Grenoble – Chamonix (Ligue Magnus 2017/18, 39e journée)

Grenoble par la petite porte

135

Après leur défaite improbable à Strasbourg, les Brûleurs de Loups ont relevé la tête. D’abord avec une large victoire face à Amiens dimanche (7-1) puis à Gap mardi (6-5) dans une rencontre de haut niveau face à une équipe qui avait posé des problèmes à Grenoble cette saison. Deux victoires face à des équipes du haut de tableau, de quoi relancer le duel à distance pour la première place avec Rouen qui continue de gagner. Nul autre résultat qu’une victoire contre Chamonix n’est donc envisageable alors que Grenoble a remporté les trois duels précédents avec les Pionniers cette saison.

Chamonix attend de pied ferme les play-downs. Même s’ils ont plus de mal à l’extérieur, les Pionniers ont réussi quelques jolis coups à domicile comme en témoignent leurs récentes victoires contre Gap (3-1) ou Épinal (2-1) ou même leur bonne tenue mardi face à Rouen (3-5). En difficulté en déplacement (dernières défaites 6-1 à Lyon et 6-2 à Mulhouse), les hommes d’Heikki Leime se présentent en plus en sous-effectif à Pôle Sud avec cinq joueurs blessés. Pas de quoi nourrir beaucoup d’ambition alors que se profilent la réception d’Angers et un important déplacement à Strasbourg la semaine prochaine.

Si les Grenoblois semblent logiquement prendre le jeu à leur compte, ils oublient Robin Lamboley qui se présente seul face à Horak lequel ferme bien son angle. Baylacq lui répond avec une reprise dans l’axe mais Sabol se montre également décisif. Approximatifs en défense à l’image de Baazzi qui fait une passe directement dans la crosse d’Andrien Glévéau, les Brûleurs de Loups se montrent relativement fébriles en ce début de match.

Plus vifs, les Pionniers surprennent les Grenoblois à l’image d’un contre de Lamboley et d’un tir de Joakim Erdugan bien capté par Horak. Mais les visiteurs sont poussés à la faute lorsqu’une pénalité est appelée contre Cerkovnik dans un duel avec Leclerc. Sur le power-play, un premier lancer de Bisaillon est repoussé par Sabol mais le palet revient sur Dame-Malka qui parvient à combiner de nouveau avec Bisaillon dont le lancer en one timer dans le trafic nettoie la lucarne chamoniarde (1-0, 06’24’). Les Brûleurs de Loups partent sur les mêmes bases que contre Amiens en marquant sur leur première supériorité numérique.

Les Pionniers ne se laissent pas abattre et ont une grosse occasion d’égaliser sur une belle combinaison entre Andersen et Johnston, dont le tir du revers est bloqué par Horak. Capables de rivaliser à cinq contre cinq, les Chamoniards voient Tim Crowder partir en prison. Grenoble fait bien circuler le palet en power-play mais n’arrive pas à trouver d’ouverture alors que Sabol rassure ses coéquipiers. De nouveau à égalité numérique, Johnston parvient à fausser compagnie à la défense grenobloise et se retrouve face à Horak mais encore une fois le porter grenoblois remporte le duel.

Chamonix n’arrive pas à rester à cinq. Luke Juha est pénalisé. Grenoble peut donc enchaîner avec une troisième supériorité numérique mais se fait surprendre sur une perte de palet de Dame-Malka à la ligne bleue : Gléveau se présente seul face à Horak et bat le portier grenoblois en mettant le palet en lucarne (1-1, 16’27’). Ce but marqué en infériorité numérique refroidit Pôle Sud alors que les Pionniers se remettent à y croire. Pourtant, l’indiscipline colle aux patins des Pionniers car Gléveau se fait pénaliser peu après l’engagement, permettant à Grenoble d’évoluer quelques secondes en double supériorité numérique. Mais les Brûleurs de Loups n’en profitent pas et il faut attendre le retour à égalité numérique pour voir Rohat s’échapper et buter sur un très bon Richard Sabol.

