Lyon gagne des supporters lettons pour ce soir

190

Victorieux de Lyon aux tirs au but hier, l’Arlan Kokshetau doit remettre le couvert dès le début de l’après-midi face aux Lettons de Kurbads, contraints de gagner pour ne pas être éliminés dès aujourd’hui. Un bon résultat balte rebattrait les cartes dans ce groupe et serait une bonne affaire pour le tournoi, ainsi que pour les Lions. Cela leur permettra d’être en course même s’ils perdent ce soir, et évitera le scénario où la dernière journée deviendrait inutile.

Les champions du Kazakhstan se créent la première occasion sonore quand un lancer de la ligne bleue de Stanislav Borovikov fait résonner le poteau. Mais c’est bien Kurbads qui ouvre le score. Eli Sherbatov arrive dans l’enclave et marque au-dessus de la botte gauche du gardien. C’est son deuxième but du tournoi puisque celui d’hier, pour lequel il arpentait les couloirs de la patinoire à la recherche d’un superviseur, lui a bien légitimement été accordé après coup. L’avantage letton ne dure pas car Evgeny Gevel égalise de la ligne bleue sur l’action suivante, côté plaque de Calpa.

Dans l’ensemble, l’Arlan domine territorialement cette première période, avec deux supériorités numériques au passage. Il multiplie les lancers et obtient beaucoup de rebonds, sans les exploiter. La défense balte écarte la plupart des palets, et même quand Aleksei Antsiferov arrive lancé entre les cercles avec le but ouvert, il tire au-dessus. Kurbads est en revanche plus tranchant qu’hier. Avant de passer derrière la cage, Juris Upitis remet le palet au premier poteau, d’où Edgars Brancis donne l’avantage aux Lettons, contre le cours du jeu.

La deuxième période semble renforcer Kurbads. Le rebond le plus juteux est maintenant pour les Baltes, quand Poloshkov relâche le palet sur un tir de Cipulis. C’est normal car les Lettons pratiquent le jeu le plus direct à la cage et le plus incisif. L’Arlan déploie un jeu techniquement propre mais à un tempo trop faible. Les passes sont rarement manquées mais elles s’enchaînent de manière trop lente pour déstabiliser l’adversaire. Ce faux rythme typique des équipes du Kazakhstan, si compliqué à jouer quand elles mènent au score, ne leur est plus d’aucune utilité pour renverser la situation. Et pourtant, Arlan égalise à son tour contre le cours du jeu, une minute avant la pause. En infériorité, Aleksandr Nesterov est seul et donc n’a d’autre solution que d’attaquer la cage, ce qu’il fait très littéralement en renversant le gardien, les filets et tout ce qui se trouve sur son passage. Malgré les protestations baltes, le but est accordé.

Une crosse haute de Borovikov atteint son adversaire au visage en le blessant involontairement, ce qui lui vaut donc 2’+2′. Par conséquent, Kurbads reprend le jeu à 5 contre 3. Mais cette très longue supériorité numérique, enchaînée avec une nouvelle pénalité différée contre Savenkov, reste sans réussite. Les transitions seront-elles plus efficaces ? Eriks Zohovs intercepte un palet en zone neutre et passe à Lauris Rancevs, qui lance sur le gardien. Rancevs se présente encore à 2 contre 1 dans la foulée, et comme le défenseur se couche, il n’a d’autre choix que de tirer de nouveau, en vain. Il est même sanctionné pour un cinglage à la fin de cette action. La pénalitée est tuée, mais pas la suivante, un nouveau cinglage du capitaine Bluks. Un lancer de Malevich dans les bottes du gardien fait billard et revient dans les cages.

Pour n’avoir pas maîtrisé leurs crosses, comme le disait Sherbatov hier, ses coéquipiers lettons en paient encore le prix. L’Israélien emmène encore une bonne occasion à trois minutes de la fin, mais le palet ne veut plus rentrer. Comme Zembergs est expulsé à l’avant-dernière minute pour une charge par derrière sur Savenkov, Kurbads doit finir le match en infériorité sans pouvoir réagir. Normalement, c’est fini !

Mais le concours de pénalités stupides reprend : Berdnikov est pénalisé à son tour pour un cinglage ! À 4 contre 4, l’entraîneur Aleksandrs Macijevskis prend son temps mort et sort son gardien pour un ultime jeu de puissance… qui fait mouche ! Martins Cipulis prend un rebond dans un angle très fermé alors que le gardien plonge et ressort le palet près du poteau. C’est le juge derrière le but qui prend la responsabilité et est affirmatif sur le fait que le palet est rentré… au grand désarroi d’un membre du staff d’Arlan situé à proximité qui conteste et qu’il invite à s’éloigner d’un geste autoritaire !

