Grenoble – Rouen (Ligue Magnus, 26e journée)

29

L’ouragan grenoblois emporte les Dragons

On dit que les belles séries ont une fin mais les Brûleurs de Loups se font un malin plaisir à la repousser à chaque journée de SaxoPrint Ligue Magnus. Même s’il faut pour cela passer par la prolongation comme ce fut le cas vendredi à Morzine (3-2). Mais les Isérois sont passés maitres de l’exercice à trois contre trois avec 8 victoires pour seulement 2 défaites. Avec ce dernier succès, ils portent leur série à 12 victoires consécutives en championnat (14 si on inclut la coupe de France). Malgré cette série victorieuse, les Brûleurs de Loups pointent toujours « seulement » à la cinquième place. Et leur série impressionnante est mise à l’épreuve avec la venue du champion de France en titre et actuel deuxième du classement, les Dragons de Rouen.

2016 12 11 Grenoble Rouen1Après une défaite à domicile contre Gap (4-5), les Dragons ont bien réagi avec deux victoires en prolongation à Angers (3-2) puis contre Amiens (6-5). Mais lors de cette dernière rencontre vendredi, Rouen a connu un incroyable trou d’air avec 4 buts encaissés en moins de 3 minutes au deuxième tiers-temps. En avance 4-1, les hommes de Fabrice Lhenry se sont retrouvés menés 4-5 et ont dû batailler pour aller chercher la victoire en mort subite grâce à Marc-André Thinel.

Un sérieux avertissement pour une équipe déjà privée de Patrick Coulombe et qui doit en plus déplorer l’absence de Chad Langlais ce soir. Du côté grenoblois, Norbert Abramov, blessé et Alexandre Texier, aux championnats du monde U20, manquent à l’appel. À noter que les deux équipes s’étaient imposées sur la glace adverse lors du premier aller-retour (4-3 après prol. pour Rouen à Pôle Sud et 3-2 pour Grenoble à l’Ile Lacroix).

Les Brûleurs de Loups entament la rencontre tambour battant avec une première occasion dès les premières secondes. Grenoble a l’initiative du jeu au cours des premières minutes et met une grosse pression sur la cage rouennaise. Cela finit par payer sur un centre de David Rodman parfaitement dévié devant la cage par Boštjan Goličič (1-0, 04’13 »). Une avalanche de peluches s’abat sur la glace de Pôle Sud en lien avec une opération pour le Noël des enfants organisé par le Secours populaire.

Après l’avalanche de peluches, place à l’avalanche de buts. Après une timide réaction rouennaise, une pénalité de Marc-André Thinel offre une première supériorité numérique à Grenoble. Le power-play installé, le palet circule avec encore une fois David Rodman à la manœuvre. Le Slovène sert Miettinen qui conclut victorieusement face une cage ouverte, Dany Sabourin ayant mis beaucoup de temps à se replacer (2-0, 06’21 »).

2016 12 11 Grenoble Rouen2À peine de retour sur la glace, Thinel repart en prison après avoir accroché Chouinard en bonne position face au but. Deuxième supériorité numérique pour Grenoble et sanction identique. Cette fois, c’est David Rodman qui se charge lui-même de mettre le palet au fond des filets en se présentant seul face à la cage ouverte après un très bon décalage de Goličič (3-0, 08’14 »).

Fabrice Lhenry demande un temps mort mais sur l’engagement qui suit, la défense rouennaise aux abois se fait encore déborder sur un une-deux finement joué par Miettinen qui trouver Gauthier devant le slot pour le quatrième but grenoblois (4-0, 08’33 »). Désemparé, Fabrice Lhenry n’a d’autre choix cette fois que de retirer Dany Sabourin et de lancer Julien Gaubert. Mais cela ne stoppe pas l’hémorragie. Une minute plus tard, les Dragons, complètement désorganisés, se font une nouvelle fois transpercer sur une attaque grenobloise menée par un David Rodman intenable et conclue en deux temps par Goličič sur un puissant lancer (5-0, 09’32 »). En dix minutes, les Brûleurs de Loups ont inscrit 5 buts au champion de France !

Alors bien sûr la tempête va finir par se calmer pour les Dragons, KO debout. Une faute grossière sur le coup d’envoi de Scolari (aligné en attaque du fait des absences de Texier et Abramov) leur permet de revenir en zone d’attaque. Horak empêche même Sacha Treille de réduire l’écart alors que ce dernier semblait n’avoir plus qu’à pousser la rondelle au fond des filets suite à une remise de Matheson. Sébastien Rohat en profite pour s’échapper et au terme d’un petit numéro en solo, il voit son tir du revers repoussé par Julien Gaubert. En fin de supériorité numérique, Olivier Dame-Malka, toujours hué à Pôle Sud chaque fois qu’il touche le palet, fait parler la puissance de son tir, sans réussite. Les pénalités s’enchaînent en deuxième moitié de première période ce qui a tendance à hacher le jeu. Une pénalité de Kyle Hardy est rapidement annulée par celle de Loïc Lampérier. Rien ne sortira des deux minutes à cinq contre quatre.

