Disparition de Stan Mikita, la légende de Chicago

55

Mardi 7 août, l’organisation des Blackhawks de Chicago a annoncé le décès de la légende de l’équipe, Stan Mikita, à l’âge de 78 ans.

Stan Mikita (source Wikipedia)

Né à Sokolce, sur le territoire de l’actuelle Slovaquie, en 1940, sous le nom de Stanislav Gvoth, Mikita a découvert le hockey à l’âge de 8 ans sur un lac gelé, avant de rejoindre son oncle et sa tante dans l’Ontario, en 1948. Il ne parle alors pas un mot d’anglais et l’adaptation n’est pas facile.

Après avoir brillé pour St. Catherines en junior dans l’Ontario, il reçoit un essai professionnel et rejoint les Blackhawks de Chicago en 1959. Il y jouera pendant 22 saisons exceptionnelles, dont deux avec le « C » de capitaine.

Il termine sa carrière en 1980 avec une armoire aux trophées bien garnie :

  • 1394 matchs, 541 buts, 926 assistances et 1467 points, soit le 2e buteur, meilleur pointeur et plus grand nombre de matchs pour la franchise
  • 4 trophées Art Ross de meilleur marqueur de la saison NHL (1964, 1965, 1967, 1968)
  • 2 trophées Hart de meilleur joueur de la saison (1967, 1968)
  • 1 coupe Stanley, en 1961, qui mit fin à une disette de 23 ans pour Chicago

Son numéro 21 a été retiré par l’organisation des Blackhawks et sa statue en bronze trône au pied de l’United Center, aux côtés de celle de son coéquipier pendant 13 saisons, le buteur Bobby Hull. Il faisait partie du Temple de la renommée depuis 1983.

Mikita restera dans l’histoire comme un innovateur. Il a lui-même dessiné son casque et travaillé la courbure de sa crosse d’une manière totalement inédite à l’époque, rendant son tir particulièrement difficile à maîtriser.

Il a su aussi s’adapter. Après un début de carrière rugueux (154 minutes de prison en 1964-65), Mikita a accepté les remarques de sa fille, qui le voyait plus utile sur la glace que sur le banc des prisons. Il descendit ainsi à seulement 12 minutes deux ans plus tard, lors de la meilleure saison de sa carrière (97 pts en 70 matchs en 1966-67), remportant le trophée Lady Bing deux ans de suite. Il est ainsi le seul joueur de l’histoire à remporter le Art Ross, le Hart et le Lady Bing la même saison, exploit qu’il a accompli à deux reprises.

Stan Mikita souffrait depuis quelques années d’une forme de la maladie d’Alzheimer (« démence avec corps de Lewy ») et, la plupart du temps, ne reconnaissait plus sa propre famille.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.