley. Les Américaines ont néanmoins une absente notable, l’attaquante Grace Zumwinkle, maillon de la ligne des travailleuses et positive au covid.

D’entrée, les Canadiennes réalisent une présence dans le camp américain, elles parviennent à y rester pendant un temps, et Stacey obtient la première occasion. Les Américaines rendent les coups, Coyne et Stecklein jouent elles aussi aux frappeuses, mais Desbiens couvre bien les angles. Peu de marge de manœuvre, et des lignes resserrées pour cette âpre bataille, le Canada ne parvient pas à se créer de réelles chances de but sur sa première supériorité numérique.

Ni sur la seconde d’ailleurs alors que les Américaines se montrent particulièrement agressives le long de la bande. D’ailleurs, elles passent près d’ouvrir le score à la 17e minute : Hilary Knight lance Alex Carpenter plein champ qui frappe, le palet heurte la barre transversale. 0-0 après le premier tiers-temps.

Le Canada applique une forte possession dans le camp américain en début de deuxième période, pendant une longue minute, avec la capitaine Marie-Philip Poulin à la baguette, elle est à l’initiative de deux situations dangereuses. De bonnes occasions se succèdent à l’approche de la mi-match : une frappe instantanée de Megan Keller, un débordement de Sarah Nurse, une déviation de Sarah Fillier, mais Desbiens et Hensley se montrent encore intraitables devant leur but.

brianne jenner
Expérimentée et décisive Brianne Jenner (Photo IIHF)

Pas pour longtemps, en tout cas pour Nicole Hensley, qui s’incline la première. Un mouvement rapide côté gauche relayé par Marie-Philip Poulin arrive jusqu’à Brianne Jenner, complètement excentrée et qui frappe à ras glace, Hensley se laisse surprendre (0-1, 29’30). Le salut est venu d’une cadre de longue date, sélectionnée depuis 2010… et elle n’en a pas fini. Brandt perd ses nerfs, le Canada est en supériorité numérique, le palet parvient à Jenner côté gauche qui prend le temps d’ajuster Hensley, lucarne (0-2, 30’54).

Les Américaines ont encaissé deux buts en l’espace de 84 secondes, et on passe près de la déconvenue avec Fillier, complètement démarquée côté gauche mais dont l’essai est bloqué de la mitaine par Hensley. Les Américaines obtiennent dans la foulée leur première supériorité numérique, histoire de relever la tête. Une seule occasion dangereuse : une passe en diagonale de Kessel pour chercher la déviation de Coyne, mais Desbiens demeure vigilante.

Une autre faute canadienne, de la buteuse Jenner, offre un deuxième avantage numérique, et finalement le premier but aux Américaines. Kendall Coyne-Schofield s’infiltre, réussit à passer sur sa gauche à Amanda Kessel, qui déborde et sert remarquablement poteau opposé Abby Roque… à une seconde de la pause (1-2, 39’39) !

Un seul but d’écart et Lacey Eden, devant un angle tout ouvert après avoir été servie par Kelly Pannek, est toute proche de l’égalisation en début de troisième période, arrêt jambière de justesse par Desbiens. Autre arrêt de grande classe quelques instants plus tard, signé Hensley cette fois-ci : Sarah Fillier part en contre, et sert avec une passe lobée Emily Clark qui tente de dévier dans le but, écarté du bouclier par Nicole Hensley.

Le Canada peut chercher le break, mais il lui arrive aussi de provoquer la menace américaine : une mauvaise communication entre Desbiens et Fast sur un palet revenu lentement dans le camp canadien débouche sur une occasion pour Hilary Knight. Pas de but, mais dans la précipitation, Desbiens fait faute, nouveau jeu de puissance américain. Les Américaines effleurent cette égalisation. Par une accélération supersonique de Coyne-Schofield, son tir donne un rebond brûlant à Roque. Abby Roque a ensuite une porte totalement ouverte mais elle n’arrive pas à prolonger le tir de Kessel, la pénalité est tuée.

À 2’39 de la fin, le coach américain John Worblewski décide alors de sortir Hensley pour créer l’avantage numérique. Peu de chances face aux très bons blocages du Canada. À une trentaine de secondes de la fin, Desbiens doit néanmoins s’arracher devant un double rebond de Coyne-Schofield et Knight. En vain, victoire canadienne.

Le Canada a tenu, que de blocages en fin de match, dont celui dans les dernières secondes de la capitaine Marie-Philip Poulin, quel symbole. Assurément le signe d’une grande solidarité, tellement précieuse face aux rivales américaines. Les Canadiennes, championnes olympiques à Pékin, conservent leur titre.

Élues joueuses du match : Kendall Coyne Schoffield pour les États-Unis, Brianne Jenner pour le Canada.

 

États-Unis – Canada 1-2 (0-0, 1-2, 0-0)
Dimanche 4 septembre à 19h30 à la Kvik Hockey Arena de Herning. 1738 spectateurs.
Arbitres : Anniina Nurmi (FIN) et Amanda Tassoni (USA) assistées de Tiina Saarimaki (FIN) et Justine Todd (CAN).
Pénalités : États-Unis 8′ (4′, 2′, 2′), Canada 6′ (0′, 4′, 2′).
Tirs : États-Unis 21 (2, 7, 12), Canada 19 (5, 8, 6).

Évolution du score :
0-1 à 29’30 : Jenner assistée de Poulin et Shelton
0-2 à 30’54 : Jenner assistée de Fillier et Nurse (sup. num.)
1-2 à 39’39 : Roque assistée de Kessel et Coyne-Schofield

 

États-Unis

Attaquantes :
Hannah Bilka – Hannah Brandt (2′) – Hilary Knight (A)
Alex Carpenter (-1) – Taylor Heise (-1) – Amanda Kessel (-1)
Kendall Coyne-Schofield (C) – Kelly Pannek – Lacey Eden
Hayley Scamurra (2′) – Jesse Compher – Abby Roque (2′)

Défenseures :
Lee Stecklein (A, -1) – Caroline Harvey (-1)
Megan Keller – Savannah Harmon (2′)
Cayla Barnes – Jincy Dunne
Rory Guilday

Gardienne :
Nicole Hensley [sortie à 57’21]

Remplaçante : Maddie Rooney (G). En réserve : Aerin Frankin (G), Grace Zumwinkle (A, Covid-19).

Canada

Attaquantes :
Sarah Potomak – Marie-Philip Poulin (C, +1) – Brianne Jenner (+1, 2′)
Sarah Nurse – Sarah Fillier (2′) – Emily Clark
Kristin O’Neill – Blayre Turnbull (A) – Laura Stacey
Victoria Bach – Emma Maltais – Jessie Eldridge
Jamie Lee Rattray

Défenseures :
Jocelyne Larocque (A) – Renata Fast
Micah Zandee-Hart – Erin Ambrose
Ella Shelton (+1) – Meaghan Mikkelson (+1)
Ashton Bell

Gardienne :
Ann-Renée Desbiens (2′)

Remplaçante : Emerance Maschmeyer (G). En réserve : Kristen Campbell (G).

Les commentaires sont fermés.