Grenoble – Rouen (Ligue Magnus, demi-finale, match 5)

44

Grenoble à une victoire de la finale !

Tout est à refaire dans cette série de demi-finale très indécise et fertile en rebondissements entre Grenoble et Rouen. Les Dragons avaient repris l’avantage de la glace dès la première rencontre de la série mais ils l’ont perdu samedi lors du match n°4 (0-3) après avoir pourtant infligé une vraie claque à leurs adversaires la veille (7-2) pour prendre les devants. Ce sont donc les trois prochaines rencontres qui vont décider de la place de finaliste avec de nouveau l’avantage de la glace pour Grenoble qui reçoit deux fois, à commencer par ce soir pour le match 5. Si Grenoble est au complet (avec Tartari aligné en défense !), on notera côté Rouen l’absence du défenseur Olivier Dame-Malka, resté à l’hôtel pour cause de gastro-entérite.

2017 03 22 Grenoble Rouen1Si la première banderille du match est à mettre à l’actif de Chakiachvili, ce sont les Brûleurs de Loups qui portent rapidement le danger devant la cage rouennaise avec notamment Matthias Arnaud à l’affut devant Sabourin. Mais Sacha Treille donne le ton physiquement de la rencontre avec une grosse charge sur Arnaud derrière la cage.

Les Grenoblois semblent décidés à prendre possession du palet et campent dans la zone rouennaise au cours des premières minutes. Sabourin doit s’employer sur un bon lancer de Hardy, le palet revient dans le jeu pour Arnaud tout seul devant le slot mais Sabourin parvient à s’imposer face à l’attaquant grenoblois. Une grosse occasion iséroise qui symbolise la souffrance des défenseurs rouennais en ce début de match. Texier tente d’en remettre une couche mais il bute sur Sabourin, décidément très sollicité. Sur l’engagement qui suit, Texier glisse le palet à Kuralt mais Lampérier se fait sanctionner pour un cinglage sur la crosse de l’attaquant slovène. Première supériorité numérique pour Grenoble qui installe son jeu de puissance avec une grosse pression du premier bloc mais c’est le deuxième qui conclut : Texier ressort le palet à la bleue pour Bisaillon dont le tir est repoussé par Sabourin. Kuralt à l’affût devant le slot ouvre le score au rebond (1-0, 09’08 »).

2017 03 22 Grenoble Rouen2Les Brûleurs de Loups prennent donc les commandes et les Dragons réagissent enfin avec une contre-attaque de Coulombe qui se faufile au milieu de la défense. Avertissement sans frais car Horak s’interpose bien à propos. Le portier tchèque doit remettre ça quelques instants plus tard sur deux lancers coup sur coup de Hussey, laissé libre de ses mouvements par la défense grenobloise.

Les Rouennais sont présents par intermittence dans la zone offensive même s’ils subissent la plupart du temps, pressés en zone neutre par des Isérois plus énergiques. Grenoble concède plus d’occasions avec un lancer de Chakiachvili dévié au-dessus de la cage d’Horak. Texier insiste au près devant la cage rouennaise mais Sabourin bloque le palet. Quelques frictions entre Dorey et Miettinen rappellent l’atmosphère des play-offs. Pendant de longues secondes, les Grenoblois maintiennent le palet dans la zone rouennaise. Les Dragons ne parviennent pas à se dégager et finissent par concéder un but sur un lancer limpide de Bisaillon (2-0, 16’40 »).

Mais la réaction rouennaise ne se fait pas attendre : sur l’engagement, Rouen amène le palet en zone offensive et Sacha Treille marque du revers sur un lancer anodin que Horak ne parvient pas à capter de la mitaine (2-1, 17’07″). Malgré ce but « casquette », les Brûleurs de Loups repartent tout de suite à l’assaut de la cage rouennaise : Sabourin essuie une série de tirs lointains et doit se démener pour les repousser au milieu d’une défense rouennaise bien passive. Yorick Treille est pénalisé pour une obstruction sur Baylacq en fin de tiers. Grenoble n’est finalement pas bien payé de son énorme domination pendant vingt minutes avec un écart de seulement un but au tableau d’affichage.

2017 03 22 Grenoble Rouen3Grenoble évolue en supériorité numérique au début de la deuxième période mais ne profite pas de l’opportunité. À cinq contre cinq, Yorick Treille lance la charge pour des Dragons qui semblent dans de meilleures dispositions qu’au premier tiers-temps. Mais les Brûleurs de Loups ne sont pas en reste et Sabourin doit sortir une belle mitaine sur un bon lancer de Bly.

