France – Slovaquie (tournoi EIHC à Hamar)

431

L’équipe de France a fait tourner pas mal de cadres depuis le précédent tournoi EIHC à Cergy, notamment en fonction des disponibilités. Mais plusieurs des nouveaux visages ont été encore appelés et confirment l’intérêt que leur portent les sélectionneurs : Hugo Gallet, Vincent Llorca, Florian Sabatier, Rudy Matima, Bastien Maia ou encore le « revenant » Jérémie Romand…

Le changement le plus marquant, c’est finalement l’absence de Dave Henderson : l’entraîneur qui souffrait déjà énormément de son dos bloqué le mois dernier doit céder, pour raisons de santé, les commandes de l’équipe à son adjoint de toujours Pierre Pousse pour ce voyage en Norvège.

Les adversaires sont tous de haut niveau et motivés car ils préparent les Jeux olympiques. La Slovaquie a même appelé des vétérans qui n’avaient plus mis les pieds en équipe nationale depuis deux ans, comme les défenseurs Ivan Baranka (32 ans) et Tomáš Starosta (36 ans, deuxième plus capé de l’équipe avec 137 sélections). Le plus vieux de la liste, Ladislav Nagy (38 ans), a néanmoins dû déclarer forfait en raison de problèmes musculaires, perdant la chance de se montrer dans cette répétition générale.

Le point fort des Slovaques se situe depuis quelques années dans les cages, et le coach canadien Craig Ramsay s’est ainsi permis d’aligner trois autres gardiens par rapport à ceux vus en novembre. C’est le plus jeune d’entre eux, Denis Godla, qui est titulaire contre la France : le portier de KalPa en Finlande représente l’avenir à 22 ans. Il a du travail en début de partie parce que les Bleus – ou plutôt les « marinières » – entrent dans le match en patinant plus que les Slovaques (en bleu). Les entrées de zone viennent souvent de l’aile gauche et Godla doit s’interposer devant Guttig et Maia.

Cette bonne entrée en matière des Français est arrêtée par une pénalité de Matthias Terrier à la cinquième minute. L’avantage numérique n’est pas exploité, mais la Slovaquie a repris le contrôle et concrétise à cinq contre cinq. Andrej Kudrna vient au filet pour conclure après un premier lancer de Baranka. Sur la faute suivante de Damien Raux, Peter Čerešňák marque dans la lucarne avec l’aide d’un écran de Skalický. En fin de première période, Jérémie Romand réduit le score : son premier but en équipe de France depuis… près de sept ans ! Rudy Matima marque quant à lui son premier point en bleu au passage.

La vitesse slovaque met encore Lampérier à la faute en début de deuxième période. La France tue cette pénalité, et peu après, une sortie hésistante de Godla et sa défense permet à Anthony Guttig de servir Teddy Da Costa pour le 2-2. On assiste alors à deux breakaways consécutifs, un de chaque côté. Matúš Sukeľ n’arrive pas tout d’abord à feinter Hardy, puis, après une erreur d’Oldřich Kotván, Jordann Perret échoue dans les bottes du gardien. Miloš Bubela aura encore une belle occasion, bien lancé par Libor Hudáček, mais Florian Hardy fait front. On sent quand même que les Français commencent à se faire enfermer dans leur zone…

C’est aussi le cas au début du troisième tiers-temps. Après un lourd lancer de Michal Krištof, Matúš Sukeľ n’arrive pas à reprendre le rebond dans une cage ouverte. La France subit le jeu. Elle se contente de contre-attaques et ne pose plus vraiment de jeu en attaque. Défensivement, elle fait néanmoins du bon travail pour contenir le jeu à l’extérieur. Mais la Slovaquie attend juste une erreur. Quand les Français n’arrivent pas à sortir le palet de leur zone, Tomáš Surový marque le but gagnant. Les Bleus perdent finalement ce match par l’accumulation de pénalités. Un accrochage de Hecquefeuille est exploité dès la mise au jeu par Andrej Kudrna, qui signe un doublé (2-4).

Commentaires d’après-match

Craig Ramsay (entraîneur de la Slovaquie) : « Nous avons très bien joué et mérité la victoire. Mais tout est dans les détails, nous avons redonné vie à nos adversaires et ils ont su en profiter, ils avaient de la vitesse et étaient habiles avec le palet. Nous ne pouvons pas nous en satisfaire. Nous devons être plus précis, pas juste tirer au centre, et nous devons aussi utiliser toutes les options de tir. »

 

France – Slovaquie 2-4 (1-2, 1-0, 0-2)
Jeudi 14 décembre 2017 à 16h00 au CC Amfi de Hamar. 897 spectateurs.
Arbitrage de Johan Nordlöf et Christian Persson (SUE) assistés de Tobias Norlander et Knut Einar Bråten (NOR).
Pénalités : France 18′ (2′, 6′, 8′) ; Slovaquie 2′ (0′, 2′, 0′).
Tirs : France 16 ; Slovaquie 41.

Évolution du score :
0-1 à 07’43 : Kudrna assisté de Baranka
0-2 à 12’26 : Čerešňák assisté de Graňák et Surový (sup. num.)
1-2 à 17’39 : Romand assisté de Matima
2-2 à 25’17 : T. Da Costa assisté de Guttig
2-3 à 49’03 : Surový assisté de Skalický
2-4 à 55’13 : Kudrna assisté de Baranka et Starosta (sup. num.)
France

Attaquants :
Teddy Da Costa (2′) – Anthony Guttig – Loïc Lampérier (A, 2′)
Romain Gutierrez – Maurin Bouvet – Nicolas Ritz
Bastien Maia – Mathias Terrier (2′) – Jordann Perret
Gabin Ville (2′) – Rudy Matima – Jérémie Romand
Joris Bedin

Défenseurs :
Olivier Dame-Malka (4′) – Florian Chakiachvili (2′)
Kévin Hecquefeuille (C, 2′) – Damien Raux (A, 2′)
Jonathan Janil – Pierre Crinon
Vincent Llorca

Gardien :
Florian Hardy

Remplaçant : Sébastian Ylönen (G). En réserve : Hugo Gallet (D), Cédric Di Dio Balsamo (A).

Slovaquie

Attaquants :
Patrik Lamper – Tomáš Surový – Lukáš Cingel
Libor Hudáček – Miloš Bubela – Andrej Kudrna
Matej Paulovič – Michal Krištof – Matúš Sukeľ
Pavol Skalický – Peter Ölvecký (C) – Tomáš Hrnka

Défenseurs
Peter Čerešňák – Dominik Graňák
Ivan Baranka – Tomáš Starosta
Adam Jánošík – Andrej Meszaros
Oldřich Kotván

Gardien :
Denis Godla

Remplaçant : Július Hudáček (G). En réserve : Branislav Konrad (G), Vladimír Dravecký, Michel Miklik (A).

Les commentaires sont fermés.