Le meilleur coach de NHL 2015 en France : interview

596

Ce n’est pas tous les jours qu’un entraîneur vainqueur de la Coupe Stanley (Colorado 2002) et récipiendaire du trophée Jack Adams de meilleur coach de NHL (Calgary 2015) débarque en France. A fortiori quand il s’agit d’un francophone ! L’occasion était trop belle de nous entretenir avec Bob Hartley, sélectionneur de la Lettonie, dont vous retrouvez les propos un peu plus bas. 

Ne négligeons pas totalement, toutefois, le résumé du match entre les deux vainqueurs de la première journée du tournoi Euro Ice Hockey Challenge à Cergy. Chaque équipe a changé de gardien. L’expérimenté Robert Kristan prend place dans les cages slovènes, tandis que la Lettonie enregistre les débuts internationaux de Rihards Cimermanis, un gardien de 24 ans qui n’a jusqu’ici évolué que dans le championnat national. En août, il a joué et remporté la Baltic Challenge Cup avec l’équipe B lettone.

Les deux portiers vont vite concéder un but chanceux. Kristan est transpercé par un lancer de la ligne bleue de Kristaps Zile en déséquilibre de Kristaps Zile : le défenseur de 19 ans du Dinamo Riga est relevé et félicité par ses coéquipiers parce qu’il vient de marquer son premier but en équipe nationale. Cimermanis est quant à lui battu côté mitaine par un lancer à mi-distance de Rok Ticr (1-1).

Si la première période est assez fluide, la deuxième est plus tendue et hachée avec des pénalités qui s’accumulent. La Lettonie prend ainsi l’avantage sur une double supériorité numérique, avec Golicic et Podlipnik en prison, grâce à un tir à mi-distance de Roberts Bukarts (2-1). Jusqu’à ce 2’+10′ qui a handicapé son équipe, il faut souligner le rôle important pris en peu de temps par Matic Podlipnik dans cette sélection de Slovénie, où il figurait en première ligne et en powerplay : l’ancien défenseur lyonnais, révélé depuis le début de saison dernière avec sa désignation dans l’équipe-type de Ligue Magnus de Hockey Archives, est à plus d’un point par match cette saison au deuxième niveau tchèque.

Pour mieux préparer les Jeux olympiques, la Slovénie est la seule nation à avoir emmené trois gardiens. Il est donc logique de faire jouer les trois, et Gasper Kroselj fait donc son entrée en jeu à son tour à cinq minutes de la fin du deuxième tiers-temps. Malheureusement pour lui, il doit comme ses collègues encaisser un but rapide. Il ne peut rien y faire car l’envoi de la ligne bleue d’Arturs Salija est parfaitement dévié par Oskars Batna (3-1).

Les Slovènes, peut-être émoussés de leurs efforts d’hier soir contre la France, ne semblent guère en mesure de refaire ce retard de deux buts. La Lettonie contrôle la dernière période sans grande difficulté. Quand le sélectionneur finlandais Kari Savolainen demande un temps mort à deux minutes de la fin, son équipe met tout de suite plus de gnac, décidée à jeter ses dernières forces dans la bataille. Mais ce sont bien les Baltes qui ont le dernier mot avec un but en cage vide de Frenks Razgals (4-1).

Désignés joueurs du match : Rok Ticar pour la Slovénie et Roberts Bukarts pour la Lettonie.

Interview d’après-match de Bob Hartley (entraîneur de la Lettonie)

– Êtes-vous satisfait de la performance de votre équipe dans ce tournoi

On a beaucoup de jeunes, l’équipe amenée ici a une moyenne d’âge de 22 ans. C’est ce qu’on voulait pour analyser la force de ces jeunes. On a trois-quatre vétérans pour les encadrer. Hier, nous avons fait beaucoup d’erreurs défensives, mais aujourd’hui c’était beaucoup mieux.

– Vous avez même pris des joueurs parfois plus âgés du championnat letton (Gricinskis et Zolmanis) : c’est important pouvoir d’élargir le cadre ?

Dans un petit pays comme la Lettonie, on n’a pas le droit d’échapper un joueur, il faut les connaître tous. C’est une nouvelle fédération, une nouvelle vague. C’est un processus de longue haleine. On n’a pas 3000 professionnels, on n’a pas un gros bassin de joueurs. On bâtit une banque de données des joueurs, et la meilleure façon de les connaître, c’est de les mettre sur la glace.

Entre mon arrivée au camp en février et le mois de mai, on a vu 50 à 55 joueurs en bout de ligne. On a encore plusieurs nouveaux, on continue d’approfondir la connaissance. Les joueurs sont dispersés dans tous les pays, cela rend la tâche difficile.

– Vous avez distribué des questionnaires de 7 pages aux joueurs à votre arrivée, c’est votre méthode habituelle ?