Les débats sont plus équilibrés dans ce deuxième tiers avec deux équipes plus appliquées défensivement et une équipe de Rouen qui n’hésite pas à aller près de la cage de Horak, à l’image de Coulombe qui tente de se frayer un chemin jusqu’à la cage. Quelques frictions entre Texier et Sacha Treille amènent les deux joueurs en prison. À quatre contre quatre, Miettinen et Kuralt s’offrent un joli numéro devant la cage rouennaise. Kuralt, sonné sur l’action, mettra quelques instants à reprendre ses esprits. Grenoble reste très actif avec Goličič qui lance à la cage et Sabourin est obligé de dévier de l’épaule.

Le rythme est enlevé et le palet va rapidement d’une cage à l’autre. Rouen obtient une belle occasion d’égaliser lorsque Texier reçoit une pénalité pour retard de jeu. Mais les Dragons mettent très longtemps à s’installer et ne parviennent pas à garder durablement la rondelle en zone d’attaque grâce à un bon travail du boxplay grenoblois.

2017 03 22 Grenoble Rouen4Les Brûleurs de Loups tentent de faire le break sur une remontée de palet de Chouinard avec Goličič présent au rebond. Mais les approximations sont de plus en plus nombreuses et rares sont les actions qui vont vraiment inquiéter les deux gardiens. Et alors que Perret et Miller s’offrent une occasion très dangereuse sur la cage grenobloise, le contre est fatal aux Dragons : Tartari remonte le palet le long de la bande, temporise et centre en retrait pour Chouinard tout seul qui peut s’avancer tranquillement face à la cage et déjouer Sabourin d’un dribble parfaitement maitrisé (3-1, 35’32 »). Ce but permet aux locaux de prendre leurs distances mais Rouen réagit immédiatement en portant le danger en zone offensive.

Terglav prend un temps mort pour reposer ses joueurs suite à une longue présence sur la glace. Mais les Dragons insistent et les Brûleurs de Loups sont constamment repliés en défense. Sacha Treille, en très bonne position face à la cage, manque le cadre. L’international rouennais remet ça comme Grenoble n’arrive toujours pas à sortir le palet de sa zone : Sacha Treille marque sur un lancer lointain alors que Horak était gêné par Matheson (3-2, 38’07 »). Dans la dernière minute, Dorey est pénalité pour une faute en zone offensive. Grenoble installe rapidement le jeu de puissance mais ne parvient pas à trouver une position de tir.

2017 03 22 Grenoble Rouen5Comme au début de la seconde période, Grenoble commence en supériorité numérique le troisième tiers et manque de très peu de marquer un quatrième but par Hardy qui voit ses deux lancers repoussés coup sur coup par Sabourin. Cette chaude alerte repoussée, les Dragons peuvent repartir à l’attaque avec une belle remontée de palet de Matheson qui teste la vigilance de Horak.

Curieusement, les Brûleurs de Loups sont les plus entreprenants dans ce troisième tiers avec une bonne maîtrise du palet et une volonté de maintenir le jeu dans la zone rouennaise. Un pressing bien près de payer sur une bonne action de Miettinen autour de la cage. Une accrochage entre Chouinard et Dorey envoie ce dernier en prison. Nouvelle supériorité numérique pour Grenoble qui a l’occasion de prendre une avance décisive. Mais c’est Rouen qui se procure les meilleures occasions avec deux breaks successifs de Lampérier et Colotti qui perdent leur duel avec Horak.

On sent les Grenoblois plus fébriles sur un engagement gagné par Miller, ce dernier parvient à se frayer un chemin jusqu’au but et manquer de très peu le cadre, accroché au passage par Rohat qui est sanctionné. Après une supériorité numérique très mal gérée, les Brûleurs de Loups se retrouvent même en infériorité numérique. Rouen n’arrive pas à en profiter malgré une bonne circulation du palet en zone offensive.

2017 03 22 Grenoble Rouen6Echaudés, les coéquipiers de Chouinard se montrent plus prudents défensivement avec un bon travail de pression sur le porteur du palet rouennais, se procurant au passage une belle occasion par Goličič dont le tir du revers est repoussé de la jambière par Sabourin. Puis c’est au tour de Miettinen de manquer l’occasion de tuer le match.

