Montréal arrache un match 5

Tampa Bay mène trois victoires à zéro, et peut donc soulever la coupe Stanley dans l'antre des Canadiens de Montréal dès ce soir. L'idée de jouer petit bras afin de tenter plutôt de boucler la série à domicile au cinquième a été avancée par la maire de Tampa. Une option qui rejetée catégoriquement par Jon Cooper...

Montréal fait sauter la banque

Dix-huitième de la saison régulière, le Canadien de Montréal s'est qualifié avec le pire bilan des seize invités aux séries finales. Pourtant, le CH a continué son parcours de coupeur de têtes en sortant Vegas, deuxième de la saison régulière à égalité avec Colorado, en six manches, pour se qualifier en finale de la coupe Stanley.

La fièvre de 1993

Le carré final NHL est désormais connu. La présence du champion Tampa Bay, de Vegas et des Islanders de New York ne constitue pas une grande surprise. Mais l'identité du quatrième champion de division, Montréal, donne la fièvre à toute une province...

Les États-Unis sans forcer

La qualification acquise, Jack Capuano décide de faire tourner son effectif. Contraint, tout d'abord : la blessure du capitaine Justin Abdelkader replace dans l'alignement Matty Beniers, 18 ans. Boyle remplace Abdelkader avec le "C", mais son prédécesseur est sur le banc avec les entraineurs et ses béquilles. Capuano décide aussi de jouer à 8 défenseurs, insérant Ryan Shean et Adam Clendening au détriment de Matt Hellickson.

Cal Petersen ferme la porte

Si les Américains sont déjà plus ou moins qualifiés pour les quarts - ils sont deuxièmes avec 12 pts en 5 matchs -, ce match revêt une importance bien plus grande pour l'Allemagne. Ses 9 pts la placent en effet à hauteur de la Lettonie et du Canada, avec le bénéfice d'avoir battu ces deux rivaux. Une victoire ce lundi leur offrirait un bon bol d'air. Jack Capuano fait tourner son effectif. Cal Petersen remplace Jake Oettinger dans les cages, Chris Wideman et Sacha Chmelevski entrent à la place d'Adam Clendening et Matty…

Mangiapane déborde l’Italie

La route des quarts de finale passe par l'Italie. Pour le Canada, ce match, habituellement une formalité, est désormais une victoire impérative. Après trois défaites de rang, les joueurs à la feuille d'érable ont réagi avec deux succès, mais ils ne sont pas tirés d'affaire pour autant. En face, les Italiens, avec six Canadiens naturalisés, restent sur une déroute face au modeste Kazakhstan (3-11). Une défense passoire, une aubaine pour les joueurs de Gerard Gallant, dont l'attaque aurait bien besoin d'un réveil... Après…

Les Américains remportent un duel défensif

Avec une seule victoire au compteur, la Norvège semble déjà hors course pour les quarts de finale. Tout le contraire des États-Unis, qui visent la première place du groupe B en cas de succès. Ils n'ont encaissé que cinq buts en quatre matchs, leur plus petit total depuis 2000. La Norvège est un adversaire qui leur réussit bien : succès 9-3 lors du dernier match en 2018, et pas moins de seize victoires de rang contre eux... La première ligne américaine entame pied au plancher : Jason Robertson et Conor Garland…

Le Canada piégé par le bloc allemand

La situation est critique pour le Canada. Battu à deux reprises avec un seul but marqué, le pays à la feuille d'érable n'a pas d'autre choix que de battre l'Allemagne, contre qui il reste sur dix victoires de rang aux Mondiaux. Mais la mission s'annonce difficile : les joueurs de Toni Söderholm ont plutôt bien commencé le tournoi, à l'aide de leur duo d'attaque Marcel Noebels (5 pts) et Lukas Reichel (5 pts). Deux matchs, deux victoires, 14 buts marqués...

Les Américains s’emparent du derby

Battus en ouverture par la Lettonie - pour la première fois de l'histoire - le Canada et sa jeune équipe doit réagir. L'adversaire, les États-Unis, a subi le même genre de déconvenue deux jours plus tôt face à la Finlande, et affiche justement les mêmes ambitions... et le même profil d'équipe.

Une date limite des échanges pas comme les autres

La saison NHL arrive à son terme : une quarantaine de matchs disputés, et une quinzaine à jouer. C'est donc l'heure de la traditionnelle date limite des échanges, qui permet aux prétendants au titre de se renforcer, et aux formations de bas de tableau de construire leur avenir.