Wasquehal – Villard-de-Lans (Division 2, huitième de finale, match 3)

447

Les compteurs sont remis à zéro, ce huitième de finale opposant le troisième de la poule nord au sixième de la poule sud se jouera sur une rencontre, pour laquelle quelques changements sont à noter. Wasquehal récupère Benjamin Louf, de retour de suspension pour reprendre sa place auprès de son habituel partenaire Mattéo Toneatto. Soutenu par quelques supporters, Villard-de-Lans concède un forfait, celui d’Aubin Lamirault, touché au poignet la veille.

La prudence est de mise de chaque côté, à observer le peu d’activité des gardiens de but jusqu’à une tentative de Rayan Belharfi à ras glace vers la botte de Carrier. À l’autre extrémité du glaçon, il faut une erreur défensive pour permettre à Ardouin d’employer, en force, Martel, également confronté à des assauts de Gilbert – sur une remontée de palet de Couvat – et Sangiorgio. La plus grosse frayeur est pourtant sur la cage villardienne. Un palet aérien est près de surprendre Robin Carrier, suppléé par Zonderop sur la reprise de Domian. Les Lions sont plus pressants envers une arrière-garde prise de vitesse par la vivacité des licences bleues amiénoises et un Martin Domian toujours prompt à exploiter la moindre fenêtre de tir. Ils doivent cependant éviter les errances défensives, que Kevyn Richard tente d’exploiter d’un coup de canon. Marc-André Martel se montre solide, y compris lorsque Gilbert, dans son dos, sert Jeoffrey Couvat posté devant le but.

Les deux équipes disposent à tour de rôle d’une supériorité numérique en fin de période. L’obstruction de Richard, à la lutte avec Lucas Herrera-Mione dans le coin, est écartée par un carré contraignant les Nordistes à des essais périphériques, Carrier bloquant dans le trafic le lancer frappé de l’Amiénois. Le cinglage de Plagnat oblige les Wasquehaliens à reprendre le jeu à quatre, ce qui ne les empêche pas d’être les plus dangereux. Lucas Herrera-Mione subtilise le palet à Richard pour défier Carrier. Celui-ci repousse également les deux incursions de Domian sur autant de mises au jeu gagnées côté gauche. Le Slovaque insiste et, décalé par Marek Matej, trouve la lucarne opposée (1-0 à 21’51″).

Mis sous l’éteignoir en supériorité, les Ours patientent quatre minutes pour lancer, par Kevin Gilbert puis Robin Drogue, pour autant d’arrêts de la mitaine. Il n’attendent cependant pas longtemps pour rétablir l’égalité ; sur la gauche, Bastien Sangiorgio abandonne le palet à Pierre-Antoine Simonneau, au lancer sous la barre d’une puissance telle que le disque ressort du but (1-1 à 25’25″) ! Sur leur lancée, les Ursidés paraissent en mesure de déployer des phases de domination observées la veille. Eliot Ardouin cherche le trou de souris, Ruel reprend sa passe repoussée par Verschaeve, puis Gilbert oblige Martel à se coucher mais Couvat ne peut conclure. Un surnombre coupe l’élan d’Isérois très appliqués en infériorité : Thomas Ruel coupe les lignes de passe et Herbet attend la fin de la sentence pour proposer un lancer. Ils reprennent l’ouvrage par leur moteur Kevin Gilbert, qui profite de la chute de Kalisa pour s’échapper ; le palet est détourné par le portier mais un tir de pénalité est accordé au numéro 24, dont la tentative manque de puissance (35’25″).

Nullement découragé, Villard reste dangereux par un Ardouin très en vue, son lancer ponctue une montée de son partenaire Simonneau. La course du palet se heurte à la plaque de Marc-André Martel, dont le gant effleure par ailleurs la salve de Pesce. À l’affût sur la droite de la cage, Axel Odibert est renversé par Benjamin Louf et contraint de regagner prématurément le vestiaire (38’22″). Secoué par un essai haut de Couvat, Wasquehal riposte à nouveau en contre-attaque : Herrera-Mione envoie Plagnat vers une cage solidement gardée par Robin Carrier sur la feinte du jeune attaquant.

C’est donc sur une marque identique à celle de la veille que s’initie le dernier acte, sous la houlette d’un Oscar Conil qui travaille son lancer de la bleue. Les Lions plient, concèdent deux dégagements interdits de suite. Désormais au centre du troisième trio, Pierre-Antoine Simonneau contribue à cadenasser la zone neutre. Toutefois, le dynamisme des jeunes gothiques perturbe les solides Villardiens, et Kevyn Richard concède sa deuxième pénalité. L’attaque massive est bien plus létale et oblige Florian Pesce à contrer deux tirs. Marc-Antoine Herbet allume une nouvelle mèche vers un Robin Carrier avare de rebonds. Le gardien des jaunes et bleus réalise ensuite une intervention magistrale, de la botte, se déplaçant à temps pour empêcher Matej, servi comme la veille par N’Guyen au deuxième poteau, de conclure. Il détourne enfin au-dessus du plexi un lancer du poignet de Rayan Belharfi.

La petite patinoire du centre de la métropole commence à croire en un exploit de ses protégés, et les encouragements se densifient… moment choisi par Oscar Conil, de la ligne bleue, pour tromper un Martel perturbé par le trafic alentour et ainsi glacer l’ambiance (1-2 à 47’15″). Une décision discutée sanctionne vite Florian Pesce, qui accroche Zajac le long de la balustrade, mais les visiteurs résistent et passent très près, par le virevoltant Gilbert parti en échappée buter sur Martel, d’un break obtenu sur la supériorité suivante. Puni pour avoir contesté un hors-jeu de façon trop véhémente, Martin Domian assiste de la geôle à un nouveau tir lointain magistral de Conil, qui transite par le montant pour finir sa course au fond des filets (1-3 à 52’18″). Le grand défenseur exulte et se tourne vers les tribunes, où ses quelques supporters exultent.

Fabien Chardon réclame son temps-mort et confie à ses jeunes le soin de défier le métronome bloc du Vercors. Message parfaitement compris par Rayan Belharfi, dont un nouveau mouvement contraint Franzino à la faute. Revanchard, Martin Domian se rachète alors d’un lancer sans contrôle sous la transversale (2-3 à 53’16″). Dans une fin de match logiquement débridée, les Lions passent par toutes les émotions ; ils frôlent dans un premier temps la correctionnelle quand Gilbert s’empare du palet à la ligne bleue, s’avance vers Martel et manque le cadre. S’ensuit l’espoir car Thibaut Verschaeve expédie la rondelle en force vers l’enclave, où Jiri Zonderop est fautif à son tour. Martin Domian est à la manœuvre, il se heurte à la botte de Carrier. Un défenseur se sacrifie devant Matej, puis le tir d’Herbet, repoussé, n’est pas repris. La deuxième unité prend le relais ; Théo Kalisa laisse à Rayan Belharfi le soin d’accélérer sur l’aile gauche et initier un tour de cage. Le palet ricoche sur un patin villardien et glisse irrémédiablement derrière la ligne (3-3 à 56’15″).

C’est au tour des Villardiens de quémander leur temps mort, qui ne peut tempérer l’enthousiasme des Lions. Belharfi alerte Antonin Plagnat sur l’aile droite, Conil est dépassé mais Carrier s’interpose, avant, d’un double arrêt face à un Domian déchaîné, de maintenir le suspense jusqu’à la prolongation.

Toujours aussi létal, le meilleur Villardien Kevin Gilbert fait passer un frisson dans les rangs adverses mais Lucas Herrera-Mione, d’un retour propre, empêche le Québécois de lancer. Richard voit Benjamin Louf récupérer le disque et obliger le dernier rempart à dévier du bras. Robin Carrier s’emploie d’un plongeon aux devants de Matej, désireux de convertir un rebond, puis du casque contre Kalisa. Il souffle en se rééquipant alors qu’une mise au jeu s’amorce sur sa droite. Le palet à peine relâché, Martin Domian le reprend de volée vers le haut du but d’un gardien pantois (4-3 à 63’21″).

Ce geste technique soudain libère une patinoire qui vit là un moment historique. À peine 24 heures après leur premier succès en séries éliminatoires, et sous les yeux des anciens présidents Michel Breistroff, Damien Cavrois et Guy Decock, les Lions exultent et accèdent pour la première fois aux quarts de finale. Solidaires dans l’adversité, ils auront su terminer les deux rencontres du week-end avec un allant offensif pour gagner le droit d’affronter les solides Savoyards de Courchevel-Méribel-Pralognan.

Désignés meilleurs joueurs de la rencontre : Kevin Gilbert pour Villard-de-Lans et Martin Domian pour Wasquehal.

 

Wasquehal – Villard-de-Lans 4-3 après prolongation (0-0, 1-1, 2-2, 1-0)
Dimanche 3 mars 2019 à 19h20 à la patinoire Serge Charles. 395 spectateurs.
Arbitrage de Julien Peyre assisté de Romain Bispo et Laura Peronnin.
Pénalités : Wasquehal 6′ (2′, 2′, 2′, 0′), Villard-de-Lans 12′ (2’, 2′, 8′).
Tirs : Wasquehal 42 (13, 8, 15, 6), Villard-de-Lans 39 (12, 16, 11, 0).

Évolution du score :
1-0 à 21’51″ : Domian assisté de Matej (inf. num.)
1-1 à 25’25″ : Simonneau assisté de Sangiorgio et Franzino
1-2 à 47’15″ : Conil assisté de Ruel et Franzino
1-3 à 52’18″ : Conil assisté de Richard et Drogue (sup. num.)
2-3 à 53’16″ : Domian assisté de Matej et Herbet (sup. num.)
3-3 à 56’15″ : Belharfi assisté de Kalisa (sup. num.)
4-3 à 63’21″ : Domian

Wasquehal

Attaquants :
Lucas Herrera-Mione – Antonin Plagnat – Rayan Belharfi
Martin Lagrise – Aurélien Zajac – Simon Angielczyk ou François Piquet
Martin Domian – Benjamin N’Guyen (C) – Marek Matej

Défenseurs :
Théo Kalisa – Yohan Coulaud
Thibault Verschaeve – Marc-Antoine Herbet (A)
Mattéo Toneatto – Benjamin Louf

Gardien :
Marc-André Martel

Remplaçants : Maurad Laamel (G), Thomas Trambouze. Absents : Benjamin Turpin, Lukas Bjorklund (Mondial universitaire avec la Suède), François Grenier (genou), Charley Marcos (cheville), Arnaud Péan (blessé).

Villard-de-Lans

Attaquants :
Jeoffrey Couvat – Kevyn Richard (A) – Kevin Gilbert
Bastien Sangiorgio – Alois Franzino – Thomas Ruel
Florian Pesce (C) – Axel Odibert (Simonneau à 40’00″) – Jonathan Issertine

Défenseurs :
Oscar Conil – Jiri Zonderop
Pierre-Antoine Simonneau – Eliot Ardouin
Romain Cointe – Robin Drogue

Gardien :
Robin Carrier

Remplaçant : Loïc Finé (G). Absent : Aubin Lamirault (poignet).

Les commentaires sont fermés.

felis elit. odio quis, mattis libero suscipit risus justo nunc luctus venenatis