Un but à la Sherbatov achève Lyon

kurbads-lyon-coupe-continentale-2019-groupe-d

430

Dernière étape du rendez-vous européen de Lyon. Les deux équipes ne s’affrontent que pour la dernière place, mais les Lions doivent sortir dignement devant leur public. Ils ne doivent pas s’attendre à un adversaire démotivé : Kurbads, qui a une opposition limitée dans son championnat national, joue clairement la compétition européenne à fond. Les deux adversaires font jouer tout leur banc et ont changé de gardien, et c’est un beau défi pour Olivier Richard, qui – comme bizutage européen – se fait percuter par l’attaquant sur la première attaque balte.

Toujours en quête de points, le « pigiste » Eli Sherbatov s’affirme vite comme la principale menace, en débordant à gauche et en centrant pour Sarkanis qui reprend au-dessus de la cage. Mais Lyon ne tarde pas à prendre les affaires en main. Après un premier but refusé par les arbitres, c’est Ryan Verbeek – l’anti-héros de l’élimination d’hier relégué sur la quatrième ligne ce soir – qui reprend un centre de Kulikov entre les cercles et loge le palet dans la lucarne. Verbeek est proche de doubler la mise sur la première supériorité numérique, sur une passe de derrière la cage d’Andres.

Un peu brouillon offensivement, Lyon n’est en danger défensivement que quand la première ligne de Kurbads est sur la glace… mais elle l’est souvent. Sur une contre-attaque à quatre minutes de la fin de période. Homjakovs effectue une passe idéale au second poteau pour Sherbatov… dont le tir passe à côté de la cage ! Partie remise à l’avant-dernière minute lorsqu’un tir de la bleue de Jekabs Redlihs conclut une bonne séquence installée et ramène la parité au score.

Lyon se met en difficulté au deuxième tiers-temps par un cinglage de Julien Correia puis, au moment où celui-ci revient sur la glace, un retenir de Jules Breton. Sur ces séquences d’infériorité, le gardien Olivier Richard démontre de bons réflexes de la botte sur les palets déviés. Peu avant la mi-match, Verbeek retrouve sa place sur le premier trio : après un bon dribble à la ligne bleue, sa passe manque alors de peu Correia sur un 2 contre 1.

Les Lions retrouvent un peu de mordant. Comme au premier tiers, ils dominent le jeu, mais sans se créer beaucoup d’occasions franches. Valentin Michel dévie de peu à côté un centre de Cédric Di Dio Balsamo. Ils se font peur en concédant une contre-attaque de Zembergs, bien détournée par Richard. Dans la foulée, c’est Lyon qui part à 3 contre 1. Le défenseur letton se couche bien, mais Di Dio Balsamo tente un bon tir en angle pour un bel arrêt de Denijs Romanovskis. Les deux « doublures » font le travail dans les cages au cours de cette deuxième période.

Alors qu’une dureté est signalée contre Pierre Robert, Sherbatov a un geste revanchard qui coûte un avantage numérique à son équipe. À la fin du 4 contre 4, Brancis commet un cinglage sur une incursion française et c’est Lyon qui finit la deuxième période avec un jeu de puissance… qui se résume en une succession d’entrées de zone foireuses. Les deux uniques tirs de ces deux minutes sont pour Kurbads.

Ce ne sont pas les supériorités numériques qui sauveront Lyon. Et au contraire, quand Custosse part en prison à un quart d’heure de la fin, Eli Sherbatov marque un but de magicien de derrière la cage en soulevant le palet sur sa palette (photo ci-dessus), ce qu’on appelle « un but à la Granlund », mais qu’on pourrait appeler un but à la Sherbatov vu que c’est un récidiviste qui l’avait fait avec Neuilly. Mitja Sivic prend aussitôt son temps mort. Verbeek ne convertit pas un palet gratté en fond de zone par Kulikov, et sur la contre-attaque, Sherbatov prend un tir et Martins Porejs prend le rebond en cage ouverte pour le 3-1.

Il reste dix minutes à Lyon pour sauver son tournoi. Une bonne présence de la deuxième ligne provoque deux rebonds intéressants, mais le palet ne retombe pas favorablement. C’est alors au tour de Macijevskis d’appeler son temps mort pour recadrer son équipe. Sivic varie ses lignes pour essayer de provoquer une étincelle, mais Lyon ne parvient pas à emballer le match. Sarkanis écope d’une pénalité en zone neutre à 2’44 » de la fin. La dernière chance pour les Lions, qui sortent leur gardien pour jouer à 6 contre 4. Kyle Essery reprend face au but une passe de derrière la cage de Jaka Ankerst et redonne espoir. Il reste 1’17 » pour égaliser. Le centre d’Ankerst pour la déviation d’Andres passe à côté. À deux secondes de la fin, Arturs Mickevics, peu en réussite ce soir, rate le palet sur le dernier tir, comme un symbole.

Lyon finit son tournoi européen avec trois défaites. Cette équipe, au budget réduit cette année après la fin du partenariat avec l’OL, a de la volonté mais manque quelque peu de qualités techniques dans le dernier geste. Elle finit le tournoi avec 4% de réussite de tirs quand les trois autres équipes ont entre 8,5 et 9,2%… Alors que les Lions ont rivalisé avec tous leurs adversaires, leurs limites offensives ont été criantes, particulièrement en supériorité numérique avec beaucoup trop d’approximations. Il faudra vite se remettre car la Coupe de France, dont les Lyonnais sont les tenants du titre, reprend mardi avec un déplacement à Briançon.

