Nottingham – Mountfield HK (CHL, groupe F, 3e journée)

48

Cette nouvelle édition de la CHL a le mérite de nous offrir des affiches inattendues. Entre nous soit dit, nous n’aurions guère parié sur un fort intérêt sportif à l’occasion de cette rencontre de la troisième journée opposant Nottingham à Mountfield HK. Pourtant, ce match représente étonnamment un enjeu fort pour la qualification au tour suivant.

Le tirage au sort du groupe F laissait à vrai dire supposer une lutte à 3 équipes où les Tchèques de Hradec Králové devaient défendre leur chance. Et la convaincante victoire initiale face au TPS Turku (5-1) allait pleinement en ce sens. Seulement à la surprise générale, les Britanniques de Nottingham ont décidé de jouer les trouble-fête là où ils n’étaient absolument pas attendus ! Les Panthers, qui doivent leur présence au gain de la dernière coupe Continentale, ont évité le rôle de sparring-partner. Opposant une résistance plus qu’honorable en Suisse face au désormais leader du groupe (défaite 5-2 à Berne), Nottingham tient ensuite son (premier ?) exploit de la compétition en allant s’imposer 2-4 sur la glace de Mountfield, devenant le premier représentant EIHL à remporter un match de CHL à l’extérieur.

C’est donc à égalité de points (une victoire, une défaite) que les deux équipes se retrouvent à la Motorpoint Arena, avec un esprit revanchard côté tchèque, et une volonté anglaise de repousser encore les limites de la logique sportive. Pour ce faire, Nottingham compte sur un atout supplémentaire, en la ferveur de son public. Depuis sa création, l’organisation de la compétition est quasiment tombée en amour pour les supporters des représentants EIHL qui se sont succédé, avec de superbes affluences à domicile, et des groupes à la mentalité irréprochable en déplacementspartout en Europe. De quoi apporter un vent de fraîcheur là où bien des patinoires de cette ligue européenne peinent à attirer le public.

Ce soir, le public s’est à nouveau pressé pour soutenir les Panthers au son d’ouverture de « I just can get enough » du groupe Depeche Mode, la ritournelle rituelle dans l’enceinte locale. Cette partie prend d’autant plus d’importance que le TPS Turku a débloqué l’après-midi même son compteur en s’imposant à domicile face à Berne (3-1), rendant le groupe plus indécis que jamais.

Le premier lancer de la rencontre est à mettre au crédit de Mountfield, lancer capté par le gardien canadien Michael Garnett qui avait sorti une extraordinaire partie à l’aller. Le début de match se veut très timide, les deux formations se jaugeant énormément et le jeu se neutralise. La défense tchèque ne montre pourtant pas des signes d’assurance sur deux pertes dangereuses de palet, mais les joueurs locaux n’en profitent pas. Cela donne des idées aux attaquants adverses et tour à tour Rudolf Červený et Jaroslav Dvořák butent sur Garnett.

La meilleure opportunité intervient à mi-tiers, quand sur un nouveau puck perdu par le MHK, Lindhagen remet à Jeffrey Brown en excellente position, mais Jaroslav Pavelka dévie d’un réflexe de la botte. Nottingham est sur un temps fort, pourtant Miškař se montre dangereux en contre. S’ensuit un nouveau lancer dangereux de Brown depuis l’aile. Dans ce match plutôt fermé, la première pénalité appelée contre Köhler représente sans doute un moyen de débloquer la situation. Mais, gênés par un pressing haut de Mountfield, les Britanniques ne parviennent pas à s’installer. Pire encore, ils s’exposent au contre de Jiří Šimánek, sans succès. C’est finalement au retour à cinq contre cinq qu’ils reprennent la main mise sur le palet, sans pour autant convertir la moindre situation ne serait-ce qu’en occasion de but, et ce jusqu’à la pause.


