Division 2 – 18e journée : le tableau des séries est connu

1 073

Avec de nombreux matchs reportés tout au long de la saison et un calendrier tordu à son extrême pour rattraper les retards, la saison régulière de Division 2 a finalement pris fin ce week-end.

Commençons par faire le point sur les rencontres disputées depuis samedi dernier. Dimanche, les Coqs de Courbevoie perdaient toute chance d’accéder aux play-offs, mathématiquement jouables jusqu’alors même si hautement improbables, en s’inclinant à Valenciennes (3-1).
Cela devenait très compliqué dans l’autre poule pour Colmar qui s’inclinait à domicile contre l’HCMP (5-9). Suite aux reports du week-end dernier, il restait un match à recaser pour les Titans face à Poitiers. Ce dernier ne se jouera finalement pas, les Poitevins ayant en fait refusé le déplacement dans l’est en raison d’un problème d’effectif. Match gagné pour Colmar et retrait d’un point pour Poitiers.
Mardi, les Lynx de Valence en ballotage favorable pour l’accès aux play-offs au bénéfice de la défaite colmarienne la veille, ont pu se rassurer en s’imposant face à Annecy (6-3), dans un match qui aura finalement une grande importance. Dans le même temps, le voisin et concurrent direct Villard de Lans brillait contre Poitiers (10-2).
Mercredi, Toulouse prenait le meilleur face à Vaujany-Grenoble (6-4) alors que Rouen 2 s’imposait contre Paris en poule A (8-5). Les Rouennais qui avaient même deux matchs à rattraper, puisqu’ils se sont imposés à Courbevoie aux tirs au but vendredi (2-3 t.a.b).

On en arrive enfin à cette dernière journée et le suspense en poule A pour les play-offs : Évry-Viry possédait une dernière chance en cas de victoire dans le temps réglementaire, couplée à une défaite d’Angers 2. Les Jets s’employaient à faire leur partie du travail à Valenciennes, dans un match sans doute impressionnant au point d’aboutir à la clôture d’une feuille de match erronée. Ce sont en fait les Valenciennois qui se sont imposés sur le score de 8 à 5, condamnant définitivement les Jets à la poule de maintien, au profit d’Angers qualifiée avant son coup d’envoi.

Angers 2 qui était sur la glace de Rouen 2 dans un match qui commençait bien mal pour les Angevins avec un but du joueur en face de reprise, Joran Reynaud. Longtemps devant, les Dragons du CHAR virent Angers égaliser par Kylian Fauvel, mais Matéo Bussat redonnait l’avantage aux Normands à cinq minutes du terme. Mais l’AHCA va s’en sortir, égaliser par Kylian Fauvel qui de son triplé donne ensuite la victoire à son équipe. Son frère Stefan, puis Valentin Motreff, se chargeront de conclure la marque (2-5). Les Angevins auront tremblé jusqu’à la dernière, mais ils s’assurent une place en play-offs synonymes de maintien. La déception est grande pour Évry-Viry, échouant si près du but et qui devra disputer le play-down.

Dans les autres matchs de la poule, le leader Meudon avait pour objectif de conserver sa série de victoires pour entrer dans les séries en pleine confiance. Mais il fallait pour cela s’imposer à Reims, ce qui n’est pas chose évidente. Les Phénix ont longtemps été en position favorable dans la partie, ils ouvrent le score par Nicholas Gravina avant l’égalisation d’Arthur Zavani. Ils repassèrent en tête à mi-match avec Brendan Martial et Thybaud Rouillard, mais Joonas Huovinen réduisait le score cinq secondes avant le retour aux vestiaires. Valérian Mathieu égalisa rapidement en troisième période, mais les Rémois ne lâchèrent pas et Tristan Mansson redonnait l’avantage. Acculées, les Comètes trouveront tout de même les ressources pour s’imposer avec un doublé de Charlie Doyle et un but de Romans Nekludovs. Jakub Matejka inscrira le dernier but de Reims, mais les locaux ne sauront inverser la vapeur dans les quatre dernières minutes (5-6). Meudon semble rompue à toutes les situations, de bon augure avant de disputer les play-offs. A la troisième place, Reims obtient tout de même l’avantage de la glace.

