Gap – Mulhouse (Ligue Magnus, 36e journée)

253

Cette fin de saison régulière est compliquée et les difficultés s’accumulent pour les Rapaces. Avec pas moins de cinq blessés, le groupe subit durement le rythme et l’intensité du championnat. Les absences sont lourdes avec Aurélien Bertrand, Joris Rama, David Glen, Yoanne Lacheny, Dimitri Thillet et Maurin Bouvet. Pour nombreux d’entre eux les absences se chiffrent en semaines.

Côté alsacien, des absences sont aussi à déplorer avec Sébastien Raibon et Yorick Treille. Les Scorpions sont en bataille pour accrocher les playoffs et ont donc besoin de points. Les deux équipes sont sur un parcours similaire avec 15 points pris sur les 10 dernières rencontres pour les Rapaces et 14 pour les Scorpions. Encore des statistiques serrées en fonction des territoires de jeu. Gap a pris 6 points à domicile en 5 réceptions et Mulhouse 7 à l’extérieur.

Gap s’est imposé sur la glace de Poissompré à Épinal (1-5) dans une partie où les Gamyos semblaient bien fébriles. Mulhouse est une équipe piège qui a su prendre des points à l’extérieur à Bordeaux (2-4) ; à Angers (4-5) à Épinal (2-4) ; mais n’a gagné que 3 fois en 10 déplacements. Lors du dernier match ils ont été battus par Amiens à l’Illberg (1-4).

La partie s’annonce donc équilibrée et passionnante.

La partie débute en vitesse avec un premier tir en pivot pour les visiteurs. La réponse est rapide avec deux chevauchées en offensive directe à la cage de Colomban et Ritt. Les deux teams entrent en zone offensive assez facilement à l’image d’Östman qui laisse pour Rubes. Gap subit sa première pénalité. Tomanek lance et Jurik dévie dans le plastron de Lerg sans rebond (5’25). Mulhouse tente plusieurs shoots dangereux mais Gap parvient à tuer la pénalité. Sur un duel gagné dans la bande gagné, Kenny Martin part seul sur le côté et place un shoot en lucarne (7’52 : 0-1).

Mulhouse continue sur son rythme avec une belle intensité. Vigners lance un palet tendu, dévié des bottes par le gardien gapençais (8’52). En réponse, une tentative de jeu à 2 contre 1 des Rapaces avorte, mais Vigners en repli défensif atterrit dans les cages et sur son gardien. Gap est en difficulté. Les bleus n’arrivent pas remporter les duels. Mulhouse est dans une dynamique positive. Pour couronner le tout, Gap est sanctionné par un surnombre. Mais l’arbitre est un peu tatillon, car « l’échange de joueurs » n’était pas aussi loin de la bande que cela. Sur la supériorité alsacienne, il faut souligner la présence de Vigners qui effectue un tour de cage et place un tir. Les locaux arrivent une nouvelle fois à tuer la pénalité.

Le sursaut gapençais est à mettre au crédit du duo Linsmayer / Scheid. Mais le une-deux manque d’efficacité car Linsmayer reprend du revers mais à côté (12’56). C’est un feu de paille, les blancs surpassent dans la qualité de maniement de la crosse en gagnant de très nombreux palets. Sur leur première supériorité, les Rapaces démontrent de la vivacité. Östman est au pressing et repousse le jeu vers l’avant. Mais c’est le tir de Mc Donald qui est dévié par Cruchandeau, qui manque de marquer dans sa propre cage. Cédric Di Dio Balsamo, plus rapide que tout le monde, avait suivi directement sur le portier (18’50). Gap est sur sa lancée au retour à cinq avec encore un jeu à deux mais sans reprise pour tirer. Le tiers se termine avec une nouvelle supériorité bleue et Ross lance à la bleue. Scheid dévie avec un rebond qui percute la glace en perturbant le gardien qui n’avait pas bougé. Mais c’est encore hors cadre (19’10).

Gap, encore fébrile, a eu bien du mal à s’imposer physiquement et dans la vitesse de jeu. Seul la fin de tiers a permit de redorer les actions mais sans aucune efficacité. Les Scorpions ont impressionné sur leurs qualités défensives et de maîtrise du puck. Ce groupe est très talentueux dans ce secteur.

