Suède - Slovaquie (JO 2010, quart de finale)

2010-02-24-Suede-SlovaquieLe Canada attend son adversaire pour la demi-finale. Non, en fait, c'est faux : à écouter les journalistes, commentateurs et supporters canadiens, ils font déjà comme s'ils affrontaient la Suède au prochain tour.

C'est négliger cette équipe de Slovaquie qui a pourtant prouvé sa valeur dans ce tournoi. Elle se présente remaniée, puisque Tomas Kopecky a été promue sur une première ligne très inhabituelle pour lui, au détriment de Marcel Hossa. Quant à Lubos Bartecko, il ne joue ; le contraire aurait quand même été surprenant vingt-quatre heures après un tel choc. Il est cependant sur le banc pour soutenir ses coéquipiers. Les Slovaques ne sont pas trop gênés car ils avaient amené 13 attaquants... ce qui n'est pas le cas de la Suède, à qui il manque Modin, malade.

Les Suédois, eux, se méfient des Slovaques, et en particulier de leurs contre-attaques. Cela se sent dans la configuration tactique très prudente qu'ils mettent en place. Le début de match contraste donc avec le festival offensif Canada-Russie : défensif, lent, sans tempo. La dimension physique croît tout de même au fil du temps.

Par conséquent, les moments chauds sont rares, et les tirs sont majoritairement extérieurs. La plus belle occasion reste virtuelle à la quinzième minute : Henrik Sedin délivre le palet à son frère Daniel au second poteau, mais celui-ci ne parvient pas à rattraper, peut-être surpris que ce centre trop parfait soit arrivé à destination sous la crosse d'un défenseur slovaque.

La Suède a le contrôle du jeu en deuxième période, jusqu'à ce qu'elle se faisse prendre en surnombre. Contrairement à la première période, la Slovaquie tire partie de cet avantage numérique : passe transversale de Hossa pour reprise de Marian Gaborik dans l'angle ouvert (0-1). Un but idéal pour débloquer la situation et obliger la Tre Kronor à attaquer et à forcer...

2010-02-24-Suede-Slovaquie2Niklas Kronwall met en échec Zigmund Palffy en zone slovaque, mais celui-ci a transmis son palet avant l'impact. Son amour du jeu physique a ainsi sorti le défenseur de Detroit du jeu. Richard Zednik déborde en effet côté droit et, arrivé à la ligne du fond, passe en retrait du revers pour la reprise du défenseur Andrej Sekera venu en soutien offensif (0-2). C'était le scénario à éviter pour les Suédois : deux buts en 37 secondes qui remettent tout en cause.

La Tre Kronor a avec elle le seul double champion olympique du tournoi, Peter Forsberg. Sa ligne n'avait marqué aucun but depuis le début du tournoi, une erreur bientôt réparée, à deux reprises. Derrière la cage, l'attaquant de MODO au numéro 21 passe dans son dos à Patric Hörnqvist qui marque du revers, poteau rentrant (1-2). La présence psychologique de Forsberg est parfois suffisante : Milan Jurcina le sent dans son dos sur un centre du revers de Henrik Zetterberg, et le palet ricoche sur le genou du défenseur slovaque, en direction des filets (2-2). Les deux buts d'écart ont fondu aussi rapidement qu'ils étaient apparus : 37 secondes d'intervalle une fois de plus.

Une pénalité inutile remet cependant tout en question. Tobias Enström fait trébucher Zdeno Chara en zone offensive, et Pavol Demitra envoie un slap magistral dans la lucarne opposée (2-3). Le gardien Henrik Lundqvist était totalement masqué, Öhlund n'ayant pas fini de lui déboucher la vue. Trois buts en quatre tirs : la Slovaquie a réussi un bon coup dans cette deuxième période.

2010-02-24-Suede-Slovaquie3Cibak a fait trébucher Forsberg et la Suède, menée à la pause, aborde le troisième tiers-temps en avantage numérique. Le jeu de puissance se heurte à un mur, comme un peu plus tard après une dureté de Gaborik. La Suède n'arrive pas à refaire ce but de retard, et la Slovaquie place une contre-attaque : accélération de Demitra qui dépasse Lidström, passe transversale pour Hossa, et rebond suivi par Kopecky (2-4).

Cela sent vraiment le roussi pour la Suède... qui marque pourtant sur l'action suivante. Le dégagement dans la bande de Halak est intercepté par Loui Eriksson, et Niklas Bäckström passe en retrait au buteur Daniel Alfredsson (3-4). Paradoxe que ce but soit venu si vite, alors que l'égalisation, elle, se refuse obstinément.

Les Slovaques installent les barbelés, et sortent tranquillement le palet de leur zone sans s'embarrasser. En fin de match, la Suède sort son gardien pour faire rentrer l'attaquant défensif Samuel Pahlsson en sixième homme, mais c'est fini : le champion en titre est sorti du tournoi par un adversaire qui l'a maîtrisé tactiquement.

