Bulletin NHL: Brad Marchand, Ted Lindsay, Jarome Iginla, Tampa Bay et une histoire de pantalon

303

Le Bulletin NHL fait chaque lundi le tour des nouvelles les plus marquantes de la ligue. Signatures, blessures, échanges, on vous résume le plus important.

 

Le point sur la ligue

Point de Yakuline cette semaine mais quelques tendances assez fortes à l’aide de ces courbes d’évolution des buts anticipés. La principale nouvelle est que les faux-prétendants sont en train de décrocher pour de bon.

Dans l’est, c’est le méli-mélo complet où l’enseignement principal est que Columbus, Montréal, Pittsburgh, Washington et Carolina jouent au même niveau en ce moment à 5 contre 5. Si nous pensions que Columbus allait perdre au jeu des chaises musicales, la stratégie all-in de la trade deadline a certainement relancé la course. Les Jackets ressortent pour autant perdants du week-end avec deux défaites à domicile, dont une aux mains des Oilers… Pendant ce temps, Washington prenait 4 points, Carolina aussi, Pittsburgh 3 et Montréal 2. Pendant ce temps, Philadelphie continue de surfer sur une vague et de dépasser les attentes. Faut-il s’inquiéter pour les Islanders? Ils ont certes mis une volée aux Maple Leafs mais celle-ci tenait plus de la soirée où tout va bien plus qu’une réelle domination. Après la vraie embellie du début d’année, le mois de février est une chute en termes de niveau de jeu qui pourrait laisser songeur tant la course est serrée. Deux duels contre Philadelphie et deux autres contre Ottawa sont au programme des Isles cette semaine, l’occasion de se relancer, ou de vraiment douter. Robin Lehner enchaîne plutôt les départs dernièrement mais alterne désormais les bonnes et les mauvaises performances. Le duo de gardiens de New-York joue au dessus de ses moyens depuis le début de saison, il ne faudrait pas qu’il éclate sa bulle en bout de course.

Ah, et Buffalo est à 9 points et on commence à regarder vers la saison prochaine.

Dans l’ouest, nous n’avions jamais caché nos doutes concernant Edmonton, Chicago et Vancouver, des équipes qui n’ont pas le niveau pour réellement lutter pour les séries. Si les Oilers avaient déjà décroché depuis un moment, Vancouver tire désormais la langue avec une fiche de 2-6-2 à leurs derniers dix matchs. Pour les Blackhawks, la potion magique du PDO est épuisée. Avec quatre défaites à leur derniers cinq matchs, Chicago a désormais huit points de retard sur la 8e place (et quatre équipes à devancer en plus). Dallas arrive à garder une balance moyenne avec 5 victoires pour 5 défaites dernièrement, mais les buts anticipés chutent sur le mois de février. Minnesota est sage comme une image et continue de maudire la saison noire de ses gardiens sans laquelle ils seraient largement plus haut au classement. Colorado vivote mais la chose dont personne ne parle est que l’Arizona est ce matin à deux points des séries avec un match en moins! L’ARIZONA! Arizona qui a joué en février au-dessus de la barre des 50% de buts anticipés, Arizona qui compte toujours sur la deuxième infériorité numérique de la ligue, Arizona qui a engrangé les points contre les Vancouver, Détroit, Florida ou Edmonton de ce monde mais qui a aussi battu en février Winnipeg, Toronto ou Vegas. Darcy Kuemper joue bien dans les buts sans être réellement en surchauffe et la faiblesse de la compétition laisse tous les espoirs permis pour les Coyotes.

 

Le cauchemar des Senators

Nul besoin de revenir sur les 18 derniers mois des Senators d’Ottawa… La dernière mauvaise nouvelle en date était l’échec des négociations pour une nouvelle arena en centre-ville. Ce thread sur twitter a résumé tout ce qui s’était passé de bizarre/absurde/tordu/ridicule/pathétique autour de l’équipe depuis leur défaite au match 7 de la finale de conférence contre Pittsburgh.

 

Un Marchand diabolique

Il y a des coïncidences amusantes. Ce week-end, l’attaquant des Bruins Brad Marchand a disputé son 666e match en carrière. Au compteur ? 666 minutes de pénalité. Et pour couronner le tout, c’était contre les Devils du New Jersey… Marchand fut l’homme du match : il a marqué le seul but de la victoire 1-0, a manqué un tir de pénalité, et asséné un coup de crosse violent dans le dos de Sami Vatanen, qui a échappé aux officiels. Bref, du Marchand pur jus.

 

Iginla dans l’Histoire

Après Shane Doan dans l’Arizona il y a quelques jours, un autre attaquant majeur des années 1990-2000 a vu son numéro retiré par son équipe de coeur. Le 12 de Jarome Iginla flotte tout en haut du Saddledome, la patinoire de Calgary, à l’issue d’une cérémonie longue durée, de presque une heure. Il fallait bien cela pour célébrer l’ancien capitaine de l’équipe, à qui il n’aura manqué qu’une coupe Stanley – à un but refusé controversé de Martin Gelinas en 2004 contre Carolina près… Iginla aura été l’un des meilleurs meneurs d’hommes de l’histoire, une figure admirée et un symbole.

Une carrière de 1554 matchs, pour 625 buts et 1300 points, qui l’aura mené à Pittsburgh, Boston, Colorado et Los Angeles dans ses dernières saisons, dans une quête vaine du trophée suprême. Iginla se consolera avec deux Memorial Cup, un Mondial junior, sept All-Star Games, deux trophées Maurice Richard de meilleur buteur, un Ted Lindsay de meilleur joueur, un Art Ross de meilleur pointeur, un Championnat du monde et deux médailles d’or olympiques.

 

Décès de Ted Lindsay

La NHL a perdu une légende ce week-end, avec le décès de Ted Lindsay, 93 ans. L’ancien Red Wing a remporté quatre Coupe Stanley et fut l’un des fondateurs de la NHLPA originelle, le syndicat des joueurs. Aux côtés de Sid Abel et Gordie Howe, il fut l’une des stars des années 1950-1960. Son action syndicale lui valut même d’être échangé aux Blackhawks de Chicago, en représailles…

Lindsay a disputé 17 saisons NHL et comptabilise 1068 matchs, 379 buts, 472 assistances et 851 points. Il figurait au Temple de la renommée depuis 1966. Une cérémonie qu’il avait boycottée à l’époque, car sa femme et ses amis n’avaient pas été autorisés à participer à la fête – sa décision contribuant d’ailleurs à modifier la tradition par la suite.

Son numéro 7 avait été retiré par Detroit en 1991. En 2010, le trophée Lester B. Pearson de joueur le plus utile à son équipe, voté par les joueurs, avait été renommé en « trophée Ted Lindsay ».

 

Tampa Bay, saison record (déjà)

Difficile de trouver plus fort que Tampa Bay. L’équipe a signé son 50e succès en seulement 66 matchs. Il n’a fallu que 63 matchs au Lightning pour battre la barre des 100 points. Ce n’est que la 4e équipe à réussir cette performance : Boston en 1971-1972, et Montréal en 1976-1977 et 1977-1978. Ces trois équipes avaient remporté la coupe Stanley en fin de saison…

On notera que le record NHL est de 132 points, plafond atteint par Montréal en 1976-1977. À ce rythme, Tampa atteindrait les 131 pts.

Autre record accessible : le plateau des 60 victoires, atteint par Montréal en 1977 et Detroit en 1995-1996, qui détient le record avec 62 victoires. Les deux équipes avaient alors pour entraîneur la légende Scotty Bowman. On notera que les saisons des années 1970 n’étaient que de 80 matchs, et que les séances de fusillade n’existaient pas encore.

Au chapitre des joueurs, Nikita Kucherov a déjà franchi le plateau des 100 pts – il en compte 106 en 66 matchs. Depuis l’instauration du plafond salarial, aucun joueur n’a franchi les 130 pts. Le plus proche, Joe Thornton, en 2005-2006, comptait alors 125 pts, dont 96 assistances. Kucherov pourrait éclipser ce total, et réussir la saison offensive la plus spectaculaire depuis les 161 points de Mario Lemieux en 1996.

 

San José, la profondeur de banc

Si les Sharks ne détiennent pas la première place de la division Pacifique, ils détiennent assurément la palme de l’équipe la plus homogène. En comptant le nouvel arrivant Gustav Nyquist – pour l’instant muet sous ses nouvelles couleurs – les Californiens comptent 12 joueurs au delà des 10 buts et 5 au delà des 20 buts, un sommet dans la ligue. Quatre lignes productives : voilà qui rendrait jaloux les voisins des Kings et Ducks, pires attaques de la ligue…

Par comparaison, Tampa Bay, meilleure attaque de la NHL, compte « seulement » 9 joueurs au delà des 10 buts, et 4 au-delà des 20 (dont trois à plus de 30).

 

Evander Holyfield sur la glace

L’ancien boxeur Evander Holyfield est le dernier participant aux célébrations incroyables des Hurricanes de Carolina. Après avoir battu St Louis 5-2, les Hurricanes ont mis en scène un combat entre Holyfield et Jordan Martinook, ce dernier étant « évacué » par ses coéquipiers. Où vont-ils chercher tout cela ?

Ovechkin et le but étrange

Alexander Ovechkin aura marqué l’histoire avec un nombre de buts considérable – et ce n’est pas fini. Mais contre les Rangers, lors de la séance de fusillade, il sera crédité du but gagnant… sans avoir mis le palet au fond des filets. Le gardien new-yorkais Georgiev a bien tenté de le bloquer en jetant sa crosse sur le palet, mais c’est bel et bien interdit… but automatique pour « Ovi ».

Un problème de pantalon

La journaliste Emily Kaplan propose une enquête originale sur ESPN : avec leur musculature ultra-développée sur le bas du corps, les joueurs NHL arrivent-ils encore à trouver des pantalons à leur taille ? La réponse est par ici (en anglais).

 

Les commentaires sont fermés.

mattis ut Donec sit Sed nunc venenatis ultricies at elit.