Les Gapençais reprennent là où ils en ont laissé la partie, c’est-à-dire dans la dynamique vers l’avant. Campbell traverse le rideau défensif et se présente devant le gardien, le contourne, mais, couché au sol, le gardien fait l’arrêt (20’50). Mis en difficulté à quatre, les Alsaciens s’en tirent bien. Serer met, lui aussi, de la folie en repiquant sur le côté de la cage et place le palet sur le portier. Gap continue dans son temps fort pour appuyer les offensives. Dans le secteur physique, Mulhouse est toujours présent à l’image de Genest qui gagne la rondelle sur Linsmayer d’un coup d’épaule. La vitesse est bien présente sur un nouveau powerplay gapençais, mais aucun tir à signaler. Cette vitesse a au moins l’avantage de perturber les blancs qui trouvent des difficultés à remonter le palet. Seul Vigners parvient à s’échapper seul mais tire au-dessus (26’15). L’obstination finit par payer avec Ross qui pousse un palet derrière le portier après un superbe jeu en pivot dans le slot de Serer (27’10 : 1-1).

Gap accentue encore la pression et son jeu de vitesse. Raux rate une cage vide au second poteau. Le match devient intenable avec des actions qui partent des deux côtés. Jurik et Vigners s’avancent sur le gardien, sans résultat (29’45). Les duels s’équilibrent avec de nombreux pucks gagnés à multiples reprises par les deux équipes. Kévin Hecquefeuille lance, de la bleue, un puissant tir que Lerg capte d’une mitaine impériale (32’54). Le portier américain ne lâche rien, encore une fois sur Jurik qui essai à deux reprises (34’33).

Gap bénéficie d’une occasion en or avec une double supériorité numérique, quand Kévin Hecquefeuille écope de 2’+2’ pour une obstruction et une attitude antisportive. Mulhouse ne voit aucun danger venir et passe deux minutes sans grosse pression. Le jeu de puissance est éteint par le PK alsacien. Seul Linsmayer à la dernière seconde reprend un palet, au second poteau, mais le portier se couche sur le palet (37’08). Mulhouse n’a, par contre, plus aucune occasion. C’est Gap qui garde l’intégralité du jeu, sauf sur une mise eu jeu mulhousienne gagnée. Quessandier casse sa crosse sur le tir. Le lancer est tout de même dévié mais passe pas loin du cadre (39’51).

Gap a su répondre avec un bon retour dans le secteur de l’intensité. La vitesse a repoussé les blancs dans leur camp ne leur laissant que des miettes. Les occasions ont basculé côté gapençais. De la vitesse mais beaucoup de difficulté pour concrétiser les actions. Le jeu de puissance a été défaillant, ce qui ne permet pas de passer devant au score.

La partie continue dans le même schéma avec Colomban qui envoie sur Serer devant le gardien. La « touchette » permet de dévier la rondelle mais hors du cadre des buts (42’35). Les Scorpions décident de réagir. Chaude alerte devant les buts de Lerg avec Jurik, tout près de marquer en cage vide (44’03). Mais tout ceci est bien irrégulier car Mulhouse baisse de niveau ne jouant vers l’avant que par intermittences. Une offensive à deux est rapidement stoppée avec un palet perdu par Tomanek. Mais il récupère cette rondelle mal gérée par les bleus devant les buts, et c’est Lerg qui sauve la baraque.

La deuxième partie de ce tiers se délite car aucune des deux équipes n’arrive à produire une attaque de qualité. La baisse de niveau est générale et les pertes de palets sont légion en appauvrissant le jeu. Il faut un exploit personnel de Ross qui lance de la bleue. Le palet traverse le trafic (48’21 : 2-1).

Ce but a le don de relancer une partie qui s’enfonçait dans un faux rythme. Mulhouse a les moyens de revenir au score avec un power-play. Hecquefeuille envoie un lourd lancer qui est freiné et passe derrière Jeff Lerg. Il faut une urgence des Gapençais pour nettoyer rapidement le palet que Sevcenko était en capacité de reprendre devant la cage vide (50’05). Mais à peine le temps de souffler, que Tomanek trouve l’ouverture (50’10 : 2-2).