Pas vraiment inquiété au cours des dernières minutes, Horak profite de l’excellent travail de ses coéquipiers pour maintenir le jeu en zone offensive. Mais la moindre perte de palet peut être dangereuse : Colotti et Raux s’échappent à deux contre un mais Horak réalise un gros arrêt. Quelques instants plus tard, c’est Guénette qui manque de peu le cadre sur une déviation face à la cage. Horak omniprésent en fin de match, et précieux face à Lampérier eu rebond. Horak dévie encore de l’épaule un lancer de Hussey. Finalement, Lhenry décide de demander un temps mort et de sortir son gardien pour jouer le surnombre. Mais Rohat parvient à chiper le palet en zone offensive et part seul marquer dans la cage vide (4-2, 58’56 »).

La victoire semble désormais acquise aux Grenoblois mais Rouen ne renonce pas : Lhenry sort de nouveau son gardien et Perret profite des espaces laissés par la défensive grenoblois pour servir sur un plateau Matheson qui n’a plus qu’à pousser le palet au fond des filets (4-3, 59’30 »). Le suspense est donc de nouveau de mise pour les trente dernières secondes. Pôle Sud tremble sur le dernier lancer non cadré de Yorick Treille mais le buzzer vient libérer les Brûleurs de Loups !

Auteurs d’un excellent début de match, les Brûleurs de Loups ont étouffé les Dragons dans le premier tiers-temps. Avec une avance rapide de deux buts (dus en grosse partie à un pressing de tous les instants et à un Bisaillon en feu), ils ont fait la course en tête même si Rouen est resté au contact en revenant à chaque fois à un but grâce à l’opportunisme de Sacha Treille, toujours dans les bons coups même s’il est bien aidé par Horak sur le premier but. Mais les Grenoblois n’en voudront pas à leur portier qui les a sauvés au troisième tiers-temps en repoussant de nombreuses opportunités d’égalisation sur des face-à-face alors que Rouen revenait fort. Une belle manière de se racheter et de montrer qu’il est un élément clé pour Grenoble pendant ces play-offs. La réaction rouennaise en deuxième partie de match et la fin de match une nouvelle fois à suspense montre cependant que les Dragons sont toujours là même si pour la première fois de la série, c’est Grenoble qui mène (3-2) et aura une première opportunité de se qualifier en finale dès vendredi à l’Ile Lacroix.

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « Les gars ont tellement travaillé fort et voulaient tellement cette victoire qu’elle est méritée. On voulait continuer sur la lancée du quatrième match où on avait fait le travail qu’on voulait faire, mettre la pression sur leur défense, patiner beaucoup. En première période, on a fait exactement ce qu’on voulait, on sentait qu’on avait plus de jus qu’eux, mais après contre Rouen, c’est jamais fini, c’est pour ça qu’on a essayé de garder le même rythme pour avoir le succès. C’est l’équipe qui va être prête à mourir sur la glace qui va passer, c’est comme ça. Maintenant ce sont eux qui ont la pression chez eux, il faut qu’ils gagnent. Pour nous, l’important, c’est qu’au prochain match à Rouen on donne le même effort qu’on a donné pendant tout le reste de la saison. Tout le monde pense à l’équipe, à cette histoire qu’on vit tous ensemble, les gars veulent tout faire les uns pour les autres, c’est plaisant pour moi. »

Fabrice Lhenry (entraîneur de Rouen) : « On a fait une entame de match catastrophique, on ne s’est vraiment pas présenté, on a été asphyxiés, la seule chose positive c’est qu’on ne sort qu’à 2-1 après le premier tiers, il y aurait pu avoir 4-0 et c’était pareil. On marque un but chanceux et notre gardien a bien résisté parce qu’on n’était vraiment pas présent. On a été très passif sur tous les palets libres, on n’était pas les premiers, même en possession du palet on ne prenait pas de décision rapide, Grenoble est sorti très fort et la période était très longue. Après, on a bien réagi, on était mieux défensivement au deuxième tiers, on a réussi à se créer des occasions, sur un contre on prend malheureusement ce troisième but et après c’était difficile de revenir au score. Heureusement que les joueurs ont du caractère et ont réagi, mais on ne pourra pas faire la même entame de match vendredi, sinon la saison va s’arrêter vite. »