Dès le début de la deuxième période, les Brûleurs de Loups mettent la pression sur la cage chamoniarde. Golicic se retrouve tout près de marquer aux abords du slot mais Sabol parvient à geler le palet. Idem quelques secondes plus tard sur une opportunité de Dame-Malka. Grenoble continue de travailler en zone offensive avec des tentatives non cadrées d’Hordelalay et Le Blond qui effectuent un gros travail sur leur ligne. Chamonix parvient à desserrer l’étau grenoblois mais Cerkovnik est poussé à la faute sur une incursion de Champagne. Grenoble ne se montre pas vraiment dangereux sur l’avantage numérique et se fait peur dans la foulée avec un 2 contre 1 ponctué par un tir de Johnston repoussé du bouclier par Horak. Sur la contre-attaque, Le Blond centre un retrait pour Baylacq qui bénéficie d’un bon écran d’Hordelalay pour loger le palet dans la hauteur du but chamoniard (2-1, 28’50’). Quelques secondes après un engagement en zone offensive, Joël Champagne récupère le palet, fonce en direction de la cage et loge le palet sous la barre transversale, au grand dam de Richard Sabol (3-1, 29’07’).

En dix-sept secondes, Grenoble a déjà fait le break. Et ce n’est pas fini. Sur une remontée rapide du palet, Maxime Legault bat Sabol d’un puissant tir croisé (4-1, 30’34’). Chamonix vient de prendre trois buts en moins de deux minutes ! Les Pionniers accusent le coup, d’autant que Rundgren accroche Baylacq devant la cage chamoniarde. Mais les Brûleurs de Loups ne se montrent guère entreprenants en supériorité numérique. Johnston récupère le palet dans les patins de Giroux et lance Crowder vers la cage. Celui-ci remporte son duel face à Horak et ramène Chamonix dans le match, encore une fois sur une infériorité numérique des Pionniers (4-2, 32’23’) ! Ce but casse le momentum des Grenoblois qui ont du mal à repartir de l’avant. Gabin Ville reçoit la première pénalité grenobloise. Installés, les Chamoniards s’en remettent à Crowder sur des lancers lointains mais ne parviennent pas à réduire le score. Les Pionniers poussent jusqu’au bout du tiers avec Rundgren de près qui bute sur Horak.

Chamonix aborde la troisième période avec la volonté de réduire le score. Mais sur une contre-attaque Legault se retrouve en excellente position face à Sabol qui fait l’arrêt. Le portier chamoniard doit encore s’employer sur un lancer de Kunnas de la bleue dans le trafic puis sur un autre lancer de Baazzi à la ligne bleue. Grenoble a la mainmise sur le palet et se contente de le faire circuler. Mais les Brûleurs de Loups jouent parfois un peu trop « facile » et se font contrer par les Chamoniards à l’affût comme Johnston tout près de surprendre Horak. La première ligne chamoniarde travaille bien en zone offensive avec Crowder et de nouveau Johnston qui, sur un revers, trouve la barre transversale. Sous pression, Grenoble tente de réagir. En contre-attaque, Gabin Ville trouve Rohat qui ne cadre pas sa reprise. Alors que Chamonix a perdu Andersen sur blessure, les Brûleurs de Loups continuent d’attaquer avec une reprise d’Hordelalay repoussée une nouvelle fois par Sabol.

Les esprits s’échauffent entre Gabin Ville et Baptiste Bruyas ce qui vaut une expulsion à ce dernier pour avoir « mordu » son adversaire (!). Grenoble bénéficie donc d’une supériorité numérique de cinq minutes pour terminer tranquillement le match mais les Brûleurs de Loups trouvent moyen de se faire peur jusqu’au bout en encaissant un troisième but en supériorité numérique sur un palet récupéré par Chamonix à la ligne bleue et converti en but par le duo Johnston-Crowder (4-3, 55’42’).

Fébriles après avoir encaissé ce troisième but, les Grenoblois se mettent à subir en fin de match, surtout qu’Arnaud se fait pénaliser pour avoir dégagé le palet au-dessus du plexiglas. Heikki Leime demande un temps mort et décide de sortir Sabol pour jouer à cinq contre quatre sans gardien. Les Pionniers ont la maîtrise du palet en zone offensive pendant la dernière minute et font passer le frisson dans les rangs de Pôle Sud avec un palet qui frôle les montants de la cage grenobloise. Grenoble tremble jusqu’au bout mais parvient à maintenir son petit avantage.

