Gap – Nice (Ligue Magnus, 20e journée)

32

Les Rapaces passent du chaud au froid depuis quelques semaines mais tiennent le rythme et conservent la 4e place. Revenus du Coliséum d’Amiens avec la victoire en poche ils ont effacés le mauvais rendement offensif à domicile contre Bordeaux (1-3). Dans ce registre c’est toujours Marc-André Bernier qui mène la meute bleue (21 points à la 8e place).

Dave Labrecque suit avec 19 points. Mais c’est bien dans le secteur du power-play que cela « coince » ! 16 buts sur 96 supériorités (16,6%) c’est un peu faible ! Le groupe se classe 6e dans le pourcentage de réussite ainsi que du nombre de tirs. Gap est loin d’être en crise avec la 2e meilleure attaque (64 buts) à égalité avec Rouen. Côté défensif, avec 50 buts dans ses filets, Gap se classe 5e.

GapNice1Ce soir c’est le promu Nice qui se présente pour une double confrontation avec le match de championnat ce soir, ainsi que les 1/8e de finale de Coupe de France, mardi. Les Aigles ont démarré fort en prenant la tête du championnat en début de saison mais cela était un feu de paille. Mais les contradictions sont légion dans ce championnat très serré ; Nice vient de s’imposer à Bordeaux (3-5).

Zbynek Hampl mène l’offensive du club avec 20 points. Les Aigles sont sortis d’une série de 5 défaites de suite avec pourtant une attaque à 52 buts soit la 7e offensive. Mais la défense prend l’eau avec 67 « filets » et seul le dernier Chamonix/Morzine fait pire. La rencontre paraît largement déséquilibrée mais attention au retour de forme avec cette victoire en terre bordelaise des niçois. On peut souligner, dans l’effectif niçois, d’anciens Gapençais : Roman Vondracek (champion de France avec les Rapaces), Yoanne Lacheny a évolué en U18 et U22 à Gap ainsi que dans le groupe pro en 2014.

Nice possède quelques joueurs à surveiller tel que le défenseur Lukas Spelda (tchèque) formé au Slavia Prague et qui a joué 108 matchs en Extraliga. Milan Varga (slovaque) possède une expérience de 301 parties d’Extraliga Slovaque. Côté français, Alexis Birolini, formé à Neuilly a joué 188 matchs en Ligue Magnus et est passé par Neuilly et Caen.

À noter que quelques supporters niçois ont fait le déplacement. Et du côté gapençais, Chapelier et Bullock manquent à l’appel.

GapNice2La partie s’engage avec un mano à mano. Nice provoque le premier lancé dans les bottes de Fouquerel (1’55). Mais Gap va prendre rapidement le contrôle du jeu. Craige décoche un lancé dans le trafic (2’28). Les bleus imposent leur rythme mais des rebonds flottants ne sont pas exploités. Les Rapaces sont en infériorité sur une obstruction mais les Aigles ne trouvent pas les moyens d’installer un jeu de puissance. Gap s’impose et repousse tous les palets. Dave Labrecque remonte en appui avec Bernier. Le grand canadien redonne à Labrecque qui d’un revers lève le caoutchouc. Le gardien a toutes les difficultés pour capter la rondelle mais repousse le danger (5’35). Mais Mac Eachen trouve l’ouverture en traversant la zone offensive dans le sens de la largeur, contourne le portier et loge le palet dans la cage (5’59 : 1-0).

Les Rapaces continuent et imposent un pressing avant solide et laisse Nice bloqué dans sa zone défensive. Les lancers se multiplient et les Aigles ne voient plus le jour. Isackson sert Ringrose, placé devant le portier et shoote dans les bottes du gardien (9’15). 

Gap trouve de nombreuses occasions et perfore la défense niçoise avec Balsamo dans une série de dribbles impressionnants. En supériorité, Craige lance dans le trafic, et le palet est dévié mais aucun coéquipier ne peut pousser le puck dans la cage vide (12’44). Balsamo est encore là pour reprendre un bon palet dans l’enclave mais le portier niçois dévie la rondelle (13’29). Nice termine ce tiers en augmentant l’agressivité dans les bandes. Bernier au pressing récupère le palet et transmet à Thillet, totalement seul au 2e poteau mais la reprise est déviée une nouvelle fois par Sergei Koroshun (17’17). À noter la bonne charge de l’épaule de Da Costa sur Macon qui dégringole sur le glaçon. Gap a parfaitement entamé la partie et pris le contrôle du jeu. Nice n’a jamais pu faire face.
Mises au jeu 5 à 4 – Tirs 13 à 4.

GapNice3Deuxième vingt : Fouquerel cède sa place à Bertrand et on sent Nice revenu avec de meilleures intentions. Sur le premier lancer de Vondracek le palet part dans les airs et retombe dans la cage derrière Bertrand, impassible (20’40 : 1-1).

Nice obtient même une supériorité sur un faire trébucher, un peu sévère, de Bouvet. Les Aigles mettent clairement la vitesse de patinage en route et construisent quelques combinaisons collectives intéressantes. Mais Gap parvient à tuer cette pénalité. Jérémy Romand, en 2 contre 1 transmet à Misura qui lance fort mais pas cadré (25’22). Cette fois les Niçois arrivent à être dangereux en s’extirpant de la défensive par des rushes rapides. Gap trouve encore une occasion importante avec le duo Bernier-Labrecque en power-play. Ce dernier décoche un lancer rapide qui tape la base du poteau (26’20). Mais cette belle opportunité est l’arbre qui cache la forêt. Gap est en difficulté face à l’agressivité des Niçois.

Le jeu s’est rééquilibré et c’est avec beaucoup de peine que les Hauts-Alpins peuvent trouver de rares occasions. La vista niçoise fait le reste comme sur un retour d’Hamrak qui arrive derrière la cage gapençaise. Il gagne son duel sur Craige et obtient le palet pour revenir jouer dans l’enclave. Le défenseur gapençais fait faute pour colmater le danger (27’37). Le point positif est la rigueur défensive qui annihile toutes les infériorités gapençaises. Balsamo, très en vue ce soir, parvient à éviter le gardien et laisse la rondelle à Faure qui shoote cage vide, mais c’est un niçois qui se couche pour empêcher Gap de prendre l’avantage (29’36). Les Aigles ont un bon jeu de pressing mais, par contre, ne trouve pas d’occasions franches.

GapNice4A contrario les Gapençais sur de rares contres peuvent inscrire ce deuxième but avec Bernier-Thillet, mais le Français n’arrive pas à reprendre le palet dans la course alors que la cage était ouverte (34’23). À peine le temps de se remettre de ses émotions, que Nice remonte à grande vitesse ; Carpentier avec Hampl et Vondracek reprend un puck dans l’enclave pour marquer (34’33 : 1-2). Gap paie cher les occasions vendangées !

En fin de période, les Rapaces sont pénalisés pour un surnombre et c’est Thillet qui écope du banc. Ce n’est pas la première fois que les gapençais sont repris pour ce genre d’erreur cette saison (37’16). Mise au jeu dans la zone défensive des bleus, le palet est gagné par Nice et Varga est servi. Son slap puissant passe au ras du montant (39’35). Gap a obtenu les plus importantes possibilités de marquer mais n’a pas su concrétiser ces rares moments forts. Nice a répondu présent dans ce tiers en imposant un pressing puissant pour faire déjouer Gap. On se rend compte de l’étendue du problème avec un manque cruel d’efficacité, ce que Nice à par contre su réaliser.
Mises au jeu 8 à 9 – Tirs 9 à 12.

GapNice5Troisième période : Les Rapaces sont décidés à revenir au score avec à l’aide d’une belle intensité dans le jeu. Craige, en entrée de zone offensive, shoote dans le trafic mais le puck n’est pas saisi par les bleus (41’18). C’est bien Gap qui a le jeu en main, comme Da Costa qui se propulse à l’avant et effectue un tour de cage rapide mais Essery ne peut reprendre la rondelle (42’11). Le syndrome des occasions vendangées perdure malgré les bonnes dispositions des Gapençais.

Les Niçois réagissent avec Romand qui remonte et lance sur Bertrand qui dévie (44’10). Les Azuréens remontent le niveau du pressing et de nouveau gène la circulation du palet des bleus. Sur un changement de ligne niçois, Craige se retrouve seul sur la glace et se dirige droit vers la cage adverse. Il évite Koroshun mais est trop excentré pour revenir et placer le palet dans la cage (48’40). Nice est lui aussi pénalisé pour un surnombre, mais Gap ne peut toujours pas concrétiser le surnombre. Labrecque sert pourtant Rech, placé au second poteau, mais la reprise va directement dans la mitaine du gardien russe (49’08).

La partie devient un incessant jeu d’attaque défense dont chaque équipe intercepte l’adversaire. Mais il faut souligner des pertes de palets et des contrôles un peu aléatoires de la part des Gapençais. Nice voit la fin de partie arriver et déploie le maximum d’agressivité en zone défensive et dans les bandes. Mais à force la chance sourit aux locaux. Ringrose parvient à lancer dans un angle mort qui transperce le trafic (56’57 : 2-2). Le public exulte et les Niçois plient alors qu’ils avaient la victoire en point de mire.