Un avantage de la glace qu’auraient pu obtenir les Français Volants de Paris, qui au bilan peuvent surtout regretter la défaite de mercredi en terres rouennaises. Ils se déplaçaient hier à Amnéville, et n’ont laissé aucune chance aux Mosellans. Si Maxime Griet égalisait deux minutes après le but d’Oleg Kuzmin, il s’est agi ici de la seule révolte des Red Dogs qui ont subi la loi parisienne. Léo Cuzin d’un doublé permettait à son équipe de disposer de deux buts d’avance après vingt minutes. L’écart fut ensuite creusé par Axel Benet, Mans Papaux, Oleg Kuzmin et Noé Gersanois. Papaux et Gersanois qui s’octroieront un doublé dans le tiers final (1-9). Paris termine à la cinquième place, à égalité de points avec Rouen, devant au bénéfice des confrontations directes. Amnéville septième, devra s’opposer au deuxième de la poule B.

Entre Paris et Amnéville, on retrouve l’équipe de Wasquehal qui pourra débuter ses play-offs en confiance, forte de deux victoires consécutives dont la dernière hier à Courbevoie. Deux minutes de jeu suffirent aux Lions pour prendre deux buts d’avance, par Lucas Herrera-Mione et Romain Fine. Les Coqs réagissaient par Adrien Sel, mais Dawson McKenzie portait à nouveau l’avance à deux unités. Aurélien Zajac marquait dans le dernier tiers pour les Nordistes, même si le dernier but de la rencontre fut l’oeuvre de Maxime Leroux (2-4). Courbevoie devra s’employer pour obtenir son maintien en Division 2, mais a pu prouver des qualités au delà de ce que le classement pourrait laisser présager.

Meilleurs marqueurs de la poule A :
1- Valérian Mathieu (Meudon) – 55 points (22+33) / + un but et une assistance
2- Thomas Mathieu (Meudon) – 42 points (18+24) / + une assistance
3- Romans Nekludovs (Meudon) – 41 points (16+25) / + un but

Ce fut difficilement lisible du côté de la poule B avec les matchs en retard, mais l’enjeu était finalement au rendez-vous avec Colmar à trois points de Valence, en sachant que les Alsaciens avaient remporté leur deux matchs contre les Drômois. S’ils s’imposaient contre Toulouse-Blagnac, et que dans le même temps Valence s’inclinait à Vaujany, les Titans pouvaient chiper le dernier ticket dans les derniers instants. Hélas pour eux, ils passeront à côté de leur sujet, en concédant trois buts dans le premier tiers-temps par Flaury Bermond, Dany Coulombe et Clément Blaser. Les affaires ne s’arrangèrent guère avec trois autres buts concédés dans le deuxième acte via Yanick Riendeau, Blaser et Miroslav Krivochtchekov, Julien Burgert en guide de ses jeunes coéquipiers débloquaient le compteur colmarien en fin de période. Cela s’avérera bien insuffisant avec deux autres buts toulousains par Coulombe et Eddy Martin-Whalen dans le dernier acte, contre un but d’Anthony Conti (2-9). Les Titans n’ont guère eu l’occasion d’espérer, et devront passer par la poule de maintien. Avec ce succès, Toulouse conserve la quatrième place acquise dans la semaine, et avec elle l’avantage de la glace.

Valence peut donc louer sa victoire face à Annecy, d’autant que les Lynx terminent leur parcours régulier par une défaite à Vaujany-Grenoble. Ils ont pourtant ouvert le score par Alexis Pelisse, mais Paul Siraudin égalisait à une minute de la sirène. Les Grizzlys prirent les devants dans le deuxième vingt par un doublé d’Anthony Raveaud et un but de Léo Lesage, même si Antoine Pelisse en double supériorité réduisait le score sur la sirène. Dans la continuité de la supériorité au retour des vestiaires, son frère Alexis permettait aux Lynx de revenir à un but, mais Sacha Djigaouri puis Pierre Messin redonnait de l’air aux Isérois. Comme son frère Antoine Pelisse s’octroiera un doublé, mais le dernier but du match sera pour Siraudin (7-4). Longtemps les play-offs semblaient inatteignables à l’équipe-école grenobloise, mais une forte deuxième partie de saison leur permit d’atteindre cet objectif, et cette dernière victoire les préserve même d’affronter la tête de série de la poule A, dont héritent les Valentinois.