Les Brûleurs de Loups se sont fait peur dans un match mal maîtrisé qu’ils n’ont pas abordé avec le sérieux nécessaire. Symbole de ces approximations : les trois (!) buts encaissés en supériorité numérique pour un seul but marqué en début de match. Un relâchement coupable qui devient décidément une (mauvaise) habitude face aux équipes du bas de tableau après les défaites à Mulhouse et à Strasbourg en janvier. Pourtant sauvés à maintes reprises par un très bon Horak, les Grenoblois, battus en agressivité sur le palet, ont laissé partir des contres à tout va, s’exposant plus que nécessaire. Un manque de rigueur compensé par une grosse réussite au deuxième tiers avec trois buts marqués en deux minutes, un écart finalement suffisant.

Venus à seulement trois lignes, les Pionniers ont fait mieux que se défendre sur la glace de Pôle sud. Ils auraient pu décrocher une improbable prolongation dans les ultimes minutes de la rencontre. Plus concernés et plus intenses que leurs adversaires, ils ont montré un bel état d’esprit et ont su marquer en infériorité numérique sur des contre-attaques, en partie grâce au duo infernal Crowder-Johnston dans tous les bons coups. Mais Chamonix a pu compter également sur une très belle sortie de son gardien Richard Sabol. Les Pionniers peuvent repartir la tête haute de Pôle Sud avec un petit capital confiance supplémentaire dans la course au maintien qui reste leur objectif principal cette saison.

Désignés meilleurs joueurs du match : Joël Champagne (Grenoble) et Adrien Gléveau (Chamonix)

(Photos Philippe Crouzet)

Commentaires d’après-match :

Edo Terglav (entraîneur de Grenoble) : « C’est décevant. Quand deux ou trois joueurs ne se présentent pas, on n’est pas bon. En préparation on n’était pas là, pas du côté du staff mais du côté des joueurs, ce n’est pas assez… La seule chose positive, c’est qu’on ait gagné. Le reste, c’était on peut dire une grosse m… Jouer comme ça à la maison, c’est inacceptable. Je pense qu’il y avait certains joueurs qui n’avaient pas envie d’être là aujourd’hui. Oui, on a une bonne équipe, mais pour être une très bonne équipe, il faut que les joueurs soient présents chaque soir. On en parle souvent de faire attention, on ne peut pas prendre les équipes trop à la légère. On a déjà pris une claque à Mulhouse, on mange une claque à Strasbourg parce qu’on pense que ça va être facile, et aujourd’hui en face ils arrivent à trois lignes, ça joue, ça travaille plus fort que nous. On joue juste avec le talent et ça ne marche pas. Ça manque d’implication, ça manque de travail, de sérieux… Ça arrive de prendre des buts mais pas comme ça…. Trois buts encaissés en avantage numérique ! Quand on met des joueurs sur le power-play, ça devrait être un privilège pour mettre l’équipe adverse en difficulté. Là on a huit ou neuf avantages numériques et ce sont eux qui en profitent pour aller chercher le momentum. Quand à la fin, il faut mettre le quatrième bloc en avantage numérique, ça veut dire que les autres ne font pas le boulot. Il faut qu’ils se regardent dans le miroir, j’attends beaucoup plus de tout le monde. »

Maxime Legault (attaquant de Grenoble) : « En tant que professionnels, on sait que le match de ce soir n’était pas notre meilleur match, loin de là. Je crois qu’on avait beaucoup de chances de finir le match rapidement avec tous les avantages numériques au premier tiers et au lieu de capitaliser, on s’est fait marquer plus souvent qu’on a marqué en avantage numérique. C’est une grosse faute qu’on a fait, il faut qu’on soit meilleurs en unité spéciale. Je crois que ça va être important pour chacun des joueurs de faire une meilleure préparation mentale avant d’affronter des clubs mal classés, on ne devrait pas avoir autant de difficulté mais c’est sûr que tout le monde veut gagner contre nous, de faire leur meilleur match contre nous. C’est à nous de nous préparer à ça et de faire en sorte qu’on donne le même match que contre Rouen ou contre Gap. »

Boštjan Goličič (attaquant de Grenoble) : « On est tous professionnels, on doit gagner chaque match. La première place est notre objectif, on sait que c’est un avantage pour les play-offs. On commence à la maison chaque série. On ne lâche pas mais quelque fois c’est dur. Si ça ne marche pas, on doit travailler plus fort. On ne doit pas abandonner, on doit faire les bons trucs sur la glace et essayer de gagner. Nous sommes une équipe qui essaie de jouer chaque match de la même façon. »