Gap termine à fond pour gagner dans le temps réglementaire. Balsamo s’échappe seul mais perd son duel face à Koroshun (57’40). Gap a redressé la tête dans cette période mais que ce fut dure face à un groupe solide et accrocheur. Mais le réalisme gapençais n’était pas non plus à niveau. Les enchaînements étaient compliqués. C’est bien les jeux à deux contre 1 ou à 1 contre 0 qui n’ont pas été gagnés qui péjorent le groupe gapençais.
Mises au jeu 6 à 9 – Tirs 14 à 6.

Overtime : Rech-Ringrose-Craige se présentent face Vondracek-Carpentier-Quinn. Gap est décidé à en finir pour gagner la partie. Le match est à sens unique et les actions se succèdent mais les Rapaces butent sur un Koroshun qui a haussé son niveau de jeu. King rate sa déviation, Bernier donne pour Carr qui envoie le puck dans les hauteurs, Balsamo, seul, lance dans les bottes du portier. Cela ne rentre pas ! Koroshun est gratifié d’un arrêt solide devant le duo Da Costa – Faure. Enfin Rech bute en solo sur le portier, mais alors que les tirs au but sont envisagés, Ringrose glisse dans un trou de souris le palet, entre le poteau et le gardien, la victoire est acquise de haute lutte (69’40 : 3-2).
Mises au jeu 3 à 2 – Tirs 18 à 1.

Les Rapaces se jettent tous sur le buteur de la victoire et exprime leur joie et leur soulagement. Mais que ce fut dur face à cette équipe accrocheuse et organisée. Gap revient de loin en égalisant en fin de troisième tiers et en obtenant la victoire à 20 secondes de la fin du jeu de mort subite. Il est quand même temps de repenser le sujet de l’efficacité offensive et les unités spéciales, car l’avertissement du match contre Bordeaux souligne les imperfections vues ce soir. Contre Grenoble (dimanche à Pôle Sud) et vendredi contre Rouen les erreurs se paieront cash ! Nice accueille justement les Dragons dimanche.

Elus meilleurs joueurs : Koroshun et Ringrose

Gap – Nice 3 – 2 a.p (1-0. 1-2. 1-0. 1-0)
Vendredi 18 novembre 2016 à 20h30 – Alp’arena: 1680 spectateurs
Arbitres : M. Garbay assisté de MM. Peurière et Constantineau
Pénalités : Gap 10′ (2′ ; 8′ ; 0′ ; 0’) – Nice 6″ (2′ ; 2′ ; 2′ ; 0′)
Tirs : Gap 64 (13; 9 ; 14 ; 18) – Nice 23 (4 ; 12 ; 6 ; 1)
Arrêts : Bertrand (95,6%) – Koroshun (95,3%)

Score :
1-0 à 25’59″ : Mc Eachen assisté de Crinon et Bernier
1-1 à 20’40″ : Vondracek assisté de Carpentier et Quinn
1-2 à 34’33″ : Carpentier assisté de Hampl et Vondracek
2-2 à 56’57″ : Ringrose assisté de Rech et Mac Eachen
3-2 à 69’40″ : Ringrose assisté de Rech et Craige

Gap

Attaquants :
Marc André Bernier – Dave Labrecque – Dimitri Thillet
Christian Isackson – Kyle Essery – Kevin King
Anthony Rech – Kevin Da Costa – Sean Ringrose
Cédric Di Dio Balsamo – Marius Serer – Maurin Bouvet
Benoit Vallier

Défenseurs :
Pierre Crinon – Patrick Mc Eachen
Max Ross – Jesse Craige
Thomas Carr – Raphael Faure
Joris Rama

Gardien :
Clément Fouquerel puis Aurélien Bertrand à 20’00 »

Absents : Ryan Bullock – Loïc Chapelier

Nice

Attaquants :
Zbynek Hampl – Roman Vondracek – Romain Carpentier
Lauris Bajaruns – Vladimir Kubus – Martin Slovak
Patxi Biscard – Matej Hamrak – Yoanne Lacheny
Aurélien Macon – Kevin Marion – Matej Misura

Défenseurs :
Arthur Montenoise – Michael Quinn
Lukas Spelda – Milan Varga
Pierrick Hoehe – Alexis Birolini
Stanislas Aubert

Gardien :
Sergei Koroshun

Absent: Bohman Visnak

Les commentaires sont fermés.

Aenean consequat. lectus ut elementum sit adipiscing Aliquam Donec dapibus eleifend