2016 12 11 Grenoble Rouen3Grenoble bénéficie d’une nouvelle supériorité numérique suite à une prison de Matheson. La pression sur la cage rouennaise est énorme avec une succession de tirs mais cette fois la réussite fuit les Grenoblois qui ne parviennent pas à trouver l’ouverture. Petite frayeur pour les Isérois lorsqu’Aziz Baazzi est touché au visage par un palet lancé par un coéquipier. Le défenseur grenoblois regagne précipitamment le vestiaire mais il reviendra au jeu en deuxième période avec une grille.

Rouen se fait de nouveau sanctionner en fin de tiers avec une faute de Patrick Koudys. Miettinen, présent au rebond suite à un tir de Chouinard, rate une énorme opportunité face à une cage vide, son tir heurtant le poteau. Finalement, une pénalité de Kuralt mettra un terme à la supériorité numérique grenobloise. La première période s’achève avec une écrasante domination grenobloise (21 tirs à 5 !).

Les Dragons semblent plus entreprenants au début de la seconde période. Horak est d’ailleurs sollicité d’entrée sur un tir de Thinel et il doit dans la foulée étendre sa jambière pour repousser une autre attaque rouennaise. Mais ce bon début de tiers est effacé d’un coup de crayon par un tir de Kyle Hardy qui vient se loger sous la barre après une ouverture de Chouinard (6-0, 21’48 »).

Au lieu d’enclencher une nouvelle dynamique, Rouen continue de s’enfoncer. Les Dragons repartent quand même à l’offensive sous l’impulsion du duo de la quatrième ligne, Vincent Nesa et Dan Koudys. Sur contre-attaques, les Rouennais semblent capables de débloquer leur compteur et c’est ce que Sacha Treille parvient à faire sur un palet relâché par Horak qui n’a pas pu complètement maîtriser un lancer de Dame-Malka (6-1, 25’59 »). Ce but anecdotique ne remet pas en cause la mainmise grenobloise, mais les débats s’équilibrent dans ce deuxième tiers-temps.

2016 12 11 Grenoble Rouen4Goličič tente de nouveau de tromper la vigilance de Gaubert d’un tir du revers puis Horak réalise un gros arrêt face à Thinel lequel avait été retenu par Baazzi. Les Dragons ont une opportunité en supériorité numérique mais Horak sort une mitaine spectaculaire face à Koudys. Le septième but grenoblois est au bout de la crosse de Favarin qui manque inexplicablement une cage grande ouverte sur un 3 contre 1. Finalement, les Rouennais se retrouvent à leur tour en supériorité numérique lorsque Miller accroche Miettinen. Le power-play grenoblois se retrouve pourtant en difficulté en laissant partir un 2 contre 1, mais Goličič réalise le geste défensif parfait pour neutraliser l’action rouennaise. Trop lents dans la circulation du palet, les Brûleurs de Loups n’arrivent pas à profiter de l’avantage numérique. Mais en maintenant l’écart de cinq buts acquis en fin de première période, ils ont rempli leur part du contrat dans ce deuxième tiers.

Pour reprendre espoir, les Dragons auraient besoin de marquer rapidement au début de la troisième période. Mais leur entame est de nouveau très mauvaise. C’est Grenoble qui met la pression d’entrée et la défense rouennaise est encore aux abonnés absents sur un 2 contre 0 emmené par Rodman et Chouinard. Rodman se charge de marquer d’un revers en lucarne alors que Gaubert avait anticipé la passe (7-1, 40’56 »). En roue libre, les Brûleurs de Loups obtiennent une nouvelle supériorité numérique lorsque Dorey accroche Miettinen. Le power-play grenoblois fait circuler le palet sans grande réussite. Mais au moment où Dorey revient sur la glace, Gaubert ne parvient pas à maîtriser le palet face à Kuralt qui marque de près en ayant le temps de reprendre deux fois son rebond (8-1, 43’32 »).

2016 12 11 Grenoble Rouen5Changement de rôle quelques instants plus tard avec une pénalité de Trabichet. Sur le power-play rouennais, Horak s’emploie pour détourner les puissants lancers de Dame-Malka. Mais c’est Rohat qui fait le spectacle en infériorité numérique en parvenant à remonter le palet jusqu’à la cage rouennaise et manquant de peu de marquer sur un subtil tir du revers.

Avec un score acquis depuis longtemps, la fin de match devient anecdotique. Kuralt, de près, butte sur Gaubert mais le buteur slovène tient son doublé quelques instants plus tard et marque dans une cage ouverte, profitant d’un palet récupéré par Miettinen sur une grossière erreur de relance de la défense rouennaise (9-1 à 55’35 »).

Le dernier but de la rencontre sera marqué par Matt Hussey qui parvient à dribbler Horak pour déposer le palet derrière la ligne alors qu’une pénalité était appelée contre Bisaillon (9-2, 56’48 »). Une dernière pénalité de Lampérier ne changera rien au résultat qui voir les Brûleurs de Loups s’imposer très largement.

2016 12 11 Grenoble Rouen7Grenoble a infligé une véritable correction à Rouen ce soir. Un fait suffisamment rare pour être souligné puisqu’il faut remonter au 13 septembre 1998 et un certain 13-1 infligé en début de saison pour trouver trace d’une telle déroute rouennaise sur la glace grenobloise. C’était encore à Clémenceau, une autre époque. En pleine confiance, les Brûleurs de Loups ont fait exploser les Dragons au cours des dix premières minutes du match, marquant sur quasiment chaque attaque et démontrant une réussite insolente en supériorité numérique. Par la suite, ils n’ont eu qu’à gérer, prenant un malin plaisir à faire gonfler le score jusqu’à un écart de sept buts.

Le festival slovène ce soir (doublés pour Rodman, Goličič et Kuralt) montre la diversité de l’attaque grenobloise puisque le meilleur compteur Eric Chouinard n’a même pas marqué ! Le collectif grenoblois n’a pas souffert des absences d’Abramov et Texier et les joueurs arrivent à parfaitement se trouver dans des combinaisons offensives qui sentent bon les automatismes. Avec cette treizième victoire en championnat (la quinzième en tout), Grenoble se rapproche inexorablement du podium. La trêve internationale sera bien méritée.

Pour les Dragons en revanche, c’est la soupe à la grimace. Rarement les champions de France en titre ont connu pareille déroute. L’avertissement de vendredi contre Amiens n’a servi à rien. Bousculés, désorganisés, les Rouennais semblaient avoir perdu tout repère en ce début de match et, plus grave, tout sentiment de révolte. Les absences de Coulombe et Langlais peuvent expliquer certainement une partie de la fébrilité défensive affichée ce soir. Mais même sans eux, les Dragons ont de la ressource dans leur effectif. Mais à part Olivier Dame-Malka, peu ont donné le sentiment de vouloir changer le cours des événements. Après cette grosse claque, une grosse remise en question s’impose pour Rouen dont l’effectif est pétri de talents individuels mais qui ne ressemblait pas à une équipe ce soir.

Désignés meilleurs joueurs du match : David Rodman (Grenoble) et Olivier Dame-Malka (Rouen)

(Photos Philippe Crouzet : http://www.ipernity.com/doc/182273/album/872520)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Le dernier match contre Chamonix malgré la victoire, il y avait énormément de déception dans le vestiaire après la troisième période, comme si on perdait. Les joueurs ont senti qu’on était passés à côté et on s’est dit qu’il fallait tourner la page, on avait un gros test dimanche et on joue comme on est capable pendant soixante minutes. J’étais vraiment fier de la façon dont l’équipe s’est comportée aujourd’hui sur la glace. On n’a jamais rien lâché. Même en troisième période à 6-1, on s’est dit c’est 0-0. C’est comme un match de play-offs, on va jusqu’au bout. La force de cette équipe c’est le caractère. On a inscrit un but, on a gardé le momentum, on a poussé. On a eu un peu de chance, le palet a bien bougé, le power-play depuis quelques matchs on était en difficulté, aujourd’hui c’était très positif. Quand on sort un gardien comme Sabourin après neuf minutes, on s’est dit qu’on avait fait le boulot et derrière on s’est pas arrêté, on a continué de bosser, on ne s’enflammait pas parce qu’on menait, on a gardé la même intensité, le même rythme. Quand tes quatre blocs fonctionnent comme ça, c’est vraiment un plaisir. Battre Rouen à domicile avec ce score-là, ça n’arrive pas chaque année. On ne les avait pas battus depuis six matchs à domicile, c’était aussi une motivation. »