La deuxième période démarre sur une envie manifeste des hommes de Corey Neilson d’accélérer et de prendre le jeu à leur compte. Cela débute par un lancer à la bleue d’Evan Mosey dévié par Pavelka. Si les joueurs de Mountfield s’en sortent sur une longue séquence dans leur zone, ils voient la pression s’intensifier par Betteridge puis Mark Derlago. Le « Top Scorer » local Josh Shalla, co-meilleur buteur de la compétition après 2 rencontres et 4 buts, part ensuite dans une série de dribbles mais ne parvient pas à faire le dernier geste, juste avant que le Suédois Lindhagen ne se retrouve à deux doigts de pousser la rondelle derrière la ligne suite à un palet venant d’un tour de cage. En souffrance, Hradec Králové tente timidement de réagir par Gregorc depuis la ligne bleue. Mais au retour sur la cage tchèque, le jeu se durcit et on brasse bien au-delà de la légalité : Phillips et Gregorc sont pénalisés, offrant une situation de 4 contre 4 qui apparaît comme une vraie respiration pour la formation tchèque. Son « Top Scoreur » Roman Kukumberg part seul affronter Garnett qui couvre le palet. Mislav Rosandič portera à son tour le danger.

La situation se retourne à nouveau au retour au complet, d’abord par une nouvelle opportunité pour Derlago, puis sur un travail de Shalla qui joue sur le portier, Timothy Billingsley est à la lutte au rebond. Au terme d’un cafouillage dans une forêt de jambes, Yann Sauvé offre l’ouverture du score aux Panthers, plutôt méritée (1-0, 33’12’’). En délicatesse, Mountfield trouve une planche de salut quand Lindhagen est sanctionné pour crosse haute. Et après avoir peiné à s’installer en zone offensive, c’est finalement un superbe jeu à trois conclu par Tomáš Zigo qui vient remettre les équipes à égalité (1-1, 35’48’’). Cela a eu le mérite de relancer totalement les blancs, qui poussent à présent et obligent Garnett à s’employer à plusieurs reprises, renvoyant les deux formations aux vestiaires sur un score de parité.


C’est sur cette même incertitude que se lance le troisième tiers-temps. Le palet circule dans les deux sens du jeu jusqu’à ce que Mokshantsev et Derlago se signalent sur une phase de jeu qui se termine par une cage tchèque désoclée. Une première alerte annonciatrice du plus grand trou d’air des pensionnaires d’Extraliga dans cette rencontre : quelques secondes plus tard, la défense perd un énième palet sous la pression. David Clarke se retrouve en position préférentielle, il prend le temps d’ajuster un Pavelka délaissé, et Nottingham reprend les devants (2-1, 46’03’’). Bis repetita une minute plus tard, Mountfield désire réagir instantanément mais la relance est troublée par un gros forecheck britannique. Evan Mosey est trouvé sur le côté et il trompe le portier tchèque dans une ambiance folle (3-1, 47’20’’).

Ces deux buts coup sur coup fragilisent des Lions pourtant disposés à poser leur jeu, mais paniqués totalement sur chaque remontée de palet adverse. Nottingham est en position de force dans la partie, et va vérifier l’adage selon lequel le meilleur ennemi reste soi-même. Quand Brett Perlini est sanctionné pour 2 minutes, les Panthers parviennent solidement à tuer la pénalité. En revanche, Nottingham est coupable d’un relâchement évident juste après le retour à 5 contre 5. Sans pression, Lukáš Cingel fait tranquillement le tour de la cage, il passe à Filip Jirásek totalement oublié par la défense, qui n’a plus qu’à glisser le palet entre les jambières de Garnett (3-2, 51’51’’).

À l’expérience, Hradec Králové comprend qu’il est alors temps de faire balbutier le hockey local. Derlago est poussé à une faute pourtant largement évitable, et à peine le jeu de puissance installé que depuis la bleue Pavlík trompe Garnett, pour une fois assez vulnérable (3-3, 52’47’’). À sept minutes du terme, la forte volonté de Nottingham s’est vue dominée par un pêché d’inexpérience du plus haut niveau, et tout est à refaire. On peut même s’attendre à ce que les favoris accélèrent pour enfoncer le clou, mais il n’en sera rien en réalité. Dans le money time, Nottingham tient une chance quand Lukáš Vopelka est pénalisé, d’autant plus sur une situation discutable où le Québécois Raphaël Bussières s’en sort bien. Corey Neilson prend un temps mort pour organiser le power play, mais celui-ci bien qu’installé ne sera guère fructueux. Dans les toutes dernières minutes, Blaž Gregorc est coupable d’un palet perdu derrière sa cage, mais la star locale Robert Lachowicz ne conclue pas. Ensuite Brett Perlini lève les foules sur un gros travail en solitaire, mais il n’est pas récompensé et Pavelka s’interpose. Le MHK joue sur son repli et tente des coups en contre comme Vopelka à 40 secondes du terme, sans réussite. À l’issue du temps réglementaire, les deux équipes ne se sont pas départagées, et les acteurs sont poussés à jouer la prolongation à 3 contre 3.