Christophe Tartari (attaquant de Grenoble) : « On a réussi à revenir deux fois dans cette série, on a montré beaucoup de caractère, ce soir on avait à cœur de prendre l’avantage. On a deux balles de match mais on compte bien finir ça à Rouen, on est motivé. Place à la récup, on est très content du résultat ce soir mais on ne se satisfait pas de ça, forcément. On sera prêt à Rouen. Ça passera par un gros bloc défensif, les cinq joueurs présents sur la glace regroupés, laisser le moins d’espace possible et protéger le devant de la cage et Lukas. Rouen est une équipe qui aime avoir le palet, qui est très forte techniquement, donc on se concentre sur être solide défensivement, tenir le maximum de temps et on sait que nos chances vont venir et c’est là qu’il faut être décisif et c’est ce qui s’est passé sur le match n°4. À nous de rester sur cette ligne de conduite et ne pas faire comme au troisième match où on a voulu jouer, faire du jeu, et où on s’est fait sanctionner immédiatement. Quand ils ne sont pas en plein contrôle, il faut les presser pour qu’ils aient moins de temps de faire les jeux. Si on est plus agressifs sur eux, ils ont moins d’espace et ils font des erreurs. »

Sébastien Bisaillon (défenseur de Grenoble) : « Rouen va jouer de façon désespérée, ils sont dos au mur, on sait à quoi s’attendre. On doit jouer de la même façon qu’eux au prochain match, même si on est devant 3-2, on doit aussi jouer de façon désespérée, on doit jouer du hockey de play-offs et de penser seulement qu’au prochain match, on ne doit pas regarder dans l’avenir, une présence à la fois, une période à la fois, c’est comme ça qu’on attaque le prochain match. Il n’y a jamais eu de doute au sein du groupe, la défaite 7-2 a fait mal mais c’était une défaite comme les autres malgré le score, on a fait les ajustements nécessaires et on a vu notre force de caractère le lendemain. »

 

Grenoble – Rouen 4-3 (2-1, 1-1, 1-1).

Mercredi 22 mars 2017 à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3500 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Geoffrey Barcelo assistés de Matthieu Barbez et Yann Furet
Pénalités : Grenoble 8′ (0’, 4’, 4’), Rouen 10’ (4’, 4’, 2’)
Tirs : Grenoble 27 (15, 4, 8), Rouen 23 (6, 6, 11)

Évolution du score :
1-0 à 09’08 » : Kuralt assisté de Bisaillon et Texier (sup. num.)
2-0 à 16’40 » : Bisaillon assisté de Goličič et Arnaud
2-1 à 17’07 » : S.Treille assisté de Guénette
3-1 à 35’32 » : Chouinard assisté de Tartari et Rodman
3-2 à 38’07 » : S.Treille assisté de Chakiachvili et Matheson
4-2 à 58’56 » : Rohat assisté de Arnaud et Bisaillon (cage vide)
4-3 à 59’30 » : Matheson assisté de Perret et Lampérier

 

Grenoble

Attaquants :

Eric Chouinard (C) – Boštjan Goličič – David Rodman
Camilo Miettinen – Alexandre Texier (4’) – Anže Kuralt
Norbert Abramov – Sébastien Gauthier – Rhett Bly
Julien Baylacq – Sébastien Rohat (2’) – Mathias Arnaud

Défenseurs :

Kyle Hardy – Sébastien Bisaillon
Teddy Trabichet (A) (2’) – Christophe Tartari (A)
Nicolas Favarin – Aziz Baazzi
Stéphane Gervais

Gardien :

Lukáš Horák

Remplaçants : Antoine Bonvalot (G), Quentin Scolari.

Rouen

Attaquants :

Jordann Perret – Adam Miller – Marc-André Thinel
Loïc Lampérier (2’) – François-Pierre Guénette (A) – Sacha Treille (2’)
Joris Bedin – Matt Hussey – Dan Koudys
Fabien Colotti – Damien Raux – Yorick Treille (A) (2’)

Défenseurs :

Florian Chakiachvili – Mark Matheson
Aurélien Dorey (4’) – Chad Langlais
Patrick Coulombe (C) – Patrick Koudys

Gardien :

Dany Sabourin [sorti de 58’46 » à 60’00 »]

Remplaçants : Quentin Papillon (G), Vincent Nesa. Absent : Olivier Dame-Malka (malade).

Les commentaires sont fermés.

Phasellus venenatis Nullam accumsan ut lectus leo. et, risus.