Oui. Le but est de connaître les joueurs, mais aussi leur famille, leurs enfants, leurs idoles, ce qu’ils aiment ou qu’ils n’aiment pas. On ne motive pas que des joueurs, on motive des personns. Ce sont des informations de vie basiques, rien de secret, mais plus vite j’apprend à les connaître, mieux c’est.

– Quels joueurs connaissiez-vous avant de devenir entraîneur de la Lettonie ?

Deux. J’avais dirigé Sandis Ozolins en NHL avec l’Avalanche du Colorado entre 1998 et 2000, et j’ai dirigé Ronalds Kenins avec Zurich en 2011/12. C’est à peu près tout ce que je connaissais du hockey letton. J’adore cette expérience, c’est fabuleux. Riga est une ville magique, les gens sont gentils et aiment le hockey.

– C’était une volonté d’entraîner une équipe nationale ?

Oui, c’est quelque chose que je voulais vivre. J’ai entraîné en NHL, dans les ligues nord-américaines, en Suisse. Travailler pour une nation, c’est une expérience différente. J’avais déjà vu des matchs de championnat du monde, mais je n’avais jamais été impliqué.

Dans mes besognes avec la fédération, j’aide aussi au développement des jeunes, du hockey mineur. J’ai une grosse école de hockey l’été aux États-Unis. J’aime travailler avec les 12-15 ans, cela me garde jeune.

– Jusqu’où peut aller la Lettonie ?

Il ne faut jamais se fixer de limites. On ne sait pas ce qui peut arriver dans une compétition. La Lettonie est reconnue comme un pays de gros travailleurs. On travaille le conditionnement, le développement des jeunes, le système.

– Vous avez resigné un contrat de cinq ans, c’est pour vous engager sur du long terme ?

Mon contrat me permet de diriger dans des championnats en Europe. J’ai déjà eu des offres, même si ce n’était pas la priorité. À 57 ans, je me sens en grande forme, je peux aussi travailler pour un club en parallèle.

– Le Dinamo Riga vous a fait une proposition.

J’avais rencontré le président lors des championnats du monde, mais il n’y a pas eu d’entente. C’est comme ça, c’est du business.

Photos d’Emmanuel Giraudeaux

Lettonie – Slovénie 4-1 (1-1, 2-0, 1-0)
Vendredi 10 novembre 2017 à 16h30 l’Aren’Ice de Cergy. 122 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek et Pierre Dehaen (FRA) assistés de Yann Furet (FRA).
Pénalités : Lettonie 8′ (2′, 4′, 2′) ; Slovénie 18′ (0′, 8’+10′, 0′).
Tirs : Lettonie 23 ; Slovénie 19.

Évolution du score :
1-0 à 02’31 : Zile assisté de Gricinskis
1-1 à 06’15 : Ticar assisté de Sabolic et Kovacevic
2-1 à 29’46 : Ro. Byukarts assisté de Balinskis (double sup. num.)
3-1 à 36’13 : Batna assisté de Salija
4-1 à 59’01 : Razgals (cage vide)

Lettonie

Attaquants :
Gunars Skorcovs (-1) – Oskars Batna – Maris Bicevskis (A, -1)
Roberts Bukarts (C, +1) – Rodrigo Abols – Rihards Bukarts (+1, 2′)
Emils Gegeris (+1) – Sandis Zolmanis (+1) – Frenks Razgals (+1)
Kirils Galoha (+1) – Gatis Gricinskis (+1) – Linards Mazurs-Mago (+1)

Défenseurs :
Ralfs Freibergs (A) – Arturs Salija (+1)
Uvis Janis Balinskis (+1, 2′) – Eduards Jansons (+1)
Kristaps Zile (+1, 2′) – Pauls Svars
Maksims Ponomarenko (2′) – Roberts Kalkis

Gardien :
Rihards Cimermanis

Remplaçant : Ivars Punnenovs (G). En réserve : Roberts Lipsbergs.

Slovénie

Attaquants :
Robert Sabolic – Rok Ticar – Ziga Jeglic (+1, 2′)
Bostjan Golicic (A, -1) [puis Verlic] – Marcel Rodman (-1) – David Rodman (-1)
Ziga Pance – Miha Verlic (-1) [puis Golicic] – Andrej Hebar
Nik Pem – Ales Music (A, -2) – Anze Ropret (-2)

Défenseurs :
Matic Podlipnik (-1, 2’+10′) – Sabahudin Kovacevic (C)
Ales Kranjc – Aleksandar Magovac
Blaz Gregorc (A) – Maks Selan (-1, 2′)
Jurij Repe (2′) – Miha Stebih (-2)

Gardien :
Robert Kristan puis à 35’10 Gasper Kroselj [sorti de 58’10 à 59’01]

En réserve : Matija Pintaric (G), Ziga Pavlin, Anze Kuralt, Ken Ograjensek, Jan Urbas.

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

sit leo id, elementum porta. sem, venenatis venenatis, at tristique eget