La fin de partie reprend de la vitesse avec un shoot de Campbell difficilement gelé. Mais, là encore, la supériorité des Rapaces n’a pas concrétisé. Les Scorpions veulent forcer la décision avec plusieurs grosses occasions. Ten Braak, en contre, reprend un palet laissé libre. Tour de cage rapide de Sevcenko qui transmet à Jurik qui shoot. Vigners est présent au rebond. Mulhouse est fort et Rubes envoie un dernier lancer de la bleue (59’42). Christer Eriksson prend son temps mort. Les Scorpions sentent la victoire toute proche. Le schéma ne fonctionne pas et tout le monde s’attend à la mort subite. Mais sur le dernier lancé de Ross, Surek laisse un léger rebond de sa mitaine et le palet tombe tout à côté. Evan Ritt a suivi et pousse le puck dans les buts à la dernière seconde ! (59’59 : 3-2).

Final hallucinant qui plombe les Scorpions, mentalement dans un scénario de prendre au moins un point. La ténacité des Rapaces a payé, mais que les difficultés ont été nombreuses pour concrétiser les actions. Les absences ont sûrement couté cher dans ce match. À souligner la présence, la capacité à gagner des duels de la part des Mulhousiens. Mais la leçon est qu’il ne faut jamais baisser de rythme pour repousser cette équipe alsacienne. Gap s’en sort tant bien que mal. Le parcours en championnat va maintenant se compliquer pour affronter Rouen,  Grenoble et Angers. Mais la finale de Coupe de France pointe à l’horizon. Alors, la saison sera-t-elle réussie ou non ?

Elus joueurs du match : Martin Surek et Jeff Lerg

 

Gap – Mulhouse 3–2 (0-1, 1-0, 2-1)
Vendredi  19  Janvier  2018 à 20h30 – Alp’arena  1831 spectateurs

Arbitres : Nicolas Cregut assisté de David Courgeon et Joris Barcelo
Pénalités : Gap 6’ (4’, 0’, 2’) ; Mulhouse 12’ (4’, 6’, 2’)
Tirs : Gap 29 (5, 11, 13) ; Mulhouse 20 (9, 3, 8)
Mises au jeu : Gap 34 (9, 13, 12) ; Mulhouse 29 (11, 10, 8)

Évolution du score :
0-1 à 07’52 : Martin assisté de Papa et Genest
1-1 à 27’10 : Ross assisté de Serer et Raux
2-1 à 48’21 : Ross assisté de Colomban et Serer
2-2 à 50’10 : Tomanek assisté de Paakkolanvaara et Rehus (sup. num.)
3-2 à 59’59 : Ritt assisté Ross et Serer
 

Gap

Attaquants :
Rob Linsmayer – Devin Tringale – Eric Scheid
Evan Ritt – Janne Puhakka – Chad Mc Donald
Romain Gutierrez  – Jack Lewis – Cédric Di Dio Balsamo
Robin Colomban – Marius Serer – Hugo Siguenza

Défenseurs :
Tim Campbell – Max Ross
Pierre Crinon – Damien Raux
Raphaël Faure – Graeme Mc Cormack
Arnaud Faure – Maxime Ritz

Gardien :
Jeff Lerg

Remplaçant : Théo Gautero (F). Absents : Maurin Bouvet – Dimitri Thillet – David Glen – Joris Rama – Aurélien Bertrand.

Mulhouse

Attaquants ;
Branislav Rehus – Tommi Paakkolanvaara – Tomas Rubes
Milan Jurik – Arturs Sevcenko – Rolands Vigners
Roman Tomanek – Bryan Ten Braak – Anton Östman
Aurélien Klesmann – Kenny Martin – Raphael Papa
Aurélien Haaser

Défenseurs :
Kevin Hecquefeuille – Benoit Quessandier
Hugues Cruchandeau – Michal Seda
Hubert Genest – Pierrick Hoehe
Andrej Esipov

Gardien :
Martin Surek

Remplaçant : Mickael Muller

Absent : Sébastien Raibon – Yorrick Treille

Les commentaires sont fermés.

mattis ante. commodo quis luctus Phasellus commodo