Marian Gaborik prend le temps de serrer dans ses bras Henrik Lundqvist, son coéquipier aux New York Rangers qui a pris 4 buts en 14 tirs. Malgré cette statistique défavorable, le gardien n'a rien à se reprocher, contrairement à sa défense. Quelle ironie de voir Nicklas Lidström, le défenseur-vedette des Red Wings de Detroit, spectateur sur le but décisif de Tomas Kopecky, un joueur qui ne tenait qu'un rôle mineur de cette équipe de Detroit qui ne l'a pas retenu cet été... En équipe nationale aussi, Kopecky était un parfait anonyme, invisible en quatrième ligne, jusqu'à ce jour béni...

Commentaires d'après-match

Jan Filc (entraîneur de la Slovaquie) : "J'ai vraiment, vraiment apprécié ce match. Une énergie merveilleuse irraidait des joueurs. Cette performance très disciplinée est l'expression du désir de cette génération de joueurs de remporter une médaille olympique. Le rôle des anciens emmenés par le capitaine Zdeno Chara est irremplaçable, avec la coopération très active de Miso Handzus, Palo Demitra et d'autres. Ce sont des joueurs qui ont une grande expérience du hockey et de la vie. Lubos [Bartecko] a beaucoup fait pour cette équipe. Il est normal que les joueurs se réfèrent à lui et à sa mauvaise blessure pour accroître leur motivation. Sinon, Bartecko a l'air bien. Il a sa blessure à la tête, c'est pourquoi il ne porte pas encore de casque, mais je pense qu'il sera prêt au prochain match. Jouer le Canada, chez lui à Vancouver, en demi-finale olympique, que peut-on souhaiter de plus à un coach..."

Tomáš Kopecký (attaquant de la Slovaquie) : "Je ne pouvais rêver mieux pour mon premier but international. Marian Hossa a fait ce qu'il sait faire de mieux, tirer, et j'étais au rebond. J'ai essayé d'aller à la cage aussi vite que possible. C'est juste incroyable, quand vous imaginez tout le pays derrière vous : la famille, les amis, tout le monde. Certainement le plus beau moment de ma carrière. Faire tomber les champions olympiques, c'est fantastique. C'était un match très difficile, je ne me souviens pas de la dernière fois que j'ai joué autant de minutes [NDLR : seulement 12'19" pourtant, comme quoi les impressions...]. Le hockey est un jeu d'erreurs et nous en avons commis moins que les Suédois."

Daniel Alfredsson (attaquant de la Suède) : "Les Slovaques ont joué très intelligemment. Au début, nous les avons laissé jouer, et ça a été notre grande erreur. Les deux deniers tiers-temps ont été meilleurs de notre part, mais ce n'était pas suffisant. Je suis déçu. Les Slovaques sont excellents en défense et en contre-attaque... Aujourd'hui, ils ont été très efficaces."

 

Suède - Slovaquie 3-4 (0-0, 2-3, 1-1)
Mercredi 24 février 2010 à 21h00 à la Canada Hockey Place de Vancouver. 17493 spectateurs.
Arbitrage de Bill McCreary (CAN) et Jyri Rönn (FIN) assistés de Peter Feola (USA) et Jean Morin (CAN).
Pénalités : Suède 10' (6', 4', 0'), Slovaquie 6' (2', 2', 2').
Tirs : Suède 29 (7, 12, 10), Slovaquie 14 (7, 4, 3).
Engagements : Suède 30 (10, 11, 9), Slovaquie 28 (10, 12, 6).
Évolution du score :
0-1 à 27'34" : Gaborik assisté de Hossa et Demitra (sup. num.)
0-2 à 28'11" : Sekera assisté de Zednik et Palffy
1-2 à 33'49" : Hörnqvist assisté de Forsberg
2-2 à 34'26" : Zetterberg assisté d'Enström
2-3 à 39'12" : Demitra assisté de Chara et Hossa (sup. num.)
2-4 à 49'01" : Kopecky assisté de Hossa et Demitra
3-4 à 49'39" : Alfredsson assisté de Bäckström et Eriksson


Suède

Gardien : Henrik Lundqvist.

Défenseurs : Mattias Öhlund - Tobias Enström ; Nicklas Lidström (C) - Niklas Kronwall ; Douglas Murray - Henrik Tallinder ; Magnus Johansson - Johnny Oduya.

Attaquants : Daniel Sedin - Henrik Sedin - Mattias Weinhandl ; Peter Forsberg - Henrik Zetterberg (A) - Patric Hörnqvist ; Loui Eriksson - Nicklas Backström - Daniel Alfredsson (A) ; Johan Franzén - Samuel Påhlsson.

Remplaçant : Jonas Gustavsson (G). Absents : Stefan Liv (G), Fredrik Modin (malade).

Slovaquie

Gardien : Jaroslav Halák.

Défenseurs : Andrej Meszároš - Zdeno Chára (C) ; Martin Štrbák - Lubomír Višnovský ; Andrej Sekera - Milan Jurcina.

Attaquants : Tomáš Kopecký - Pavol Demitra (A) - Marián Hossa (A) ; Marián Gáborík - Jozef Stümpel - Žigmund Pálffy ; Richard Zedník - Michal Handzuš - Miroslav Šatan ; Marcel Hossa - Martin Cibák - Branko Radivojevic.

Remplaçants : Peter Budaj (G), Ivan Baranka, Luboš Bartecko. Absent : Rastislav Stana (G).