Le challenge letto-kazakh des pénalités idiotes n’a plus de fin : Zembergs – qui devrait être sous la douche – essaie de rentrer sur glace et rentre malgré l’avertissement de l’arbitre. Deux minutes pour surnombre… Kurbads finit donc le temps réglementaire et commence la prolongation à 3 contre 4 avant de devoir jouer à 3 contre 5. Lorsque le prisonnier kazakh regagne son banc, son remplaçant hésite à entrer, incertain des règles, et perd quelques secondes précieuses de double supériorité numérique. De même, quand le prisonnier letton rentre, Arlan tarde à lancer pour obliger le gardien à geler le palet et passer à 4 contre 3 au lieu de 5 contre 4. Quand ils reprennent enfin le jeu à 4 contre 3, Malevich s’avance à mi-distance et prend un slap gagnant.

Après cet improbable final, Kurbads n’est pas encore éliminé et a une petite chance. Il doit compter sur une victoire dans le temps réglementaire de Lyon ce soir pour s’offrir une « finale » demain soir. Mais si au contraire Gomel prend les 3 points, Français comme Lettons n’auront plus que leurs yeux pour pleurer avant même la dernière journée…

Désignés joueurs du match : Andrei Gevel pour Kokshetau et Uldis Capla pour Kurbads.

Commentaires d’après-match

Aleksandrs Macijevskis (entraîneur de Kurbads) : « Nous n’avons pas utilisé nos supériorités numériques, le palet n’a pas voulu rentrer. Nous aurions dû marquer à 5 contre 3 alors que le score était de 2-1. Nous avons mal démarré hier et pris trop de pénalités. On prend ce point et il nous reste une chance et encore un match. Sherbatov n’est pas le meilleur joueur de tous les temps, mais le bon joueur dont nous avions besoin pour nous aider. Lyon ? C’est une équipe qui patine bien, mais ce n’est pas une équipe de NHL non plus, rien d’autre de spécial à dire sur eux. »

Arlan Kokshetau – HK Kurbads 4-3 après prolongation (1-2, 1-0, 1-1, 1-0)
Samedi 17 décembre 2018 à 15h00 à la patinoire Charlemagne de Lyon. 112 spectateurs.
Arbitrage de Lukas Kohlmüller (ALL) et Miro Smerdelj (CRO) assistés de Guillaume Gielly et Frédéric Peurière (FRA).
Pénalités : Arlan 18′ (2′, 12′, 4′, 0′) ; Kurbads 37′ (6′, 0′, 6’+5’+20′, 0′).
Tirs : Arlan 43 (17, 6, 14, 6) ; Kurbads 36 (9, 20, 7, 0).

Évolution du score :
0-1 à 05’12 : Sherbatov assisté d’Augstkalns et Homjakovs
1-1 à 05’31 : Gevel assisté de Zubritsky et Petrov
1-2 à 15’46 : Brancis assisté d’Upitis
2-2 à 39’05 : Nesterov (inf. num.)
3-2 à 52’33 : Malevich assisté de Gasnikov (sup. num.)
3-3 à 59’36 : Cipulis
4-3 à 62’40 : Malevich assisté d’Ermolaev (sup. num.)

Arlan Kokshetau

Attaquants :
Dmitri Shitikov (-1) – Vadim Berdnikov (A, -1, 4′) – Vadim Ermolayev (2′)
Dmitry Potaichuk (-1) – Konstantin Savenkov (C, 2′) – Ivan Kiselev
Aleksandr Nesterov (-1) – Evgeni Gasnikov (-1) – Denis Klemeshkov
Anton Petrov (+1) – Aleksei Antsiferov – Aleksandr Zubritsky (+1)

Défenseurs :
Vladimir Malevich – Stanislav Borovikov (A, 6′)
Sergei Yegorov – Anton Kazantsev (-1, 2′)
Yakov Seleznev (-1, 2′) – Viktor Dovgan
Ilya Gulyakov (-1) – Evgeny Gevel (+1)

Gardien :
Ivan Poloshkov

Remplaçant : Mikhaïl Demidov (G). En réserve : Dmitri Zykin (G).

Kurbads (2′ pour surnombre)

Attaquants :
Marcis Zembergs (5’+20′) – Edgars Homjakovs (+1) – Eliezer Sherbatov (+1)
Lauris Rancevs (2′) – Eriks Zohovs – Deivids Sarkanis
Toms Hartmanis (A, 2′) – Janis Sprukts (A) – Martins Cipulis
Edgars Brancis (+1) – Janis Straupe – Janis Upitis
Arturs Logunovs

Défenseurs :
Jekabs Redlihs – Martins Gipters (+1, 4′)
Edmunds Augstkalns – Toms Bluks (C, -1, 2′)
Renars Valters – Martins Porejs (+1)

Gardien :
Uldis Capla [sorti de 58’46 à 59’36]

Remplaçants : Denijs Romanovskjis (G), Hardijs Paradnieks.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :