Le Media Day de la Ligue Magnus

1 460

Ce lundi 5 septembre 2022 avait lieu le premier « Media Day » de la Ligue Magnus. Une journée organisée à l’intérieur de l’AccorHotels Arena de Paris-Bercy pour présenter le championnat à la presse, et à laquelle tous les clubs avaient été conviés à amener leur président, leur entraîneur et leur capitaine.

On notera que tous les clubs ont joué le jeu de cette première organisation en déléguant leurs représentants et en se montrant disponibles. Il y avait toutefois un absent au départ. Stan Sutor, entraîneur de Nice, appela en effet Éric Ropert, le directeur général de la FFHG, en s’étonnant de ne trouver personne. Il s’était rendu…  à l’Aren’Ice de Cergy-Pontoise. Il n’a pas mis très longtemps à réparer cette erreur d’orientation, puisqu’il était présent pour les points spécifiques clubs, lors desquels les 12 équipes avaient chacune une loge séparée pour recevoir les journalistes.

Stan Sutor aura juste manqué la conférence de presse introductive, qui fut un exercice de grande diplomatie. Éric Ropert invita en effet les représentants de Grenoble, légèrement en retard, à les rejoindre à la tribune où deux des cinq places leur avaient été réservées en tant que champions de France.

Ropert s’excusa presque que la première retransmission du hockey sur la chaîne Sport en France vendredi prochain (match Rouen-Nice) ne mette pas à l’honneur le champion sortant… et pour cause puisque les matches des Brûleurs de Loups lors des deux premières journées de championnat sont reportées en raison de la CHL. Le deuxième match sur Sport en France sera Cergy-Grenoble le vendredi 23 septembre.

Après tant de courbettes, le président grenoblois Jacques Reboh fut bien forcé de répondre sur le même ton et tout le monde se présenta donc comme une grande famille devant la presse réunie. Voici les principales déclarations de cette conférence générale :

Pierre-Yves Gerbeau (président de la FFHG) : « Nous sommes dans une démarche de professionnalisation de la Ligue Magnus. L’équipe de France et la Ligue Magnus doivent progresser de concert car ce sont les deux produits les plus vendeurs. »

mediaday rebohJacques Reboh (président de Grenoble) : « Nous sommes le club qui a eu l’honneur d’être champion cette année, face à de bons adversaires. Au-delà du plaisir et de la joie d’être pour la huitième fois champion de France, l’objectif était d’aller chercher la seule place qualificative dont dispose la France dans la Champions League. C’est une clé d’attractivité pour les grands joueurs qui veulent la disputer. Les deux premières rencontres ont été difficiles, mais les joueurs ont à cœur d’honorer la France dans les deux prochaines rencontres. […] Nous avons à peu près 5 millions d’euros de budget. »

Joël Champagne (capitaine de Grenoble) : « Nous n’avons pas eu les résultats qu’on espérait. On a de bons matchs de préparation, mais contre Berlin, il y a eu un gros relâchement au deuxième tiers. On se dit que la compétition n’est pas terminée et on veut mieux faire sur la route la semaine prochaine. »

Philippe Aubertin (président de Synerglace, sponsor de la Ligue Magnus) : « Quand j’ai créé Synerglace en 1999, j’ai pris la décision de reverser 20% de nos bénéfices au profit des sports de glace. On continue de le faire en étant leaders de la fourniture des patinoires, des surfaceuses avec notre marque Zamboni, et en étant les seuls à fabriquer des patins en France avec notre marque Okespor. […] On se focalise sur les consommations d’électricité et d’eau des patinoires, on va mettre des outils en place pour démontrer que l’on ne consomme pas tant que ça et on va élaborer la première patinoire zéro carbone, qui ne coûte rien en consommation électrique ainsi qu’en fonctionnement. »

Pierre-Yves Gerbeau (président de la FFHG) : « J’étais samedi à Grenoble, ce ne fut pas le résultat désiré mais Grenoble était dans le groupe de la mort. C’était quand même un super match, il y avait un international de l’autre côté avec Jordann Perret qui est déterminant. On commence à chatouiller le niveau des grands clubs européens. Il n’y a pas eu que le match, il y a la qualité du show, on est loin d’être ridicules. Même le club tchèque était impressionné par la qualité de la présentation. De grands clubs comme Grenoble montrent le chemin et montrent comment attirer plus de monde. Ensuite, on aura un autre problème car nos patinoires sont trop petites, mais c’est un problème de riche. On attire un public de plus en plus familial. [Sur l’avantage d’avoir un Français à la présidence de l’IIHF] Quand je prends mon téléphone et que j’appelle Luc [Tardif], une heure après il m’appelle. Cela ne peut qu’aider. »

Pour ce qui est des informations concernant les différents clubs, vous les découvrirez dans nos présentations de chaque équipe de Ligue Magnus, qui continueront d’être publiées dans les prochains jours.

 

Les commentaires sont fermés.