2016 12 11 Grenoble Rouen6Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « Ça fait un petit bout de temps que ça nous pend au bout du nez, déjà prendre cinq buts contre Gap, cinq buts contre Amiens, neuf ce soir…. On peut montrer du doigt le gardien, c’est malheureux parce que j’ai été obligé de le retirer ce soir mais ce n’était pas que lui le responsable, il aurait fallu enlever quinze joueurs avec. Et quand on se présente à Grenoble sans travailler, le résultat est celui-là. Contre Amiens, on a eu quatre minutes de trou d’air, là il y en a eu soixante. Le résultat est bien mérité pour Grenoble. Après nos quatre jours off, il y a beaucoup de choses qui vont changer, j’ai beaucoup de confiance et de respect pour ce groupe, mais il faut que le respect aille dans les deux sens et ce soir ce n’est pas le cas, depuis quelques matchs ce n’est pas le cas non plus, maintenant c’est moi qui vais décider. Il n’y aura plus de cadeau tant qu’ils ne méritent pas. J’accepte les défaites quand on travaille fort, quand il y a des soirs où ça vous sourit un peu moins et que l’équipe adverse mérite plus mais ce soir on ne mérite rien, je suis vraiment déçu, j’ai honte de représenter Rouen ce soir pour tout ce qu’est le club. »

Olivier Dame-Malka (défenseur de Rouen) : « C’était un match difficile à expliquer, j’ai jamais joué dans un match comme ça, on n’avait aucune énergie. On dormait, eux ont beaucoup de talent et si on n’est pas là, on se fait marcher dessus et c’est ce qui est arrivé. Ça arrive dans une saison, une chance que c’est une saison de 44 matchs et non de 23, les derniers matchs, on a laissé beaucoup de buts, on n’était pas réveillé ce soir. J’ai essayé de resté positif, j’étais fâché mais j’essayais de pousser les gars, on l’a déjà fait contre Gap donc il y a toujours une arrière-pensée si les gars se réveillent et commencent à se défoncer, peut-être que… mais il n’y en a pas beaucoup qui ont réagi. »

 

Grenoble – Rouen 9-2 (5-0, 1-1, 3-1)
Dimanche 11 décembre 2016 à 15h à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli et Geoffrey Barcelo assisté de Matthieu Barbez et Joris Barcelo
Pénalités : Grenoble 10′ (6’, 2’, 2’), Rouen 18′ (10’, 2’, 6’)
Tirs cadrés : Grenoble 42 (21, 7, 14), Rouen 25 (5, 9, 11)

Évolution du score :
1-0 à 04’13 » : Goličič assisté de Rodman et Chouinard
2-0 à 06’21 » : Miettinen assisté de Rodman et Hardy (sup. num.)
3-0 à 08’14 » : Rodman assisté de Goličič et Trabichet (sup. num.)
4-0 à 08’33 » : Gauthier assisté de Miettinen et Kuralt
5-0 à 09’32 » : Goličič assisté de Bisaillon et Chouinard
6-0 à 21’48 » : Hardy assisté de Chouinard et Trabichet
6-1 à 25’59 » : S.Treille assisté de Miller et Dame-Malka
7-1 à 40’56 » : Rodman assisté de Gauthier
8-1 à 43’32 » : Kuralt assisté de Gauthier et Bisaillon
9-1 à 55’35 » : Kuralt assisté de Miettinen
9-2 à 56’48 » : Hussey assisté de Y.Treille et Perret

Grenoble

Attaquants :
Eric Chouinard (C) – Boštjan Goličič – David Rodman
Anže Kuralt (2’) – Sébastien Gauthier – Camilo Miettinen
Julien Baylacq – Christophe Tartari (A) – Mathias Arnaud
Jeoffrey Couvat ou Julien Munoz – Sébastien Rohat – Quentin Scolari (2’)

Défenseurs :
Kyle Hardy (2’) – Sébastien Bisaillon
Nicolas Favarin – Aziz Baazzi (2’)
Teddy Trabichet (A) (2’) – Stéphane Gervais

Gardien :
Lukáš Horák

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Norbert Abramov (blessé), Alexandre Texier (équipe de France U20), Rhett Bly (ligaments du genou)

Rouen

Attaquants :
Loïc Lampérier (4’) – François-Pierre Guénette (C) – Marc-André Thinel (4’)
Sacha Treille – Adam Miller (2’) – Jordann Perret
Joris Bedin – Dan Koudys [puis Damien Raux] – Yorick Treille (A)
Vincent Nesa – Dan Koudys – Matt Hussey (2’)

Défenseurs :
Florian Chakiachvili – Olivier Dame-Malka
Aurélien Dorey (2’) – Mark Matheson (2’)
Damien Raux – Patrick Koudys (2’)

Gardien :
Dany Sabourin [puis Julien Gaubert à 08’33 »]

Remplaçant : Camil Durand. Absents : Quentin Papillon (équipe de France U20), Fabien Colotti, Chad Langlais, Patrick Coulombe

Les commentaires sont fermés.

lectus felis ut vulputate, ipsum in