Celle-ci ne vaut aucunement un paragraphe : elle débute à peine que Derlago cristallise l’attention de deux hommes sur lui, transmet dans l’axe à Yann Sauvé, spécialiste des unités spéciales. Celui-ci observe Pavelka et le prend à revers sur un lancer, s’offrant un doublé synonyme de victoire pour les Panthers (4-3, 60’09’’).


L’impression sur cette rencontre est assez étrange. Nottingham vient de réaliser un nouvel exploit, pourtant sur le déroulé on en viendrait presque à faire la fine bouche en regrettant ce point perdu, une impression sans doute renforcée par le caractère express du temps supplémentaire (9 secondes). Il a manqué un peu d’expérience aux Britanniques pour ne pas laisser échapper une victoire à 3 points qui était largement à leur portée. Bilan parfaitement inverse pour Hradec Králové. Les Tchèques ont été étonnamment dominés, semblant à court de rythme. Ils se sont notamment montrés coupables de pertes de palet assez effroyables dans leur propre zone. C’est bien à l’habitude du haut-niveau qu’ils doivent ce point de la prolongation. Un point qui pourrait valoir cher au moment de la décision dans ce groupe F où tout reste à faire (les 4 équipes se tiennent en 3 points), et où personne n’aurait misé sur une deuxième place occupée par Nottingham à mi-parcours. De quoi légitimer un peu plus la présence régulièrement décriée des représentants des ligues plus modestes dans cette compétition.

Désignés hommes du match : Yann Sauvé pour Nottingham, Tomáš Zigo pour Mountfield


Nottingham – Mountfield 4-3 après prolongation (0-0, 1-1, 2-2, 1-0)

Jeudi 31 août 2017 à 19h00 à la Motorpoint Arena.
Arbitrage de Marc Iwert (GER) et Liam Sewell (GBR) assistés d’Andrew Dalton (GBR) et Danny Beresford (GBR).
Pénalités : Nottingham 8′ (0′, 4′, 4′), Mountfield 6′ (2′, 2′, 2′)
Tirs cadrés : Nottingham 31, Mountfield 28.

Évolution du score :
1-0 à 33’12 » : Sauvé assisté de Billingsley
1-1 à 35’48 » : Zigo assisté de Šimánek et Kukumberg (sup. num.)
2-1 à 46’03 » : Clarke assisté de Brown
3-1 à 47’20 » : Mosey assisté de Farmer et Betteridge
3-2 à 51’51 » : Jirásek assisté de Zigo et Cingel
3-3 à 52’47 » : Pavlík assisté de Vopelka (sup. num.)
4-3 à 60’09 » : Sauvé assisté de Derlago


Nottingham

Attaquants :
Steve Lee (C) – Zackary Phillips (2′) – Raphaël Bussieres
Dan Spang – Joshua Salla – Tim Billingsley
Evan Mosey – Per Erik Gustav Lindhagen (2′) – Mathieu Gagnon
Aleksander Mokshantsev – Oliver Betteridge

Défenseurs :
Yann Sauvé – Mark Derlago (2′)
Brett Perlini (2′) – Robert Farmer
David Clarke – Jeffrey Brown (A)
Rob Lachowicz

Gardien :
Michael Garnett

Remplaçants : Sam Gospel (G), Jordan Kelsall, Joshua Tetlow.

Mountfield HK

Attaquants :
Lukáš Vopelka (2′) – Filip Pavlík – Rudolf Červený
Jiří Šimánek – René Vydarený – Zdeněk Čáp
Tomáš Zigo – Mislav Rosandič – Filip Jirásek
Jaroslav Dvořák – Lukáš Nedvídek

Défenseurs :
Blaž Gregorc (2′) – Andris Džerinš
Bedřich Köhler (2′) – Roman Kukumberg
Lukáš Cingel – Jindřich Barák
Mikuláš Pohl – Patrik Miškař

Gardien :
Jaroslav Pavelka

Remplaçants : Jakub Sedláček (G), Dominik Graňák.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

felis sem, dictum sit facilisis id at