Désignés joueurs du match : Kyle Essery pour Lyon et Martins Porejs pour Kurbads.

Commentaires d’après-match :

Eliezer Sherbatov (attaquant de Kurbads) : « Je l’avais fait en championnat du monde avec Israël, en France, au Kazakhstan, il y a des vidéos partout sur les réseaux sociaux. Pour moi, ce n’est pas un chef d’oeuvre, c’est juste une façon de marquer comme une autre. Le propriétaire de Kurbads veut me parler, mais je ne vois pas faire quatre pas en arrière dans ma carrière en restant là. Je veux bien faire un pas en arrière en allant en VHL avec une chance de remonter. Je pense que tout s’est joué au premier match. On n’aurait pas dû perdre contre Gomel. Pour moi, les trois autres équipes étaient meilleures qu’eux, mais ils avaient un beau trio et ils ont compris comment jouer. »

Ryan Verbeek (attaquant de Lyon) : « Hier ce n’était pas mon meilleur match évidemment, mais il faut rebondir. Nous espérions gagner ce soir, mais nous n’avons mis nos occasions au fond. Je n’avais jamais joué d’équipes du Bélarus, de Lettonie ou du Kazakhstan, il y a beaucoup de fun dans cette expérience, c’est un jeu différent de ce que je connaissais, ce sont des équipes rapides avec une bonne défense. Nous avons bien joué ce week-end mais les pertes de palet nous ont coûté cher. J’aime la culture ici, la nourriture est délicieuse, c’est dur de résister. Je me vois bien rester quelques années en Europe. »

Jules Breton (défenseur de Lyon) : « C’est frustrant, ça nous reste en travers de la gorge. On aurait pu aller en finale, on avait le niveau pour, ça s’est joué à rien sur chaque match. On a manqué de hargne, on n’avait pas assez le couteau entre les dents selon moi. On s’est dit que c’étaient de bonnes équipes, que ce n’était pas grave, et on a manqué d’une mentalité de tueur. On a eu de bonnes occasions en powerplay mais on n’a pas réussi à les mettre au fond. Il n’y a pas une grosse différence entre ce niveau-là et la Magnus. Il faudra être plus consistant. Il y a d’autres échéances dont un beau match mardi à Briançon. »

(photos d’Emmanuel Giraudeaux)

 

HK Kurbads – Lyon HC 3-2 (1-1, 0-0, 2-1)
Dimanche 18 décembre 2018 à 18h00 à la patinoire Charlemagne de Lyon. 1452 spectateurs.
Arbitrage de Pavel Halas jr (TCH) et Miro Smerdelj (CRO) assistés de Jérémie Douchy et Frédéric Peurière (FRA).
Pénalités : Kurbads 12′ (4′, 4′, 4′) ; Lyon 10′ (2′, 6′, 2′).
Tirs : Kurbads 27 (5, 15, 7) ; Lyon 44 (15, 15, 14).

Évolution du score :
0-1 à 04’39 : Verbeek assisté de Kulikov et Custosse
1-1 à 18’33 : Redlihs assisté de Homjakovs et Upitis
2-1 à 46’24 : Sherbatov assisté de Bluks et Brancis (sup. num.)
3-1 à 48’45 : Homjakovs assisté de Sherbatov
3-2 à 58’43 : Essery assisté d’Ankerst (sup. num.)

Kurbads

Attaquants :
Marcis Zembergs – Edgars Homjakovs (+2) – Eliezer Sherbatov (+2, 2′)
Toms Hartmanis (A, -1) – Janis Sprukts (A, -1) – Martins Cipulis (-1)
Lauris Rancevs (2′) – Edgars Brancis (2′) – Deivids Sarkanis (2′)
Janis Upitis (+1) – Janis Straupe – Arturs Logunovs (+1)

Défenseurs :
Renars Valters (2′) – Toms Bluks (C, -1)
Edmunds Augstkalns – Martins Porejs (-1)
Jekabs Redlihs (+2) – Hardijs Paradnieks (+2)
Martins Gipters

Gardien :
Denijs Romanovskjis

Remplaçants : Uldis Capla (G), Eriks Zohovs.

Lyon

Attaquants :
Julien Correia (-2, 4′) – Quentin Berthon (A) [puis Verbeek] – Arturs Mickevics (-2)
Dmitri Lavrovs – Tomas Andres (2′) – Jaka Ankerst (-1)
Cédric Di Dio Balsamo – Kyle Essery (A) – Valentin Michel
Pierre Robert (+1, 2′) – Ryan Verbeek (+1) [puis Berthon] – Daniil Kulikov (+1)
Sébastien Delemps

Défenseurs :
Tyler Ferry – Vincent Llorca
Lubomir Dinda (-1) – Jules Breton (-1, 2′)
Thomas Roussel (C, +1) – Cédric Custosse (+1, 2′)
Alexandre Pascal (-1)

Gardien :
Olivier Richard [sorti de 58’15 à 58’43 et de 58’55 à 60’00]

Remplaçant : Rok Stojanovic (G). En réserve : Sidney David (G).

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :