Les Russes convoqués au tribunal du peuple ?

270

La Russie se pâme ces derniers temps devant les résultats de ses juniors. Elle s’est réjouie du succès écrasant de ses moins de 16 ans aux Jeux olympiques de la jeunesse à Lausanne, quelques semaines après des Mondiaux juniors joués en position de force. Mais si elle fonde de gros espoirs dans les futures générations, c’est aussi parce qu’elle commence à douter du présent. L’incorporation du sélectionneur des moins de 20 ans Valeri Bragin et de six vice-champions du monde juniors n’a pas permis de dupliquer les résultats, et encore moins le style de jeu agressif et dominant en possession, chez les adultes.

Il y a quelques années encore, avec ses superstars de KHL, la Russie avait les meilleurs joueurs évoluant en Europe. Aujourd’hui, la KHL a perdu une partie de ses vedettes, et n’en aura quasiment plus avec l’instauration du plafond salarial. Les Russes sont bon derniers de cet Euro Hockey Tour, incapables de suivre le rythme de jeu élevé qu’ont imposé les Finlandais (avec majoritairement des joueurs de Liiga) et les Suédois (avec majoritairement des joueurs de SHL). Le directeur de l’équipe nationale, Roman Rotenberg, a lâché qu’en cas de troisième défaite, un « tribunal du peuple » attendrait les joueurs russes à leur retour au pays. C’était dit sur le ton de la boutade, mais sans en être une tout à fait…

Pour ce dernier match contre les Tchèques, quatre des six juniors ont été laissés en tribune : la ligne du SKA en particulier est mise au repos car elle n’est pas habituée à un gros temps de jeu. On ne pourra donc pas imputer un nouvel échec à leur inexpérience. Il ne reste comme juniors que le talent défensif Aleksandr Romanov – toujours apparié au capitaine Kiselevich – et l’ailier Grigori Denisenko, qui a semblé parfois un peu perdu.

MIRONOV Andrei 150516 001Aux seniors de mener la Sbornaïa à la victoire. Ils s’y appliquent en commençant mieux le match. Artur Kayumov convertit la première supériorité numérique à la conclusion d’une bonne combinaison menée par Golyshev puis Zernov. Mais en fin de tiers, Andrei Mironov prend 2’+10′ pour une charge dans le dos. Juste après le retour à cinq contre cinq, Jakub Flek dévie dans le haut du filet une passe de Hyka et fête son premier but en sélection pour son premier tournoi.

Les Tchèques tuent deux pénalités de suite à la mi-match… mais ils encaissent un but sur leur propre avantage numérique. Le malheureux Jakub Jeřábek casse en effet sa crosse à la ligne bleue, un incident dont profite la Russie pour partir en contre-attaque. Dominik Furch, titularisé pour le deuxième jour de suite, repousse le tir de Maksim Mamin, mais il arrive droit sur Andrei Svetlakov.

Menés au score, les Tchèques n’arrivent pas à exercer une pression suffisante pour revenir, mais ils sont aidés par une faute de Kiselevich (trébucher) à huit minutes de la fin. Le défenseur-canonnier Jan Košťálek, auteur de 14 buts cette saison avec le Sparta Prague, arme un one-timer et le palet un peu flottant passe sous la mitaine d’Igor Bobkov. Mais trois minutes plus tard, Pavel Poryadin redonne l’avantage aux Russes d’une tir précis sous la barre transversale. Miloš Říha sortir son gardien assez tôt, à plus deux minutes de la fin, pour jouer à 6 contre 5. Et il faut attendre le tout dernier moment, à exactement 1,6 secondes de la fin, pour que Košťálek marque à nouveau. Son premier but en équipe nationale est donc aussi son premier doublé.

Hyka retient une crosse russe dès le début de la prolongation et oblige ses coéquipiers à défendre à 3 contre 4. Il rate ensuite son pénalty lors de la séance finale de tirs au but, mais tous ses collègues transforment leurs tentatives. C’est donc une troisième défaite pour les Russes.

Commentaires d’après-match :

Miloš Říha (entraîneur de la République tchèque) : « Nous avions joué deux rencontres fantastiques contre la Suède et la Finlande, probablement nos meilleures dans cet Euro Hockey Tour. Mais comme au tournoi précédent, nous avons mal commencé le troisième match. C’est dans la tête, ce n’est pas de la fatigue. Nous nous sommes progressivement relevés pour prendre l’initiative, mais nous avons pris de très mauvais buts. Le pire est de revenir et d’encaisser un troisième but stupide. Les Russes ont fait une lourde erreur. Ils ont arrêté de patiner, ils n’ont pas regardé l’axe. Košťálek était notre tireur tout le match, il attendait le palet. Ils ne l’ont pas couvert, tant mieux pour nous. Nous avons aligné ce que nous avions de mieux dans les trois dernières minutes et ils ne sont pas sortis de leur zone. […] Jakub Flek travaille bien à Karlovy Vary, il croit en lui et il peut le faire. Il est très fort en patinage et physiquement. C’était le seul débutant à ne pas être nerveux. »

Jakub Flek (attaquant de la République tchèque) : « Nous avons pu renverser le match par notre travail collectif. La nervosité a disparu. J’ai pris l’expérience du système de jeu qui est différent de ce que je connais en club. C’était fantastique de marquer. J’ai récupéré le palet avec l’aide de Roman Horák, nous étions deux dans le coin, puis je suis allé vers le but du côté faible où il y avait peu de défenseurs. Tomáš Hyka a échangé le palet avec le défenseur puis me l’a déposé joliment sur la crosse. Ils m’ont dit de garder le palet, avec une étiquette avec la date et le lieu du match, pour me prendre en photo avec lui. »

Aleksei Kudashov (entraîneur de la Russie) : « Une défaite très décevante. Nous avons encore fait des erreurs d’enfant, inadmissibles, qui nous ont coûté la victoire. À une seconde de la fin, pourquoi s’agiter n’importe où ? Il faut rester debout au centre et c’est tout. Mais dans ce troisième match, l’équipe a mieux joué et a pris confiance. Nous avons des joueurs différents appelés à chaque fois. Nous devons construire l’équipe sur de nouveaux joueurs. Aujourd’hui nous avons une structure tronquée sans lignes offensives ou défensives clairement définies. J’ai dû chercher les combinaisons, identifier ceux qui joueraient en supériorité ou en infériorité. Pour les jeunes, c’était une autre planète. Un autre niveau, un autre rythme, des responsabilités différentes. La vitesse de prise de décision est plus élevée qu’en KHL. Chaque erreur est punie. Il faut du temps pour s’adapter. »

 

Russie – République tchèque 3-3 (1-1, 1-0, 1-2, 0-0) / 0-3 aux tirs au but
Dimanche 9 février 2020 à 12h15 au Globen de Stockholm. 3461 spectateurs.
Arbitrage de Linus Öhlund et Tobias Björk (SUE) assistés d’Emil Yletyinen et Ludvig Lundgren (SUE).
Pénalités : Russie 22′ (4′+10′, 2′, 6′, 0′) ; Tchéquie 12′ (2′, 4′, 4′, 2′).
Tirs : Russie 27 (8, 8, 9, 2) ; Tchéquie 27 (8, 5, 14, 0).

Évolution du score :
1-0 à 11’24 : Kayumov assisté de Zernov et Golyshev (sup. num.)
1-1 à 19’14 : Flek assisté de Hyka et Šulak
1-2 à 36’01 : Svetlakov assisté de Mamin (inf. num.)
2-2 à 53’43 : Košťálek assisté de Krejčík et Hyka (sup. num.)
3-2 à 57’04 : Poryadin assisté de Mironov
3-3 à 59’59 : Košťálek assisté de Jeřábek et Horák

Tirs au but :
République tchèque : Hyka (manqué), Krejčík (réussi), Kovář (réussi), Flek (réussi).
Russie : Golyshev (manqué), Kudryavtsev (manqué), Poryadin (manqué).

Russie

Attaquants :
Pavel Poryadin – Artyom Galimov (2′) – Maksim Mamin (+1)
Pavel Kudryavtsev – Denis Zernov (-1) – Anatoli Golyshev (A, -1)
Grigori Denisenko (-1) – Andrei Svetlakov (+1) – Aleksandr Sharov
Artur Kayumov – Ivan Igumnov

Défenseurs :
Andrei Mironov (+2, 4’+10′) – Nikita Lyamkin (-1)
Aleksandr Romanov (2′) – Bogdan Kiselevich (C, -1, 2′)
Rushan Rafikov (A, -1) – Artyom Sergeev (+1, 2′)
Grigori Dronov

Gardien :
Igor Bobkov

Remplaçants : Timur Bilyalov (G), Artyom Shvets-Rogovoi. En tribune : Aleksandr Samonov (G), Danila Galenyuk (D), Kirill Marchenko (A), Ivan Morozov (A), Vasili Podkolzin (A).

République tchèque

Attaquants :
Martin Zaťovič (-1) – Jan Kovář (C, -1) – Michal Řepík
David Šťastný – Radim Zohorna (2′) – Hynek Zohorna (2′)
Jakub Flek (+1) – Roman Horák (A, +2) – Tomás Hyka (+1, 2′)
Radan Lenc (-1, 2′) – Lukáš Rousek (-1) – Jan Dufek
Matěj Stránský

Défenseurs :
Jakub Jeřábek (A, -1, 2′) – Libor Šulak
Jakub Krejčík – Jan Košťálek (+2)
Michal Moravčík – David Sklenička
David Musil – Lukáš Klok

Gardien :
Dominik Furch [sorti de 57’43 à 59’59]

Remplaçant : Roman Will (G). En tribune : Vojtěch Mozík (D), David Němeček (D), Michal Kovařčík (A), Tomáš Zohorna (A).

Les commentaires sont fermés.

On vous envoie quelques cookies, c'est juste pour suivre notre audience, vous pouvez refuser de les recevoir si vous le voulez ! Accepter En savoir plus

nec ipsum elit. Lorem eget tempus elementum sed fringilla dictum ut