Si le match était sans enjeu au classement, un oeil était forcément porté sur la partie opposant le leader Morzine-Avoriaz à son dauphin Annecy. Les Chevaliers du Lac qui dominèrent les débats après cinq minutes, avec un doublé de Benjamin Arnaud. Vaclav Cestr débloquait le tableau des pensionnaires de la Skoda Arena, mais Raphaël Papa se rappelait au bon souvenir d’une équipe qui fut la sienne entre 2011 et 2013. En supériorité, Josselin Besson permettait de revenir à un but, mais Annecy restait devant et creusait même avec Éric Springer et Raphaël Papa. Les Morzinois restaient dans la course par Tomas Marcinek puis se ruèrent en attaque en fin de match : si la sortie de Lucas Mugnier permit le but de Léo Dutruel, elle causa également celui en cage vide de Tom Combaz (4-6). L’équipe d’Annecy aura décidément été la bête noire des Pingouins en cette saison régulière, ce qui est peut être un mal pour un bien en vue des play-offs, qu’un parcours sans entrave aurait peut-être insidieusement conduit à une insouciance dangereuse.

Morzine, Annecy, Toulouse. Il manque une dernière tête de série pour cette poule B, et ce sera Courchevel-Méribel-Pralognan qui termine finalement à la troisième place. L’HCMP était nettement favori en recevant Poitiers, et ils en ont profité pour soigner les statistiques offensives avec treize buts marqués, dont sept dans la première période ! La recrue canadienne Nick Guiney s’est régalé d’un quadruplé alors que Quentin Chevassu, Connor MacLean et Thubaut Chatellard s’octroient un doublé. Les autres buteurs furent Marvin Krukoff, Kurt Sonne, et Maxence Wagret. Les Dragons inscriront péniblement trois buts dans ce match, par Charly Venien, Jérémy Fortin et Yorick Faurie (13-3). Poitiers termine lanterne rouge, mais démarre une nouvelle lutte pour se maintenir en Division 2.

Les succès de Toulouse et de l’HCMP font le « malheur » tout relatif de Roanne, qui échoue à la cinquième place et ne bénéficiera pas de l’avantage de la glace. Les Renards ont pourtant fait ce qu’il fallait de leur côté sur la glace de Villard de Lans, même s’il leur fallut du temps pour se mettre en marche. Jaromir Florian offrait aux Ours un avantage qu’ils conservèrent longtemps, jusqu’à huit minutes du terme et l’égalisation d’Aurélien Haaser. Les visiteurs surferont sur ce but pour s’imposer, grâce à Jérémy Laframboise et un dernier but de Vladislavs Lescovs (1-3). Villard de Lans termine sa saison régulière à la sixième place.

Meilleurs marqueurs de la poule B :
1- Kurt Sonne (HCMP) – 48 points (25+23) / + quatre buts et deux assistances dans la semaine
2- Martin Kalinovic (HCMP) – 43 points (17+26) / + un but et cinq assistances dans la semaine
3- Tomas Marcinek (Morzine-Avoriaz) – 39 points (23+16) / + un but et une assistance

Le programme de la deuxième phase :

Les huit premières équipes de chaque poule sont qualifiées pour les huitièmes de finale des play-offs, qui débutent samedi prochain. Pour rappel le leader d’une poule affrontera le huitième de l’autre poule, le deuxième affrontera le septième et ainsi de suite. Samedi prochain, les équipes moins bien classées accueilleront les équipes mieux classées. Le samedi suivant, la confrontation est inversée. Si une équipe a remporté ses deux matchs, elle se qualifie pour les quarts de finale. En cas d’égalité à une victoire chacune, un match d’appui se jouera dimanche 13 mars, toujours sur la glace du mieux classé. Cette formule se tiendra jusqu’à l’issue des play-offs.

Les affiches des huitièmes de finale sont :
Meudon (1A) – Valence (8B)
Morzine Avoriaz (1B) – Angers 2 (8A)
Valenciennes (2A) – Vaujany Grenoble (7B)
Annecy (2B) – Amnéville (7A)
Reims (3A) – Villard de Lans (6B)
HCMP (3B) – Wasquehal (6A)
Rouen 2 (4A) – Roanne (5B)
Toulouse Blagnac (4B) – Paris (5A)

Les quatre équipes terminées aux deux dernières place de chaque poule se retrouvent à disputer la poule de maintien, sur le format d’un mini-championnat où les compteurs sont remis à zéro. Ce dernier débutera samedi prochain pour s’achever le 16 avril. Les deux dernières équipes de ce championnat à quatre sont sportivement reléguées en Division 3.

Les formations concernées sont : Evry-Viry (7A), Colmar (7B), Courbevoie (8A) et Poitiers (8B)

La page de la Division 2

(Illustration :Olivier Lambert-Desgranges)

Les commentaires sont fermés.