Heikki Leime (entraîneur de Chamonix) : « On a beaucoup de respect de Grenoble. Très belle équipe, beaucoup de moyens et en plus ils jouent très bien. Je ne crois pas qu’ils se sont fait peur ce soir. On a perdu quand même. Mais je suis fier de mes joueurs, on a cinq absents sur blessure, on a perdu encore un attaquant. Les deux premiers tiers, on a joué avec trois blocs pile, la tendance est à jouer à quatre lignes mais on ne peut qu’en rêver parce qu’il n’y a pas de joueurs… On a fini avec un défenseur en attaque et cinq défenseurs alors si on regarde ça, je suis très fier de ce qu’ils ont fait, ils ont beaucoup donné. Mais je crois qu’on mérite aussi un peu de respect, cette année jusqu’à maintenant on n’a jamais lâché une partie, on a toujours tout donné jusqu’à la dernière minute. J’espère que ça se voit aussi dans les gradins que c’est une équipe qui se bat avec ses moyens. C’est super intéressant que les joueurs autres que notre première ligne commencent à prendre aussi un peu de responsabilités, le meilleur exemple est Adrien Glévéau. En début d’année, on était un peu dépendant de notre première ligne et surtout de Johnston et là dans la perspective de la poule de relégation, c’est super intéressant de voir qu’il y a un peu plus de joueurs qui sont capables de faire la différence, qui prennent leur responsabilités et qui commencent à jouer avec confiance. »

 

Grenoble – Chamonix 4-3 (1-1, 3-1, 0-1).

Vendredi 26 janvier 2018 à 20h la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3215 spectateurs.
Arbitrage de Geoffrey Barcelo et Laurent Garbay assisté de Clément Goncalves et Nicolas Constantineau
Pénalités : Grenoble 8′ (0’, 2’, 6’), Chamonix 41’ (8’, 4’, 4’+25’)
Tirs : Grenoble 43 (14, 13, 16), Chamonix 22 (7, 6, 9)

Évolution du score :

1-0 à 06’24 : Bisaillon assisté de Dame-Malka et Le Blond (sup. num.)
1-1 à 16’27 : Glévéau (inf. num.)
2-1 à 28’50 : Baylacq assisté de Hordelalay et Le Blond
3-1 à 29’07 : Champagne assisté de Leclerc et Kara
4-1 à 30’34 : Legault assisté de Ville et Horak
4-2 à 32’23 : Crowder assisté de Johnston et Melin (inf. num.)
4-3 à 55’42 : Crowder assisté de Johnston et Divis (inf. num.)

Grenoble

Attaquants :

Alexandre Giroux – Boštjan Goličič – David Rodman
Guillaume Leclerc – Joël Champagne (A) – Vincent Kara
Julien Baylacq – Matthieu Le Blond – Pierre-Charles Hordelalay
Maxime Legault – Sébastien Rohat – Gabin Ville (6’)
Mathias Arnaud (2’)

Défenseurs :

Kyle Hardy (C) – Sébastien Bisaillon
Christophe Tartari (A) – Olivier Dame-Malka
Joona Kunnas – Aziz Baazzi

Gardien :

Lukáš Horák (2’)

Remplaçant : Antoine Bonvalot (G). Absents : Teddy Trabichet (commotion), Jean-Philippe Côté (blessé)

Chamonix

Attaquants :

Tim Crowder (2’) – Andrew Johnston (A) – Henric Andersén
Robin Lamboley – Paulus Rundgren (2’) – Joakim Erdugan
Teemu Loizeau – Kévin Tassery – Andrien Gléveau (2’)

Défenseurs :

Luke Juha (C) (2’) – Danny Divis
Numa Besson (A) – Baptiste Bruyas (4’+5’+20’)
Gasper Cerkovnik (4’) – Vincent Melin

Gardien :

Richard Sabol [sorti de 58’13’ à 60’00’]

Remplaçant : Jimmy Darier (G). Absents : Dominik Fujerik, Emppu Pulliainen, Patxi Biscard, Julien Laplace, Leyland Plaire, Théo Lanvers.

Les commentaires sont fermés.

dolor. ut libero quis, accumsan felis